Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 13:23

 

 Observer ses moutons manger, idée saugrenue et perte de temps pour les uns, moment passionnant pour les autres.

 

repertoire-12 7623

 

Le Ouessant ne consomme pas la végétation au hasard.

Si on prend un peu de temps et la peine d'observer cette activité, on découvrira des dizaines de données intéressantes.

 

Cela va du constat que certaines plantes sont délaissées, soit totalement, soit momentanément, celles-ci semblant devenir appétantes à certains stades de leur développement, certaines périodes de l'année ou encore selon la météo du moment. Il y a celles qui sont délaissées lorsqu'une autre se développe sur la prairie. Sur celle-ci on ne croque que l'épi, alors que sur telle autre on le délaisse au profit des feuilles ... et encore, pas n'importe lesquelles: les plus tendres ou seulement les pointes....

Si les moutons ont une préférence pour les graminées (mais pas seulement), toutes les variétés ne sont pas consommées, à moins parfois de ne pas avoir d'autre choix pour survivre.

 

Il est intéressant de noter que selon les individus, les Ouessant peuvent avoir des régimes quelque peu différents. Différences d'appréciation gastronomique ou besoins différents pour leur organisme? Sans doute les deux.

 

On peut selon la composition végétale de sa prairie chercher à définir l'alimentation des jeunes, celle des vieux, celle de la brebis allaitante, celle de la brebis non suitée, celle du bélier,...., celle de Miss Truc ou celle de Mister Chose ...

 

Mille et une observations qui font qu'on ne peut jamais s'ennuyer en compagnie de moutons.

"Bête comme ses pattes", "bête à manger du foin" .... c'est un peu réducteur. Le monde du vivant est bien plus complexe qu'il n'y paraît parfois.

Il est vrai que la tendance générale est de réduire l'animal à de la viande sur pattes. Cependant au delà de ce réflexe humain de pur mimétisme culturel existent bien d'autres réalités, bien d'autres mondes à découvrir si on s'en donne un peu la peine.

J'aime à dire qu'on ne voit pas avec ses yeux mais avec son cerveau, alors la prochaine fois voyons, avec notre cerveau, notre Ouessant qui s'active. Son comportement alimentaire, tout un sujet d'études à lui seul (à condition d'élever sur un herbage diversifié et non surpâturé...)

 

Dans un coin de mon cerveau, je viens de conserver l'image de cette agnelle qui tentait d'ingurgiter le bouton floral d'une toxique digitale il y a quelques minutes .... Y aura-t-il tout à l'heure ou demain un trouble digestif suite à cette expérience nouvelle pour elle? Son dégoût exprimé en réaction à cette tentative de consommation aura-t-il suffi à instruire la jeunette à vie sur l'herbier de ses herbages?

  Une des mille et une observations qui construisent notre connaissance du vaste univers du Ouessant.  

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Ethologie
commenter cet article

commentaires