Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 09:41

Elever des Ouessant, même par loisir, demande de consacrer du temps à ses animaux, tout autant pour assurer leurs besoins incontournables que pour profiter de leur présence et donc les observer, les analyser.

Que l'on soit en activité professionnelle ou enfin en retraite, si un regard quotidien sur ses animaux s'impose donc, selon la saison et le temps disponible, logiquement, tout éleveur aime également passer des heures à les savourer du regard et se fondre parmi eux, bref s'y consacrer. C'est ainsi qu'on les connaît et les reconnaît. C'est ainsi qu'on appréhende ce type ovin, qu'on envisage quête de savoir et directions d'élevage.

Ainsi chez les Lutins, le berger reconnaît chacun de ses moutons individuellement.

Comme il a pu déjà le raconter par ailleurs, il n'existe pas deux Ouessant identiques. Tout comme un enseignant est capable de reconnaître les élèves de sa classe ou ceux de l'ensemble de son groupe scolaire, quels que soient leurs changements d'habillement ou de coupe de cheveux, le bon berger est à même d'identifier chacun de ses animaux d'un simple regard, qu'ils soient dix ou cent (d'où l'utilité de donner un nom à ses animaux, à moins d'être un habitué du loto et préférer les numéros).

Connaître ses animaux, c'est connaître le caractère de chacun. C'est également connaître leur histoire sur toute leur vie (telle anecdote, tel souvenir, telle blessure, telle force ou faiblesse, ....).

C'est aussi, ce qui impressionne souvent le visiteur de passage chez les Lutins, en connaître de mémoire l'ensemble de ses ascendants, sur "n" générations dans les moindres embranchements, sans besoin de reprendre ses fiches qui récapitulent tout sur chaque Lutin.

S'il est aisé de reconnaître ses béliers, le bon berger saura identifier chacune des brebis, nue ou habillée. Question de présence, d'habitude, d'observation et de volonté

S'il est aisé de reconnaître ses béliers, le bon berger saura identifier chacune des brebis, nue ou habillée. Question de présence, d'habitude, d'observation et de volonté

Qui est qui?

Prunelle! Fille de et de ..., petite fille de, de, de et de ..., arrière-petite-fille de, de ...., arière-arrière .....

Prunelle! Mère de et de... avec tel et tel amoureux...

Pourquoi cet article dont j'ai déjà abordé le sujet de fond?

Parce qu'hier, alors que j'avais regroupé la cinquantaine de femelles, je m'aperçus qu'à 200 m trois brebis étaient demeurées sur place à leurs occupations, n'ayant pas vu le mouvement à cause d'un petit relief.

Par réflexe je m'interrogeai sur le "qui est qui?". Rien dans la coloration ne pouvait me mettre précisément sur la piste. Pourtant, après un balayage du regard sur la troupe présente, malgré la distance déjà conséquente, je définis à leur silhouette et leur allure qu'il s'agissait de Phaeo, Muse et Ronnie.

En redescendant, je vérifiai mon observation et...bingo!...c'était bien cela. Petit sentiment de fierté qui me confirmait que vivre ses moutons pouvait mener très loin dans des méandres de subtilités que seuls d'autres esprits avertis pouvaient mesurer.

Ah qu'il est bon de se jeter des fleurs et sentir ses chevilles gonfler...!!!

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Clin d'oeil
commenter cet article

commentaires

Thomas 07/01/2016 13:32

Bonjour Dominique et bonne année 2016!!!
Tu aurais pu intituler ton article: Le bon berger... Très biblique ton sujet du jour!!! Je crois me souvenir qu'il est écrit dans la bible quelque chose dans le genre: "Le bon berger connaît toutes ses brebis..." Je me souviens avoir moi-même été impressionné lors de ma venue en Creuse, par cette connaissance que tu avais de ton troupeau!!! Depuis, j'ai fait des progrès notables et je réussis à identifier plus aisément les membres de ma troupe... Mais, rentre là en ligne de compte une question de mémoire et nous ne sommes pas tous égaux... Quand il s'agit de se remémorer l'ascendance plus lointaine, je m'embrouille facilement... Et à certains moments de l'année, notamment après la tonte, j'éprouve un stress à ne pas reconnaître mes brebis!!! Mais, il est vrai que l'on passe beaucoup de temps au milieu de sa troupe, plus par plaisir que par obligation...

dominique morzynski 07/01/2016 17:00

Si la bible parle de moutons, il va me falloir la lire... (humour!)
Il y a la question de mémoire effectivement, mais je pense que concernant nos moutons elle devrait être plutôt bonne pour tous car on retient bien en premier lieu ce qui nous intéresse. il m'arrive parfois d'avoir un trou de mémoire, mais non sur l'animal lui-même et sa filiation mais simplement sur le nom que je lui ai donné (un peu comme quand on cherche nos lunettes finalement sur le nez ou nos clés finalement en poche)...une simple "absence" momentanée.
Le fait d'avoir un troupeau plutôt "stable" aide également, avec des animaux nés sur place et qui grandissent, vivent, se reproduisent, vieillissent et meurent à l'élevage. Tout cela crée une histoire, des histoires et des liens mentaux.
L'aspect observation joue à mon sens un rôle plus important dans la capacité de différenciation qui une fois installée fait effectivement appel ensuite à la mémorisation pure qui, comme bien des choses, ne s'installe que par répétition et habitude.
Par exemple se donner obligation de regarder ses animaux en affichant mentalement l'étiquette nom, un peu comme un ornithologue ne saurait jeter un œil sur un oiseau sans en déterminer obligatoirement le nom(de l'espèce).
La sortie de la tonte est par contre le moment le plus déstabilisant, pour moi également, car en un an on oublie la silhouette nue, d'autant qu'avec une année de plus elle a évolué. Aussi je préconise de ne pas couper les "cheveux" des brebis si on craint d'être perdu, de limiter la tonte au cou, pattes, queue et corps, car ainsi retrouver son mouton avec sa tête habituelle est moins perturbateur...
Bon c'est pas tout, il faut que j'aille réviser avant la nuit!

Christine L. 07/01/2016 13:24

Nous aussi, on vous en jette des fleurs!!!

marie-christine 07/01/2016 12:35

Quand vous voulez les rentrer vous leur dites "allez les enfants on rentre, la récré est finie ? vous appelez les retardataires chacun par leur prénom ? moi je le fais ! je dis "allez les chats on rentre" et tous les 12 rentrent, des fois l'un fait la mauvaise tête et je dois envoyer "papa" gronder la bestiole récalcitrante, ils connaissent donc eux aussi l'autorité d'un père (mon autorité ? ils s'en moquent bien, , je suis à leur service, leur môman pour la vie !) et le "père" n'a qu'à se montrer et tout le monde file doux pourtant c'est l'homme le plus brave et pacifique du monde, mais que voulez vous ? une paire de pantalons et une voix grave peuvent plus que tous les m'amours pour prier ces animaux de rentrer quand il le faut.
Vous : vu le nombre "d'enfants" que vous avez, vous êtes obligé de recourir aux services de vos nounous à quatre pattes, vos chiens si braves rien que d'aspect.
je ne suis pas étonnée que vous puissiez reconnaître chaque brebis, vous êtes donc un vrai bon pastouriau et la petite brebis noire est belle comme tout, mais tous vos moutons sont mignons, mon dieu si on devait compter le temps et les sous investis pour nos animaux..(hier vlan 155 euros chez la véto pour mon "vieux" siamois qui va avoir 15 ans d'âge, ses reins et son foie faiblissent alors on y va pour la bouffe spéciale qui devrait lui garantir encore quelques années de vie, ah là là, on a toujours mal au cœur devant leur vieillissement et leur "départ". (observation : hier j'ai simplement passé un appel téléphonique à la véto, et bien le chat est allé se cacher soigneusement dans la maison pour ne pas être découvert, il comprend notre langue !! il sait tout de tout.. il lit dans l'esprit, il lit les cœurs..
Vos moutons doivent bien être pareils, connaissent votre silhouette même de loin, reconnaissent votre voix, savent vos intentions.. et que dire de vos chiens, eux sont hyper intelligents et un seul regard doit leur suffire pour qu'ils rassemblent le troupeau etc.
c'est magnifique de vivre ainsi au contact de la Nature même si ce n'est pas idyllique, vous êtes sans doute surchargé de travail mais n'échangeriez pour rien au monde votre vie avec un citadin "métro-boulot-dodo" !
pour vous c'est pareil mais à plus grande échelle.
BONNE ET HEUREUSE ANNEE POUR VOUS ET VOS "ENFANTS" à quatre pattes.

dominique morzynski 07/01/2016 16:31

Les éleveurs ont un cri de ralliement, parfois tout à fait personnel, d'autres fois qui s'inscrit dans la culture et la langue locale des anciens. Chez les Lutins c'est un "venez, venez, venez..." dit ou presque chanté assez rapidement, et il est vrai que cet appel est inscrit dans mes habitudes comme en celles du troupeau qui réagit au quart de tour. Mon voisin, lui, siffle...
Mais selon le but de l'opération, comme vous dîtes, le chien devient indispensable.
malgré tout, comme avec vos chats ou tous les animaux dont on est proches, les moutons savent lire dans les attitudes du berger (et inversement) et donc forcément tout autant face aux signaux sonores. Ainsi mes moutons anticipent sur les actions du chien, suite aux ordres que je peux lui demander. Plus on vit ensemble plus on se connait là où nos mondes interfèrent...
bonne année également et à vos protégés dans le besoin.