Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 14:10
Toujours du Jardin des Plantes (2)

Pour revenir sur cette image nous montrant des ovins dits d'Ouessant (aux origines précises inconnues) il y a un siècle au sein du Jardin des Plantes......

Comme le constat fut déjà fait en ces colonnes, ces animaux (5 femelles et trois mâles... plus un individu indéterminé) sont manifestement bien plus grands et plus lourds que ceux aujourd'hui rencontrés dans les élevages amateurs continentaux.

J'ai eu l'occasion d'analyser encore et encore ce cliché et d'autres éléments intéressants me sont apparus. Certains posant d'ailleurs de nouvelles questions sur cette bande de moutons.

Est frappant ce masque clair très étendu sur la face.

Cet aspect de moutons noirs blanchis ou grisonnants touche également la toison.

Si on observe le sol, on s'aperçoit que dans leur enclos, les animaux vivent sur terre battue apparemment poussiéreuse et calcaire (devant sans doute uniquement se nourrir au râtelier à foin). Ceci explique en partie cela, cet aspect de toison salie et assez claire. Pourtant, ceci n'explique pas pour autant cela, concernant le masque clair. En effet, ce caractère se montre être héréditaire en ce troupeau photographié et devoir s'accentuer avec l'âge si on observe bien l'éclaircissement accentué chez le vieux bélier comparativement au plus jeune mâle (de même chez les brebis).

Ce caractère/ phénomène ne me surprend pas totalement puisque dans nos Ouessant de type ancien, on rencontre des individus dont le museau "blanchit" avec l'âge. Comme ci-dessous en mon troupeau, Ocelot et Sidney... qui sont pourtant bien des moutons noirs (non agouti).

Toujours du Jardin des Plantes (2)
Toujours du Jardin des Plantes (2)

Pour revenir à l'ancien troupeau parisien, la poussière en la toison n'exclut pas la présence du phénomène dit de canitie (blanchiment de la fibre) qui touche les animaux (et humains) vieillissants.

Toujours du Jardin des Plantes (2)

Si maintenant on observe les pattes, il est curieux de constater que, si on imagine celles-ci être blanchies par la poussière lorsque l'animal se couche, certains moutons présentent des pattes bien sombres. Ce qui est au moins le cas sur certains jeunes animaux comme le petit bélier de droite ou encore, à gauche, les brebis une et trois.

Question: Si on évacue le problème poussière, sommes-nous bien devant un exemple de phénotype un peu particulier et d'un aspect évolutif avec l'âge du mouton?

Dernier point qui m'intrigue énormément, c'est l'aspect non sombre des sabots ou présentant des panachures....

Parce que dans la poussière me diront certains....

Pas si simple en réalité, car dans ce cas les poignets et les zones de poils les recouvrant devraient être salis également, alors que certains animaux aux pattes sombres présentent bien cependant des onglons à panachures (chose surprenante pour des animaux noirs qui seraient non agoutis).

Tout cela pour dire que le phénotype (aspect extérieur) de ces ovins présentent certains aspects troublants, hormis la présence de poussière à prendre en considération.

Toujours du Jardin des Plantes (2)

Cash investigation!

Poursuivons notre enquête!

Sur cette seconde vue en la même époque et toujours dans le parc zoologique, nous sont présentés deux brebis et un bélier en vue plongeante.

D'après le volume de l'abri, cet enclos ne doit contenir guère plus d'animaux. Cette fois le sol est couvert d'herbe rase surpâturée mais présente, alors qu'on note bien la terre battue du sentier voisin.

Première chose qui frappe, le bélier qui semble ne pas être en famille avec la troupe précédente. Toison sombre noire plus rase, plus tassée, physique différent dont les cornes d'un type en volute simple et de structure moins épaisse, contrairement aux trois mâles du cliché précédent.

Par contre, on retrouve bien le type de brebis assez clair sur lequel j'ai fait précédemment plusieurs remarques. De plus l'angle de prise de vue permet de noter la densité importante de toison éclaircie jusqu'en profondeur, par exemple sur l'encolure (poussière?) ... et m'amenant toujours aux mêmes interrogations.

Faut-il comprendre en cette scène, l'arrivée assez récente d'un bélier de souche nouvelle pour la reproduction?

Faut-il comprendre également l'arrivée récente de cette paire de brebis en l'enclos pour être fécondées? Dans ce cas, leur aspect est-il conséquence du sol de leur ancien parc (donc encore poussiéreuses?).... ou réellement un phénotype (et génotype?) particulier comme je le soupçonne?

Que de choses à découvrir et comprendre sur ses propres Ouessant de type ancien!

Que de choses à comprendre et découvrir sur ceux de son voisin!

Que de choses à comprendre et découvrir sur ceux d'aujourd'hui sur le continent!

Que de choses à comprendre et découvrir sur ceux d'hier sur le continent!

Que de choses à comprendre et découvrir sur ceux d'hier sur leur île bretonne!

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans historique
commenter cet article

commentaires