Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 22:01

 

Le mouton est assez souvent considéré dans le monde animal comme un sombre imbécile. Cela tient au fait qu'après 10 000 ans de domestication, les nombreuses mutations physiques qui l'ont construit n'ont que peu altéré ses comportements. Les ovins sont ainsi demeurés très grégaires mais aussi émotifs, réponses trouvées durant l'évolution des mouflons (leurs ancêtres)  face au danger représenté par les prédateurs.

D'où ces mouvements de masse et réactions d'inquiétudes qui les animent souvent. Comme on dit parfois, rien de plus stupide qu'un mouvement de foule puisque l'individu perd son identité et devient en quelque sorte simple cellule d'un groupe devenu organisme en mouvance. Moutons de Panurge...les humains ne devraient pas avoir ce regard ironique sur les ovins s'ils voulaient bien se donner la peine d'observer leur propre espèce et analyser leurs propres comportements.

Tout comme on ne sait pas tout ce qui se passe dans la tête de ses voisins ou de toute personne en face de soi, on ne peut connaître ce qu'il en est dans celle des moutons et pourtant les premiers expriment bien plus de choses qui nous sont décodables que les seconds.

Au-delà des discussions stériles autour du mot intelligence, il est plus simplement intéressant de découvrir à l'occasion d'observations les capacités des divers êtres vivants (ou individus dans une espèce donnée).

 

Ainsi des éleveurs de moutons relatent un fait assez étonnant.

Dans les très grands élevages, l'entrée des parcs est souvent aménagée avec un ensemble de rouleaux métalliques au niveau du sol et placés au-dessus d'une fosse pour pouvoir entrer en rotation. Cette structure  interdit de fait au bétail de s'échapper, les animaux ne pouvant poser pattes sur cette zone mouvante, alors que les véhicules peuvent y circuler. Pourtant des témoignages rapportent que des moutons avaient trouvé moyen de prendre régulièrement la clé des champs en progressant sur le dos pour répartir la charge. (J'imagine plus que c'est en réalité sur le flanc). Plutôt étonnant et remarquable même si se pose, comme pour tout témoignage, le manque d'éléments d'analyse qui permirent d'arriver à ce constat...Mais pourquoi pas?

 

Pour revenir à mes Lutins, j'ai observé "sous toutes les coutures" un comportement tout autre mais tout aussi intéressant avant de pouvoir tirer les conclusions qui vont suivre.    

 

 

août 11 092

 

 

En cette période de sécheresse, mes Ouessant profitent chaque soir d'une ration d'orge et granulés pour compléter leur alimentation quotidienne à cause d'une herbe pas aussi riche qu'il le faudrait

La zone où les auges sont posées est donc fortement piétinée. Le sol est devenu nu avec les ans et par ce temps assez poussiéreux.

Il y a toujours un peu de gaspillage et certains grains sont dispersés. Une fois tout le monde reparti à ses occupations, quelques gourmands restent sur place à grapiller les miettes. Pourtant, il faut savoir que le mouton qui n'est pas en sous-nutrition demeure un gourmet et est délicat, ne se ruant pas sur toute nourriture, prenant au contraire le temps de sélectionner et délaisser l'aliment souillé.

Ainsi les grains d'orge sont humés pour en analyser les qualités. Certains sont donc délaissés alors que d'autres avalés. C'est là que les choses deviennent intéressantes.

J'ai découvert qu'un Ouessant avait acquis une technique efficace pour absorber ce grain reposant dans la poussière. Si celui-ci est jugé consommable, l'animal expire fortement une bonne fois sur sa cible. Ce qui a pour effet de disperser la poussière par ce coup de soufflette alors que la graine plus dense demeure au sol. Il ne reste qu'à la prendre délicatement du bout des lèvres.

Ne m'enthousiasmant pas aveuglément et ayant plutôt un esprit critique sur toute chose, j'ai multiplié encore et encore les observations pour pouvoir affirmer que l'animal ne profitait pas au hasard de ce que sa respiration proche du sol pouvait rendre plus accessible. Les nombreux grains inintéressants car piétinés depuis plusieurs jours se trouvent délaissés et le souffle n'est pas appuyé en leur présence, alors que le grain appétant subit très nettement la manoeuvre décrite afin de pouvoir le prélever sans éléments terreux. De plus, les autres animaux ne se comportent pas ainsi, c'est à dire en "expirateur sélectif". Tout me semble bien être un comportement acquis tout à fait personnel chez cette brebis. Et chaque soir, je peux assister au même phénomène, cherchant à trouver une faille dans mes constatations et raisonnements...mais je n'en trouve pas. 

 

Sur la photo, on peut voir Vénus qui par son souffle a créé ce petit cratère nu de poussière au milieu duquel est resté le grain convoité.

 

Toutes mes félicitations Madame Vénus!

 

 

 

  

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Ethologie
commenter cet article

commentaires

Thomas SZABO 22/08/2011 00:39


J'ai toujours pensé que les moutons, au même titre que les ânes étaient loin d'être sots. Pour avoir possédé les deux pendant longtemps, j'ai pu constater à quel point l'imaginaire collectif avait
pu se tromper... Les détails que tu évoques sont révélateurs. Je suis certain que nous avons tous des anecdotes qui accréditent la thèse du mouton intelligent.
A propos, les barrières infranchissables par le bétail se nomment des barrières canadiennes. On en trouve en Ecosse, sur les petites routes, au milieu des landes. Et personellement,je n'ai jamais
observé un mouton traversant ces obstacles sur le dos, ou de travers!!!
Mais, si tu le dis...


dominique morzynski 22/08/2011 15:12



Merci pour la barrière canadienne que l'on trouve c'est vrai en Ecosse mais aussi dans notre hexagone.


Je ne fais que rapporter ce que j'ai pu lire sur ces témoignages, et donc n'affirme rien.


Chaque espèce(mais également chaque individu en son sein) a des capacités qui sont les siennes et qui restent très largement à découvrir bien souvent. Si la structure du cerveau a son
importance, ce n'est pas tout. L'humanité ne serait pas ce qu'elle est si elle n'avait pas eu les mains mais des sabots...et inversement si les moutons avaient eu des mains....Il y a des
intelligences, dans le sens d'ensemble de capacités, et non une intelligence (l'intelligence).