Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

8 février 2018 4 08 /02 /février /2018 15:31
Il y a comme un froid

Toutes les brebis sont à nouveau réunies depuis début février.

C'est avec un mois de retard que les retrouvailles eurent lieu, par rapport à la plupart des années précédentes.

Elles furent chaleureuses. Elles étaient particulièrement attendues par les principales intéressées et ce dès l'éclatement d'automne du troupeau.

Après trois mois et demi de séparation, chacune a analysé chacune et certaines agnelles avaient manifestement un plaisir particulier à retrouver leurs mères, à en croire le fait qu' après les avoir longuement reniflées, elles les talonnaient durablement comme si elles craignaient de les perdre à nouveau.

Depuis, l'harmonie retrouvée, règne la sérénité dans ce groupe.

Sérénité et spectacle de cette troupe emplissent d'une grande bouffée de bonheur la poitrine du berger.

Heureux devant ces retrouvailles, heureux pour ses brebis.

Il y a comme un froid

Très vite, il y eut comme un froid avec l'arrivée de la neige.

Depuis quatre jours, depuis cette première et unique chute, la neige a du mal à fondre avec le gel nocturne et des températures à peine positives en journée.

Il y a comme un froid

Pour accéder à la verdure, les brebis doivent adopter la technique chasse-neige.

Il y a comme un froid

Les placettes libérées les jours précédents, favorisant le dégel de par leur couleur sombre, permettent un accès plus facile à l'herbe.

Il y a comme un froid

Les jeunettes expérimentent la technique face à cette situation nouvelle pour elles.

Il y a comme un froid

Avec pour conséquences, les inévitables boulettes givrées en collerette.

Il y a comme un froid

Les adultes, gestantes, ...

Il y a comme un froid

... au ventre lourd de la promesse tant attendue du printemps prochain, font avec, ayant de plus une certaine expérience face à ce genre d'épisode météo.

Il y a comme un froid

Tout comme la doyenne.

Il y a comme un froid

Heureusement, comme en tout temps, le foin garnit les râteliers si besoin était.

La distribution de céréales, attendue chaque matin, est un bon complément pour lutter contre le froid et d'abord se remplir pour démarrer sa journée.

Les glands, encore nombreux au sol, et quelques châtaignes satisfont également les panses, pour qui a patience de gratter la neige sous les arbres d'un antérieur énergique.

Mais bon, l'herbe étant une priorité et un plaisir dans l'alimentation du mouton, les Lutines s'adonnent de longues heures à pâturer.

Il y a comme un froid

On se remplit une fois encore un maximum avant la nuit.

Il y a comme un froid

Puis retour vers les abris en colonnes bien ordonnées, en empruntant les sentes qui rayonnent depuis leurs couches paillées et sèches où il fera bon ruminer et se reposer.

Plus que quelques jours de patience et ce désagrément hivernal ne sera plus qu'un mauvais souvenir figé en quelques images.

Le réel bonheur ne devrait plus tarder à revenir dans le pré.

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
Bonsoir<br /> Merci pour ce blog dont je ne me lasse pas tant il est une mine d'informations toutes illustrées par des photos superbes.<br /> Effectivement la neige doit être perturbante pour nos petit protégés. Chez nous 20 cm en nord S§M dans les endroits dégagés.<br /> En ce qui me concerne, pour mon troupeau (8 Ouessants, 4 brebis que j’espère gestantes et 4 béliers) j'utilise la méthode Lutin, foin à volonté, complément alimentaire (orges avoine)…<br /> Sur mon terrain il y a plusieurs parcours composés d'herbes (du tout venant) et d'un petit peu de sous bois couvert de lierres. À l'occasion de la neige je les positionnent sur un parcours à majorité sous bois car sous certains arbres (Ifs notamment) la neige ne recouvre pas le lierres ils peuvent se régaler… Autre petit plaisir les feuilles de bambous, il suffit de coucher les longues tiges et c'est le régal… J'ai remarqué qu'avec lierre et bambou ils ne mangent presque pas de foin.<br /> L'hiver (comme je travail encore) je ne les vois qu à la nuit tombé ils reconnaissent le moteur de ma voiture et le bruit caractéristique de la boite de graines. <br /> En journée si je me promène dans leur espace il me suivent un moment, espérant certainement une gâterie, les béliers sont alors plus proches que que les brebis. Au bout d'une dizaine de minutes ils retournent à leurs occupations.<br /> Pour les attraper l’attrait de l'orge (je n'ai pas d'auxiliaire canin) et la ruse pour fermer la porte sont indispensable … <br /> JJD
D
Bonjour <br /> Merci pour les visites sur le blog des Lutins et pour ce partage d'expériences.<br /> Souvent je réponds aux éleveurs qui m'écrivent qu'il faut effectivement adapter ses méthodes d'élevage à sa propre situation et en particulier aux ressources de l'espace de sa troupe.<br /> Et comme vous dîtes, jouer avec la gourmandise de ses animaux permet d'arriver à les tromper lorsqu'on veut les attirer en un endroit pour par exemple pouvoir les capturer.<br /> Redoux et pluie ici à présent, plus de froid ...mais la gadoue...<br /> Bon élevage!
M
Bonjour. très bel article. très intéressant. un beau blog. Vous pouvez visiter mon univers. lien sur pseudo. à bientôt. bises
D
merci! superbe également dans un autre plus vaste registre...
V
Et oui un hiver comme mes brebis n'en avaient pas encore vu, j'ai bien garni le foin, rajouter de la paille sous la cabane et j'avais gardé les châtaignes au cas ou, ça leur fait un peu plus à manger et puis des granulés bien sur et un seau d'eau dégelé...20 cm elle sont du mal à atteindre l'herbe...
D
20 cm! ça commence déjà à faire....<br /> ici 8/10 cm de moyenne; c'est déjà moins.
M
la vraie émission "l'amour est dans le pré" n'est pas sur la chaine M6 (encore que je la regarde..) mais ici sur votre blog : je m'extasie devant les "bouilles" charmantes de vos enfants ; mon dieu comme ils sont mignons vos moutons et" ron et ron petit patapon". Pour les rentrer le soir vous les appelez ou alors ils reviennent d'eux mêmes, sachant d'instinct l'heure de rentrer ? Un été lointain maintenant j'avais loué une ferme basque et le brave paysan m'avait appris à rentrer ses vaches et je criais le soir "ogui ogui" et les vaches arrivaient au galop : j'ai vécu les plus belles vacances de ma vie dans cette ferme perdue sur la colline au-dessus d'Hasparren mais seule car mon époux avait préféré partir avec des camarades faire un voyage de 3 semaines dans le pays basque espagnol et en est rentré sans aucune connaissance, alors que moi j'ai appris par exemple qu'un cochon de race landrace est fragile du coeur... j'ai vu la naissance de dix petits cochonnets.. La nuit j'ai écouté le passage des contrebandiers passant en Espagne.. et je n'ai même pas eu peur alors que j'étais vraiment seule, sans téléphone, sans voisins, j'étais juste avec mon petit bébé. J"aurais bien racheté cette ferme mais mon mari a horreur de la campagne et moi..horreur de la ville..(rire), à défaut de moutons, coqs (j'adore leur présence le matin très tôt), j'ai des chats.Pour contempler de la verdure je la regarde sur internet, pour voir des moutons je viens sur votre blog car par chez nous je n'ai jamais vu le moindre bétail dans les champs et pourtant soi disant il y a vaches, veaux, moutons, mais où ? enfermés dans des bâtiments ou alors pure invention et on importerait maintenant les viandes ? ça se peut car je vous dis, malgré les grandes plaines qui nous entourent, je ne vois aucun animal de ferme, et les belles fermes fortifiées sont transformées en résidences de luxe, c'est le monde à l'envers. Et les terres agricoles, aux abords des villes, qui étaient si belles -champs de colza, champs de coquelicots, sont vendus aux promoteurs immobiliers et maintenant quand je sors de la ville, je n'ai plus ce plaisir de contempler des champs en fleurs mais des futures cités de maisons moches,on va entasser des familles dans des maisons pareilles, des cités horizontales, : comment ose t on brader les terres agricoles ? un vrai scandale ..<br /> ici il y avait des grands élevages de moutons au Moyen Age..Mon époux m'assure qu'il y en a encore dans ..un lycée agricole, j'appelle pas ça un élevage. Les enfants d'aujourd'hui ne voient pas le moindre animal vivant, le fameux "dessine moi un mouton".. il faudra que je demande à certain enseignant que je connais bien, si ses élèves savent dessiner un mouton, j'ai pas vérifié mais à mon avis ils ne doivent pas savoir.
D
mes animaux font ce qu'ils veulent (dans la limite imposée par les clôtures). D'ailleurs ils n'hésitent pas à être actifs la nuit et partir brouter s'ils en ressentent le besoin.<br /> Ils peuvent me suivre si je les appelle, mais quand on leur réserve un épisode pas très agréable pour eux (capture pour soins divers), la chienne est le meilleur allié pour pouvoir les obliger à se laisser parquer.<br /> Merci pour vos souvenirs et témoignages champêtres partagés.<br /> Heureux de vous procurer une bouffée d'oxygène et de vous apporter un peu de verdure sur cet écran....