Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 19:22

 

Le GEMO (Groupement des Eleveurs du Mouton d'Ouessant) organise son concours annuel à Saint Rivoal (29-Finistère) le 04 septembre 2011 sur le site de la Maison Cornec.

 

Pour les passionnés du Ouessant ou les simples curieux, n'hésitez pas à vous y rendre pour baigner dans le monde de cet ovin.

 

Personnellement je ne participerai pas au concours par impossibilité, mais je pense également ne pas participer non plus les années futures. Si mes très bons résultats lors de mes deux seules participations m'ont forcément fait très plaisir, je ne suis pas par nature animé d'esprit de compétition.

Par contre, après réflexion, face à l'explosion en nombre et en morphologies de ce type ovin ancien, plus soucieux de la réalité du Ouessant et d'une sauvegarde encadrée, je rêve de journées de confirmation des animaux de tous les éleveurs désireux de se joindre à un tel projet. Chose qui se passe déjà chez nos voisins belges par exemple et principe qui permet de classer les animaux en catégories selon leur qualité et repérer les ovins hors standard. Gros plus pour notre vaste hexagone, je rêve aussi de journées délocalisées dans différents coins de France afin de favoriser un maximum d'éleveurs et de moutons dans un tel projet. En effet, le pauvre éleveur du Var ou celui de l'Aude ne va pas traverser la France avec ses animaux pour présenter ses Ouessant, aussi passionné soit-il.

"J'ai fait un rêve..." a dit avant moi un bien plus grand personnage dans une tout autre cause... Un jour les rêves se réalisent...pourquoi pas les miens!

 

 

concours 10 004

 

 Le concours, le moment fort actuel dans le monde des passionnés du Mouton d'Ouessant (Les Lutins participants, lors du dernier concours, à Cormont).

 

Pensez au 04 septembre à Saint Rivoal (29) !!!!

 (A l'issue de ce type de manifestation, il arrive que quelques participants se séparent de certains de leurs moutons présentés) 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Ma passion
commenter cet article

commentaires

Lucine Jégat 01/09/2011 11:36


Bon, maintenant que cette histoire de date est résolue, je peux enfin répondre plus précisément en ce qui concerne les concours, le GEMO et les séances de confirmation. Il me semble bien qu'à
Cormont, il a été question de confirmations décentralisées. Mais il faudrait quelqu'un pour les mettre en place. Et je crois qu'il serait logique que ce soit aux éleveurs concernés de l'organiser
dans leur région en convoquant les " juges " du GEMO. On a vu l'an dernier que des éleveurs motivés peuvent très bien organiser un concours décentralisé tous seuls comme des grands... Patrice et
ses camarades avaient quand même bien fait les choses.
Ce qui m'amène au 2e point. Ces confirmations ne concernent que les adhérents du GEMO avec les standards du GEMO. Donc, exit tous les " autres couleurs " comme on le sait. ce qui implique, dans un
sens, que pour " sauver " une race, on la momifie dans des standards définitifs. pour la taille, passe encore, mais pour d'autres critères, c'est plus sujet à caution.
Pour pouvoir faire " confirmer " ses moutons, tant qu'il n'y a pas de séances de confirmation, la seule possibilité est de les inscrire au concours, et pour ce faire, être adhérent du GEMO. Encore
faut-il avoir envie de le faire ( je ne parle même pas de la possibilité pratique... Moi-même, j'ai trop d'animaux pour les emmener tous à Saint-Rivoal alors que j'habite pas loin de là. )Un mouton
standard n'est pas forcément un super mouton de concours. A l'inverse, certains moutons non standard de par leur couleur différente sont beaucoup plus beaux que certains présentés en noir et
blanc... Actuellement, seul le GEMO semble détenir la Vérité concernant la race. Seulement, comme le suggérait Thomas, à part être adhérent pour espérer obtenir l'agrément, j'ai la curieuse
impression qu'il ne se passe pas grand-chose d'autre au GEMO. J'ai personnellement eu de très mauvais contacts avec eux, alors que je me tâtais pour savoir si j'allais adhérer ou non. Visiblement,
tant qu'on n'est pas adhérent, c'est assez difficile de communiquer ! Et sans communication, moi, j'adhère pas ! En tout cas, je n'ai senti aucun encouragement, alors que nous avons assisté à de
nombreux concours en simples spectateurs intéressés, et qu'on s'est même déplacés spécialement à Cormont ! Le jour du concours, pas moyen de discuter avec les responsables du GEMO, trop occupés. Le
reste du temps, pas moyen non plus si tu n'es pas adhérent. Je connais plusieurs éleveurs qui ne sont adhérents que pour vendre leurs bêtes plus cher, avec la caution du GEMO... Ils ne font et ne
feront jamais de concours, leurs moutons ne sont pas " confirmés ", je trouve que c'est une dérive un peu désagréable. Sans faire les concours, on peut juste avoir envie de savoir si on va dans le
bon sens au niveau de son petit élevage, mais là, on n'a aucun interlocuteur disponible. Dans ces conditions, participer au concours, c'est aller au casse-pipe pour les débutants. Tous les articles
de Dominique montrent bien la diversité des critères, c'est une aide précieuse, mais, pour ma part, ça ajoute parfois à la confusion : J'ai souvent l'impression que tous mes moutons sont nuls, et
je n'ai pas envie de me ridiculiser aux yeux de gens qui devraient être là pour nous aider et non pour nous juger. Construire un beau troupeau, ça demande du temps et des conseils de personnes
éclairées. Sans ces conseils, on peut faire n'importe quoi. C'est sans doute ce que je fais et que je continuerai à faire puisque personne ne s'intéresse à nous ! Adhérer n'apporterai rien du tout
dans ce domaine à mon avis. Mais sans adhésion, aucune chance de savoir si on est en bonne voie... ça se mord la queue...
J'irai dimanche à Saint-Rivoal, en regrettant de ne pas y voir Dominique ou Patrice avec qui on peut justement parler, non parce qu'ils sont du GEMO et qu'ils ont la science infuse, mais parce
qu'ils aiment partager leurs connaissances et même, leurs doutes.


dominique morzynski 02/09/2011 11:31



Personnellement je m'inscris dans le milieu associatif  parce j'estime qu'"il faut y être" et comme de plus n'existe qu'une seule structure associative, le choix est vite fait. Y être
parce que seul on n'est pas grand chose face aux pouvoirs publics par exemple. Y être pour être une goutte d'eau mais aussi peut être l'acteur d'un "effet papillon" dans le monde du Ouessant.


Tout comme une nation avance aussi grâce à ses citoyens, il appartient aux membres d'une association de ne pas dormir et de construire ou faire avancer les choses. Ma passion, mon intérêt à la
sauvegarde de ce petit mouton, ma reconnaissance à Paul Abbé qui me permet chaque jour de jouir du spectacle de mon troupeau, en ayant fait sortir de l'ombre ce type ovin ancien (il y a 35 ans),
le long chemin qui reste à parcourir pour pouvoir prétendre que le Ouessant (ordinaire ou dans toute sa richesse) est sorti d'affaire...font que je me dois d'y être.


Si la géographie fait qu'il est difficile de pouvoir prétendre un jour y être à un niveau plus haut, adhérer est déjà un pas vers l'action mais cette démarche n'autorise pas à dormir
ensuite pour autant. Si ce blog peut transmettre ma passion pour le Ouessant c'est ma brique à l'édifice. Si de plus il peut éveiller les esprits, permettre de poser des questions, permettre
d'avancer ne serait-ce que d'un pas, c'est gagné.je me dis aussi que ce blog doit  rester un plaisir pour moi mais qu'il aura peut-être été une sorte d'étincelle à une
perception plus large et plus fouillée de la réalité du Ouessant. Le passé récent, le présent (et l'avenir j'espère) me prouvent que oui de par plusieurs avancées et le nombre grandissant de
personnes qui s'inspirent ou se sont inspirées de mes apports...


Pas besoin d'avoir de "beaux" Ouessant pour avoir plaisir à les élever ou sauvegarder ce type ancien (à condition de tendre un maximum vers le standard, qui est très vaste en fait et non
immuable). Pas besoin qu'un mouton soit jugé beau pour être confirmé.ce sont bien deux choses différentes. Je me tue à répéter que deux moutons peuvent être aussi beaux l'un que l'autre dans
des présentations totalement différentes; La beauté est vraiment subjective.


Chercher à avoir des moutons qui vous caressent l'oeil pourquoi pas. C'est un des paramètres, mais pas le seul et surtout pas prioritaire que j'ai mis en place dans ma démarche d'élevage. C'est
aussi aujourd'hui le résultat de 15 années de travail dont on ne soupçonne pas l'ampleur. C'est pour cela que je souris toujours quand un nouvel éleveur veut tout tout de suite, en grande qualité
d'animaux j'entends. Je fais alors le rapprochement avec l'ado qui trouve légitime de posséder toutes les technologies actuelles sans se poser les autres questions
essentielles sur le labeur pour y parvenir. 


Derrière le plaisir d'avoir un troupeau que l'on construit à son idée (et celle du standard), il y a une part de "gros souci" en ce qui me concerne puisque élever c'est faire reproduire et donc
multiplier. Arrive alos le souci face au problème purement mathématque du nombre. Mon niveau de conscience et ma sympathie pour mes compagnons ne m'autorisant à utiliser la facilité
de la règle du "couteau qui égorge " pour résoudre l'équation, il faut gérer au mieux pour mes intérêts personnels, ceux du troupeau et d'abord ceux des animaux jugés surnuméraires. Les
passionnés du Ouessant (qui plus est sérieux) ne courant pas les prés et n'étant pas prêts à courir les routes pour acquérir un animal, j'ouvre cette parenthèse pour ceux qui comme
moi voudraient se lancer dans l'élevage et les amener à y réfléchir.


Pour revenir à tes moutons, Lucine, pas besoin qu'ils soient beaux pour que le bonheur soit dans le pré. La beauté c'est sujectif. Beau ou pas un Ouessant est intéressant et apporte bien d'autres
satisfactions.


Cet article qui t'a amené à réagir n'est là que pour aider à porter un regard au-delà de la simple image du mouton et le comprendre (sans forcément de là le rejeter). Je ne cherche pas à
faire des animaux de concours puisque tu as bien compris que ce n'était pas mon truc. D'autres articles suivront et tu verras que bien d'autres Lutins sont bien différents, aussi, plus ou moins
"beaux" et tous participent au bonheur qui émane du pré...  



Lucine Jégat 29/08/2011 11:03


Effectivement, je viens d'aller voir le site du GEMO où l'on voit la fameuse affiche. Troll au premier plan, mon mari assis à l'arrière-plan( veste de bûcheron ) , et moi à sa droite avec appareil
photo autour du cou( enfin à gauche sur la photo ) en train de parler avec un ami debout derrière ( vareuse de marin pêcheur ) Et la date du 4 septembre... Je ne sais pas ce qui s'est passé au
journal, je vais me renseigner...


dominique morzynski 31/08/2011 18:05



Que du beau monde sur cette affiche!



Lucine Jégat 28/08/2011 13:30


Il doit y avoir un os dans le pâté, car le journal annonce le concours pour aujourd'hui, dimanche 28 août, à Saint-Rivoal. Malheureusement, je n'ai vu aucune affiche ( sur laquelle il parait qu'on
nous voit en photo mon mari et moi lors d'un précédent concours !!! )
Il semble donc qu'il y ait un sacré manque de communication au GEMO. Du coup, je ne peux pas me libérer pour y aller, mais bon, comme tu n'y est pas et Patrice non plus, j'ai moins de regrets...


dominique morzynski 28/08/2011 21:43



Je ne sais s'il s'agit de la même affiche mais en premier plan se trouverait mon bélier Troll (prix d'honneur 2006) et qui n'est plus aujourd'hui...d'où une certaine émotion à le retrouver ainsi
à l'honneur d'une certaine façon...


Il me faudra regarder si effectivement je vous aperçois.


C'est bien le 04/09 par contre.



Thomas SZABO 10/08/2011 01:00


Je conçois que tu ne veuilles pas présenter d'animaux au concours chaque année, mais je regrette que tu envisages de ne plus le faire à l'avenir. Car, sans avoir l'esprit concours développé... il
est appréciable et profitable pour tous d'avoir l'occasion de se confronter à la diversité. Tes Lutins participent à cette diversité!!!
Certains vont se frotter les mains, car tu représentes un rude concurrent...Moi qui me faisais un plaisir à l'idée de concourir un jour face à toi, sans grand espoir, mais comme disait Pierre de
Coubertin:"L'important c'est de participer." Et peut on savoir ce qui t'amènes à envisager de ne plus participer??? Serais-tu trop modeste, cherches-tu à laisser la place aux jeunes, à moins que
tes Lutins ne t'aient supplié de ne plus leur faire subir un tel calvaire? Ton idée de journées de confirmation à travers l'hexagone me séduit. J'ai toujours pensé qu'il faudrait aller plus loin
que d'être simplement adhérent au GEMO, car l'adhésion n'implique pas grand chose en terme de qualité et conformité du cheptel. Il faudrait qu'au niveau régional, on puisse trouver le moyen de
faire visiter les troupeaux volontaires et opérer une confirmation des moutons par rapport aux critères du standard de la race. Cela se fait chez les professionnels des races françaises au travers
des flock book. Dans chaque élevage adhérent, des techniciens viennent contrôler et confirmer les animaux conformes au standard de la race. Bien évidemment cela a un coût, mais au niveau
associatif, les choses pourraient se faire en faisant appel au bénévolat. Je suis certain que d'autres que toi ont déjà pensé à la chose et ton rêve pourrait devenir réalité dans les temps à
venir!!!


dominique morzynski 10/08/2011 12:56



Merci Thomas de me caresser dans le sens du poil...


Cette intention n'est pas vraiment nouvelle. J'explique en partie mes raisons dans cet article, raisons que tu reprends d'ailleurs. Pour en dire plus, je n'élève pas depuis des années dans
l'attente du concours mais par passion pour le Ouessant et l'aspect zoologique qu'il représente d'où sans doute un regard particulier et différent de ce que l'on rencontre souvent. Regard dit
analyser, chercher, comprendre, s'interroger encore, savoir remettre en question et se remettre en question...tout cela pour le Ouessant, petite merveille qui a échappé de peu à l'oubli et la
disparition. S'interroger c'est forcément se poser les questions sur son passé, point sur lequel, une fois n'est pas coutume adieu la modestie, j'ai apporté beaucoup sans avoir été
écouté ni entendu pendant longtemps (et beaucoup de monde a pu ensuite profité de la chose); c'est penser aussi au présent et à l'avenir. Le présent est inquiétant (explosion en
nombre indiquée ...et sans encadrement du phénomène)  et donc forcément l'avenir dépendra de tout cela.


J'observe et analyse silencieusement le phénomène concours depuis 1997, en simple visiteur ou concurrent. J'ai vu l'évolution des animaux présentés mais aussi celle des regards d'appréciation. Si
j'avais l'esprit de compétition, il me faudrait produire les animaux qui ont des chances d'être primés. Je ne veux pas de cela ni pour moi ni pour mes moutons et souhaite garder mon approche
du Ouessant qui est celle de la "modestie" et l'hétérogénéité qui pouvait règner sur l'île, sans tomber dans la course au cornage ou la production d'animaux construits sous un regard proche de ce
qu'il est pour les races à viande. Le Ouessant n'était pas cela mais par contre un très petit mouton, parfois robuste, souvent plutôt gringalet. C'est du moins la conclusion à laquelle je
suis arrivé après des années.


Les mauvaises langues diront que mes animaux n'étant à la hauteur pour concourir je me retire de la compétition; Mes résultats de l'an dernier prouvent pourtant encore le contraire ...et beaucoup
de monde envie mon troupeau.


Je suis plus pour des journées de confirmation pour les raisons évoquées dans l'article. Ce n'est qu'ainsi que les choses avanceront et en particulier pour la garantie du standard et de la taille
en particulier. Combien d'éleveurs possèdent des animaux sous le maxi autorisé?, très peu. Chose que je constate très souvent et qui est le premier problème des nouveaux éleveurs qui veulent se
lancer. Le pauvre bélier proposé à l'adoption dans mes colonnes en est un bel exemple. La personne qui m'a contacté m'a fait des tas d'éloges sur cet animal, ses origines et le "pure race" (aïe
mes oreilles!) et ceci et cela....sans parler des éleveurs vendeurs qui ont chaque année leur carnet de commande de naissances complet et qu'il faut s'inscrire sur une liste d'attente...et
que les origines sont celles du berceau chez M. ...etc, etc...Pour au final découvrir un bélier de 52 cm à seulement un an et qui donc arrivera ou dépassera les 55 cm au lieu des 49 maxi. On est
dans le mercantile, dans l'ignorance...et la dérive malgré les prestigieuses origines avancées et le fait d'être en milieu associatif. Je pense que tout cela est assez éloquent pour comprendre
que je suis bien plus séduit par le système des groupements étrangers pour définir la qualité de l'animal, son appartenance au standard.....(en évitant par contre certaines erreurs
concernant les métissages)


Un concours, aussi sympa soit-il et moment privilégié de rencontre entre éleveurs, n'est malheureusement pas représentatif de la population ovine Ouessant type ancien devenu continental mais
seulement l'image des animaux des éleveurs en compétition, d'ailleurs un peu toujours les mêmes, ce qui renforce mes propos. C'est beaucoup d'énergie dépensée pour tous et cela ne sert que
peu le Ouessant à mon sens, contrairement à ces journées de confirmation rêvées... Je veux bien donner mon énergie pour avancer et sauvegarder, pas pour une médaille.


Je ne crache pas dans la soupe et ai apprécié mes instants en concours, cependant comme je le dis, être utile au Ouessant est bien ma première préoccupation et ma réflexion tout comme ce blog
sont là pour le servir et si mes propos doivent faire sauter certains, je considère sincèrement ne pas être dans le faux. Je sais que beaucoup d'autres personnes partagent mon point de vue et en
particulier les centaines d'éleveurs qui ne peuvent ou ne veulent partir en expédition à l'autre bout du monde, ainsi que tous ceux qui se heurtent à la difficulté de trouver des Ouessant dans le
standard (au moins pour la taille) comme je l'observe  depuis 1996 et les nombreux témoignages actuels prouvent que cela demeure malheureusement une réalité.


Voilà, Thomas, tu sais tout ou presque (je pourrais être plus long). Ensuite tu pourrais m'avancer le fameux "Fontaine je ne boirai pas de ton eau..."