Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 23:01

Avant de commencer, il est bon de rappeler que les éleveurs de moutons d'Ouessant ne coupent pas la queue de leurs animaux puisque celle-ci est relativement courte, signe d'ailleurs que ce type ovin se rattache aux premiers peuplements anciens de moutons primitifs du nord de l'Europe.

 

Après avoir présenté la variabilité de taille de la queue chez le Ouessant type ancien dans cet article, Queue courte. , je voulais décrire les différents morphes de cet appendice selon les souches et lignées parmi le cheptel Ouessant . 

 

D'abord, d'un point de vue historique, je ne connais que deux documents qui puissent prétendre nous apporter quelques idées à ce sujet.  

 

Mouton Ouessant ancien 002

 Cette vue prise avant 1910 permet d'observer un animal de dos. Sans devoir zoomer pour ne pas perdre trop en netteté, on perçoit suffisament bien que la queue est relativement dépourvue de laine, si ce n'est à sa base, alors que le reste se présente sous forme de poils sombres qui contrastent avec la toison grisonnante. 

 ouessant ancien 001

 

Par contre sur cette illustration réalisée au plus tard en 1909 (mais peut-être bien plus longtemps avant), en considérant qu'elle soit fidèle à la réalité sous les yeux du dessinateur de l'époque, on découvre des animaux à queue densément couverte de laine (et relativement plus longue comparativement à nos Ouessant actuels).

 

Selon les souches et lignées dans mon propre élevage, différents types de queues s'observent  également en dehors de la période de tonte. 

 

nov 10 039

 

  Type 1, qui se présente plus en poils, avec assez peu de laine (très courte là où elle est présente). Draille des Lutins, souche pionnière du Gemo. 

 

nov 10 054

 

  Type 2, qui se présente avec laine assez dense et longue à sa base, la pointe étant essentiellement en poils. Lamarck des Lutins, souche partiellement hollandaise pour ce sujet. 

 

nov 10 043

 

  Type 3, la laine recouvre densément la queue. Promesse des Lutins, souche pionnière du Gemo.

 

Ces trois exemples (on peut d'ailleurs rencontrer des intermédiaires à ces trois types) montrent toute la variabilité rencontrée dans le cheptel Ouessant continental actuel. Comme sur Ouessant par le passé d'après les trop rares documents?

 

 

Au sein de mon élevage, ma préférence va plus vers les types 1 ou encore 2 pour deux raisons.

D'abord parce qu'il n'est pas négligeable de conserver ces traits d'achaïsme chez le Ouessant ("race" la plus primitive des races françaises).

Ensuite parce que d'un point de vue pratique en ces zones stratégiques (aération! et hygiène, mais aussi accouplement...), une laine dense qui noie la queue dans le reste de la toison n'est pas ce qu'il y a de mieux.

 

J'aurais pu émettre une troisième raison qui n'est que personnelle et souvent exposée. C'est que moins un animal domestique présente de mutations (monstruosités!) plus il me séduit.

A ce titre, cette année, sans autre raison que l'hérédité, deux de mes jeunes Ouessant possèdent une queue assez courte, allant plus vers une normalité originelle, mais malheureusement avec de la laine à ce stade. Ils me sont précieux dans mes perspectives d'élevage.   

 

nov 10 056

 

  Un ageau en toison d'automne. Thalès des Lutins, souche pionnière Gemo.

 

nov 10 034

 

Une agnelle en toison d'automne. Hirta des Lutins, souche pionnière du Gemo.

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans L'animal
commenter cet article

commentaires