Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

28 octobre 2016 5 28 /10 /octobre /2016 11:44

L'état physique et sanitaire de la brebis choisie pour reproduire est de la plus grande importance.

En effet mieux vaut épargner toute gestation à une brebis qui serait un peu maigre, un peu vieille, dans une forme non optimale en début d'automne.

Il y a peu de chances qu'une telle femelle récupère aux mauvais jours et encore moins durant une gestation.

Autoriser un tel animal à être fécondé, c'est favoriser le risque de le voir dépérir voire mourir durant l'allaitement, voire disparaître avant la mise bas. C'est donc le condamner à disparaître prématurément.

De plus, si une telle brebis survit et réussit tout de même à donner un agneau, ce dernier risque d'être trop peu allaité et de plus avec un lait de mauvaise qualité. De là soucis de croissance et de santé peuvent se présenter pour ce jeune. Un animal amoindri est également moins résistant face aux parasites.

Des ennuis en perspectives donc, pour mère et agneau, mais également pour le berger qui peut se retrouver devoir donner le biberon pour sauver le jeune. Une activité sympathique, mais une corvée tout de même qui montre d'ailleurs une forme d'échec puisque les choses ne peuvent se dérouler naturellement.

Mieux vaut prévenir que guérir

Tartine, huit ans en 2017, devait pouvoir être mère une dernière fois théoriquement (dans les pratiques d'élevage chez les Lutins) au printemps prochain.

Pourtant, lors du tri des femelles pour composer les lots de reproduction, je constatai qu'elle avait pris un "coup de vieux" ou qu'elle ne s'était pas reconstituée correctement après l'épisode de la sécheresse exceptionnelle et l'élevage de son agnelle.

Mieux vaut prévenir que guérir. Tartine fut donc écartée de la reproduction pour cette saison. Elle finira les années qu'il lui reste à vivre, tranquillement, à la retraite chez les Lutins.

C'est primordial pour elle, c'est mieux pour moi, conscient qu'une future saison d'agnelage réussie est d'abord une saison ne nécessitant aucune intervention humaine ou du moins un minimum.

Mieux vaut donc ne pas courir au devant des problèmes. Si vous remarquez une brebis en difficulté, il est peut-être encore temps de la sortir de la reproduction. Par chance il se peut qu'elle ne soit pas encore fécondée.

(Un conseil en parallèle à la sélection d'animaux en forme pour procréer: Veiller à vermifuger ses animaux avant la mise en lutte puis avant la mise bas....)

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Reproduction
commenter cet article

commentaires

Christine.L 29/10/2016 09:28

Merci encore, Dominique, pour ce rappel de conseils de base et évidents pour une bonne conduite d'élevage.

dominique morzynski 29/10/2016 16:17

Merci Christine pour votre merci. Ce rappel, s'il est toujours bon pour les éleveurs, saura j'espère éviter à certaines brebis d'être exploitées jusqu'à la moelle