Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 16:40
La quincaillerie toujours

Comme on a pu s'en apercevoir en d'autres articles, l'identification obligatoire des ovins étant,  les jeunes brebis nées en 2016 ont été bouclées avec le matériel agréé du marché qui s'avère (à mes yeux) le moins encombrant sur des Ouessant dans le standard taille.

La quincaillerie toujours

Suite aux infections et nécroses que j'avais pu constater, lors de ce dernier été caniculaire, sur des brebis adultes après à une série de poses, pour ces jeunes filles donc, j'avais choisi d'attendre l'hiver pour opérer. Fenêtre météo de temps sec pour plusieurs jours afin de faciliter cicatrisation et une température basse mais hors gel étaient mes impératifs.

La quincaillerie toujours

 Les températures basses aideraient sans doute à limiter les infections bien que de toute façon je pratique toujours application d'un désinfectant et cicatrisant pour espérer éviter tout souci. Il me paraissait important également d'éviter la pluie sur les plaies causées par la perforation.

De plus, ainsi, en cette période, les filles avaient au moins six mois et il était possible d'espérer que leur développement corporel permettrait de travailler sur des oreilles plus proches de leur taille définitive.

La quincaillerie toujours

Ce fut donc fait pour ces jeunes filles et j'étais satisfait de voir des oreilles demeurer saines durant les semaines suivant l'intervention.

J'avais peur que le port de cet attirail leur tourne un peu la tête et qu' avec l'approche de leur maturité sexuelle, elles se mettent en tête de se maquiller.....

Heureusement, il n'en est rien à ce jour......!

La quincaillerie toujours

Blague à part et pour parler sérieusement, par contre, je constatai rapidement qu'il y avait des accrochages avec ces boucles, le passage de certaines en position au-dessus de l'oreille le prouvant alors que je choisis toujours une pose en une position inférieure me semblant moins problématique.....et moins laide, il faut bien l'avouer.

Quand la semaine passée, je préparais en mes pensées cet article, j'imaginais terminer en précisant que pour l'ensemble du troupeau, ces derniers mois, j'avais eu le plaisir de ne pas noter d'arrachages, ajoutant qu'en cette saison morte les animaux n'avaient cependant pas tentation d'herboriser dans les branchages ou passer la tête dans les grillages, la végétation étant en dormance.

Mais je ne terminerai pas cet article sur ce constat.

La quincaillerie toujours

En effet, aujourd'hui, en ce premier jour de printemps, j'eus la mauvaise surprise de constater que Hermeline, une brebis adulte, avait perdu une de ses boucles seulement huit mois après la pose.

La quincaillerie toujours

Ce n'est pas suite à un matériel défaillant, mais bien à cause d'un arrachage qui a déchiré l'oreille sur toute sa longueur. D'après l'état des croûtes formées par le sang, c'est arrivé durant ces derniers jours d'hiver.

Je comprends pourquoi cette femelle s'effrayait anormalement à mon approche. Elle doit souffrir, agacée et inquiète. On aperçoit d'ailleurs l'inflammation à la base de l'oreille, d'un rose soutenu.

Inutile d'espérer poser une boucle provisoire, ni même une future boucle de remplacement, comme l'exige la législation pour ces deux étapes en cas de perte de boucle, l'oreille est fichue.

La quincaillerie toujours

En dehors de l'aberration du traitement sans discernement de nos moutons, face à l'identification obligatoire calquée à celle des élevages et des moutons de rente, sans parler une fois encore de son inadaptation, ce qui me désespère c'est de devoir considérer que le présent et l'avenir de mes Ouessant, comme pour tous les Ouessant de France et de Navarre, dépend de l'action ou l'inaction des pouvoirs publics et d'une seule association, le Gemo (Groupement des éleveurs de moutons d'Ouessant) .... alors que sous mon impulsion et mon intervention auprès de l'ancien président du Gemo, avec ce dernier, nous avions été nombreux à souhaiter actions et travaux qui permettraient à aboutir, pour qui souhaiterait le meilleur pour ses animaux, à une possibilité d'identification sous-cutanée pérenne et non mutilante des Ouessant, à l'image de ce qui se pratique pour d'autres animaux, y compris domestiques, y compris considérés comme "bêtes à viande" éventuelles, comme chevaux et ânes finissant à l'abattoir. 

Simple question de bon sens, bon sens qui semble faire défaut en de nombreux esprits qui ne sont pas prêts à vouloir s'intéresser réellement au problème et travailler à faire évoluer les choses, se cachant derrière les textes officiels, par paresse, par désintérêt, par manque de lucidité et que sais-je encore que je ne m'autoriserai pas à nommer ici.... 

Parfois je me sens réduit à n'être qu'une sorte de Dom Quichotte se battant contre les moulins à vent que sont les systèmes, les structures et les personnes face auxquels je me heurte pour vouloir sortir d'une situation actuelle (bien que vieille de 20 ans) qui ne rend service ni aux administrations, ni aux éleveurs, ni aux animaux, les premiers concernés pourtant.

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Elevage
commenter cet article

commentaires

Olivier 28/03/2017 00:56

Je n'ai pas (encore) eu de boucle entre les mains, alors je pose une question bête : peut-on imaginer les couper en leur milieu (là où elles se plient) pour réduire les risques d'accrochage ?

Deuxième question au passage : ces boucles qui vous semblent "les moins encombrantes", ce sont les Roxan ?

Allez, j'y vais d'une troisième question sur ma lancée : j'ai lu sur le site du GEMO le retour d'expérience d'une éleveuse qui met ses boucles sur des colliers. En dehors du fait que c'est interchangeable d'un mouton à l'autre (mais qui viendrait me le reprocher?) et que ça fait un bijou de plus pour ces dames, est-ce que c'est une bonne solution, ou potentiellement un remède pire que le mal (il vaut mieux arracher une oreille que s'étrangler) ?

Merci en tout cas pour ces retours d'expérience.

dominique morzynski 28/03/2017 11:50

oui, on peut imaginer les couper en extrémité. j'y ai songé. Mais d'une part, ce qui n'est pas le plus important j'avoue, elles de bouger beaucoup plus sur l'oreille, ensuite surtout, cela risque de provoquer des arrachages plus fréquents du fait d'une prise plus importante possible sous chaque partie plastique, ouvrant ainsi la voie à ce que par exemple le fil du grillage se loge entre l'oreille et la quincaillerie.
Mettre les boucles à un collier, dans un tiroir, dans sa poche, etc....évite la pose, mais de toute façon seule la pose est non seulement autorisée mais obligatoire. Quant au collier il n'a d'utilité que pour les éleveurs qui ne sont pas en mesure de reconnaître leurs animaux. Ce système est sans danger seulement si les conditions d'élevage excluent tout accident d'accrochage par ce collier.

latha 21/03/2017 09:28

je suis d'accord pour faire bouger les choses et créer une asso s'il le faut. Je suis toute honteuse (quoique) de dire que l'année dernière je n'ai identifié aucune brebis et ce avec l'accord de mon vétérinaire très complaisant. Faut dire aussi que je n'en ai que 11 ! La doyenne de 12 ans a eu les oreilles arrachées à moult reprises, aussi les boucles restent maintenant à la maison.

dominique morzynski 21/03/2017 14:11

effectivement, les vétérinaires conscients du problème et véritablement soucieux des animaux conseillent de ne pas boucler ou du moins garder dans un tiroir le matériel. Question de bon sens.
j'ai de mon côté fini par boucler car possédant un nombre certain d'animaux, m'affichant aussi sur le net....et ayant fait découvrir à ma chambre d'agriculture ces barrettes vantées par les uns et les autres mais ayant comme toutes les autres l'inconvénient de créer arrachage sur nos Ouessant (ce qui j'avoue m'était évident et prévisible comme pour toute personne lucide).
comme vous beaucoup de personnes m' expriment leur rêve d'une association qui leur serait utile déjà pour pouvoir élever sereinement...... il n'est pas impossible que cela voit le jour, les déçus étant nombreux....

Lucine 20/03/2017 19:38

Que faire ? Créer une autre association avec des gens sérieux et motivés ?

dominique morzynski 25/04/2017 09:01

bonjour, merci donc de nous tenir au courant de votre expérience.
mon avis, prématuré peut-être, mais en toute logique, est que si le pâturon évite arrache d'oreilles, d'autres problèmes vont se poser sur 10/15 de vie de l'animal à marcher dans l'herbe, la boue...avec création d'un milieu peu sain sous le plastique, conservant humidité, débris divers pouvant provoquer agression des tissus, voire frottements...sans oublier mycose et autres pelades...
mais bon! là aussi la logique et la connaissance ne sont sans doute pas les attributs premiers de nos administrations...

Mela.momo 25/04/2017 08:52

Bonjour, je surveille avec impatience la boite à lettres , les boucles officielles sont arrivées hier mais toujours pas de paturons . Je me ferai un plaisir de vous tenir au courant de l’évolution pour mes 12 brebis . pose et suivi .

dominique morzynski 22/03/2017 14:25

pour revenir au paturon, je m'interroge tout de même sur la méthode qui vous serez autorisée à suivre sur vos Ouessant, puisque les chèvres avec paturons n'en possèdent en réalité qu'un, l'autre repère devant être auriculaire.....

dominique morzynski 22/03/2017 13:58

vous avez de la chance de pouvoir tester les paturons car beaucoup de services gestionnaires bloquent sur cette pratique pour nos ouessant du fait qu'elle est réservée aux caprins.
merci si vous pouvez nous dire vos observations sur cette technique déjà sur le court terme à l'avenir...reste à voir les inconvénients pouvant être provoqués sur les pattes éventuellement sur toute la durée de la vie. mais déjà plus d'oreilles arrachées c'est certain!
je vous espère de bons résultats en attendant pourquoi pas une généralisation officielle si cela ne devait être qu'un succès.
merci pour votre témoignage instructif...

Mela.momo 21/03/2017 19:33

Personnelement ayant beaucoup de brebis ne pouvant plus etre identifiées car leurs oreilles sont arrachées , j'ai contacté mon EDE et la responsable véto pour identifier mes mouts avec des paturons ( normalement pour les chèvres ) je teste cette année mais les boucles officielles reste dans le tiroir !!!

dominique morzynski 20/03/2017 20:45

beaucoup y songent; il se pourrait qu'il finisse par en être ainsi....créer une structure d'éleveurs militants soucieux de leurs animaux, de leurs élevages pour que cette activité de loisir demeure un réel plaisir....