Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 12:14

L'absorption d'un type ovin par un autre, les croisements entre différents types voisins ou lointains, les métissages, l'influence d'une population sur une autre, ..... ces phénomènes ne sont pas nouveaux et assurément nombreux au cours des siècles dans l'histoire du mouton domestique. Certains sont connus, documentés ou simplement soupçonnés. Mais ils sont probablement bien plus encore à demeurer inconnus pour toujours, enfouis dans un mystérieux passé impalpable.

Regrettables parfois à nos yeux et pour nos esprits avides de connaissance et de conservation, ces phénomènes nous rappellent que tout est en évolution dans ce monde, y compris dans ce qui s'inscrit dans le phénomène de l'humanité.

Ces phénomènes ont pris de l'ampleur au 19ème et 20ème, quand l'agriculture se limite de moins en moins à un souci familial ou local, de par une agronomie plus soucieuse d'organiser le rendement. S'en suit la disparition d'une multitude de types domestiques locaux toutes espèces confondues ..... mais aussi l'apparition de nouvelles races dont certaines, avec le recul, sont qualifiées à présent d'anciennes.

S'il n'est pas Ouessant de type ancien, le mouton qui m'interpelle aujourd'hui a subi une aventure un peu similaire sur le continent, comme bien d'autres.

La race ovine la plus représentative actuellement sur ma région, le Limousin, est la Limousine (comprendre brebis, car il existe également la vache de même nom). Réputée rustique, cette grande race symbolique du plateau des Millevaches, est présentée comme étant le croisement avec des Berrichons de Crevant - La Châtre.

Sur mon département de la Creuse, cette Limousine a remplacé la Marchoise (cette dernière plus ancienne encore).

C'est en lisant Robert Guinot, dans son ouvrage "Vivre la Creuse" (qui s'oriente sur la description du patrimoine vivant ancien) que ma curiosité fut troublée.

Voici quelques extraits du chapitre XIV de son livre...

"La brebis limousine.... a fait oublier la marchoise, race aujourd'hui disparue."

"Du côté de Gentioux et de la Courtine.

Marchoise et Limousine ont fini par se confondre à partir des années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. La marchoise affirme encore au XIXè siècle ses spécificités. Ainsi, elle apparaît plus rustique que la seconde, s'accomodant parfaitement des landes des cantons de Gentioux et La Courtine. Pourtant, vers 1910, marchoise et limousine sont indissociables dans le pays d'Ussel et dans la Haute-Vienne. La limousine est alors appelée race de Meymac...."

" La Marchoise porte une toison noire, voire de la laine blanche grisâtre tachetée de noir ou de roux foncé. La brebis est de taille modeste (40 cm) et pourvue de cornes. Elle parvient à vivre, au sein de petits troupeaux, sur des pâturages ingrats. Le plus souvent, le paysan possède seulement deux ou trois brebis. La race se distingue par ses formes, l'épaisseur de ses petits gigots et la finesse de ses membres. Elle pèse en poids vif, de 20 à 25 kg, voire 30 kg après engraissement. Elle fournit 15 à 18 kg d'une viande renommée....."

Tout cela amène questionnement et remarques comparativement à "notre" Ouessant de type ancien.

D'abord, loin de moi l'idée de vouloir rattacher la Marchoise et le Ouessant de type ancien.

Non, ce qui est intéressant ce sont par contre les similitudes quant à un élevage familial le plus souvent d'une poignée d'animaux, quant à une adaptation à des terres ingrates, quant à des colorations décrites parfois dans les populations ovines bretonnes du 19ème et sans doute communes dans les peuplements ovins anciens, quant à la très petite taille.... quant à sa disparition par l'arrivée d'autres races plus grandes et préférées.

(On notera l'archaïsme en cette Marchoise de par la présence de cornes chez les femelles apparemment... Qu'en était-il pour la structure de cette des béliers alors?)

Une remarque particulière quant à la taille....

D'autres recherches s'imposent autour de ces 40 cm annoncés et bien surprenants.

Si "jadis" bien des types locaux étaient de taille moindre comparativement à nos races modernes, une comparaison avec le Ouessant de type ancien amène à la surprise en découvrant des ovins bien lourds pour leur taille. En effet, une brebis Ouessant de type ancien de 40 cm (ce qu'il y a de plus petit en ce type même) ne dépasse guère 12 kg selon sa conformation physique. Est-ce justement la morphologie particulière de cette Marchoise qui lui aurait permis de peser deux fois plus qu'une minuscule Ouessant de type ancien?

Une fois encore, s'il est facile de faire confiance aux poids annoncés, la taille n'est sans doute qu'approximative, se voulant indiquer une taille bien plus petite qu'à l'ordinaire pour un mouton.

Maintenant, je ne connais pas les sources précises de cette description.

C'est justement parce que je veux en savoir plus sur cette brebis Marchoise, que je regrette déjà, que je lance une bouteille à la mer par cet article.

Merci à quiconque pourrait m'apporter informations par témoignages, écrits, documents, photographie pourquoi pas, sur cette disparue.

Possibilité de me joindre en encart "contact".

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans historique
commenter cet article

commentaires

Eric 22/09/2014 07:28

Tu croyais élever des Ouessants et voilà que tu découvres que ce sont (presque) des Marchois,... Lol
Très intéressante cette découverte en espérant que tu puisses obtenir des réponses.
Merci de ton partage.

le berger 23/09/2014 13:28

tous les Ouessant de type ancien sont à présent des expatriés dispersés un peu partout puisque devenus indésirables sur les terres de leurs ancêtres depuis un siècle; les miens sont marchois à présent sans être de type marchois pour autant.
que la vie est compliquée!