Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

23 octobre 2019 3 23 /10 /octobre /2019 15:32
Un record chez les Lutins

La nouvelle du jour...

Un record chez les Lutins

Princesse, née dans l'après-midi.

Un record chez les Lutins

Cette agnelle est le fruit d'une passion tardive et féconde entre une Ouessantine "de château" et un Ouessantin "de château", c'est à dire des animaux de souches très anciennes, dans la forme où elles furent retrouvées il y a cinquante ans sur les parcs de certains châtelains, représentant alors sur le continent les derniers descendants de la population dite du Mouton d'Ouessant disparue de son île au début du 20ème siècle.

Un record chez les Lutins

Princesse est une agnelle "blanche", plus exactement, d'un point de vue génétique et si on souhaite s'exprimer correctement, de coloration Agouti blanc bronzé (Agouti white tan).

En effet, peu d'éleveurs de moutons sont conscients que leurs moutons blancs sont en fait des animaux de pigmentation totale phéomélanique (coloration roussâtre), le plus souvent totalement décolorée avant la naissance même ou comme dans le cas de Princesse, qui se décolorera presque totalement en cours de croissance.

Un record chez les Lutins

Tartine, la mère, est une vieille brebis de dix ans et demi,  mise à la retraite depuis plusieurs années.

Il y a plus de vingt ans déjà, chez les Lutins, avait eu lieu une naissance en octobre, mais pas aussi tardive, issue d'une vieille brebis elle-aussi, considérée stérile depuis longtemps.

Naissance un 23 octobre chez les Lutins est un record en rapport aux naissances normales habituelles de printemps.

Un record chez les Lutins

Le troupeau des brebis n'avait rien remarqué jusqu'à ce que je fasse moi-même cette découverte. Ce qui alerta les dames.

Un record chez les Lutins

Inutile de dire que l'information se propagea rapidement sur les prés, bien plus vite que sur les réseaux sociaux.

Un record chez les Lutins

Chacune, parmi les brebis, y allant de son commentaire, en chuchotant ou même bêlant un peu haut pour que la malheureuse mère entende...

"Si c'est pas une honte, à son âge!"

"Mieux vaut pour elle que pour moi!"

"Quelle idée en cette saison!"

"Pauvre agnelle, une grand-mère pour mère!"

"Même dans "la haute" on ne sait pas se retenir!"

...

Et bien d'autres que je ne peux m'autoriser à rapporter ici...

Un record chez les Lutins

Il faut le voir pour le croire. Interloquée!

Un record chez les Lutins

Vraiment incroyable. Choquée!

Si on n'en parlera pas au journal de vingt heures ce soir, assurément le sujet sera à la une bien longtemps encore sur les prés et de mémoire de Ouessant on se racontera sans doute l'anecdote dans bien des générations encore chez les Lutins.

Déjà demain au parloir, à travers le grillage, ces dames vont s'empresser de tout raconter à ces messieurs réunis dans leur parc d'hiver et… en dernier probablement, au principal intéressé.

Epilogue:

Hubot, père logique de Princesse.

Hubot, père logique de Princesse.

La surprise n'était en fait pas totale pour moi. En effet depuis deux semaines, j'étais étonné de voir Tartine avec de la mamelle. Je soupçonnais bien le futur événement mais hier encore je m'y attendais pour novembre, ne décelant pas un ventre si rebondi que cela.

Ma surprise fut par contre de pouvoir identifier le père parmi la troupe de béliers chez les Lutins. La coloration de Princesse, sa taille, son allure… c'est bien là une version féminine de Sieur Hubot, seul "coupable" logique parmi les mâles blancs présents avec les brebis fin mai dernier.

Je ne me fais aucun souci pour cette naissance tardive d'automne, la météo ne pouvant guère être pire que ce qu'elle fut ce printemps dernier jusque début mai.

Princesse est lourde et solide. En bon Ouessantin nouveau né, avec l'aide de sa mère, elle est apte à vivre, puis grandir et se construire d'ici l'hiver.

Partager cet article
Repost0
5 juin 2019 3 05 /06 /juin /2019 14:58

Frimas l'agneau-biberon se porte bien.

 

Frimas d'un mois

Depuis l'âge de 15 jours, plus de stages troupeaux réguliers en journée, puisque Frimas vit depuis totalement au troupeau.

Tout se passe bien pour lui.

A quatre semaines, les cornes sont déjà apparues comme il se doit généralement. 

Partager cet article
Repost0
18 mai 2019 6 18 /05 /mai /2019 16:46
Fini pour 2019

L'agnelage est finalement terminé pour 2019 chez les Lutins. Après capture et vérification, la dernière brebis visuellement suspectée d'être encore gestante s'avère finalement ne pas l'être. Sa toison importante avait laissé planer le doute.

Fini pour 2019

La minuscule Cacahuète fut donc bien la dernière naissance de cette saison.

Fini pour 2019

Une saison d'agnelage au final bien particulière.

D'abord côté météo avec du froid tardif sur toute la durée, provoquant gel nocturne, sans compter le vent du nord fréquent. Situation installant inquiétude, nuits et journées saucissonnées, fatigue et complications par pertes à cause d'hypothermie malgré une attention extrême.

 

Fini pour 2019

Heureusement, pour les agneaux démarrés mais pas pour les sols, très peu de pluie, donc peu d'humidité ambiante.

Fini pour 2019

Des résultats un peu particuliers, avec d'abord un sexe ratio en faveur des agneaux mâles (17 pour 10 agnelles), mais aussi une paire d'avortements, quelques brebis mises en reproduction et finalement non gestantes, plusieurs agneaux morts à cause d'une mauvaise présentation à la naissance dont un cas nécessitant césarienne, et même une brebis morte après agnelage.

Bref une saison tout à l'opposé du printemps 2017 qui s'était déroulé sans aucun problème.

Côté toisons, saison particulière également pour les colorations exprimées  Malgré calcul des accouplements et la prise en considération de la présence de toutes les variantes colorées du Ouessantin chez les Lutins, la part loterie en règles génétiques a produit ...

En formes Agouti, peu de "blanc", un seul "grey", deux "swiss".

En formes Non agouti, uniquement du "noir", aucun "brun".

La variante "faded" ne s'est exprimée que sur quatre animaux.

Une année donc plutôt "noir".

Sinon, comme il se doit, Avril fut bien le mois du pic des naissances chez le Ouessant Lutin.

Fini pour 2019

Les béliers ont rejoint les brebis depuis plusieurs semaines. Les premiers agneaux ont déjà l'allure de petits moutons. Le troupeau au complet va ainsi pouvoir mener quelques semaines paisibles encore, avant la période de la tonte perturbatrice.

L'herbe de mai est bien verte, mais clairsemée suite à la sécheresse de l'an passé et pas bien haute à cause du peu de pluie sur la région et du froid toujours présent à cette date du printemps. De là, d'autres inquiétudes commencent à poindre… Que seront les foins? Puis l'été? Et ensuite la morte saison côté denrée? (Déjà il est certain que cette année encore, les Lutins n'auront pas de glands à croquer, les fleurs des chênes, et même les feuilles, ayant gelé il y a une semaine encore)

Partager cet article
Repost0
14 mai 2019 2 14 /05 /mai /2019 11:18

Heureusement, l'agneau à biberonner est une chose rare chez les Lutins.

Heureusement, car cela demande de la disponibilité et impose des contraintes durant trois mois.

Heureusement, car cela indique une troupe pour laquelle ce genre de nécessité est rare. C'est seulement le cinquième agneau-biberon chez les Lutins, en 23 ans d'élevage et des centaines de Ouessant élevés.

Le fiston

Depuis une semaine, tout va bien pour Frimas qui a perdu sa mère.

Comme on le voit, sa vie est tranquille à la maison, durant les périodes où il s'y trouve.

Que ce soit en petit orphelin solitaire ...

Le fiston

… ou accompagné ...

Plaisir de la proximité animale pour lui, substitut également de mère, sans compter que cette machine à vous nettoyer l'entrée tout autant que la sortie est bien efficace.

Merveilleux joujou pour l'autre.

Le fiston

Il n'y a que le soir pour un dernier biberon, puis les genoux de son "père de lait" avant de regagner son carton pour la nuit, que Frimas retrouve la maison, n'hésitant pas à arriver par ses propres moyens quand l'heure approche.

Le fiston

Sinon, dès le lever, Frimas retrouve le troupeau, alternant repos et jeux avec copains ou encore avec découverte du vaste monde sans s'éloigner de ses semblables. Il y a toujours une brebis ou une autre, avec ou sans rejeton, autour de qui vivre en satellite, n'ayant qu'à attendre les biberons livrés régulièrement par le berger. 

Si, comme pour d'autres une première entrée en maternelle ou un premier départ en colo peuvent être difficiles, les premiers stages en immersion troupeau ne se sont pas faits sans pleurs pour Frimas. Mais aussi petit soit le cerveau d'un agneau, il imprime vite et il n'est question que d'un jour ou deux émaillés par quelques angoisses pour le jeune, rassuré tout de même par des visites de "popa" (ne pouvant nous téléphoner) .

Les habitudes sont prises et à présent les journées entières se passent dans les prés. La prochaine étape consistera à passer également ses nuits avec le troupeau. Dès la fin de semaine?Frimas sera alors âgé de quinze jours et plus costaud. Mais seulement si la météo permet de l'envisager sans grosses inquiétudes.

Partager cet article
Repost0
13 mai 2019 1 13 /05 /mai /2019 11:03
Presque fini

Ce 8 avril, c'est Etoile qui donnait naissance à un agneau.

Presque fini

Un bien beau et costaud Tsunami, de coloration Non agouti en base noire.

Presque fini

Hier soir, c'était au tour de Vigogne de donner naissance.

Presque fini

Une bien petite Cacahuète, légère et longiligne, de coloration Non agouti en base noire.

Je ne l'ai pas pesée tout de suite, mais une de ces agnelles les moins lourdes comme cela arrive (700 g à l'âge de 24 heures). Une fois encore, pas question de parler de jeune prématurée pour expliquer un petit gabarit, car Vigogne ne pouvait mettre bas que dans 5/6 jours au plus tard d'après mes dates de constitution des lots de reproduction. Cacahuète va pouvoir profiter de quelques beaux jours ( enfin!), pour démarrer dans la vie

A plus ou moins une semaine de la fin de la saison d'agnelage, il semble ne rester qu'une femelle en gestation, Sucrette, si sa toison ne joue pas un vilain tour d'optique.

J'espère cette dernière future naissance sans souci … et féminine pour changer un peu. Il n'y a plus qu'à attendre.

Partager cet article
Repost0
6 mai 2019 1 06 /05 /mai /2019 17:35

La nuit de samedi à dimanche fut très froide pour la saison. L'herbe était gelée au cours des rondes de surveillance imposées par cette météo bien pénible.

J'eus raison d'être inquiet car Grilletine choisit cette nuit là pour donner naissance.

Du moins elle essaya car je dus intervenir pour constater qu'il n'y avait aucune progression, l'agneau étant bloqué sur le dos. Il me fut impossible de mener à bien la fin du processus, ne pouvant atteindre le jeune. C'est donc chez la vétérinaire à quatre heures du matin que Grilletine fut soulagée. Le drame fut évité, la vétérinaire ayant pu fouiller la brebis et sortir l'agneau, vivant, malgré l'épreuve et les manipulations.

Vaguelette

Par contre, c'est là la dernière image de Grilletine qui disparaissait deux heures après cette photo, emportée suite à une métrite trente six heures après l'intervention (une première en vingt trois ans pour ce genre d'incident et si mes souvenirs sont bons, la seconde perte d'une brebis allaitante).

Vaguelette

Voilà donc Frimas (bélier Non agouti en base noire), orphelin … et moi, père de lait pour trois mois, à devoir assumer l'avenir d'agneau de ce jeune.

Il y a bien longtemps qu'agneau-biberon avait animé la vie chez les Lutins.

Vaguelette

Par contre, au lever du jour de ce dimanche encore, je découvrais Pérelle accompagnée. Une naissance sans doute passée inaperçue dans la nuit suite à mes mésaventures avec la naissance précédente.

Vaguelette

Heureusement tout semble s'être bien passé, déjà en rapport à la météo. Ce qui me rend admiratif face à la résistance d'une si petite Givrette (agnelle Agouti blanc bronzé).

Une vaguelette de deux donc, en cette nuit de gel.

Partager cet article
Repost0
28 avril 2019 7 28 /04 /avril /2019 13:33

Cette nuit, arrivage de deux mâles encore.

Le mâle est partout

Le premier né encore hier le 27, de Molène.

Le mâle est partout

Shebam, de coloration Non agouti en base noire.

Le mâle est partout

Toujours de nuit mais par contre ce 28, c'est Estive qui donnait naissance.

Le mâle est partout

Naissance d'un Titan, de coloration Non agouti en base noire et certainement homozygote "faded"

Le mâle est partout

En leur premier jour de vie, les agneaux dorment beaucoup.

Ils savent se lover au mieux sur les prés. Comme ici Titan qui a su trouver coin de terre battue d'une sente, à l'abri du vent d'ouest pas bien chaud pour autant, plaqué derrière une touffe d'herbe de refus en ce lieu de piétinement.

Quinze agneaux pour huit agnelles sur les terres des Lutins. Il faut espérer que la petite dizaine de naissances qui semblent encore à venir, verra poindre plus de femelles.

Partager cet article
Repost0
27 avril 2019 6 27 /04 /avril /2019 16:21
Toujours du mâle

Ce 24 avril, Poupoupidou donnait un agneau.

Toujours du mâle

Son petit bélier, Pistil, de coloration Non agouti en base noire.

Toujours du mâle

Ce 25 avril, c'était au tour de Mirlaine de donner un mâle, encore.

Toujours du mâle

Avec Kezako (en position "pipi"), de coloration Non agouti en base noire et homozygote "faded".

Partager cet article
Repost0
24 avril 2019 3 24 /04 /avril /2019 07:23
Vu et revu

Vu et revu mais toujours captivant.

Une naissance en images hier après-midi, grâce à Pica.

Vu et revu

Pica est le genre de brebis qui devient une outre bien longtemps avant le jour j, alors que d'autres vous font un petit alors que la veille vous vous demandiez si, à les voir, elles étaient bien gestantes.

Vu et revu

De plus c'est également le genre de brebis qui, une paire de jours avant l'événement, manifeste une contrariété plus que notable qui vous vous fait craindre naissance à gros problème ou avortement. Alors que d'autres brebis mènent vie normale jusqu'au dernier moment et vous laissent découvrir dans le quart d'heure suivant qu'elles viennent d'avoir un petit.

Mais là tout se présente bien. On notera la langue du jeune qui sort, les contractions "l'écrasant". C'est une épreuve pour lui aussi.

Vu et revu

Museau posé sur les pattes avant, la position normale.

Vu et revu

Première respiration. Le petit fait des bulles sous la membrane qui lui recouvre les naseaux.

Vu et revu

Tout s'est bien passé. Le plus difficile est fait, le passage du crâne. Le temps suspend son vol, mère et jeune trouvant repos après l'épreuve.

Vu et revu

La mère n'a plus la force de se lever pour achever le travail par la rupture du cordon ombilical par étirement.

Vu et revu

Pas de pivots de futures cornes notables sur le crâne. Ouf! Normalement une agnelle.

Vu et revu

Premiers contacts accompagnés d'échanges vocaux, toujours en position repos.

Vu et revu

En pleine forme, Pirouette (de coloration Non agouti en base noire) foule désormais le plancher des Lutins.

L'heure du grand nettoyage s'impose.

Vu et revu

J' abandonne finalement le duo à sa vie, tout se passant parfaitement. La suite se fera sans besoin de ma présence. La vitalité est là.

Je réalise que d'autres accouplements datant du 26/11 dernier, comme pour Pica, pourraient être à l'origine d'autres naissances, ce jour, sur les prés. Une petite prospection s'impose 

Partager cet article
Repost0
23 avril 2019 2 23 /04 /avril /2019 20:51

Ce matin, je trouvai un nouvel agneau bien vif et tonique derrière sa mère. Sans doute né précocement dans la nuit, à moins qu'il soit passé inaperçu hier.

Kafka

C'est Arolla qui l'a produit.

Kafka

Kafka est un jeune mâle de coloration Agouti swiss markings sur couleur de base noire, comme sa mère.

Kafka

Sans être aussi complet qu'il pourrait l'être, ce bélier possède un patron ("dessin"), correspondant à cet allèle du locus Agouti, plus marqué et plus étendu que celui de Brome, sa demi soeur de même coloration. 

Partager cet article
Repost0