Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 22:01

 

Tondre et encore tondre, tailler et encore tailler, abattre et encore abattre, .... que de vilaines manies à toujours vouloir simplifier et aseptiser son environnement. J'allais oublier la tout aussi mauvaise habitude d'arracher ou couper les lierres.

 

mars 11 012

 

 Le lierre est une plante qui a besoin de s'élever pour pouvoir construire ses tiges terminales qui pourront fructifier. Pour cela, arbre, falaise (bâtiment) font l'affaire et le voilà qui part à l'assaut des hauteurs, se cramponnant bien à son support qui n'est qu'un tuteur et en aucun cas, contrairement à ce que l'on croit parfois, il ne se nourrit du bois. Il est bel et bien simplement enraciné dans le sol, comme bien d'autres végétaux, là où la graine est tombée un jour lorsqu'un oiseau l'a évacuée avec une de ses déjections alors qu'il était branché.

 

Ci-dessus, jolie quenouille végétale chez Les Lutins, grâce à Monsieur Lierre qui a enguirlandé une chandelle d'un vieux chêne mourant. Je précise tout de suite que cette agonie n'est pas la faute de cet opportuniste mais avait commencé il y a bien longtemps à cause de maladie.

 

mars 11 007

 

 Si on peut concevoir qu'on extermine le lierre sur un fruitier qu'on chouchoute ou sur un jeune arbre dont les branches ont besoin de lumière (ou encore sur un mur, à moins qu'on accepte le travail de devoir le contôler), c'est simplement une absurdité que de le couper sur un grand chêne.

D'abord puisque le lierre ne puise ses ressources ni dans les branches ni dans le tronc de celui qui l'accueille.

Ensuite parce que c'est tout un écosystème et donc une part de biodiversité qui disparaissent. Le lierre est à la fois gîte, dortoir, abri, restaurant ...  pour toute une faune d'insectes et autres invertébrés, sans oublier nombre d'oiseaux voire quelques petits mammifères. 

 

Enfin, bien que je ne souhaite à aucun chêne de finir sous la tronçonneuse, il est bon de savoir que certains techniciens de l'ONF reconnaissent de plus que le bois de ces arbres porteurs de lierre est de meilleure qualité que celui provenant d'arbres qui en sont dépourvus... 

 

mars 11 004

 

 Le chêne et son lierre, tout un écosystème d'une grande beauté qui a sa place tout à fait naturelle ("normale") dans les strates végétales et la diversité du vivant... (On pourrait se pencher sur le sort des mousses et lichens également)

 

Pauvres arbres, pauvres lierres comment faisiez-vous avant les Hommes, sans leur intervention? Eux qui racontent parfois, convaincus (c'est ça le pire) que sans eux la forêt mourrait... (Si, si,  on en connaît tous pour sortir ce genre d' idiotie!). Cette dernière n'a pas attendu l'arrivée du bipède-tronçonneuse pour exister et s'épanouir avec ses lierres. Bien au contraire, alors que désormais il n'en subsiste que quelques lambeaux éparpillés et jardinés...mais revenons à notre lierre.  

 

mars 11 083

 

 Sur ces tiges terminales du lierre, on peut voir les feuilles typiques en fer de lance, différentes de celles lobées des étages inférieurs ou au sol. Les grappes de fruits de cette sortie d'hiver offrent un festin sur la route des merles et grives de différentes espèces qui remontent dans leurs quartiers nordiques de reproduction. Certains autres oiseaux revenant sur nos contrées pour nicher profitent également de l'aubaine, tout comme nos sédentaires.  

 

mars 11 085

 

Il ne me faut pas oublier de dire que le lierre, végétal à contre courant, offre deux véritables petits miracles, l'un à l'automne et l'autre au printemps. Durant les dernières belles journées d'automne alors qu'il n'existe plus aucune floraison, le lierre, lui, a l'idée d'être en fleurs. Fleurs certes minuscules mais qui par milliers et milliers proposent aux divers insectes butineurs encore actifs de quoi se restaurer. Et en ce moment, alors qu'il n'y a plus de baies depuis belle lurette dans la nature, le lierre, lui, propose ses fruits sombres à sève violacée qui teinteront les crottes de ceux qui en ont fait festin, comme pour dénoncer les coupables de gourmandise.

 

Quelle plante merveilleuse et quelle aubaine ce lierre! 

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Autour des Lutins
commenter cet article

commentaires