Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

12 mai 2016 4 12 /05 /mai /2016 11:46

Comme chaque printemps on me demande souvent des conseils concernant le nourrissage d'agneaux au biberon.

En résumé, la règle chez les Lutins est de 5, 4, 3, 2, 1, puis 0 en nombre de biberons au quotidien, sur une durée de trois mois.

En situation naturelle, un agneau boit souvent mais relativement peu à chaque fois...et cela jour et nuit.

S'il n'est pas possible d'imiter strictement ce qui se passerait pour un agneau sous la mère, il l'est peut-être de trouver un compromis entre la situation naturelle et la méthode en élevage d'exploitation où on ne pratique que deux allaitements par jour durant seulement deux mois.

Dans le premier cas ce serait beaucoup de contraintes, dans le second cas c'est faire le minimum (indications d'utilisation inscrites sur le sac de lait en poudre, à destination de l'éleveur de rente).

Il faut concevoir qu'un agneau ne devrait se retrouver au biberon que par obligation, suite à souci de la mère (mort, accident, maladie, manque de lait, rejet total de l'agneau, naissances trop nombreuses -inexistantes chez le Ouessant) ou de son agneau, et qu'il n'est guère glorieux pour ne pas dire qu'il est pervers de vouloir soustraire un agneau à une mère pour s'en faire un joujou à materner ou à imprégner par l'homme qui vous suivra partout, comme d'autres le font avec perruches, perroquets, ... élevés à la main dans le but d'imprégnation, pour satisfaire son propre plaisir.

L'agneau au biberon est donc un sauvetage et uniquement cela chez les Lutins.

Toujours se rappeler que l'agneau doit avoir reçu en quantité suffisante du colostrum au plus tôt dans les premières heures après la naissance. Energisant, immunisant, au mieux il sera naturel (celui de la mère ou d'une autre) ou artificiel (tout prêt ou à reconstituer).

Très tôt on peut éduquer l'agneau à ne pas recevoir d'allaitement durant la nuit, à moins que son état ne nécessite interventions nocturnes également.

Ensuite, il convient de bien respecter les proportions poudre de lait pour agneau et eau, afin que le mélange soit correctement nourrissant et tout autant hydratant.

Chez les Lutins donc, cinq biberons du lever au coucher, espacés au mieux à intervalles réguliers (si on excepte la nuit), durant les trois premières semaines. C'est l'agneau qui détermine à son appétit le volume à chaque prise. En trop peu de biberons quotidiens, l'agneau affamé aurait tendance, à chaque biberon, à engloutir des quantités excessives à s'en dilater la panse, pour compenser le manque...et pleurer souvent pour réclamer.

Après trois semaines, je passe à quatre biberons, l'agneau mangeant de l'herbe du fait que je le laisse vivre avec le troupeau le plus rapidement possible.

Durant le second mois, l'agneau broute beaucoup et je descends à trois vers la fin, pour arriver à deux biberons en début de troisième mois. Ce mois est celui du sevrage progressif, 2, 1 et ces derniers biberons diminuent en quantité. Le tout dernier en dernière semaine finit vide progressivement. (Dans le cas d'un agneau qui aurait rencontré soucis divers dans ses premiers mois, un quatrième peut être nécessaire pour compenser son retard)

La méthode douce. Respect de l'agneau, de ses besoins alimentaires, de ses besoins de vie avec le troupeau dont la bande de jeunes, de ses besoins affectifs car la nourrice est devenue mère pour lui, en particulier si la mère véritable est morte ou si le lien mère/agneau n'a pas pu se créer. Aussi il convient de ne pas voir seulement l'agneau comme une outre à remplir, mais savoir lui offrir également dans le troupeau, moments de contact, repos à ses côtés, balade, sans l'isoler pour autant du monde ovin, tout au contraire.

Un agneau bien rempli, bien dans ses onglons, bien dans son troupeau, bien avec son berger, voilà rapidement les recettes mijotées chez les Lutins.

Le plus grand plaisir du berger n'est pas pour autant de biberonner, mais de ne pas avoir à le faire, signe alors de réussite de sa saison d'agnelage.

5, 4, 3, 2, 1, 0 ... sur trois mois

Spirogyre (devenue Louloutte, voire Ma Louloutte par la force des choses), agnelle-biberon 2016 en pleine forme, dans un moment de complicité partagée avec son berger. Rien qu'à deux, un des besoins de l'agneau avec sa mère de substitution.

Cela faisait trois ans que cette corvée/plaisir d'allaitement n'avait pas été nécessaire chez les Lutins. C'est toujours une fois de trop encore, mais il faut assumer. On est responsable de ce que l'on met au monde!

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Soins
commenter cet article

commentaires

Jess 30/05/2016 07:33

Merci pour ces infos !
C'est très difficile sur le net de trouver des infos concrètes sur les moutons car ils ne sont considérés que comme viande d’élevage ou comme machine à lait ...
On m'a déposé un mouton d'un mois je pense, rien que pour me faire plaisir (genre enlever un agneau à sa mère et me coller un BB en plus de tous mes animaux...bref !)... Je connais les chevaux, les chiens, les chats, les lapins... Mais les moutons ! Du coup un peu perdue dans le biberonage surtout que la petite à déprimée pendant 3 jours sans manger ni boire (heureusement le véto m'a rassuré )...
Beaucoup d'amour et un peu de forcing et bim ! la voilà qui se cabre, joue avec le chat, donne des coups de cul en voyant les chiens et broute tout ce qui est appétissant pour elle ! OUF !
Un seul hic ! C'est quoi les doses ??? Je donne 240 ML le matin puis je rajoute un genre 100 ML car elle réclame encore et je passe à 2 comme ça le soir et bien sur la laisse toujours brouter ou bien foin et herbe à volonté quand elle est au box...
Mais j'ai l'impression que c'est trop car après la tété, son ventre est énorme et j'ai toujours l'impression qu'elle va s'étouffer... :/ Du coup je m'arrête à 240 ML 3 fois par jour...
Est ce assez ? trop ?
Merci de votre retour !
Votre blog est extra ! Merci encore !

Jess.

dominique morzynski 31/05/2016 12:38

Si l'agneau se distend la panse c'est qu'il comble un manque, parfois simplement parce qu'il a trop attendu. Si vous pouvez, faites plus de tétées, ainsi il boira moins à chaque et vous verrez très vite la quantité qui le comble à chaque et sur la journée.
On parle parfois de 10% du poids de l'animal en lait par jour. Mais cela peut être plus (jusqu'à 20) selon les manques qu'il a pu avoir, son état général....son âge également et son mode de vie (en particulier possibilité de brouter une bonne herbe 24h/24).
Je ne peux donc pas vous indiquer une ration précise (tout dépend d'abord donc de son poids, son âge, et carences possibles), celle-ci est à adapter. Pensez aussi qu'engloutir pour un agneau (les humains également) comble aussi le besoin affectif qu'il a lors du contact nourricier et que les deux aspects: remplir son ventre pour se nourrir et aussi pour se rassurer sont intimement liés.
votre agnelle est entre de bonnes mains, vous allez trouver le bon équilibre.