Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 09:32

Depuis la pose en juillet des fameuses nouvelles boucles d'identification (obligatoire) sur les adultes des Lutins, rares sont les jours où je ne perçois pas chez l'un ou l'autre de mes Ouessant que l'une d'elles a été malmenée.

Changement de position de la dite boucle, micro déchirure de l'oreille perceptible par le sang, .... mais pas encore de déchirure totale.

On pourrait penser "heureusement" pour ce dernier point. En fait, le mal est bien plus pernicieux.

En effet, une boucle qui malmène l'oreille à vie sur l'animal (durant 8 à 15 ans de longévité) amène le corps de ce dernier à devoir lutter contre des infections répétées, minimes ou importantes, invisibles ou décelables, pouvant perturber l'état de santé général et même avoir une incidence sur la durée de vie.

Histoire avec paroles

Ce matin, mes yeux tombent sur une oreille au sale aspect. Après rassemblement du troupeau et capture de la brebis, il est net qu'il y a eu blessure à cause de la boucle. Blessure qui ne put jamais cicatriser correctement et qui ne le fera jamais naturellement sans que le problème s'aggrave.

Histoire avec paroles

Après nettoyage des couches de sang accumulées et des tissus nécrosés, la situation montre que la partie inférieure de la boucle se retrouve enlogée dans le trou réservé à l'axe de fixation, trou évidemment devenu gouffre.

Histoire avec paroles

Situation encore plus évidente par une vue bien explicite montrant l'intérieur de l'oreille.

Lamentable!!!

Que faire?

Bien évidemment soigner avec désinfectant et cicatrisant sur plusieurs jours.

Mais au delà, que faire?

Une telle situation sur l'oreille ne peut qu'amener à un avenir sombre pour une brebis qui n'a que 4 ans. La porte à d'autres arrachages s'est ouverte et il y en aura assurément.

La mesure à prendre la plus sage est bien de couper la boucle pour assurer une vie correcte à la brebis, tout en la rendant "hors la loi" puisque dès lors plus bouclée comme il se doit, d'autant que sur les deux boucles c'est celle qui renferme la puce électronique qui crée ce problème..

Qu'importe! L'intelligence doit, devrait, vaincre en toute circonstance....

Cette intelligence, elle m'a quitté un instant quand suite aux discours des uns et des autres je me suis laissé aller à boucler mes animaux.

Je m'en mords les doigts, d'autant que je n'étais pas naïf par ailleurs sur ce sujet.

Quand j'entends encore des éleveurs souhaiter une identification auriculaire, je ne comprends pas. Je ne comprends pas qu'on ne puisse pas vouloir le meilleur pour ses animaux...

Ce n'est pas moi qui blâmerai les éleveurs qui ne déclarent pas leurs ovins ou qui ne les bouclent pas. J'en connais beaucoup et je les comprends. Tant qu'une identification obligatoire adaptée (aux Ouessant en particulier), c'est à dire pérenne et non mutilante, ne sera pas offerte aux éleveurs, on ne pourra reprocher à quiconque de faire preuve d'intelligence.

Maintenant que le mal est fait chez les Lutins, impossible pour le berger de prétendre vérifier chaque oreille de ses 80 adultes bouclés, deux fois par semaine et à vie, pour désinfecter une oreille ou une autre. Le cas par cas s'impose.

A propos de l'identification, il semble bien que la seule chose que sachent dire tous les complices de ce système, c'est bien: "Boucle la!"

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Soins
commenter cet article

commentaires

Danièle 13/09/2016 16:48

Pour vous pourriez peut-être entrer en contact aussi avec l'association "Ethique et animaux L 214" qui défend de bien-être animal et son respect.

dominique morzynski 15/09/2016 13:59

Oui tout à fait, merci. Et d'autres encore, mais cela si ce souci d'identification n'est pas pris à cœur dans un avenir proche par les responsables ayant pouvoir de faire évoluer les choses ,car évidemment, avant tout souci d'identification pérenne se pose d'abord le souci de mutilations et d'infections posé par un système inadapté aux Ouessant

marie-christine 12/09/2016 23:50

J'ai trouvé un texte philosophique proposé à des lycéens, que je vous copie ci -après, mais aussi je suggère que vous alertiez la Société Protectrice des Animaux sur la souffrance de vos moutons, elle sera plus efficace que les gens qui imposent cette boucle terrible aux oreilles des moutons, et si la SPA ne réagit pas, il reste Brigitte Bardot dont l'association sait se battre pour les animaux.. Le citoyen doit-il un seul instant, dans quelque mesure que ce soit, abandonner sa conscience au législateur ? Pourquoi, alors, chacun aurait-il une conscience ? Je pense que nous devons d’abord être des hommes, des sujets ensuite. Le respect de la loi vient après celui du droit. La seule obligation que j’aie le droit d’adopter, c'est d’agir à tout moment selon ce qui me paraît juste […]. La loi n'a jamais rendu les hommes plus justes d'un iota ; et, à cause du respect qu'ils lui marquent, les êtres bien disposés eux-mêmes deviennent agents de l'injustice. Le respect indu de la loi a fréquemment ce résultat naturel qu'on voit un régiment de soldats, colonel, capitaine, caporal, simples soldats, artificiers, etc., marchant en bel ordre par monts et par vaux vers la guerre, contre leur volonté, disons , même contre leur sens commun et leur conscience, ce qui complique singulièrement la marche, en vérité, et engendre des palpitations. Ils ne doutent pas que l'affaire qui les occupe soit une horreur ; ils sont tous d'une disposition paisible. Or que sont-ils devenus ? Des hommes ? Ou des petits fortins déplaçables, des magasins d'armes au service de quelque puissant sans scrupule ?
H. D. Thoreau, La Désobéissance civile (1849).

dominique morzynski 13/09/2016 12:13

superbement juste et éternellement d'actualité...les lois ne définissent en effet pas forcément ce qui est juste ou bon mais simplement ce qui est autorisé, obligatoire ou interdit...la conscience en effet devrait prévaloir au-dessus de tout!
quant à l'action que vous définissez dans les sphères de la protection animale, il serait bon qu'une structure associative autour du Ouessant (il n'y en a qu'une à ce jour en France) utilise cette voie d'actions parmi d'autres. J'ai essayé il y a quelques années d'impulser actions dans ce sens auprès de cette association sans jamais avoir de retour, tout comme pour les pistes de manifestations, de présentation des soucis par l'intermédiaire des médias, de rencontres avec des politiques.... Un homme seul ne peut pas grand chose quand une structure représentative de l'ovin face aux administrations fait sourde oreille, se voile la face ou finit par se mettre la tête dans le sable... Comme je vous ai déjà dit un jour, j'aurai peut-être l'occasion de vous en raconter de bien belles en privé sur mon désarroi face au milieu de l'élevage de cet ovin...

marie christine 12/09/2016 13:03

faites selon votre coeur et non selon la raison des autres, car eux n'ont ni raison ni coeur ni intelligence..
la boucle posée sur les oreilles de vos animaux compromet leur vie.

dominique morzynski 12/09/2016 13:31

votre raison, votre lucidité est celle de toute personne extérieure à l'élevage...
malheureusement, le système de l'élevage et parfois même plus surprenant certains éleveurs, font qu'il ne peut en être ainsi...

Lucine 12/09/2016 12:45

Que dire, sinon, qu'on vit dans un pays dirigé par des incompétents à la solde de syndicats agricoles qui se foutent totalement de ce qu'ils considèrent comme des produits et non des êtres vivants. Un pays de décideurs nantis où on fait des différences de traitement entre riches et pauvres... Qui imaginerait ce genre de boucles sur des chevaux de course... Et pourtant, quelle différence ?

dominique morzynski 12/09/2016 13:41

le monde de l'élevage est bien trop souvent un triste milieu, et je me suis aperçu que dans une approche "ludique" comme autour du Ouessant, il pouvait en être de même et que dans le cas précis de l'identification, il en EST de même...