Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 08:13

 

Le suspens a assez duré. Je vais mettre fin aux cauchemars de celles et ceux qui se demandent s'ils vont être reçus après avoir rendu leur copie.

 

D'abord merci à l'ensemble des visiteurs qui ont osé avancer une réponse par leurs commentaires ( consultables dans "commentaire" sous cet article). Malheureusement, personne n'a apporté la bonne réponse.

 

On pouvait effectivement plaisanter en annonçant la brebis qui ne regardait pas dans le même sens, celle dont on ne voyait pas les yeux ou qui levait la queue... Mais c'est évidemment sur la toison que portait l'énigme.

 

L'intruse est la brebis de la première photo.

 

juillet 11 093

 

Cette femelle est une brebis noire (adulte de quelques années). Si sa toison présente une certaine canitie, en particulier sur l'encolure et la cuisse, c'est bien génétiquement un sujet noir (parsemé de poils blancs avec l'âge) et c'est le seul de la série.

Par contre toutes les autres femelles présentées à la suite étaient des brebis grises génétiquement (gène diminuant l'intensité de la fibre noire)  , exprimant malgré tout une assez grande variabilité dans l'apparence de ce phénotype. Les pièges portaient sur ce dernier point.

 

Thomas pourrait dire que la photo ne traduit pas toujours la réalité de l'animal, la lumière pouvant tromper....et il a raison. Aussi afin d'éliminer cette possibilité, j'ai photographié tous ces Lutins sur la même prairie, dans le même quart d'heure et dans les mêmes conditions, sans flash. De cette façon, il est possible de mieux analyser.

 

Si vous aviez trouvé même sans oser vous manifester, bravo.

Si ce n'est pas le cas, l'expérience viendra. Ce n'est pas bien grave dans un jeu.

 

(Cela l'est davantage quand on doit se référer à des descriptions écrites anciennes ou récentes, considérer des propos entendus ou rapportés qui sont biaisés par le colportage d'une "fausse réalité" ... Il y a quelques années, en concours, j'ai pu encore voir ainsi des Ouessant noirs atteints de canitie être classés dans la catégorie des gris et autres couleurs. )

 

Pour information suite aux explications parfois données en commentaires, la dernière brebis (comme les autres) porte une marque claire à la cuisse mais plus légère. Les poils et laines roussâtres encore présents sur ce qui correspond aux pieds des brebis sont de cette couleur car éléments du vieux système pileux décolorés par le soleil et teintés par les urines et autres salissures quand les animaux se couchent. Et comme les moutons ne sont pas tondus sur cette partie des membres, ces amas sont encore présents mais partiront peu à peu avec la mue. 

 

Cette petite expérience montre bien que le regard se construit par l'acquisition de certaines connaissances de base puis comme en toute chose par un minimum d'expérience.

 

 

Si dès ma rencontre avec le Ouessant, j'ai été intrigué et charmé par une certaine diversité parmi les Ouessant présentés en concours, une fois mes premiers animaux acquis, j'ai essayé ensuite de comprendre, seul, les mécanismes dans les résultats de mes reproductions. D'autant que, face à ces problématiques, je ne rencontrais aucun intérêt manifesté de la part des autres éleveurs, y compris les plus passionnés. Je ne pouvais compter que sur mes faibles connaissances sur la génétique et l'hérédité acquises au lycée. Des erreurs d'analyse les premières années. De fausses conclusions et de mauvaises pistes parfois...mais c'est en élevant que l'on devient éleveur et plusieurs règles se mirent en place dans la compréhension de mon troupeau. Puis le net est arrivé et j'ai pu m'enrichir, entre autres mais en particulier, des travaux de Monsieur Lauvergne, généticien du monde ovin. Par la suite, ses quelques contacts téléphoniques, nos discussions et courriers m'ont permis de mieux cerner une réalité qui me demeurait jusque là inaccessible de par l'hermétisme de mon cerveau face à une littérature scientifique trop souvent en anglais dont je ne percevais que les grandes lignes. Je l'en remercie encore.

 

Suite à ma curiosité bien saine que j'ai pu transmettre à d'autres collègues éleveurs même si ce fut long et pas toujours compris, puis sous l'effet boule de neige provoqué, il n'y a donc que quelques années que les choses se bousculent (enfin!) dans le monde du Ouessant. On sort peu à peu du schéma bien implanté dans les esprits, de l'unique duo du Ouessant noir qui doit être vraiment noir et du Ouessant blanc jusqu'au bout des onglons, pour ouvrir les yeux sur une réalité bien plus complexe et plus riche, comme je l'avais perçue dès 1996 de par un regard d'abord de modeste naturaliste intrigué, entrant dans l'univers de l'élevage de ce fantastique petit mouton...pas toujours noir forcément.

 

Tout cela pour dire à celles et ceux qui n'ont pas trouvé la bonne réponse que cela viendra. C'est en gardant et "regardant" ses moutons que l'on devient berger. 

 

   

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans L'animal
commenter cet article

commentaires

Lucine Jégat 25/07/2011 13:52


Damned, encore raté !!!


dominique morzynski 25/07/2011 17:50



Ta visite dans le monde non virtuel des Lutins devrait te permettre de maîtriser ensuite les choses...



Thomas SZABO 25/07/2011 13:00


Je me doutais bien qu'il y avait anguille sous roche!!! Mais, force est de constater que reconnaître des noires atteintes de canitie généralisée et des grises à la cuisse claire, n'est pas à la
portée du premier venu!!! Et je suis prêt à parier que le berger des Lutins lui-même pourrait être mis en difficulté sur des sujets autres que ceux de son troupeau... N'est-ce pas Dominique???
Ma seule satisfaction réside dans le fait que je ne sois pas le seul à être dans le flou artistique concernant les gris!!!


dominique morzynski 25/07/2011 18:11



Sans vouloir avoir l'air te contredire ni de paraître bien prétentieux, non Thomas je ne pense pas devoir me faire prendre car les choses sont en général plus accessibles que tu sembles le
craindre, dès qu'on s'y intéresse un peu plus ... bien que comme en toute chose on puisse" tomber sur un os" un jour bien évidemment.


Là où je pensais qu'il y aurait une erreur  commise, c'est avec le cliché 3. Je m'attendais à ce que l'animal  soit pris pour un sujet agouti alors qu'il n'en est rien. C'est bien un
gris dit modifié mais particulièrement clair, de nombreuses nuances de toisons grises de ce géntoype existant dans l'expression de ce phénotype, comme le montre une fois de plus cette série.