Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

23 décembre 2015 3 23 /12 /décembre /2015 17:37

Les béliers non reproducteurs se trouvent dans un parc non mitoyen avec un quelconque groupe de femelles.

Cela permet de limiter les tensions dans ce groupe des mâles, tout autant que d'éviter conflits avec le plus proche bélier reproducteur disposant de brebis.

Malgré tout, les mâles savent où se trouvent les filles car le mouton a une connaissance parfaite de son territoire. Sans oublier que selon la direction du vent, celui-ci leur apporte des nouvelles parfumées à l'occasion. Et puis quelques bêlements féminins peuvent leur arriver aux oreilles.

Sas de décompression

Bientôt, ces béliers au célibat forcé auront accès au parc de transition d'où ils pourront reprendre contact visuel avec les filles.

Mais le sas de décompression est là pour que l'événement se passe en douceur, en particulier en créant un vide entre clôtures, afin d'éviter affrontement direct avec le bélier reproducteur voisin.

En fin d'hiver, une étape de plus sera franchie dans les retrouvailles progressives. Tout le clan des mâles pouvant alors en un autre parc, presque côtoyer celui des femelles, avec un unique grillage pour séparation malgré tout, jusqu'à ce qu'arrive enfin le 1er avril, date de regroupement de la totalité du troupeau des Lutins.

Sas de décompression

En attendant, les "vieux garçons" s'apprécient puisque qui se ressemble s'assemble. D'autant que chez les béliers, on est en fait très liés.

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Elevage
commenter cet article

commentaires

Marie-Christine 24/12/2015 10:50

Mon époux me demande la cause de mon rire, je lui raconte que ce sont les commentaires d'un éleveur de petits moutons ; si pleins d'humour ! J'adore lire vos commentaires, vos descriptions des mœurs de vos chers moutons, et rien que la photo des moutons mâles célibataires est drôle, ils ont l'air de s'ennuyer, ils sont contraints au célibat si j'ai bien tout compris : je vois que la végétation est encore bien verte par chez vous, que le terrain semble bien sec, les feuilles mortes ne sont pas détrempées. La lecture de votre blog me plait bien davantage que celle des "actualités".. que je zappe (je ne regarde même plus les journaux télévisés..).
Voilà mon époux qui monte voir les jolies photos de vos moutons et lui aussi les trouve bien mignons, ils ont des "bouilles" vos moutons, chacun a sa personnalité, y a le rêveur, y a le gourmand, y a l'amoureux transi qui attend son tour d'aller voir les "fumelles", bref votre planète est bien jolie à contempler et est ma "gazette" préférée. Dans la belle région du 77 on ne voit aucun mouton paître, on ne voit aucune vache, aucun âne, rien, et pourtant il parait qu'il y a des élevages mais alors les pauvres bêtes ne sortent jamais et ne sont pas nourries à l'herbe mais aux granulés chimiques ? Il y a des pâturages sans moutons visibles ! Mon mari me raconte qu'ils sont rentrés en hiver dans la bergerie, il rêve ou quoi ? je n'ai jamais vu paître un mouton ici en été et pourtant je regarde l'horizon les grandes plaines, rien de rien de rien ici !
faut que j'aille sur internet lire votre blog pour voir du mouton, quelle histoire !
Dans mon enfance alsacienne, les moutons paissaient hiver comme été, je trouvais leurs crottes en allant cueillir les pissenlits et j'ai le souvenir de la silhouette d'un berger et son grand chapeau et sa grande houppelande et sa houlette ; haute silhouette plantée dans ce décor féérique, entouré de ses moutons et des chiens bergers alsaciens (chien tout blanc ressemblant à un berger allemand, aujourd'hui importée des States..) qui aboyaient et dont l'écho m'attirait : dès que je voyais les moutons arriver, j'allais rendre visite à leur "papa" mais il ne parlait pas le français, il était allemand. Cette enfance champêtre a laissé le goût des gens et choses vrais. Le monde citadin m'apparait comme de la guignolade inutile et du reste je ne sors pas en ville, notre jardin notre "pâture" me plait bien davantage, en guise de moutons j'ai des chats venus s'installer ici, ô funérailles j'ai pris un bail de 20 ans !!
heureuse fête de Noël pour vous et votre famille et vos moutons et vos chats et vos chiens, et votre Nature, soyez heureux.

dominique morzynski 24/12/2015 13:34

Merci à vous.
bon Noël également!
Heureux que, par la magie de la technologie, le troupeau des Lutins vous apporte un peu d'évasion et vous remémore images de votre enfance.