Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 20:15

 

Le paysage français du Ouessant se présente comme une photocopie en noir et blanc d'un monde de l'animal dont le potentiel est pourtant en fait un univers de couleurs.

 

Dans le standard du GEMO, on peut lire que toute toison unie est acceptée. Pourtant dans les faits, il existe encore une forte réticence chez certains éleveurs à accepter un mouton qui ne serait ni blanc ni noir.

 

Il y a à cela plusieurs explications.

D'abord, on admet facilement qu'un mouton puisse être blanc puisque c'est la couleur la plus fréquente dans le genre ovin en général. Puis, comme on parle de Ouessant, l'image du petit mouton noir vient assez facilement à l'esprit.

Mais, par méconnaissance, le plus souvent, on ne soupçonne pas qu'au delà de ces couleurs dominantes génétiquement d'autres plus récessives apparaissent ou sont susceptibles d'apparaître (Ce qui n'est d'ailleurs pas spécifique au Ouessant). A ce jour, dans le cheptel de souche française, existe en particulier le type de gris que je privilégie dans mon élevage et qui est hérité des premiers animaux de Monsieur Edmond Vaillant, d'il y a une trentaine d'années. Type génétique qui a essaimé depuis. D'autres colorations sont possibles mais pas toujours vérifiées avec certitude ou particulèrement rares.

 Un Ouessant qui n'est ni blanc ni noir, cela semble encore trop souvent suspect (parfois à juste titre par crainte de croisement, ce qui n'est pas forcément le cas). Pourtant, il ne suffit pas d'être blanc ou noir pour être pour autant un Ouessant, même petit. On ne se demande pas dans ce cas, à tort, d'où vient la coloration blanche ou noire comme si l'origine Ouessant était évidente de par une taille moindre. Alors que cela peut être tout autant le fruit de métissage avec une autre race blanche ou même noire. Dans un cas excès de méfiance, dans l'autre excès de confiance.

 

J'en arrive à suivre le même raisonnement, comme dans un article précédent, en ce qui concerne l'éleveur qui se dirait puriste avec une orientation exclusive vers le morphe noir. S'il se doit d'exclure tout animal ayant un ancêtre blanc, il se doit d'exclure, s'il ne jure que par le noir les moutons des deux sexes (et leurs ancêtres) qui auraient  donné un jeune non noir (gris dans le cas étudié). Chose qui d'ailleurs serait une erreur de logique vis à vis du patrimoine génétique possible chez le Ouessant noir.... Une nouvelle fois, on sent le mal de crâne qui approche.

Ma politique est que les animaux gris sont légitimes et particulièrement précieux, issus des minuscules moutons de type Ouessant du Morbihan dont Monsieur Vaillant était le détenteur avant même que le petit mouton d'Ouessant soit en vogue.

 

  été 09 096

     

 

Brebis grise et son agnelle (Esmeralda et Eponyme). Dans un "contenant" gris, des moutons bien plus Ouessant dans leur "contenu" que parfois certains autres animaux dans un "contenant" pourtant blanc ou noir...

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans L'animal
commenter cet article

commentaires

Louis M. 24/05/2015 09:26

Très haute sur pattes, l'Esmeralda!!!

dominique morzynski 25/05/2015 14:18

peut-être une impression car ce n'était pas le cas (elle n'est plus de ce monde)

Lucine Jégat 25/11/2010 00:09


Rassure-toi ( un peu ) Dominique, l'opinion publique internationale ( y compris, et surtout américaine ce qui peut nous paraître un comble ) a permis d'obtenir un moratoire, petit délai qui
permettra peut-être de sauver cette partie de l'humanité, car on parle bien de l'humanité, dès qu'il s'agit de biodiversité végétale et animale, qu'elles soient sauvages ou cultivées. Cette
histoire humaine rejoint l'Histoire Humaine, les deux avec un grand H. ( si tu veux plus de renseignements, je suis à ta disposition )
Oups... Voila que je te tutoie... Désolée pour cette familiarité, certains sujets sont si épidermiques qu'ils font tomber les barrières de la convenance sociétale... Bien amicalement,
Lucine.


dominique morzynski 25/11/2010 18:07



Je sais plus ou moins, j'ai pu voir dernièrement un reportage intéressant sur Arte. Mais il était question de transplanter le domaine ailleurs (!) ou encore de n'en laisser que 20 hectares
sur les 50...en attendant la suite. J'image que chaque jour les infos à ce sujet doivent évoluer.


Tu me permettras de revenir à nos moutons pour ne pas trop dévier du sujet du blog, toutes les variétés existantes dans un type Ouessant, pour moi, demeurent intéressantes déjà à titre
de témoignage de diversité,( sans oser dire pour l'avenir et le patrimoine de l'humanité).


Amicalement


Dominique


 


 



Lucine Jégat 23/11/2010 20:14


Le brassage génétique ( je ne parle pas " inter-races " , mais à l'intérieur de la même " variété ) me semble indispensable. Il a permis de conserver des blés anciens qui se seraient totalement
étiolés autrement et qui, malgré leur âge vénérable, portent en eux tout un potentiel face aux changements climatiques, par exemple. C'est une autre histoire, encore que... Il en est de même dans
le monde animal, ça s'appelle la biodiversité !!!
En tout cas, ces deux brebis sont absolument merveilleuses...


dominique morzynski 24/11/2010 18:50



Je suis d'accord.


Puisqu'on parle de plantes, il y a en ce moment le scandale des 50 hectares du jardin conservatoire de Saint Petersbourg qui recèle de milliers de plantes (exemple, je ne sais plus combien
de milliers de variétés d'avoine), en passant par les fleurs, les arbres et arbustes....qui risque d'être rasé pour aider le cancer de l'immobilier à construire sur ces terres
convoitées...Variétés de plantes ou variétés ovines et autres...même combat.


Cela fait mal.