Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

15 janvier 2016 5 15 /01 /janvier /2016 17:33

Dans deux mois, chez les Lutins, devraient naître les premiers agneaux.

La vingtième saison d'agnelage! J'en rêverais bien encore vingt supplémentaires et pourquoi pas au-delà...!

Chez les Lutins, une naissance à douze niveaux d'origines reconnues, alors qu'actuellement plus de 99% des dits Ouessant rencontrés par ailleurs sont sans origines ou avec origines insuffisantes ...

Chez les Lutins, une naissance à douze niveaux d'origines reconnues, alors qu'actuellement plus de 99% des dits Ouessant rencontrés par ailleurs sont sans origines ou avec origines insuffisantes ...

On n'a pas tous les jours 20 ans. Cela commence à représenter.

C'est ce que révèlent les souvenirs simplement cérébraux ou sous forme d'image papier et numérique, ou encore ceux de deux décennies de notes et fiches diverses.

C'est également ce que révèlent les pedigrees tenus minutieusement depuis vingt ans.

Chez les Lutins, rechercher, étudier, comprendre, sauvegarder ... (en photo, un bélier noir décoloré tondu)

Chez les Lutins, rechercher, étudier, comprendre, sauvegarder ... (en photo, un bélier noir décoloré tondu)

Ainsi, alors que la tempête de neige m'oblige à quitter le troupeau et me plonger autrement dans l'univers Lutins, en consultant ces pedigrees, je réalise, une fois de plus, toute l'importance de deux décennies de suivis en une démarche d'élevage réfléchie et calculée pour un réel travail de sauvegarde.

Un travail précieux, parfois unique sous certains angles, le souci de suivi et d'origine n'étant que rarement priorité chez les possesseurs de moutons d'Ouessant, quand je mis les onglons dans cette sphère... et aujourd'hui encore. Le plus souvent les animaux rencontrés se retrouvaient sans origines, ou alors fragmentaires avec seulement les parents connus, ou encore avec généalogie femelles uniquement. Heureusement, une paire d'éleveurs méticuleux étaient attentifs à leur cheptel et leurs naissances, et c'est ainsi que je peux remonter assez loin en certaines souches initiales de mon troupeau.

Chez les Lutins, des ancêtres connus jusqu'à trente ans de là ...(en photo, un bélier noir tondu)

Chez les Lutins, des ancêtres connus jusqu'à trente ans de là ...(en photo, un bélier noir tondu)

Selon les branches et rameaux de leur pedigree, les agneaux qui vont naître ce printemps, résulteront d'ancêtres connus sur plus de douze niveaux d'ascendance. Ce qui correspond pour ces ancêtres les plus lointains, à des animaux des années 80.

Chez les Lutins, accepter les différences.... (en photo, une brebis en laine, noire avec canitie)

Chez les Lutins, accepter les différences.... (en photo, une brebis en laine, noire avec canitie)

En effet, il est naïf de penser que, par exemple, cinq générations correspondraient aux animaux des cinq dernières années.

La chose serait vraie, si tous les Ouessant se retrouvaient mère ou père à l'âge d'un an... et seulement à un an.

Or, quand tout va bien, un Ouessant reproduit encore à huit ans, par exemple. Dans ce cas, au niveau deux (celui des grands parents) du pedigree, on peut rencontrer un ancêtre né il y a seize ans. Donc à des niveaux plus élevés, on peut imaginer ...

Chez les Lutins, souci de la structure...tout en ne cherchant surtout pas homogénéité d'allure...(en photo une brebis noire à forte canitie)

Chez les Lutins, souci de la structure...tout en ne cherchant surtout pas homogénéité d'allure...(en photo une brebis noire à forte canitie)

Toujours est-il que m'est cher cet attachement à élever et produire des Ouessant issus et construits au travers de la composante des troupeaux initiaux de la relance de ce type ovin dans les années 80. Pouvant ainsi, pour chaque animal, considérer son intégrité génétique ou pas en cette référence, refusant d'introduire en ma troupe des animaux "tout venant" (sans origines lointaines connues et reconnues), aussi séduisants soient-ils, au risque de pollution génétique se révélant parfois à l'occasion en générations suivantes, mais le plus souvent demeurant malheureusement invisible, l'immensité des composantes d'un patrimoine génétique ne concernant pas uniquement les apparences, loin de là.

Chez les Lutins, réparation des erreurs suite au standard....(en photo, une antenaise brune)

Chez les Lutins, réparation des erreurs suite au standard....(en photo, une antenaise brune)

S'il est illusoire de prétendre conserver l'intégralité du patrimoine génétique du Ouessant de type ancien insulaire qui lui est de toute façon disparu, il m'est important de conserver l'intégrité du patrimoine génétique des troupeaux continentaux de ce type ovin, retrouvés un petit siècle plus tard après sa disparition.

Certes, ce patrimoine ne représente qu'un pourcentage indéfini de ce à quoi il était arrivé au cours du 19ème siècle sur Ouessant (juste avant la disparition progressive du type ovin d'alors), mais ce qu'il en reste est d'autant plus précieux pour se faire un devoir de le conserver.

Chez les Lutins, égalité de traitement face à la diversité officielle...(en photo, une brebis noire agouti grey)

Chez les Lutins, égalité de traitement face à la diversité officielle...(en photo, une brebis noire agouti grey)

Ce courant de pensée, de réflexion et d'action que j'impulse depuis ces vingt ans, commence à porter ses fruits et quelques trop rares éleveurs ont commencé à m'emboîter le pas dans le sens de la conservation, le milieu associatif semblant même se réveiller tout doucement, après l'avoir sensibilisé, instruit et parfois bousculé un peu, il faut bien l'avouer... Mais faire aujourd'hui ce qui aurait dû être fait il y a et pendant quarante ans (immense gâchis!) est-ce vraiment possible? Comment ne pas tomber dans le sectarisme en laissant de côté certains élevages et moutons sans doute précieux, et inversement, comment ne pas commettre erreurs irréparables (comme je l'ai déjà observé maintes fois) en récoltant et injectant fruits vereux dans l'aventure, problème délicat à présent qu'ils sont des dizaines de milliers d'animaux, alors qu'ils n'étaient que seulement quelques centaines au départ de cette résurrection il y a quarante ans?

Personnellement, malgré ma passion et mes compétences, je suis incapable (mais surtout je ne me le permettrais pas par honnêteté intellectuelle) de décréter, devant tel ou tel animal, qu'il est véritablement Ouessant ou ne l'est pas et y agrafer label en ce sens, sur sa simple apparence (sauf cas précis), car j'insiste, on est véritablement Ouessant par son "contenant", mais bien plus encore par son "contenu"qui là demeure forcément presque toujours inconnu dans sa totalité, la partie invisible de l'iceberg... L'habit ne faisant pas le moine!

Il faut parfois du temps pour que l'esprit du détenteur de Ouessant finisse par réaliser les pouvoirs de destruction ou au contraire de conservation vers lesquels ses méthodes et directions d'élevage peuvent conduire.

Chez les Lutins, éveiller à la réalité génétique et sa sauvegarde...(en photo, une agnelle agouti blanc bronzé)

Chez les Lutins, éveiller à la réalité génétique et sa sauvegarde...(en photo, une agnelle agouti blanc bronzé)

Chez les Lutins, vingt ans de conservation, de réparation des erreurs observées dans l'aventure de l'animal, mais aussi de quête pour la réalité encore bien fragmentaire du Ouessant de type ancien, cela se fêtera inévitablement le moment venu...."double ration pour tout le monde! c'est moi qui paie"..." et pour le berger ... (chuuut!)....!!"...

Etre Lutin en 2016 est bien devenu de fait un label de conservation face à toutes les incertitudes auxquelles se heurte généralement à présent l'ensemble de la population Ouessant continentale française et étrangère.

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Elevage
commenter cet article

commentaires

Louis le petit berger 16/01/2016 18:12

Libéré,délivré!

Cela faisait longtemps que j'attendais de la neige.Enfin,il se mais à neiger.L'année dernière,seulement quelques flocons étaient tombés,en un seul jour de neige.Cette année,il a neiger un peu hier soir et la météo prédit une (chaleureuse) arrivée de neige pour Lundi.(Les animaux n'auront pas froid car ils sont bien protégés.)

LOUIS le petit berger...

dominique morzynski 16/01/2016 19:01

pourquoi attendre la neige? cela complique la vie et les moutons vont manger beaucoup plus...

Christine L. 16/01/2016 16:08

Un copain qui possédait des ouessant a piqué ma curiosité pour ce petit animal. A l'époque, j'habitais une maison de bourg, je n'avais de place que pour 3 poules naines. Aussi, j'ai voyagé sur le net pour me renseigner et j'ai fait votre connaissance, c'était en 2008 !...et je suis devenue accro...
D'un point de vue esthétique, votre blog est un régal, les photos superbes, vos textes intéressants et captivants. Mais surtout, la passion et la raison s'étant rencontrées, il y a ce travail énorme de vingt ans que vous avez effectué et que vous continuez de réaliser sur ce petit mouton. Nous en récoltons les fruits. Merci pour ce partage.
Cela suscite de notre part, à nous lecteurs et éleveurs, plus d'attention, de surveillance et de sérieux dans le suivi de notre troupeau, surtout si comme moi, on a adopté quelques uns de vos lutins.
Vive les vingt (et plus) années à venir!!!

dominique morzynski 16/01/2016 17:49

merci pour tous ces propos chaleureux!
je ne pensais pas qu'on pouvait suivre le blog des lutins depuis si longtemps, depuis ses balbutiements.

Thomas 15/01/2016 23:49

Vingt années à côtoyer les Ouessant, cela assoit son homme... Comparé à ton parcours, le mien est plutôt celui d'un gosse: huit ans et à peine cinq avec des animaux dignes de ce nom!!! Comme tu le sais, je te dois une fière chandelle... Car d'animal d'agrément, le mouton d'Ouessant est devenu pour moi une véritable passion, dévorante... Une préoccupation quotidienne, une source de plaisirs, de tracas, d'études, de discussions, de rencontres, d'espérances et de bien d'autres choses encore... Ce que je n'aurais jamais imaginé en faisant l'acquisition de mes premiers spécimens "tout venant" et largement hors standard... La lecture de ton Blog aura été, plus que tout, une source de connaissances, de découvertes, de questionnements, de prises de conscience... qui fort heureusement ne tarit pas... Alors, Dominique, continue à nous enrichir, nous aiguillonner, nous faire prendre conscience, nous faire vibrer... Et débrouille-toi pour que les vingt prochaines années ne s'écoulent pas trop rapidement!!!

dominique morzynski 16/01/2016 13:03

merci pour ce commentaire qui montre qu'on peut se laisser emporter par une passion "dévorante" du Ouessant.
comme je dis toujours, si le blog des Lutins n'avait fait que déclencher une seule passion pour cet ovin, ce serait déjà une belle récompense.
Long parcours à toi dans cette direction! Et vibre bien...

Lucine 15/01/2016 23:44

Bon anniversaire aux Lutins et à leur berger. Merci de ton interminable travail, Dominique, de l'attention sans faille que tu portes à ces animaux que tu connais si bien. Et pas pour " les avoir étudiés pendant un an sous toutes les coutures " comme quelqu'un de bien moins savant et surtout bien moins modeste que toi sur le sujet me l'a affirmé lors de la dernière mascarade de concours d'Ouessant au Faou !!! Ton travail est une référence, chez les gens sérieux, sache-le !

dominique morzynski 16/01/2016 13:08

Merci à toi pour ces propos plus qu' élogieux!
Ensuite, les humains sont ce qu'ils sont, comme dans tous les autres domaines ou leur propre personne...et dans le monde du Ouessant également (malheureusement!)...

Eric 15/01/2016 21:06

Toutes mes félicitations pour ce travail de sélection rigoureux qui a bien porté ses fruits car on se régale effectivement dès qu'un article parait déjà parce qu'il est instructif et aussi pour les photos toujours bien jolies. J'ai toujours eu des Ouessants depuis tout petit mais ouessant comme on les connait trop souvent. Là je n'en ai que deux mais je me régale avec tous les jours car chacun a ses petites habitudes et leur intelligence est surprenante. Je vous souhaite autant voire plus d'années de bonheur parmi votre troupeau

dominique morzynski 15/01/2016 21:24

merci. ravi d'apporter à chacun quelque chose.
je vois là un fidèle!
le berger va faire en sorte que cela dure...

Samuel.B 15/01/2016 20:00

Bonsoir Dominique,

Quel bel hommage à votre long chemin déjà parcouru. Il y a 20 ans.. je fêtais mon premier anniversaire.
Ma passion pour le Ouessant a pour moi commencée il y a quelques années, mais elle est déjà si forte et si prenante. Je suis très (TRÈS) admiratif de l'esprit scientifique, affectif mais aussi philosophique que vous apportez très régulièrement aux lecteurs assidus de votre blog. Je vous souhaite de continuer dans ce beau chemin qui est le vôtre et j'espère avoir l'occasion de le croiser un de ces jours.

PS: Quelles belles photos vous nous présentez là ! Une palette de la diversité du Ouessant.

Au plaisir,

Samuel, un lecteur assidu.

dominique morzynski 15/01/2016 20:07

un hommage tout nombriliste (on n'est jamais mieux servi que par soi-même...gag!)
sinon merci pour les compliments de ce commentaire. si effectivement j'arrive à sensibiliser, à mener vers la passion de ce qui m'est cher, c'est une bonne chose.
A la croisée de nos chemins un de ces jours!