Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

4 septembre 2017 1 04 /09 /septembre /2017 11:14

Brocéliande n'est plus.

Elle était bien belle à mes yeux.

Mais qu'est-ce qui peut donner cette impression de beauté?

Pourquoi belle?

La beauté est tout à fait subjective et est variable selon le regard et les attentes de chacun.

Pourtant quand je regarde l'image de Brocéliande, que j'ai inversée horizontalement histoire de la voir autrement par rapport à l'original, j'ai bien conscience que cette brebis attirerait mon regard même si elle n'était pas mienne.

La posture et le niveau de prise de vue à hauteur du sujet aidant, j'y vois:

Une impression d'harmonie générale qui se dégage. Harmonie liée à l'équilibre des proportions entre les différents éléments qui structurent l'animal. Un rapport entre la longueur et la hauteur qui m'est idéal. Une épaisseur, profondeur du tronc proportionnée à la hauteur de la brebis. Sans oublier ce que je rencontre trop rarement à mon goût, une solidité des pattes proportionnée à celle du corps. Une belle horizontalité du dos. Une tête au museau ni trop fin ni trop épais.

Un animal d'allure ni trop haute ni trop basse avec une projection du cou à 45 degrés lorsqu'il pâture. Une silhouette sympathique.

Une hauteur de pattes proportionnée à la hauteur globale mais aussi à la masse de la brebis. J'en connaissais également la qualité des onglons quant à leur construction.

Une impression de mouton bien en lien avec le sol, ne donnant ni l'impression de s'y écraser ni celle au contraire de s'envoler. Cela de par la situation de son centre de gravité.

La solidité est là sans excès permettant une allure encore gracieuse sans être gracile.

 

Il faudrait voir Brocéliande de face et aussi de dos. J'en connaissais la bonne largeur, là encore sans excès, les bons aplombs, la taille de la queue.....

Bref pour moi un ensemble de qualités qui me faisait penser que des Lutins de cette sorte j'en aurais bien voulu 10, 100, 1000 y compris dans les autres colorations, même si dans le même temps je suis bien conscient que la beauté est dans la diversité et qu'il ne faudrait surtout pas tomber dans la construction de Ouessant de forme standardisée et alors d'animaux semblant tous sortis du même moule.

Type ovin avant tout plus que race, le Ouessantin offre encore heureusement une belle palette de morphotypes. Cette particularité devant être considérée comme une richesse. Qu'il soit Ouessant de forme plus "agronomique" ou Ouessant de modeste forme vivrière ancestrale, ou encore Ouessant entre ces deux extrêmes, le Ouessantin a de quoi me ravir pour ce qu'il est, un survivant du type insulaire encore relativement primitif. 

Ceci étant, il est des brebis qui vous charment plus que d'autres, c'est inévitable.

Pourquoi belle?

Qu'un Ouessantin puisse être jugé beau est une chose. Qu'il soit bon en est une autre. Ce dernier point demeurant le plus important.

Bon de par des origines connues sur une quarantaine d'années qui garantissent la connaissance du patrimoine qu'on élève et de là obtenu ensuite en descendance.

Bon de par ce que l'animal se révèle être dans ses aptitudes attendues pour un Ouessant, ovin avec part de primitivité encore importante excluant normalement soucis physiques et physiologiques autres que ceux dus à l'âge. (Il m'est arrivé plusieurs fois d'acquérir des sujets médaillés ne présentant pas la rusticité attendue. Ce genre de mésaventures devant rappeler qu'il ne faut pas se tromper de priorité).

Brocéliande avait tout cela avec ses 43 cm à trois ans. Outre le fait d'être belle (à mes yeux), c'était également un bon Ouessant, jamais un pet de travers.

Mais si Brocéliande m'était précieuse sous l'angle de mes projets en reproduction, c'est d'abord une compagne de prairie dans l'aventure de l'élevage de ce type ovin, qui disparaît. La fatalité en a voulu ainsi.

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Sélection
commenter cet article

commentaires