Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 19:31

 

D'abord, dans un premier temps, le phénomène de la domestication semble réduire la taille des animaux par rapport à celle de l'espèce d'origine (le mouflon), à cause du stress de ces individus sauvages devenus captifs.

Ensuite, la nourriture proposée par les premiers éleveurs ne couvrait sans doute pas correctement les besoins des mouflons domestiques et des carences alimentaires devaient exister.

Et puis peut-être que les animaux moins grands étaient plus faciles à manipuler et donc à élever du fait d'un manque de docilité de ces mouflons pas encore vraiment moutons. De là une préférence?

                                        

                                      Rustique, petite, ... comme ses ancêtres, Sidney brebis Ouessant
                                                        Les Lutins du Montana (Photo: D.Morzynski)




Suite à des fouilles archéologiques sur Ouessant,sur un site du premier âge du fer, les ossements retrouvés des moutons de cette période indiquent des animaux d'une taille de 58,7 cm en moyenne au garrot (Patrice Méniel).

Il est considéré que les Ouessant actuels sont assez proches sur différents points de ce que pouvaient être les moutons du Moyen Age? D'ailleurs, des animaux domestiques plus petits que de nos jours semblent être un phénomène assez répandu dans le passé.

Il ne faut pas oublier le principe d'insularité (connu des naturalistes ) qui, pour les espèces sauvages, tend à diminuer leur taille comparativement à celle des mêmes espèces du continent. Les races domestiques semblent ne pas y échapper (poney Shetland,.....). L'île d'Ouessant possédait également des chevaux de petite taille ainsi que de petites vaches, mais ces deux races avaient déjà disparu il y a un siècle.

Pour ce qui est du Ouessant, l'île a en quelque sorte joué le rôle de terre conservatoire pour "notre" mouton de type moyen âgeux grâce à un certain isolement du continent (courants violents, contacts limités avec l'extérieur....) alors qu'en Bretagne  continentale ces moutons du même type ou proches  disparaissaient peu à peu.

Les conditions de vie du Mouton d'Ouessant sur l'île a joué un rôle important dans la réduction de la taille: des animaux à l'extérieur toute l'année sans beaucoup d'abris, sous le vent et la pluie, avec une nourriture maigre . A l'attache la moitié de l'année sur les bords des falaises (car l'île était entièrement cultivée), puis libres l'autre moitié de l'année à errer en troupes immenses après les récoltes (au milieu du 19ième siècle étaient recensés en mairie 6000 moutons pour 1500 hectares), on comprend, comme je l'ai relevé dans un écrit, que  ces animaux puissent mourir par centaines l'hiver. Une sélection naturelle donc bien présente, les plus résistants survivant. Etre petit pouvait être un avantage en cela (?).
Une sélection humaine enfin qui n'allait sans doute pas dans le bon sens puisque la logique veut que, si on souhaite manger un animal, on le choisit parmi les plus grands et plus gros. Les animaux de petite taille n'ont plus qu'à se reproduire entre eux et diffuser leurs caractères génétiques: rusticité, petite taille,...

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans historique
commenter cet article
27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 15:00

NON, non et non.

Souvent, j'entends sortir de la bouche de mes visiteurs: "Ah! oui! Ce sont des moutons nains....."  ou encore venant d'un éleveur ovin professionnel plus habitué de par son métier à rechercher les kilos et le rendement: "Oui, mais , là, c'est du dégénéré..."

Non, non. Du nain, du dégénéré...et puis quoi encore!!!!!

Le Ouessant n'est pas un mouton nain mais une race à part entière. De petite taille certes mais une race unique alors qu'il est vrai qu'il se fait (aux Etats Unis en particulier) des moutons nains, réductions de grandes races pour créer des ovins de "compagnie".

Le Ouessant n'est la réduction d'aucune race. Il est lui, fruit de son histoire.
Non personne n'a voulu sur Ouessant faire le plus petit mouton. La vie y était suffisamment rude pour ne pas avoir de temps à perdre avec de telles idées. D'ailleurs ceux qui l'élevaient lui ont peu à peu préféré des races plus lourdes qui ont "digéré" en quelques décennies le minus.
Allez proposer à un habitant de l'île d'Ouessant, à l'heure du congélateur, d'élever des moutons de 10 à 20 kg à la place d'animaux de 60 kg et plus maintenant. La réponse est vite trouvée.

                                              Les Lutins,  Cannelle (12 kg) et Ouessantine (1 kg)    (Photo D.Morzynski)

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans historique
commenter cet article
27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 14:35
"Les Lutins", bien sûr à cause de ces petits êtres un peu magiques qui comme le Ouessant animent prés et bois pour ceux qui ont de la patience et de la chance pour les surprendre.

Ensuite "le Montana" pour le fait que je me trouve dans une région de vallons boisés, mais aussi un rapport avec un superbe film "Et au milieu coule une rivière" dans lequel un des héros dit qu'il ne quittera jamais le Montana....après c'est personnel.


 

Les Lutins que j'ai pu surprendre
Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Ma passion
commenter cet article
27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 14:18

Cours-y vite, cours-y vite.

Le bonheur est dans le pré.

Cours-y vite, ...

"Il n'a pas encore filé"

Noisette et sa Nutella (Photo: D.Morzynski)

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Clin d'oeil
commenter cet article
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 18:16



                                         Cannelle (42 cm)  Les Lutins du Montana (D.Morzynski)


Il y a un siècle, les rares clichés montrent des animaux dont le garrot arrive sous le genou des femmes.
Cela semble assez bien correspondre aux limites du standard fixé par le GEMO (Groupement des Eleveurs du Mouton d'Ouessant).
Ce dernier fixe comme maximum 49 cm au garrot pour un bélier adulte (donc à 3 ans et plus)
                                      et maximum 46 cm au garrot pour une brebis adulte (donc à 3 ans et plus).

Les animaux plus grands, que l'on rencontre souvent, ne peuvent être condérés alors que comme de type ou allure Ouessant, mais ne méritent plus le nom de Mouton d'Ouessant.




                                                           

                                      Ouranos (44 cm) Les Lutins du Montana (D. Morzynski)

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans L'animal
commenter cet article
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 20:45

Juste pour le plaisir des yeux:  Cendrillon découvre la lumière, Les Lutins du Montana (Photo: D.Morzynski)

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Reproduction
commenter cet article
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 20:30

Les Lutins du Montana (Photo: D.Morzynski)

Pour ceux qui l'ignoreraient, Ouessant est d'abord le nom d'une petite île magnifique au large de la pointe extrême du département du Finistère, en Bretagne. En quelque sorte le dernier radeau de terre avant l'immensité de l'Atlantique.

Si sur cette île les habitants élèvent toujours des moutons, ces derniers n'ont plus beaucoup à voir avec la race que l'on y trouvait encore voilà près d'un siècle.

C'est cette race ancienne du Mouton d'Ouessant qui se caractérise par sa petite taille (on parle de plus petit mouton du monde) mais aussi mon élevage que je vous propose de découvrir.

 

 

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans Ma passion
commenter cet article
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 16:25

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Du berceau du Moyen Orient, le mouton ou mouflon domestiqué va  progresser vers l'Europe actuelle et celle du nord en particulier. Une première vague de diffusion, comprenant des races encore primitives à queue courte, installerait en ces régions les ancêtres de races comme le Soay, le Romanov ou encore le Ouessant (travaux de M.Lauvergne). D'autres vagues suivront plus au sud avec des moutons présentant encore plus de mutations.
                                                          

Un "Mouflon" d'Ouessant: Ocelot(élevage Delorme), Les Lutins du Montana
                                                                                      

Le Ouessant (ou Ouessantin) pourrait donc être, comme d'autres races "nordiques" considéré comme une relique des premières races apparues.
Une singularité qui à mon avis fait bien du Mouton d'Ouessant un "Mouflon" d'Ouessant à sa façon.

 

 

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans historique
commenter cet article
21 septembre 2008 7 21 /09 /septembre /2008 14:32

 

 

On considère actuellement que c'est en Moyen Orient, il y a environ 9000  à 10 000 ans, que le Mouflon d'Asie mineure (Mouflon rouge ou Mouflon oriental) fut domestiqué et donna les premiers moutons, même si des apports d'autres espèces de Mouflon restent possibles.
La capture et l'élevage de ces animaux provoquent d'abord des diminutions de la taille (conséquences de carences alimentaires et de stress? choix des éleveurs?)
Des modifications du cornage ( voire la disparition des cornes ) apparaissent. La queue s'est allongée. La toison laineuse apparaît sans oublier les mutations dans sa coloration. La mue peut disparaître.
Ce ne sont que les étapes les plus essentielles car elles sont nombreuses et se sont effectuées sur plusieurs millénaires donnant au final la diversité de races actuelles avec leurs diverses "monstruosités" fruit de la domestication et de la sélection humaine.
Chaque race ayant évolué dans une région donnée avec ses contraintes de climat, de ressources, de terrain,..., son histoire, alors une adaptabilité des populations ovines  à certaines conditions de vie est apparue. De ce fait certaines races présentent plus ou moins que d'autres, points forts ou points faibles selon les finalités de leur élevage.

 

 







Une variante du Mouflon oriental après 10 000 ans de domestication,

Le mouton d'Ouessant.
(Troll, Les Lutins du Montana)


Photo: D.Morzynski

 

 

 

 

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans historique
commenter cet article
20 septembre 2008 6 20 /09 /septembre /2008 19:08


Pour comprendre ce qu'est le mouton d'Ouessant, il est important de savoir que le mouton, comme tout animal domestiqué de longue date, a un ancêtre sauvage.
Il s'agit  pour notre mouton du mouflon.




Les Lutins du Montana,  tout juste tondus.
(Photo: D.Morzynski)





 Ce mouflon capturé et élevé en captivité va peu à peu au fil des siècles et des millénaires donner les races actuelles avec toutes leurs diversités et  caractéristiques suite à l'apparition de mutations portant sur la taille, la morphologie, le cornage, la toison (laine), couleurs....Ces modifications,conservées par le principe de l'élevage qui soustrait davantage les animaux à la sélection naturelle, et même multipliées par la sélection volontaire ou involontaire des éleveurs, ont permis d'obtenir les centaines de races rencontrées dans le monde avec leur originalité et souvent leur adaptation particulière à une région.

Repost 0
Published by dominique morzynski - dans historique
commenter cet article