Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 13:03

 

repertoire-12 7171

 

 

Ce matin au lever, je trouvai le minuscule Hobbit (700 g), bélier noir né de Clarice.

 

 

  repertoire-12 7172

 

La belle surprise se transforma vite en vilaine farce du 1er avril quand je découvris qu'il était inerte et froid.... en hypothermie.

Sa mère avait pourtant pris soin de s'isoler dans le coin bergerie sur la paille. Mais c'est vrai qu'il a encore gelé cette nuit et que ce petit, pas sec et de faible volume s'est anormalement refroidi. Mal léché? N'a pas pris le colostrum? Le mystère demeurera.

 

Aussitôt ce fut le séchage par mes soins et la remontée progressive de sa température, puis la prise de colostrum, l'hydratation, la prise de glucose pour éviter l'hypoglycémie..... La surveillance de l'évolution et la reprise régulière des soins toute la journée.

 

J'ai tenu à ce qu'avec sa mère il bénéficie d'un petit endroit tranquille sous la lampe infrarouge pour au moins 48 heures, afin de récréer au plus vite le lien pour la suite de l'élevage de ce jeune. Hobbit ne tète pas encore; il revient de loin et est capable d'être porté par ses pattes. Il faut dire qu'il est bien gavé et je réserve la nuit prochaine pour l'allètement sous la mère, car s'il est en forme je laisserai faire la faim pour qu'il aille à la mamelle.

 

Je fais tout et croise les doigts pour que demain soit bien un nouveau jour pour lui et que d'autres jours suivent nombreux.

De plus, comme par hasard, cette naissance m'était particulièrement précieuse de par les parents entrant dans cette reproduction. 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Agneaux 2013
commenter cet article

commentaires

Lucie 14/02/2016 17:12

Bonjour j'ai en ce moment même une brebis ayant donné naissance à deux agneaux prématurés de 10 jours, cela fait maintenant 20 heures qu'ils sont nés, et 1 des deux est déjà mort. On essaye de tout mettre en oeuvre pour sauver cette petite boule de laine, mais par manque d'expérience je ne sais comment m'y prendre, pourriez vous m'aidez? L'agneau ne tient pas sur ses jambes et n'a même pas la force de lever sa tête, je dois traire la mère ce qui est très compliqué pour ensuite donner le biberon au petit mais difficile de le faire boire! Des conseils?
Merci d'avance :)

dominique morzynski 14/02/2016 19:11

si votre agneau n'a pas pris le colostrum dans les premières heures, il risque d'y avoir souci pour la suite déjà.
à ce que vous décrivez votre agneau est mourant ou du moins très très faible, et de plus il doit se refroidir, le seul réflexe immédiat, c'est direction rapide chez le véto en le mettant dans petit carton avec bouillotte chaude protégée d'un torchon.. il le mettra sous perfusion sans doute et fera tout ce qu'il faut en apports divers s'il est encore temps. bon courage

Thomas 04/04/2013 00:40

Merci pour ces éléments de réponse intéressants qui apportent de l'eau à mon moulin. Non, Dominique, je n'oublie certainement pas l'importance déterminante du père!!! Mais, je voulais juste éviter
de surcharger le commentaire en évoquant la taille de ceux-ci... Et sur les brebis d'un même lot de reproduction, on peut imaginer que cette part est identique et que donc les différences de poids
entre agneaux sont directement liées à l'influence de la mère et par conséquent de son patrimoine génétique!!! Evidemment, bien d'autres facteurs rentrent en ligne de compte: l'alimentation (donc
la météo), l'état de santé (parasitisme), l'âge, la durée de la gestation... Ta remarque à propos de ce dernier élément est pertinente. Je ne sais pas ce que peut représenter le GMQ intra-utéro,
mais il ne doit pas être négligeable. A propos, je me suis amusé à effectuer quelques pesées sur ma première agnelle de l'année, Bertille, une digne descendante des Lutins. Le GMQ sur les dix
premiers jours était de 120g. Sur un mois, il est de 95g. Elle a donc doublé son poids de naissance en douze jours.
Je réalise à la lecture de ton blog que Clarice est donc de souche Abbé, ayant transité par la Belgique!!! J'ai moi-même acquis une brebis adulte de 41cm dont la grand-mère est issue de ce même
élevage. De lointaines cousines peut-être?
Enfin, pour en revenir à ton propos, l'idée d'agneau prématuré m'a été soufflée par mon véto à propos de décès d'agneaux inexpliqués, alors que les conditions étaient réunies pour que tout se passe
bien... C'est peut-être aussi un moyen de tenter de me déculpabiliser, en mettant cela sur le compte de la fatalité!!! Va savoir...
Je suis certain que même si c'est une sacré contrainte, tu éprouves un certain "plaisir" à biberonner ton petit dernier, n'est-ce pas? Nous en sommes au même point avec l'un des nôtres... rejeté
par sa mère!!!

dominique morzynski 04/04/2013 08:59



Merci de préciser également l'âge de la mère, son état de santé, le parasitisme.... en plus de la qualité de l'alimentation et les facteurs héréditaires dans l'influence de la taille chez
l'agneau nouveau-né.


J'ai omis d'émettre également le facteur de variabilité (un peu flou mais entrant sans doute dans des principes évolutifs) qui apparaît au sein d'une même souche même sans apport extérieurs. Un
jour apparaît toujours à un moment ou un autre l'animal plus petit ou plus grand que les autres sans que les éléments précédemment cités ne semblent responsables. Ce sont ces variabilités qui,
selon qu'elles sont ensuite favorisées ou pas par la sélection naturelle ou celle de l'homme, vont contribuer à l'évolution d'une population ovine et la redessiner au cours des temps.
Principes qui déterminent les types locaux en multiples ramifications depuis la population ovine initiale de leurs ancêtres très lointains. L'exemple de l'aboutissement évolutif
du cheptel ouessantin ancien(d'avant 1900) vers la petite taille en est un très bel exemple.


Clarice est de souche Delorme, Abbé, Carré (Royer et Wynant plus récemment), tu comprends donc tout mon intérêt à conserver le travail de ces éleveurs en plus des qualités de l'animal même,
d'autant que le "sang" de certains de ces élevages était faiblement inscrit dans mon élevage.


J'ai donc un intérêt particulier au delà de l'empathie à sauver Hobbit (qui va bien), d'autant que son père n'est pas en forme comme par hasard depuis cette naissance, sans que je sache pourquoi.



stève et Marielle 03/04/2013 19:15

bonsoir Dominique, nous suivons de prêt les naissances chez les lutins. Ici à Loye 3 béliers et une femelle pour l'instant.Comment va hobbit ???

dominique morzynski 03/04/2013 21:01



bonsoir à vous


j'espère pour vous d'autres agnelles et pas que des garçons.


Hobbit va bien mais sera un agneau-biberon. il dort sur mes genoux à cet instant...



Thomas 03/04/2013 10:37

Dominique, je me suis certainement un peu emballé en affirmant que l'agneau était prématuré... Il est possible que ce ne soit pas le cas, au vu des mensurations exceptionnelles de ses parents.
Quant à Clarice, elle n'a pas toujours été par le passé à la hauteur question soins au nouveau né. C'est là un problème délicat à aborder que celui des qualités maternelles d'une brebis. En règle
générale, une brebis s'occupe de son agneau de façon efficace et rares sont les agneaux délaissés ou dont la mère manque à ses devoirs.
La question du poids à la naissance me taraude et suite à la lecture d'un de tes articles l'an dernier, j'ai entrepris de peser les agneaux nouveaux nés. Pour le moment, je ne peux pas tirer de
conclusions, mais sur deux ans et une petite quarantaine d'agnelages, j'ai déjà quelques éléments chiffrés. Mes mesures portent uniquement sur des rejetons d'animaux au standard de la race, avec
des tailles variant de 41 à 45cm pour les brebis. Chez moi, l'écart va de 750g à 1850g pour une pesée au cours du jour de naissance. Moyenne des femelles: 1338g et mâles: 1616g.
Je constate également que ce ne sont pas toujours les plus grandes et plus lourdes brebis qui donnent les agneaux les plus lourds. J'ai récemment trouvé un article qui spécifiait que les agneaux
d'Ouessant pesaient en moyenne,800g à la naissance. C'est aussi le poids indiqué par l'éleveur présentant la race au salon de l'agriculture cette année. Qu'en penses-tu?

dominique morzynski 03/04/2013 22:42



Tes commentaires "pointus" amènent à propos de même ordre et réflexion sur le Ouessant à travers mes yeux.


D'abord le fait d'un prématuré demeure possible tout en ayant des parents de petite taille, un nouveau-né pouvant être petit de par son patrimoine génétique hérité.... et de plus
prématuré pour une raison indéterminée! Le cumul des deux, pourquoi pas!


j'avoue d'ailleurs ne jamais avoir songé avoir eu un prématuré dans ma vie d'éleveur. Ensuite prématuré de combien de jours? l'agneau n'étant pas un "nidicole" dont l'évolution physique prend un
certain temps "au nid" comme le chaton mais un "nidifuge" qui dès les premières minutes doit se mettre debout, marcher, puis suivre sa mère, courir... je me demande de combien de jours
un agneau peut être prématuré sans manquer à ces capacités d'entrée dans la vie.


Concernant Clarice la mère, ton attitude de fin limier fait que je confirme un manquement de sa part lors de son premier il y a deux ans. L'an dernier, elle a élevé son agnelle normalement. Et
cette année nouveau problème. Faut-il y voir une défaillance chez elle? Mystère! malencontreux hasard? (on peut avoir plusieurs accidents de la circulation dans l'année sans être un mauvais
chauffeur pour autant ,mais être simple victime à chaque fois). Les années suivantes me diront si Clarice a un problème comportemental ou si le mauvais sort s'acharne sur elle. Une chose est
certaine, elle est assez farouche ... De là est-elle susceptible de réactions inadaptées lors de la naissance? (voilà en tout cas un sujet d'observation et d'étude intéressant qui pourrait de par
ses résultats s'inclure dans la sélection au sein du troupeau. Dans un autre domaine, l'élevage moderne a construit des poules qui ont perdu leur comportement de "bonne couveuse" et "bonne mère")
Clarice est -elle donc une bonne mère? L'an passé OUI. Pour la naissance de Hobbit je n'étais pas présent. D'ordinaire je fais une ronde vers 3h du matin et n'ai donc rien pu voir cette
fois. Je ne suis donc que dans l'interrogation.


Maintenant, au sujet de la taille des jeunes, première erreur souvent commise (et tu n'y échappes pas; moi non plus parfois par raccourci mental), c'est de ne considérer que la brebis mère en
comparaison, alors que l'apport du bélier père est tout aussi important. Ce sont bien les deux parents qui déterminent l'agneau.


Pour aller plus loin, ce sont également les ancêtres de ces parents. Et donc de là des règles génétiques qui nous échappent... et la loterie qui l'accompagne.


Parfois, oui telle brebis semble ne donner que de petits agneaux quelle que soit la taille du bélier offert en reproduction. Alors que telle autre ne donnera que des gros jeunes quel que soit le
bélier.


Ainsi aussi telle grande brebis ne donne que des petits agneaux, mais en regardant la généalogie des parents on peut comprendre le pourquoi. Inversement devant la petite brebis donnant de gros
agneaux, là encore la généalogie a toute son importance et peut apporter des tentatives de réponses.


Dans mon raisonnement ci-dessus, je fais un lien entre petit agneau et petit adulte qu'il deviendra, tout comme grand agneau et grand adulte futur. Si on ne peut être catégorique, les choses se
présentent le plus souvent ainsi. Les extrêmes à la naissance ne donnant pas les extrêmes opposés à l'âge adulte. Cependant oui il y a parfois le petit agneau qui au final grandira plus
qu'on ne l'avait supposé et le grand agneau qui finalement ne sera pas le géant que l'on craignait. les règles ont leurs exceptions.


Chez moi aussi les naissances se situent entre 700g et 1900g (cette année encore). Du simple à presque le triple, c'est énorme. L'influence des souches Ouessant concernées et
utilisées entrent souvent en ligne de compte...


Quand je fais certaines introductions en ma troupe, généralement plus grandes que ce que j'élève traditionnellement, je sais d'avance ce qui m'attend globalement dans les naissances. A
quelques exceptions près. En effet, un bélier de belle taille mis sur un lot de brebis toutes identiques et plus petites que lui va grandir les naissances.Cependant, un certain pourcentage
d'agneaux aura pris la petite taille de la mère.... Mais quand à leur tour ces jeunes ou jeunettes devenues adultes reproduisent, rien n'est assuré à l'identique dans leur descendance puisque
peuvent réapparaître et dominer de nouveau des caractères "taille plus forte" hérités plusieurs générations en amont. Heureusement l'inverse est valable également. Ce qui nous ramène aux
propos antérieurs de cette page sur la petite brebis qui donne des grands ou la grande qui donne des petits. (mais encore faut-il penser à considérer le bélier également).


je vais sans doute ailleurs que tes propos initiaux mais je pense que ce n'est pas inintéressant et inévitable même.


Personnellement, je ne pèse mes agneaux que lorsqu'ils s'éloignent de la norme de mon élevage...( par curiosité). La norme chez moi je la connais visuellement et non en chiffres. En fait je
devrais parler de normes au pluriel car selon les souches considérées l'écart sera important et la surprise n'en est pas forcément une. je ne pèse donc que les grandes grandes surprises.


Pour la taille de l'agneau, il faut donc considérer les deux parents et leurs ancêtres. La durée réelle de la gestation menée par la brebis. ce qu'on ne connait que rarement. Des naissances à par
exemple cinq jours d'écart dans les gestations peuvent être de fait bien différentes.Cinq jours de plus à grandir dans le ventre de la mère (presque une semaine) fait que l'on profite...
L'alimentation hivernale des mères et en particulier durant les deux derniers mois joue sur la taille de l'agneau à la naissance. Le nouveau-né rachitique c'est possible. (Chez le bouquetin
je crois, une étude montre que la taille des jeunes mâles diminue après un hiver rude qui a dû être surmonté par leurs mères...).


Je ne sais dans quel article tu as trouvé 800g de moyenne pour l'agneau Ouessant, mais cela semble vraiment peu. J'imagine que ces 800g (et moins) sont déjà bien rares en
naissances chez la plupart des éleveurs, donc de là à ce que ce soit une moyenne.


800g de moyenne dans une petite souche, pourquoi pas....et encore je n'en connais qu'une. Sans étude chiffrée, j'imagine que les moyennes classiques dans les élevages ne descendent pas sous le kg
et probablement plus... pour des agneaux en forme.


je pense avoir fait le tour de mes pensées. Sans doute le débat n'est-il pas clos et cela a le mérite d'être constructeur.


Tu comprends mon intérêt à sauver Hobbit. Non pour faire le plus petit possible, ni de plus en plus petit. Mais d'abord sauvegarder ce qui peut exister, d'autant que ce genre d'animaux est d'une
grande utilité pour réduire certaines souches qui ont tendance à fréquenter le dépassement du haut du standard comme bien souvent.



Thomas 01/04/2013 21:00

A 700g, c'est un prématuré qui aura bien du mal à s'en tirer... Mon véto me disait qu'en dessous d'un certain seuil (en terme de poids), on avait beau tout faire et que la sélection naturelle
faisait son oeuvre!!! L'an dernier, mon tout premier agneau pesait 750g et semblait en superbe forme, il est décédé à 15 jours d'un syndrome de l'agneau mou... Alors, je souhaite que Hobbit ait
plus de chance, surtout que tu es toi même un berger aguerri!!!

dominique morzynski 01/04/2013 21:49



Thomas, le poids n'est pas forcément en rapport avec la durée de la gestation. C'est vrai qu'un prématuré est en situation délicate.... (voir chez les humains la somme de soins et précautions mis
en place selon le cas).


Il faut également songé à la génétique et le caractère héréditaire de la taille dans les agneaux qu'on obtient.


Dans le cas de Hobbit, son problème est l'hypothermie. Phénomène qui touche tout autant les grandes races (première cause de pertes et près de la moitié de celles-ci)  et de bons gros
agneaux de quelques kg, en certaines circonstances (y compris en Ouessant comme cela m'est déjà arrivé avec des agneaux pesant le double de Hobbit et plus).


Les 700g de Hobbit tiennent au fait que mère comme père tournent autour de 40 cm .... Je ne suis donc pas surpris de son poids et ne pense pas qu'il soit donc prématuré. Je n'étais pas là
pour voir ce qui s'est passé cette nuit. Est-ce que la mère ne l'a pas léché correctement? Etait-elle stressée et s'est-elle montrée intolérante à la tétée? Etait-ce l'agneau qui avait un souci?
Toujours est-il que les moins deux degrés de cette nuit n'ont pas permis à l'agneau de sécher..... et comme plus un volume est petit plus il se refroidit vite.... (une musaraigne ou un roitelet
se nourrissent de façon incessante pour apporter constament de l'énergie à leur minuscule organisme, alors qu'un ours ou un aigle peuvent se permettre la disette...).


Mes naissances de 720 et 730 g d'il y a deux ans (qui ont connu d'autres circonstances météo plus favorables en plein air) sont maintenant des Ouessant toujours en pleine forme. Leur taille est
inscrite par la génétique.


Maintenant effectivement "ce qui est appelé à mourir" peut mourir. Concernant le syndrome de l'agneau mou, on y met parfois un peu tout faute de savoir. Un jour j'ai perdu sans raison de cette
façon un jeune d'un ou deux mois sans véritable explication. Un truc auquel il faut penser cependant à titre d'autre piste, c'est la piroplasmose à cause d'une tique.


Concernant Hobbit, je suis très réservé.... d'autant que j'ai commis quelques "erreurs" de soins; parfois on réalise qu'on n'a pas fait au mieux (ce serait long à expliquer), mais c'est
fait. Et si donc il meurt, je sais qu'il est possible que ma responsabilité y soit pour quelque chose dans sa seconde naissance.....


PS: Hobbit va bien 48h après, par contre la mère un peu stressée ne se montre pas coopérante pour la tétée (ce phénomène a sans doute contribué à son hypothermie après la naissance). Le voilà
donc au biberon pour 3-4 mois...