Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 11:21

Recherche, observation, analyse, réflexion, orientations et programmes d'élevage sont les moteurs d'une conservation rigoureuse du Ouessant en l'élevage des Lutins.

Comme en tout apprentissage, l'erreur peut être formatrice pour permettre de l'éviter à l'avenir et forger ainsi son expérience.

Dans l'histoire de la sauvegarde du Ouessant, m'était arrivé aux oreilles que les survivants d'un troupeau décimé par la kératite furent intégrés à la grande aventure du renouveau de ce type ovin.

On pourrait penser que, si ces animaux avaient survécu, c'est qu'ils s'étaient révélés résistants à la maladie. Or, dans son livre "Le mouton d'Ouessant", François de Beaulieu précise que ces 11 survivants avaient été soignés et ainsi sauvés. Ainsi il s'avère que ces animaux n'avaient pas de résistance particulière face à ce mal, tout au contraire.

Sans pouvoir l'affirmer, je me demande si cette initiative, lors de la sauvegarde naissante du Ouessant, ne serait pas à l'origine du souci de kératite parfois récurrent que l'on peut encore rencontrer actuellement en ce type ovin, chez certains animaux et même plus spécialement en certaines souches... pour le plus grand désespoir de leurs éleveurs.

Il est en effet surprenant que chez un mouton réputé (faussement ?) rustique, il ne soit pas rare de rencontrer ce problème. (Face à ce mal, je reçois régulièrement des appels au secours d'éleveurs visiteurs de mon blog).

Actuellement, ce souci de conjonctivite/kératite est bien reconnu comme étant LE souci du Ouessant, puisque l'association française de promotion de cette race le présente elle-même dans la section "soins" de son site.

La réflexion, basée sur la connaissance, est bien le chemin à prendre dans un désir de sauvegarde de ce type ovin.

Pour cela, il faut garder à l'esprit qu'il ne faudrait toujours qu'employer le meilleur en reproduction.

Les considérations du meilleur devant être d'abord celles portées sur la rusticité et toutes les capacités globales de vie en extérieur attendues chez ce type ovin... pour ne pas l'affaiblir. Cela toujours avant les considérations d'une hypothétique beauté, au risque pour l'éleveur de "s'en mordre les doigts" pour très longtemps en sa troupe, et pour cet ovin de type ancien, au risque de le voir sombrer dans des maux similaires à ce qu' on observe chez de nombreux autres animaux domestiques touchés par diverses "tares".

Ouvrir l'oeil sur son troupeau...pour les soucis de kératite dont nous avons hérité....et pour tout ce qui peut aider à garantir l'avenir d'un Ouessant de type ancien, solide.

Ouvrir l'oeil sur son troupeau...pour les soucis de kératite dont nous avons hérité....et pour tout ce qui peut aider à garantir l'avenir d'un Ouessant de type ancien, solide.

On ne sauvegarde bien que ce que l'on connaît au mieux...

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Sélection
commenter cet article

commentaires

Eric 01/12/2015 21:11

Plus difficile à mesurer la rusticité que la hauteur du mouton. ;-)
Et pourtant, ce serait bien un critère qui devrait être fondamental pour la sélection.
Je suis content que vous l'évoquiez.

Merci pour cette belle photo Patchwork!

dominique morzynski 02/12/2015 14:01

plus difficile, mais l'éleveur attentif à son animal doit pouvoir y voir ses faiblesses possibles, tout autant physiologiques que morphologiques et autres aptitudes... cela pour dire que l'intérêt du cornage, d'une petite taille, d'une certaine coloration et je ne sais quoi encore, ne doit pas occulter un souci d'aplombs, d'onglons, de kératite, de diarrhées, de mise bas, etc...