Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • Ouessant-mouton / les Lutins du M.
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 16:49

Triste de découvrir la disparition de ce jeune photographe nature dont j'appréciais le travail et la démarche, je ne pouvais pas ne pas porter (un peu tard!) une partie de son oeuvre à la connaissance de ceux qui voudront bien se plonger dans son site.

Il était de ceux dont l'émerveillement nourrit le mien.

Comme j'avais pu lui dire lors d'un petit échange, il était nos yeux là où nous ne pouvons être, il était un regard sur ce que beaucoup ne savent trop souvent plus voir...

Repost 0
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 17:25

Il est des moments comme ça... de grande solitude.

La queue à la caisse du magasin de bricolage par ce bel après-midi d'été semble vouloir s'éterniser. Chacun patiente, les regards se dispersant de ci de là pour tuer le temps. Arrive enfin le tour du couple qui me précède... et qui s'empresse alors de déposer ses articles sur le tapis roulant.

"Aaahhh!!!" Cri d'horreur de la caissière venant de découvrir dans les achats une bombe de (prétendu) répulsif contre les serpents. "Vous avez des serpen-en-ents?"

Et voilà le guerrier mari exposant les faits appuyés en écho par la femme du guerrier...

Le serpent se hissant dans la glycine en façade de maison. La fenêtre de l'étage ouverte. La panique qui s'en suivit. La bombe insecticide vidée dans la pièce jusque sous le lit (Ben oui! Si ça tue les sales bêtes à six pattes, ça doit bien agir sur les sales bêtes sans pattes!). Le désespoir de ne pas avoir retrouvé le monstre rampant. La décision d'employer les grands moyens. L'achat du produit miracle anti-dragon et autre truc à écailles pas fait comme nous...

Ce devait être inscrit dans mon destin. Le regard du "chef de famille" dans sa quête de soutien moral ou d'admiration finit par tomber sur le mien qui ne faisait que consciencieusement observer et analyser la scène. J'eus droit à la description de l'alien avec son collier blanc. Tentative de ma part à vouloir apporter identification et rassurer en expliquant qu'il devait s'agir d'une inoffensive très commune couleuvre justement dite "à collier" ou encore d'une jeune couleuvre d'Esculape aux mœurs précisément arboricoles et assez présente sur le secteur.

Mes propos dénotant dans ce climat de panique générale, le regard de l'homme me prenant pour un doux illuminé se détourna du mien, et le matériel de guerre fut jeté dans le sac au fond du chariot.

Le couple équipé pour le combat s'apprêtant à partir, c'est alors qu'un retentissant "Vous avez essayé le lait?" hurlé par la caissière fut suivi d'un " Si c'est une vipère, elle devrait aimer le lait" qui finit par m'anéantir totalement.

Un tel concentré de bêtise humaine (ignorance dont on ne veut souvent pas sortir quoi qu'une personne avertie vous apporte) concernant la nature et la faune en particulier, c'est malheureusement bien courant, mais cet instant surréaliste subi me le rappela douloureusement une fois de plus.

Cette dernière anecdote ne peut mieux introduire mon incitation à faire lire l'ouvrage qui suit à tous ceux qui souhaitent ne pas mourir idiots (s'ils l'étaient) en ce domaine et en attendant ne plus être complices du "n'importe quoi " colporté sur le dos de la faune et le peu de nature qui nous environne.

Pour tordre le coup à l'ignorance en ce domaine, un livre de Jean François Noblet, "La nature au café du commerce"

(A propos de l'anecdote: les serpents ne boivent pas de lait, pas plus les vipères que les couleuvres. Cette croyance tient peut-être au fait que l'animal capturé peut évacuer ses excréments composés d'une partie blanchâtre (urée) ou encore que la couleuvre peut s'approcher des fumiers (et donc des étables) pour y déposer ses œufs. Cependant, le mythe de la couleuvre qui tète les vaches se rencontre également hors monde rural, comme cette directrice de lycée qui le clamait haut et fort pour me convaincre ou du moins s'opposer à ce que je tentais de lui démontrer.... Comme quoi le niveau social n'est pas une protection au manque d'instruction, au moins en ce domaine....)

Repost 0
26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 12:23

Un titre d'ouvrage évocateur.

Humain, chien, chat, trois prédateurs réunis pour le meilleur et pour le pire depuis.....

Ce trio nous semble tellement anodin, coutumier que le titre de ce livre de Pierre Jouventin surprend presque tellement il est juste pourtant. Il correspond bien à une réalité fruit d'une longue histoire à découvrir.

Voici une petite vidéo dans laquelle l'auteur présente son ouvrage.

A lire pour tous les curieux de la construction de l'humanité, des animaux domestiques et du chien et chat en particulier.

Sans oublier le site de l'auteur, pour tous ceux qui s'intéressent au monde animal ou qui désireraient faire un pas vers sa découverte.

Repost 0
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 14:03

Rappel

(Commentaire de Marguerite)

bonjour,

il faut bien que de temps en temps certains ne soient pas toujours d'accord avec vous... alors concernant ce livre, je n'ai lu que la présentation faite par l'Aspas.. je ne suis pas totalement acquise à tout ce qui se passe durant la saison de la chasse, mais je ne suis surtout pas opposée à la chasse. les personnes qui cultivent les à-priori du quidam vis à vis du monde de la chasse en diffusant des informations au sujet d'excès sporadiques dus aux agissements de quelques excités, et en présentant ces informations comme étant le fait de la majorité, m'ont toujours superbement hérissée. la chasse est une activité formidable qui permet à des personnes telles que mon mari, à l'aube de la retraite, de faire partie d'un groupe d'hommes, généralement dans la même tranche d'âge que lui, qui cultivent la sympathie avec calme et bonhommie, qui permet également toujours à ces mêmes personnes, de conserver une multitude de raisons de parcourir la campagne environnante en toutes saisons, parce que tous ces hommes ne sont pas QUE des porteurs de fusil, mais aussi et surtout des personnes qui se passionnent pour la connaissance de cette nature, qu'ils fréquentent occasionnellement les jours de chasse. et surtout, surtout, la chasse est une activité qui maintient un lien social très important au fin fond des campagnes, il ne faut pas sous estimer l'importance de ce point de vue, la culture de cette convivialité fait partie intégrante du plaisir de vivre à la campagne, du plaisir de continuer à vivre chez soi. il y a bien sûr d'autres activités possibles avec ce même intérêt de maintien de lien social, mais rares sont celles qui véhiculent autant de tradition. je n'ai pas le temps de développer davantage, mais j'aimerais que cette caricature du chasseur stupide qui se laisse aller à n'importe quelle dérive dès que l'attrait du sang apparaît, j'aimerais que cette image facile disparaisse enfin pour mettre en lumière ce qui se passe réellement lors d'une journée de chasse ainsi que tous les tenants et les aboutissants de cette activité . cordialement, Marguerite.

(Réponse du berger)

Bonjour

Désolé d'utiliser cette voie d'un nouvel article pour répondre à votre long commentaire, mais ma réponse encore plus longue et la limite en caractères en la section "Commentaires" de mon blog sous le dit article initial qui vous fait réagir, m'amènent à cette solution de secours....

Je ne publie pas pour qu'on soit d'accord avec moi, mais pour amener à réflexion, pour instruire et éduquer (sans doute une déformation professionnelle héritée d'un certain passé), parce que je considère que chacun d'entre nous construit le monde et que celui dans lequel je vis est trop souvent effarant si on accepte d'ouvrir les yeux pour le découvrir.

Désolé, non ce livre n'est pas dans un discours anti-chasse comme vous le craignez (bien que sur ce sujet il serait possible de réfléchir aux raisons sociologiques et psychologiques qui amènent à la pratique cynégétique ludique). D'ailleurs, la chasse, c'est aussi en fait des chasses, lesquelles posant des problèmes bien spécifiques.

Désolé, non vous ne trouverez donc pas dans ce livre la caricature que vous redoutez.... du chasseur petit bonhomme bedonnant, rougeau et aviné, à l'esprit primaire, l'œil sans étincelle, planté au coin d'un bois.... caricature célèbre dans certains sketches humoristiques tout autant célèbres. Vous n'y trouverez pas plus d'insultes.

Non rien de tout cela! Ce livre est un guide pratique pour le non chasseur et a le mérite de mettre sur le devant de la scène le fonctionnement du monde cynégétique, certains problèmes qu'il pose et leurs conséquences pour la nature et ses usagers. Je pense même qu'il serait instructif pour bien des chasseurs qui ignorent parfois les fondements mêmes de l' univers de leur loisir.

N'imaginez pas que je ne connais pas ce milieu de la chasse. J'y ai grandi, ainsi que dans celui de la pêche (pêche d'ailleurs, autre forme de chasse même si les moyens sont différents, bien moins souvent critiquée du fait que cette activité silencieuse ne présente pas de danger pour les autres utilisateurs de la nature et que les espèces ciblées nous sont moins proches dans le cheminement de l'évolution.; pourtant le monde de la pêche pose un certain nombre de problèmes identiques à ceux de la chasse sur certains points que je ne développerai pas ici car ce serait trop long, comme cette parenthèse...)

Le monde de la chasse et la pêche, je connais donc bien puisqu'il a fait de moi un temps un individu animé d'un fort instinct de capture, jusqu'à ce qu'atteignant "l'âge de raison", j'ai pu être apte à une plus large réflexion et finir par sortir du mimétisme culturel.

Le monde de la chasse, je connais bien également pour y avoir été confronté directement ou indirectement depuis des dizaines d'années dans mes activités d'observations, études et suivis naturalistes, ainsi qu'un temps dans celle de correspondant de Centre de soins pour la faune sauvage.

Le monde de la chasse, je connais bien pour avoir côtoyé certains de ses responsables durant de nombreuses années en siègeant au sein des carnavalesques Conseils départementaux de la chasse et la faune sauvage, sans parler d'études menées en partenariat avec les fédérations de chasseurs.

Je pourrais raconter beaucoup, mais ce livre de Marc Giraud le fait bien mieux que je ne le ferais moi-même.

Je ne peux que vous inviter, Marguerite, à lire ce livre, vous y découvrirez bien des choses que vous ne soupçonnez pas et votre regard ne sera sans doute plus alors totalement le même.

Maintenant, l'amitié, le cercle social que certains trouvent à la chasse (comme vous l'exprimez).... tout comme souvent évoqué par ailleurs, le fameux plaisir du chien ou celui des bottes dans la rosée à l'aurore..., s'ils existent bien, ne balayent pas pour autant les problèmes autres que cet ouvrage montre du doigt. Tout plaisir, toute activité ne doit jamais occulter ce sur quoi il/elle repose et ce qu'il/elle engendre.

Cordialement

Dominique

(Ps: une lecture d'ouvrage que je conseille fortement également à tout honnête chasseur sympa ouvert à la réflexion)

(....maintenant, inutile de commenter à l'infini le sujet.... Merci à chaque visiteur de comprendre; à chacun de lire ou pas cet ouvrage...

(par contre, homme de dialogue je pense, on peut me contacter en privé, je répondrai à qui le souhaite. Merci de votre compréhension)

Repost 0
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 09:53

Il n'y a pas que les Ouessant dans la vie... du berger! (une nouvelle catégorie du blog des Lutins)

En effet si la passion est bien là, il faut éviter l'obsession et bien d'autres préoccupations animent heureusement les centres d'intérêt du berger.

Il est vrai que ma curiosité pour le monde animal, le vivant, la nature comme on dit et la planète occupe une part importante de ma personnalité et ce n'est pas sans raisons au-delà du simple plaisir.

Aussi, toujours dans le sens du partage, de la découverte et de la réflexion, tout comme dans la rubrique "Autour des Lutins" concernant leur environnement , j'ai pensé faire découvrir à l'occasion également un livre, un site, une association, tellement je suis silencieusement de plus en plus effaré et affligé avec les ans de constater l'ignorance de beaucoup d' humains concernant la nature dont ils sont issus ou qui ne serait-ce les entoure, ainsi que ce manque de conscience de leur place dans le phénomène du vivant et la branche même de la problématique humanité.

Le livre de chevet du berger en ce moment.... on ne peut plus de circonstance.

Découvrir ce livre c'est aussi découvrir une association efficace et au grand mérite.

Puisse cette petite goutte d'eau par cet article alimenter l'océan à remplir pour construire un monde meilleur!

Repost 0