Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

29 juillet 2016 5 29 /07 /juillet /2016 09:42
J'ai testé pour vous

Oui mais ça c'était avant, ...

J'ai testé pour vous

... car maintenant....

Après les minuscules boucles alu à une oreille, puis les deux....

Après les boucles plastique électroniques dites pour petits animaux....

Voilà l'arrivée de divers modèles agréés qui seraient plus petits et mieux adaptés à nos Ouessant pour leur identification obligatoire. Qui seraient.....????

Je me suis orienté vers un de ces nouveaux produits et j'ai donc testé.

D'abord grosse déception concernant la pose. En effet, sur 48 animaux identifiés ainsi tout récemment, pour 17 paires de boucles (donc environ 1/3 des Ouessant manipulés) il y eut difficultés de pose. C'est à dire que la boucle ne put être posée au premier essai.

Pour 6 paires les deux boucles posèrent souci et pour les 11 autres, une des deux boucles (gauche comme droite) présenta problème. Ce qui nécessita 2 à 5 tentatives pour ces boucles récalcitrantes ne pouvant ni perforer le cartilage ni voir de là leur partie mâle se fixer en partie femelle.

Inutile de dire le calvaire pour l'animal ainsi martyrisé.... L'agacement du berger n'étant rien comparativement.

Au risque de paraître prétentieux, je suis pourtant plutôt habile de mes mains, tout autant que particulièrement attentif à mes moutons et donc soucieux que les choses se passent au mieux, donc appliqué techniquement.

De plus, avec quatre modèles différents de pinces adaptées à ce modèle de boucle, on ne peut m'accuser de maladresse ou de mauvaise foi, ou encore supposer un souci particulier lié à un de mes outils.

J'ai testé pour vous

Bon, même si la boucle est à présent bouclée, voici quelques autres retours d'expérience qui peuvent valoir conseils.

J'ai testé pour vous

D'abord, personnellement, je place la boucle de façon à ce qu'elle se retrouve à l'arrière de l'oreille. Ce dispositif, inesthétique il faut bien l'avouer, passe ainsi un peu plus inaperçu, mais surtout, on peut supposer qu'il gêne moins l'animal dans sa progression dans la végétation et que de là le risque d'arrachage s'en trouve réduit.

J'ai testé pour vous
J'ai testé pour vous

Dans un premier temps, dans une logique de bonne méthode de pose, je pratiquais en présentant le pointeau perforant dans l'intérieur creux du pavillon de l'oreille. La partie femelle de fixation se retrouvant alors sur le dessus, le plat de l'oreille.

Pourtant, lorsque je constatai qu'une brebis en enclos, déjà bouclée ainsi deux minutes avant, s'arrachait partiellement l'oreille en glissant contre un grillage dans une bousculade, je décidai de placer la partie femelle à forte protubérance à l'intérieur de l'oreille.

J'ai testé pour vous
J'ai testé pour vous

Voilà donc le positionnement qui semble le plus judicieux, avec la partie présentant le moins de protubérance placé sur le dessus de l'oreille.

J'ai testé pour vous

Le risque énoncé en première méthode est bien réel. Voici une brebis qui quelques jours après son bouclage s'est accrochée sans doute dans un obstacle, tout le système de fixation se retrouvant au-dessus du pavillon. Sans infection à ce jour, ce problème blessera l'oreille à l'avenir par les frottements.

J'ai testé pour vous

Autre exemple du même type, mais cette fois avec malheureusement infection comme on le voit alors que je pulvérise généreusement et systématiquement désinfectant à chaque bouclage. Il me faut intervenir pour guérir, mais le mal est fait. Peut-être une tête passée dans un grillage ou dans les rameaux d'une haie. Le trou ainsi creusé condamne à vie à une mauvaise position de boucle et donc à bien d'autres soucis.

J'ai testé pour vous

Vieille brebis ayant déjà connu l'arrachage à l'oreille droite du temps des minuscules boucles alu et qui montre par le passage de sa boucle gauche à l'avant de l'oreille (alors qu'initialement bloquée à l'arrière) qu'elle s'est accrochée quelque part (en ressortant la tête d'entre les mailles d'un grillage?).

J'ai testé pour vous
J'ai testé pour vous

La présence de la protubérance de boucle à l'intérieur de l'oreille pour limiter l'arrachage pose néanmoins questionnement sur le bouchon ainsi formé en cet endroit. Quelle perturbation de l'audition? Quel souci de ventilation et alors d'encrassement du conduit auditif durant les 10 à 15 ans de vie du Ouessant?

J'ai testé pour vous

Je m'interroge également sur les risques importants d'accrochage dans les branchages ou autres installations par l'extrémité de la boucle qui ne demande qu'à ce que corps étranger s'y insinue. Ne faudrait-il pas cisailler le plastique pour ouvrir?

On remarquera au passage que dites petites, ces nouvelles boucles demeurent pourtant bien gigantesques sur l'oreille d'un Ouessant et donc pas plus particulièrement adaptées à ce type ovin comme on voudrait parfois le faire croire.

J'ai testé pour vous

Les cornes des béliers empêchent ces derniers de passer leur tête à travers les grillages dits à moutons. Mais par leur manie à marquer leur territoire de la tête ou simplement se gratter en frottant l'arrière de leur oreille aux arbustes et tiges, ne les laisse pas totalement à l'abri de soucis d'arrachages de boucles.... et d'oreilles.

Toute personne possédant un ou plusieurs ovins (ou caprins) doit être déclarée et l'animal ou les animaux identifié(s). C'est que la législation exige.

Pourtant très rares sont les éleveurs/possesseurs de moutons, sans orientation de rente mais plus à but d'agrément, à identifier leurs animaux et en particulier si ce sont des Ouessant.

Pour ceux qui voudraient être en règle, je pense que ces remarques et conseils leur seront utiles pour leur réflexion quant au choix des marques d'identité et à celui d'une pose la moins problématique possible .

Sinon mon constat dans les quinze jours après test du nouveau matériel: "Bof!!" et même "Grrr!!", avec la crainte d'un "Grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr!!!!!!!!!!!!" pour les mois et années qui viennent, ne pouvant que constater déjà bien trop de soucis.

En effet, si j'écarte du bilan une brebis qui s'arracha dans l'enclos dès la pose suite à bousculade, en seulement deux semaines, 3 autres animaux (exemples ci-dessus) sur 48 ainsi identifiés ont déjà rencontré souci avec leur barrette. Donc plus de 6% (voire 8% si je totalisais tous mes soucis)!!! L'avenir se présente bien incertain et inquiétant.

Une fois encore, cette expérience, toute personnelle correspondant à mon mode d'élevage je l'accorde(c'est à dire dans des conditions de vie de rêve pour les animaux), montre bien que toute identification auriculaire est inadaptée aux ovins, en particulier les animaux de petite taille comme le Ouessant. Sans compter que ce dernier a une espérance de vie équivalente à celle d'un chien puisqu'il ne finit pas rapidement à l'abattoir et que mathématiquement la probabilité de soucis avec ses boucles d'identification est largement multipliée dans le temps.

Comme je le dis bien souvent, un enfant de dix ans comprendrait la chose. Ce qui n'est pas le cas des administrations qui se retranchent derrière la législation et ne se soucient pas de tout cela bien évidemment.

Quant aux éleveurs/possesseurs de Ouessant, il y a bien longtemps que j'ai compris que leurs motivations à élever cet animal (animal outil, animal à médailles, animal à congélateur, animal à laine, animal spectacle, ....) étaient bien souvent très éloignées des miennes et qu'il n'y a pas d'espoir d'action pour s'unir et combattre dans le sens d'un aménagement d'identification pour les moutons des éleveurs dits d'agrément (pour certains éleveurs peu soucieux de leurs animaux, il s'agirait là de soucis de "grand-mère à chats"... manque de respect pour toute grand-mère à chats, bien méritante par ailleurs au contraire, elle). Seul le principe d'identification sous-cutanée pourrait s'approcher de l'idéal à plus d'un titre, comme pour chiens, chats, alpagas, ânes, chevaux .....

C'est là que l'on mesure à quel point l'existence d'une association s'occupant des Ouessant et de leurs éleveurs aurait toute son utilité, à ce niveau comme à bien d'autres!

Une fois de plus, "J'ai fait un rêve...."

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Elevage
commenter cet article

commentaires

Christine L. 31/07/2016 13:56

Merci Dominique d'avoir testé pour nous ces petites boucles, mais cela me conforte dans ma décision de soustraire mes loulous et mes louloutes à toute identification par le moyen des boucles..et .de laisser celles-ci dans un tiroir. Tous mes animaux sont bien sûr déclarés et chaque animal possède son numéro et sa paire de boucles. Je n'ai pas le courage de les faire souffrir à cause d'une identification inadaptée.
Vous parlez d'une association à créer s'occupant des Ouessant, mais n'existe-t-elle pas déjà à travers le GEMO?

dominique morzynski 31/07/2016 14:53

votre témoignage exprime le comportement le plus intelligent qui soit bien que pas légal.(ceci montre bien la situation bancale dans laquelle les éleveurs d'agrément se trouvent, déchirés entre logique d'attitude adéquate pour respecter ses moutons ou obéissance stupide avec les conséquences que l'on connait....)
ce comportement intelligent était le mien également jusqu'alors, mais dernièrement en manque de boucles, j'ai dû passer commande et faire découvrir à ma Chambre d'Agriculture les nouveautés....pour finalement les obtenir. De là je me suis trouvé un peu contraint, puisque demandeur à l'origine, de les utiliser. J'ai d'abord convenu de poser sur les béliers, leurs cornes limitant les arrachages.....puis quelques brebis....puis un peu plus me disant que cela solutionnerait mon embarras face aux besoins de repères lors des prochaines prise de sang pour contrôle de brucellose absente. De plus l'association dont vous parlez et dont je suis adhérent (depuis 20 ans), annonçait que d'après étude en cours depuis plusieurs mois, il n'y avait pas d'arrachages. Mais j'ai appris (de source sûre comme disait Coluche) que cette dite étude ne portait que sur une poignée de brebis (6 je crois)....
Sans commentaires!!
Concernant un rêve de structure associative, il était pour moi sous-entendu une vraie et efficace avec souci de l'animal et de ses éleveurs, car pour avoir tenté de sensibiliser à ce souci d'identification auriculaire, je suis plus que déçu des réactions, des attitudes, face auxquelles je me suis trouvé...
j'aurai peut-être l'occasion de vous parler de ce problème en privé...

Eric 30/07/2016 22:57

Merci d'avoir essayé... et de nous faire partager ton expérience.
L'esthétique est somme toute sans importance par rapport aux difficultés que tu as rencontrées et celles en perspectives pour ces moutons d'agrément.

dominique morzynski 31/07/2016 09:24

Effectivement c'est d'abord l'inadéquation du principe d'identification auriculaire qui est le souci essentiel.
Cependant l'esthétique est bien un aspect qui a son importance hors élevages de rente . d'ailleurs un parc animalier a pu pour ce souci, face à la présentation de ses Ouessant au public, identifier en sous-cutanée avec correspondance avec les identifications barrettes attribuées initialement. Cet aménagement pour les éleveurs d'agrément qui le souhaitent est donc possible en pratique sous condition de bon vouloir des autorités et de se battre à la base pour faire évoluer la législation....
j'ai voulu me battre mais ai vite découvert que le sort du Ouessant n'intéressait personne.....

Lucine 30/07/2016 21:23

Evidemment que la puce sous cutanée serait l'idéal..Bien d'accord avec toi, tu le sais.Beaucoup d'éleveurs d'Ouessant ont jeté l'éponge, on peut dire merci à certaine asso qui ne fait pas vraiment son boulot, bien que l'EDE nous serine que c'est le bon interlocuteur. Bref, une petite coterie inactive ne représente pas les amis des Ouessant et en tout cas, ne fait pas grand-chose pour essayer de faire avancer les choses.

dominique morzynski 31/07/2016 09:12

les évidences sont.
les esprits au cerveau peu oxygéné et probablement alimenté au sang de méduse également, malheureusement.
pendant ce temps les Ouessant et les éleveurs attentifs et réfléchis continuent à être victimes....à moins de finir comme tu le dis par jeter l'éponge ou faire comme une multitude de possesseurs de Ouessant, passer outre la législation.

Thomas 30/07/2016 17:41

Même si je conçois ton propos concernant l'inadéquation de l'identification telle qu'elle est imposée à nos petits moutons, les boucles "Rrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr!!!!!!!!!!!!" sont tout de même plus esthétiques et plus acceptables que les précédentes!!!
En passant, je ne peux que remarquer que ton beau Hobbit est atteint d'une canitie impressionnante à un peu plus de trois ans... Ce qui n'enlève rien à son charme. Où en est-il du point de vue taille, puisqu'il a maintenant atteint l'âge adulte? 40cm or not 40cm?
Par ailleurs, il faut garder une part de rêve, cela permet de ne pas trop déprimer par les temps qui courent!!!

dominique morzynski 30/07/2016 21:01

le Rrrr était plutôt un Grrr.
Oui il y a pire en manque de discrétion de cette quincaillerie obligatoire, mais cela enlaidit bien les animaux (en dehors des soucis que l'identification auriculaire peut provoquer).
Hobbit a pris canitie après la classique deuxième tonte. Ce Lutin n'est pas d'un tempérament bien sage sous la toise, même en opérant à deux personnes. A maintenant trois ans passés il se situe à 40/42 selon la gymnastique qu'il mène; alors on dira 41 cm au garrot, ce qui semble être bien la réalité d'un maximum quand je le compare aux autres béliers de 42.... Peut-être sera-t-il plus sage à quatre ans?