Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 17:54

 

Les Ouessant retraitées et antenaises partagent toujours leur prairie avec les plus grands. Les semaines passent et pour ces derniers s'émaillent aussi de quelques évènements.   

 

 

fév 11 003 

 Sans être une dame, Monsieur Gribouille n'est plus vraiment un monsieur puisque castré depuis quelques jours. Plusieurs personnes voyaient déjà l'argent que je pourrais gagner en le faisant reproduire régulièrement. D'autres par transfert dans leurs craintes s'horrifiaient à ce que je puisse mutiler une partie de son intimité.

Une fois de plus j'ai choisi le chemin de la raison. Faire du fric sur le dos de mes animaux n'est vraiment pas mon truc. Ensuite, faire naître chaque année sans garantie de la qualité de l'avenir du jeune vendu ne me satisfait pas. Il naît déjà plus d'ânons (comme pour bien d'autres animaux: chiens, chats, ...moutons d'Ouessant, ...) qu'il n'y a réellement de personnes sérieuses pouvant potentiellement assurer leur existence sur 30 ou 40 ans que ce n'est pas la peine d'en rajouter. La longévité de cette espèce fait que nombreux sont les ânes qui passent d'un propriétaire à l'autre, parfois dans des conditions d'élevage déplorables. Une fois la phase séduction devant l'ânon passée, surgit la prise de conscience des contraintes et commence à naître le sentiment d'embarras. Il suffit de consulter les annonces de vente pour découvrir tous ces animaux dont on ne veut plus et que personne ne veut davantage. Cela dure des mois...et finit parfois par l'abattoir.

La castration pour tout animal est une sage décision et le meilleur moyen de limiter le nombre de malheureux.

 

Gribouille la Fripouille ne s'en porte pas plus mal, au contraire. Plus de frustrations, une vie sans besoins est bien plus agréable qu'une autre aux passions inassouvies. Un âne castré est plus agréable également pour ses propriétaires, sans parler pour sa compagne gestante durant un an et non harcelée par un compagnon trop fougueux.   

 

 

fév 11 001

 

Madame Dora, compagne de Gribouille se porte bien et continue de "gonfler". Pour quand son ânon appelé à rester dans la troupe? Sans doute au printemps, ce qui sera parfait pour lui. Si Gribouille n'est pas le père, le hasard veut que cette ânesse ait été fécondée d'un mâle pie de même robe. Comment sera ce jeune? Je sais que ce morphe pie peut apparaître mais le patrimoine génétique hérité de par les grands parents étant inconnu, la surprise demeure totale.

Il ne reste qu'à espèrer que le petit nouveau se portera bien pour pouvoir constituer le Club des trois...et que je vivrai encore autant qu'eux pour être là quand ils fermeront les yeux. 

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Autour des Lutins
commenter cet article

commentaires

Lucine Jégat 16/02/2011 14:56


Dominique, une fois de plus, j'approuve ta sagesse. J'ai fait castrer mes deux béliers reproducteurs des dernières années, parce que c'était la solution pour qu'ils puissent avoir une fin de vie
tranquille parmi nous. Il est difficile de " caser " des béliers, et de toute façon, je n'ai vraiment pas confiance en grand-monde pour prendre des animaux considérés comme des " tondeuses ". Tous
les animaux qui ont quitté le bercail sont à quelques encablures pour pouvoir aller voir comment " ils vont bien ", et confiés seulement à des gens que nous connaissons, malgré de nombreuses
demandes " d'inconnus ", chaque année. C'est peut-être trop de précautions, mais j'ai vu des animaux dans un tel état par ignorance ou égoïsme, que je préfère trop que pas assez. Il en est de même
pour tout félidé et canidé qui accompagne un moment de notre vie, stérilisé systématiquement. Il est bien plus cruel d'avoir à se " débarrasser " d'animaux en surnombre, que d'éviter qu'il ne
viennent au monde " pour rien ". ( ça, c'est pour ceux qui crient haro à la castration du baudet!!! )


dominique morzynski 16/02/2011 19:35



Tout à fait d'accord Lucine. J'ai profité de cet article pour faire passer le message de la stérilisation d'autant plus conscient du problème pour avoir oeuvré en milieu associatif pour la cause
animale. Un des gros problèmes est bien la prolifération à cause d'humains pas très responsables, particuliers comme commerçants qui inondent la société d'animaux trop souvent sans
avenir si ce n'est un avenir de misère.


Travail formidable (mais malheureusement insuffisant quantitativement devant le problème) des associations de protection qui travaillent à tenter de sauver les victimes de la médiocrité de
certaines personnes. REfuges pour chiens, chats, ânes...et tout ce que l'on voudra sont débordés et saturés. A quand des refuges pour moutons? Heureusement on n'en est pas là ou peut-être
malheureusement car en fait le statut du mouton dans les esprits de notre culture est un animal à viande et de là...la solution est vite trouvée.


Et mes moutons dans tout cela diront certains, puisque je fais reproduire chaque année. D'abord je fais reproduire pour moi et jamais sur "commande" de l'un ou l'autre. Ensuite si je dois me
séparer d'animaux, même si je dois les vendre à la valeur que j'estime correspondre à l'animal et le fruit de mon travail réfléchi de sélection, je ne vends pas au premier venu et cerne le profil
psychologique du demandeur afin de m'assurer que cette séparation ne se fera pas au détriment du mouton, bien que rien ne soit jamais totalement garanti je dois bien le reconnaître.


Sans cette démarche, je pourrais "faire du Ouessant" comme me disent certains et vendre 50 moutons par an. Mais la réalité est autre puisque quand j'ai réussi à vendre pour placement 5 Ouessant,
c'est déjà bien. Juste un moyen de poursuivre mon élevage, compenser un peu tous les frais pour cette passion et avant tout trouver une maison que j'estime correcte pour l'avenir de mes animaux.


Ce n'est pas simple mais j'en tire une satisfaction morale bien plus grande que si j'avais vendu des compagnons de chaque jour comme on vend des patates.


Si tout cela devait faire sourire certains sans doute (j'en ai l'habitude), qu'ils sachent que c'est moi qui souris intérieurement à leur réaction. Je me dis dans ces instants, en cas
d'incompréhension, qu'On n'est ni prêt à améliorer l'humanité, et au-delà par extension ni à sauver la planète (ce qui demande une humanité avec beaucoup de qualités) si
chacun stagne dans l'imitation (tradition, culture, mimétisme...et autres synonymes) plutôt que d'avancer dans la réflexion.