Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 10:18

 

 

 

Guss 010

 

 Monsieur Guss est arrivé chez les Lutins.

 

Guss 004

 

 Ce petit border collie est là pour assurer la relève l'an prochain dans le travail des chiens sur le troupeau des Ouessant. Tess et Perle, les anciennes, avancent en âge. La première bientôt dix ans montre de gros problèmes d'audition d'ailleurs sans doute déjà naissants dans sa jeunesse. La seconde bientôt treize ans, malgré toujours son tempérament de gamine, diminue un peu.

Le hasard de la vie veut qu'en discutant avec ses éleveurs, je découvre que Guss est un neveu de Tess contre qui il se tient. La chose m'était inconnue lors de mon choix. Le monde est vraiment petit.

 

 

Guss 011

 

 Le printemps prochain sera le moment d'une nouvelle aventure de construction d'un chiot dans son activité sur le troupeau. Mais d'abord, au travail pour plusieurs mois sur l'éducation de base de tout chien comme il se doit, afin d'en faire, comme j'aime à peine plaisanter à le dire, un animal bien élevé et pourquoi pas mieux que certains enfants ou adultes.

 J'espère que mon choix aura été le bon. Je ne cherche pas un champion mais un chien intéressé par les moutons et opérationnel dans les services qu'un chien de berger peut rendre en élevage. Si ce n'est pas le cas (il arrive que certains chiens se désintéressent totalement des brebis, y compris dans de bonnes lignées), je sais déjà que cela sera forcément un merveilleux compagnon de toute façon.

 

 

Guss 009

 

Ma passion pour cette race est aussi importante que celle que j'ai pour le Mouton d'Ouessant. Mais plus limitée et contenue puisque je ne fais pas reproduire mes chiens.

 

J'ai hésité à publier cet article, me demandant si je n'allais pas créer chez certaines personnes des élans non contrôlés vers le Border Collie. Mais je me suis dit que le mouvement de mode pour cette race était largement en marche depuis longtemps (sans moi, mais par sa réputation, les pubs, le cinéma,...) et qu'au contraire l'occasion m'était donnée d'émettre quelques remarques.

Tout comme je mets en garde les personnes qui désirent acquérir un Ouessant, les amenant à réfléchir aux besoins des moutons et aux contraintes que cela représente, je vais tenter de modérer l'élan de celles qui, devant l'adorable Guss, chercheraient déjà à vouloir possèder ce type de chien.

Dans ma passion, je dis souvent sous forme de provocation que s'il ne devait exister qu'un seul chien sur Terre, c'est bien le Border. Ou encore que ce chien est plus qu'un chien puisque c'est un être d'exception qui, quand on l'a côtoyé, peut faire paraître bien fade tout autre race. En général des capacités énormes et multiples chez ce quadrupède, ce qui amène le maître à devoir être à la hauteur et devenir lui-aussi un être d'exception et de plus disponible pour son animal qui demande beaucoup d'activité physique et mentale. Si le principe du chien qui attend son maître toute la journée (et qui ne fait rien de plus quand il le retrouve) ne devrait pas exister ..., ceci est encore plus vrai pour le Border Collie, très physique et à l'intellect développé. Sinon ...attention les troubles de comportement de l'animal, les déviances faute de pouvoir évacuer ses besoins et exprimer ses capacités. Certains chiens pouvent devenir très vite de gros problèmes faute d'avoir des maîtres qui correspondent à leurs attentes ou une vie épanouissante. D'autant qu'à l'origine chien de travail sur troupeau, le Border Collie a été souvent sélectionné pour ses aptitudes dans cette activité, uniquement en chien-outil efficace et performant, en omettant parfois de porter un regard sur l'équilibre comportemental général de l'animal puisque ce dernier se retrouvant relégué au chenil après le travail . D'où des lignées pouvant être hyperactives, véritables bombes qui peuvent vite rendre la vie impossible pour tous dans des conditions autres que sur troupeau.

 

Ce qui devait arriver est arrivé.

Je suis horrifié par le nombre d'annonces de particuliers qui proposent leur Border à l'adoption (pure race ou croisé), reconnaissant ainsi leur erreur et cherchant personne adoptante disponible pour le chien, disposant d'espace, pratiquant activités d'extérieur.... Même constat au niveau des refuges où ces chiens finissent par tomber (dans le meilleur des cas pour certains).

 

Donc Guss est adorable...mais sera avec son maître toute le journée dans diverses activités dont celle de chien de troupeau.

Si vous deviez persister à vouloir un Border malgré toutes ces mises en garde trop souvent vérifiables, prenez du temps pour trouver votre chien, au profil adapté à sa vie future, pas de précipitation. Choisissez une portée qui aura été soumise à pas mal d'expériences (bruit, contact, sollicitations visuelles et diverses), évitez celle recluse au fond d'une grange qui ne verra la lumière que lors de votre visite...manque de socialisation et parfois troubles phobiques à vie. Engagez vous face à des chiots de deux mois que vous pourrez observer et non lors de leur naissance ou en bas âge. A moins d'être un professionnel en ovins ou bovins, évitez un chien dominant difficile à gérer (ou à l'opposé peureux, d'autres problèmes en perspective...), l'essentiel n'étant pas d'avoir un futur champion mais déjà un chien agréable à vivre, "bien dans ses baskets". Privilégiez le choix sur le comportement du chiot, avant son éventuelle beauté.

Demandez à voir les parents, à pouvoir les regarder évoluer et se comporter en société, le profil de votre futur chien se dessine déjà là.

C'est ainsi que Guss fut choisi (les trois chiots disponibles étant tous superbes de toute façon).

 

 

 

  

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans La meute
commenter cet article

commentaires

marguerite 16/11/2011 16:50


ho ..... dommage .... vous aussi , vous avez préféré la ferrari ...
je suis d'accord avec vous , les border sont exceptionnels ( pas seulement les border collies , il y a aussi les border terriers , pas bergers pour un sou ) , mais tellement exceptionnels que les
autres races de bergers vont finir par devenir des raretés pour lesquelles il viendra un jour où des associations de sauvegarde de leurs races apparaîtra .
secrètement , j'espérais que chez vous justement , il y aurait une recherche canine à l'image de votre élevage ovin , ... disons , le style confiture à l'ancienne faite avec ces poires du fond du
jardin , ect ....
c'est la première fois qu'à la lecture d'un de vos articles je suis un peu ( trés peu ) déçue .
.... cela dit , il est charmant !


dominique morzynski 16/11/2011 19:35



Je n'ai aucune attirance pour les Ferrari mais un gros faible pour le Border Collie (comparé souvent à ces véhicules ou encore à une Formule 1 voire une Rolls) pour plusieurs raisons.


Déjà  dans mon enfance sans que je le sache alors, mon esprit fut sans doute marqué par les gravures des livres aux représentations champêtres britanniques dans
lesquelles un chien noir et blanc trône toujours dans un coin de la ferme, un peu comme la coccinelle des dessins de Gotlib. Il y a une vingtaine d'années, je ne mettais pas plus de nom à ce
chien que je pouvais entrevoir ici où là à l'entrée d'une cour d'une exploitation. Son allure m'était simplement sympathique et correspondait à une ambiance. Ce n'est qu'il y a 17 ans que je
rencontrai ce type de chien "de ferme"  (pour moi sans race alors) recueilli par une connaissance qui l'avait trouvé en forêt. Il s' avérait par la suite avoir été abandonné
par un maître qui avait fait une heure de route pour s'en débarrasser. Je découvris que ce chien correspondait à une race, le Border Collie et compris que cet animal en question faisait partie de
ces Border dont les maîtres regrettent l'acquisition et  qui ne sachant que faire finissent par les abandonner...(!!!) Je me documentai sur cette race et découvris que curieusement son
entrée officielle en France se fit dans la même période que les débuts de la sauvegarde Du Mouton d'Ouessant. Etrange coïncidence! 


Découvrant par la suite la difficulté d'élever un certain nombre de Ouessant sans chien, je décidai par utilité et pour me faire plaisir de m'orienter vers ce chien qui avait laissé son empreinte
en moi, passionné depuis ma petite enfance de cours de fermes et de tout le petit monde qu'on y trouvait. Ne laissant rien au hasard, je me rendis à 300 km de mon domicile pour assister à
mon premier concours Border Collie au travail (sur vaches). Quand le premier chien partit sans plus toucher terre pour récupérer les bovins à distance, les frissons et une larme
exprimèrent mon émotion devant la magie et la beauté du spectacle ... et les performances d'une race d'exception.


Tout (sauf le côté excessif et obsessionnel de certains individus) me ravit dans le Border Collie. Tout comme le Ouessant c'est d'abord un type animal, élevé ensuite au rang de
race. Comme le Ouessant est un mouton partiellement primitif, le Border porte moins que d'autres races de mutations physiques extrêmes... chez lui oreilles encore droites ou semi-cassées,
une queue à tenue encore vers la normale, un poil court ou avec un peu de longueur sans excès, taille proche de certains loups...encore un chien quoi! Le plus, une grande variété
de physiques mais aussi de colorations , vestiges des influences diverses qui ont ont fait un chien à utilisation troupeau sans que l'on s'arrête vraiment sur le phénotype, mais seulement sur ses
compétences.


Ce qui ne gâche rien, un chien normalement non agressif, capable d'exprimer ses capacités mentales et physiques ailleurs qu'au troupeau bien que prédestiné à cette activité. Un chien qui ne
demande qu'à travailler... et du moins s'activer (revers de la médaille). Un chien toujours attentif et interrogateur....demandant par contre beaucoup (autre revers de la médaille).


Les facettes multiples et ses capacités ont fait qu'au delà d'un effet de mode chez les éleveurs bovins ou ovins (et autres) le Border Collie est devenu le numéro un. Dommage pour les Bergers de
Crau, Bouviers des Ardennes, Bergers de Picardie ....et toutes les races bergères locales des quatre coins de la France qui, bien avant que le Border n'arrive, pour certaines se sont
éteintes, ont failli s'éteindre et qui trop souvent quand elles ont subsisté ont perdu leurs capacités de travail sur troupeau. Il est vrai qu'ici et là on se réveille et que certains éleveurs
tentent de les faire renaître. Tant mieux, comme pour les poires anciennes et autres "vieilleries" oubliées.


Le chien de troupeau s'inscrit chez moi dans une optique de prolongement et d'utilité à ma passion pour le Ouessant. Avoir un Berger de Crau par exemple, dans un désir de sauvegarde de cette race
au bord de l'extinction, n'aurait un sens que si elle passait par la reproduction et donc la multiplication. Principe dans lequel je ne m'engerais pas, ne faisant pas plus reproduire
mes Border d'ailleurs. Devoir vendre de temps à autre certains de mes Ouessant est un principe incontournable qui me pèse déjà beaucoup. Le devenir de l'animal me préoccupe toujours beaucoup
puisque je n'y vois pas une simple marchandise. Ce qui est vrai pour un mouton, l'est encore plus pour un chien, animal qui fait un transfert sur l'humain et qui demande bien plus qu'un
parc et de l'herbe à volonté pour être complètement épanoui  et éviter d'avoir une "vie de chien". 


Avoir des Border Collie pour moi ne repose pas sur un mimétisme mais  sur une histoire d'amour qui m'a happé avant que je le sache. Le Border Collie avait vraiment (presque) tout pour me
séduire. Désolé!


 



Val Grainger 15/11/2011 21:55


C'est mignon!!!!


dominique morzynski 16/11/2011 08:55



Mais éphémère...pour devenir beau de toute manière comme tout Border Collie.



Thomas SZABO 13/11/2011 10:36


Je conçois que l'on puisse craquer complètement pour une aussi adorable boule de poils... Mais, ta mise en garde est justifiée... Il ne suffit pas de craquer, il faut aussi assurer par la suite!!!
Ce qui est vrai pour tout animal, mais, peut-être encore plus pour un chien...
C'est pourquoi, aussi merveilleux soit le chiot, je ne me laisserai pas tenter... Du moins, pas pour le moment!!! Bon dimanche, ensoleillé...


dominique morzynski 13/11/2011 19:30



Un chien est un animal de meute, les humains et le maître normalement dominant en particulier s'y trouvant inclus. Le plein épanouissement du chien, si on a conscience de cela, passe par la
possibilité du chien à vivre la meute et donc un maximum de présence et d'activité avec son maître.


Le chien condamné à la chaîne ou au chenil à perpétuité afin qu'il ne dérange pas, ne fasse pas de bêtise, parce qu'il est devenu ingérable ou que personne n'a le temps de s'en occuper devrait
être une image d'un autre temps....Et pourtant, combien encore subissent encore "une vie de chien", une expression bien révélatrice de situations dramatiques... Ne pas avoir de chien
est souvent la plus sage des décisions et le meilleur service à lui rendre.


 



Diane 12/11/2011 18:40


Qu'il est craquant, le petit Guss!


dominique morzynski 12/11/2011 19:15



Craquant en effet.


Commence toute la subtilité et la cohérance pour ne pas l'autoriser à tout sans le brimer pour autant...