Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

15 octobre 2017 7 15 /10 /octobre /2017 10:05

C'est fait.

 Après des mois de travail sur le papier et une réflexion finale prise il y a une semaine seulement, les programmes de reproduction sont non seulement établis, mais les lots de reproducteurs sont constitués et, s'ils le souhaitent, les animaux opérationnels pour cette nouvelle saison d'accouplement.

C'est à cette date du 15/10 devenue habituelle chez les Lutins que, chaque année, l'avenir du troupeau se construit de par la perspective d'une descendance future calculée et espérée.

 

Cette saison 2017, trois lots ont été constitués, le principe de base étant que chaque brebis autorisée à se reproduire (seulement la moitié des femelles) puisse s'accoupler avec un bélier précis choisi pour elle... ou qu'inversement les béliers élus reproducteurs de l'année puissent féconder telle ou telle brebis, selon les morphotypes, les généalogies, les génotypes des colorations et tous les éléments autres à prendre en considération.

Le vivant décidera ensuite de toute façon au final, même si aura été écarté par le berger un maximum de critères pénalisants, le but étant de raisonner, pour tous les objectifs de sélection orchestrés, en termes de pour et de contre afin de trouver le meilleur compromis.

C'est le 15/10

Comme chaque automne, Sieur Hobbit se retrouve de la fête.

C'est le 15/10

Le chanceux doit s'occuper d'un petit groupe de brebis blanches (hétérozygotes pour cette coloration) et de mes deux dernières brebis brunes.

C'est le 15/10

Le principe convient bien au gaillard, même si dans un premier temps les filles ont plus en tête le souci de leur séparation d'avec le reste du troupeau, mais aussi leur jeune pour certaines.

C'est le 15/10

Un groupe plus conséquent est constitué de brebis appelées à travailler à la relance de la coloration brune dont le gène récessif est un peu en perdition dans la composition de mon troupeau. Les belles sont encore scotchées à l'issue qui, si elle était ouverte, leur permettrait de rejoindre l'ensemble de leurs espaces de vie habituelle, mais aussi leurs jeunes qui se lamentent.

(Honte à moi! bourreau de moutons!)

C'est le 15/10

Pour cela, un jeune mâle extérieur au troupeau des Lutins, de passage pour l'automne, apporte sa contribution. Je ne doute pas qu'il prendra sa mission au sérieux.

Ce bélier d'allure modeste comme je sais l'apprécier, tout en apportant sa touche personnelle, ne bouleversera pas le flux génétique de mon troupeau pour autant (contrairement à ce qui se passe d'habitude suite à l'utilisation d'un bélier extérieur à l'élevage) puisqu'il est de composante Lutins pour l'ensemble de sa généalogie, tous ses ancêtres foulant ou ayant foulé la terre des Lutins, et de plus en une matière brune "bretonnisante" française, ce dont je suis le seul éleveur au monde à me soucier comme pour toutes les autres colorations d'ailleurs.

Merci à son éleveur de me retourner le fruit de mon travail passé et de me faire ainsi profiter également du sien plus actuel.

C'est le 15/10

Un troisième et dernier groupe de filles accueille un bélier Lutins adulte (Agouti blanc hétérozygote) qui se reproduira pour la première fois.

C'est le 15/10

Je suis curieux de voir ce que sera la descendance de Sieur Myrmidon, sachant tout de même que mon jugement devra être modéré et nuancé, puisque dans l'affaire, la mère d'un agneau est forcément tout aussi importante que le père. 

Comme toujours, on notera qu'il n'y aura pas recherche de naissances homozygotes "Agouti blanc" chez les Lutins, donc pas de bélier blanc sur une brebis blanche.

Ce genre de Ouessantin (fruit de l'héritage du blanc par la mère mais aussi par le père) est une impasse qui ne donnera toute sa vie que des jeunes blancs en coloration visible, le blanc se trouvant être une coloration dominante. Aussi je ne souhaite pas de tels animaux pour ne pas finir noyé sous les toisons blanches qui ont déjà une chance sur deux de s'exprimer chez moi quand un seul parent est blanc (car toujours blanc hétérozygote chez les Lutins).

De plus pour un bon brassage des gènes divers chez le Ouessant, afin de garantir la réelle conservation de ce type ovin, il importe de ne pas pratiquer de ségrégation stricte par couleur en accouplements. Si ponctuellement les naissances "Agouti blanc" homozygotes à ce locus pour cet allèle sont par ailleurs tout à fait naturelles, légitimes et donc acceptables dans le principe, en particulier suite à pratique de lutte libre (et non calculée comme chez moi), celui (de principe) consistant à pratiquer une sorte d'apartheid (blanc avec blanc, noir avec noir... pour ne parler que des colorations dominantes les plus courantes) est une véritable ineptie, malheureusement parfois encore colportée par des bouches desquelles on ne s'attendrait pas que de tels propos puissent sortir.

Reproduire dans le sens d'une sauvegarde réfléchie et rigoureuse demeure l'unique motivation pour le berger des Lutins.

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Reproduction
commenter cet article

commentaires

Jo 29/10/2017 19:46

Encore un bien bel article...
Petite question pour le groupe 2...
Un bélier faded, c'était pour constitution d'un groupe porteur du faded en plus du brun ou le bélier n'a-t-il été choisi que pour sa couleur brune ?
Enfin, nous instruiriez-vous des caractéristiques qui vous plaisent tant chez Sieurs Hobbit et Myrmidon ?
Vivement dans 5 mois...

dominique morzynski 30/10/2017 23:07

Déjà vous avez remarqué que ce bélier brun semble être homozygote faded. Cette impression se confirmera avec la croissance de l'animal. De plus ce jeune mâle a deux brebis faded noires à sa disposition, si tel est bien son génotype, il ne pourra donner avec celles-ci que des jeunes faded sur base noire voire brune.
Ce caractère faded n'est qu'un hasard n'entrant pas en considération dans l'utilisation de ce mâle. Le concernant, seul le fait qu'il soit homozygote brun exprimé m'intéressait pour la distribution de cet allèle brun et de possibles naissances en cette coloration.

Quant à la fréquence d'expression du faded chez les Lutins, je n'ai jamais calculé du fait que mon troupeau n'est pas en reproduction libre mais calculée....et que toutes les brebis comme tous les béliers ne sont pas autorisés à se reproduire chaque année. Maintenant, il est évidemment plus fréquent d'obtenir des naissances noires faded que brunes faded, du fait que le gène brun est lui même rare en expression homozygote. Le printemps prochain devrait par contre en terme de probabilité, mais seulement de probabilité, être plus riche que d'ordinaire en naissances faded de par le bélier, d'abord noires mais aussi probablement faded brunes... si déjà j'obtiens des naissances brunes. Mais les probabilités sont une chose en terme de moyenne sur du long terme et les résultats une autre pour un instant T.

Concernant l'Agouti grey, je n'avais de naissances de ce type ce printemps dernier; il n'y avait d'ailleurs qu'une naissance possible qui n'a pas eu lieu. Par contre il y en a deux parmi les trois naissances tardives d'automne....ce qui me permet d'en connaître le père, puisqu'un seul bélier pouvait transmettre ce gène.

Oui tout cela est intéressant et je ne considère pas vos questions comme du harcèlement. C'est au contraire surprenant de voir que certains suivent cela de près...et c'est tant mieux!

Jo 30/10/2017 19:45

Merci pour votre réponse.
J'avais bien compris pour le brun, mais qu'en est-il du faded ?
Est-ce le simple hasard du fait de sa présence chez ce bélier brun ou un véritable choix ?
D'ailleurs qu'en est-il de sa fréquence chez les lutins ?
Permet-elle d'éviter de lier ces deux allèles récessifs en utilisant un bélier double homozygote pour la majeure partie de vos reproductions ?
Et à propos de liaison génétique, avez-vous remarqué si ce gêne s'exprimait plus chez les bruns que les noirs (en proportion évidemment) ?
Et quid du loci agouti (le grey et autres agoutis non blancs j'entends) ?
Il ne me semble avoir vu de naissance grises cette année...

Je suis désolée, j'ai l'impression de vous harceler quelque peu avec mes questions de couleurs, mais je trouve cela vraiment passionnant.
Merci de tous ces partages...
Très belle soirée.
J.

dominique morzynski 30/10/2017 14:11

Merci.
Comme je l'expliquais dans l'article, l'utilisation d'un bélier brun m'était devenu important dans le long et tout autant compliqué travail que je mène en cette couleur depuis 2003, d'autant que je n'ai plus que deux brebis brunes actuellement, dont une peut-être devenue stérile. Heureusement un certain nombre de brebis simples porteuses de ce gène devraient me permettre de pouvoir l'exprimer au moins un peu au printemps.
Quant à Hobbit, j'utilise ce mâle chaque année sur un lot de femelles (et cela à vie) car sa petite taille est un plus auquel vient se greffer un morphotype qui me convient bien, tout autant qu'une composante intéressante pour les lignées en sa généalogie.
Myrmidon m'est très intéressant également, là encore pour le phénotype ainsi qu'une vieille branche Lutins en sa matière. Ce bélier n'ayant pas encore reproduit, il me fallait songer conserver son patrimoine génétique et découvrir ce qu'il pouvait apporter dans la descendance des brebis choisies pour lui ....

Shana lilie 25/10/2017 01:53

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte. un blog très intéressant. J'aime beaucoup. je reviendrai. N'hésitez pas à visiter mon blog (lien sur pseudo). au plaisir

dominique morzynski 25/10/2017 09:41

merci pour ces visites parmi les lutins.
le plaisir est réciproque.

Thomas 17/10/2017 13:31

Bonjour Dominique,

Peux-tu développer cette affirmation:
" ...une matière brune "bretonnisante" française, ce dont je suis le seul éleveur au monde à me soucier comme pour toutes les autres colorations d'ailleurs. "

Car, il me semble que si tu as ouvert la voie, d'autres que toi, aujourd'hui, se préoccupent de faire naître du Ouessant "bretonnisant" ou de type ancien, toutes colorations confondues.

Je trouve ton Hobbit majestueux, mais, Myrmidon qui lui est apparenté, n'est pas en reste...
Bel automne à toi.

dominique morzynski 17/10/2017 14:50

Bonjour Thomas
Oui effectivement, encore qu'il m'aurait fallu ajouter "à ma connaissance" par précaution, bien que, sachant ce qu'il en retourne en ce domaine, ce soit presque inutile.
Si j'ai ouvert la voie comme tu dis, je n'ai pas pour autant à ce jour rencontré d'éleveur dans cette préoccupation affichée, les éleveurs recherchant d'abord le simple résultat de coloration parce qu'elle les séduit ou l'obtenant par hasard de par les moutons qu'ils utilisent sans en savoir grand chose le plus souvent, sans être par ailleurs préoccupé quant à la matière sur laquelle ils travaillent et donc sans mener un travail basé sur une volonté de calculs de la composante d'un Ouessant et des accouplements à orchestrer, bref tout ce qui s'impose dans une démarche devant aboutir à l'élimination de sang étranger dans nos Ouessant, puisque la coloration brune est issue des animaux des groupements étrangers (essentiellement hollandais, allemand et belge....mais depuis d'autres) qui ont multiplié cette couleur initialement (et je n'aborderai pas le délicat sujet de l'obtention de cette coloration qui fait souvent polémique).
Ce travail enclenché depuis 2003 chez les Lutins est le plus difficile qui soit à mener en ce qui concerne les colorations. Du fait que ce gène brun est le gène récessif ultime, que cela implique de créer de multiples lignées pour pouvoir faire se rejoindre leurs descendances, de créer des générations d'animaux simples porteurs, ... mais aussi plus délicat et long à travailler ensuite, des animaux porteurs seulement possibles....et bien évidemment de tenir dossiers de calculs des pourcentages des divers "sangs" composant chaque animal pour toutes les générations nouvelles obtenues...
Si en effet il est très facile d'obtenir un animal brun en accouplant deux moutons de ce type (ou des porteurs), il est long et difficile d'en obtenir un si on souhaite que cela ne soit pas n'importe quel brun de par sa composante génétique en rapport aux différentes souches le composant et en particulier en y ayant éliminé toute souche étrangère.... d'où le terme "bretonnisante" pour la matière d'un Ouessant à plus de 99,99 % de composante dite bretonne correspondant à celle des animaux de la relance du Ouessantin il y a 40 ans.

Cette démarche est valable pour toute coloration, y compris noire et blanche, car ce n'est pas uniquement la coloration, le contenant, qui fait un Ouessantin, mais bien plus encore son contenu, ce dont personne ne s'occupe puisque le courant actuel et depuis toujours ne se base que sur le "facies" d'un animal pour convenir de ce qu'il est.
Ce qui me fait bien rire quand je sais, quand je vois, quels animaux, tous pays confondus, toutes colorations confondues, se retrouvent parfois affublés d'un titre dit de conformité, primés, notés, jugés, estimés..... promus comme dignes représentants de leur "race" (et je passe sur les malformations, les tares, faiblesses ignorées en la circonstance pour ces dits dignes représentants ...).

Je pourrais épiloguer encore sur ce sujet du brun et ce qui en découle plus largement, mais cela n'intéresse pas vraiment, comme j'ai pu le constater à maintes occasions.
Ce pendant, même si j'arrête là, il ne faudrait pas croire que le problème du Ouessantin se limite au souci de la coloration, des colorations d'ailleurs. Ce n'est là que la partie visible d'un iceberg qui flotte selon les courants en des mers plus ou moins houleuses depuis 40 ans.....mais la dérive de ce bloc détaché de son île d'Ouessant originelle est bien plus antérieure encore ...

Philippe 15/10/2017 18:27

Quelle belle palette de couleurs !
ça sent le travail rigoureux.
Je te souhaite beaucoup de réussite dans la future saison d'élevage

dominique morzynski 15/10/2017 21:01

merci
si c'est sans soucis comme ce printemps dernier, cela m'ira très bien....

Lucine 15/10/2017 15:09

On a toujours plaisir à découvrir le(s) résultat(s) de ton agence matrimoniale !!! Rendez-vous au printemps pour les pochettes-(pas-si )-surprises !!!

dominique morzynski 15/10/2017 15:35

Je ne souhaite pas trop vieillir donc on va simplement rêver pour l'instant....et on verra dans cinq mois est plus, le moment venu, ce qui sortira des pochettes comme tu dis...