Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

18 mai 2018 5 18 /05 /mai /2018 08:45
Champagne

Les dernières naissances traînent chez les Lutins.

Pourtant je savais que Hermeline devait bientôt agneler, d'après sa physionomie et du fait que j'avais suspecté accouplement le 20/12 dernier.

C'est chose faite. Au lever, je la trouvais avec sa progéniture qui avait vu le jour quelques heures avant à en voir l'allure.

Champagne

Un agneau mâle brun s'ajoute à la troupe. Champagne! La probabilité était au plus faible pour que  ce gène récessif s'exprime, surtout de par la coloration de la mère. Et pourtant ...

Voilà un animal tant attendu non seulement cette saison mais depuis 2003.

En effet ce jeune devient unique de par une mère porteuse de brun la plus bretonnisante qui soit (bretonnisante: souche de composante des Ouessant supposés bretons d'origine et de "sang" ouessantin ancestral en particulier, lors de la relance de ce type ovin il y a 40 ans) et un père résultat de travail choisi également en ce sens.

Si donc le génotype global est des plus réussis après 15 ans de travail, demeurent l'inquiétude du morphotype qui ne semble pas trop séduisant à ce stade et une crainte de manque de qualité au final.

De plus, Champagne semble homozygote pour le gène "faded", ce qui n'est pas forcément le mieux que d'utiliser par la suite un sujet apportant deux gènes récessifs en reproduction, ceux-ci risquant d'être associés lorsqu'ils pourront s'exprimer, ce qui n'est pas forcément le but recherché, bien que cette association demeure intéressante en terme de diversité d'expression .

Mais bon, on ne va pas se plaindre. Une "belle" naissance tout de même, car il ne faut pas oublier que dans un travail conservatoire, ce n'est pas l'apparence qui doit primer ( et être primée!) mais d'abord ce qu'est réellement l'animal en lui, qui de plus doit confirmer également par la suite les réelles aptitudes attendues en ce type ovin "primitif" dit rustique.

L'essentiel est bien d'avoir la matière qui elle si elle était perdue le serait pour toujours, alors que le morphotype, dont le tape "à l'œil", peut toujours se travailler par sélection, sur le temps.

( Ce que beaucoup de monde a du mal à comprendre, en particulier face au fait de ne pas faire du cornage LA priorité, y compris quant à la conformation du sujet, mais tout au contraire le détail après tout le reste, je dis bien "tout" le reste) 

Alors donc Champagne pour tout le monde aujourd'hui chez les Lutins, quitte à devoir se rouler dans l'herbe un peu plus que d'ordinaire et ne pas se lever demain de suite avec le soleil ...

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Félicitations !!! Pour ce travail acharné . Tu es la bonne fée du mouton d'ouessant !!!
Merci à toi et tes amis éleveurs passionnés de nous permettre maintenant de profiter de ses merveilles !!! Je ne te remercierai jamais assez pour tout le savoir que j'ai appris sur ce blog .
Donc comme tu dit CHAMPAGNE !!!!
Répondre
D
merci; s'il en est ainsi du blog des Lutins, le but est atteint ...
L
Qu'ils sont jolis, ces bruns. Quelqu'un qui préside une association dédié à cette race m'a pourtant très récemment expliqué que cette couleur n'existe pas chez le Ouessant, mais qu'il s'agit du résultat du croisement avec des moutons hollandais. Tu connaissais cette anecdote, Dominique ? Hi hi, oui, je sais que tu la connais, mais c'est mot pour mot ce que m'a dit la dame en question voici à peine 3 semaines ! Comme je suis très polie, je l'ai laissée dire !
Répondre
D
Cette coloration, jusqu'à preuve du contraire, n'est pas documentée (malgré quelques affirmations au final farfelues par méconnaissance) comme présente parmi les animaux "bretonnisants" ayant servi au début de la relance du type ovin.
Par contre ils furent largement multipliés car séduisants, dans le groupement hollandais les années suivantes. Dans des origines précises un peu beaucoup problématiques et dans une allure particulière qui font planer beaucoup de doute, d'autant qu'à cette époque (et aujourd'hui encore souvent) non seulement la coloration peut ne pas être correctement identifiée et de plus les règles de génétiques n'étant pas connues.
D'où le fait que tout animal véritablement brun génétiquement a aujourd'hui (en ouessant) ancêtres hollandais plus ou moins lointain. C'est pourquoi dans un souci d'éviter toute pollution génétique extérieure non ouessantine supposée, je m'attache chez les Lutins depuis 2003, à ramener cette forme colorée en une composante dite "bretonnisante". D'où ma joie de ce matin avec cet agneau.
Maintenant, il ne faudrait pas que le naïf songe à l'inverse que tout Ouessant noir ou blanc (pour les colorations dominantes) serait de type "pur" comme je le lis ou l'entends encore.
Dans le même temps rien n'interdit que cette coloration brune génétique (à ne pas confondre avec: les noirs brunissants sous UV, ou le "faded" comme le faisait un dit célèbre juge expert en concours (sic!), ou encore certains agoutis blanc bronzé comme le faisaient là encore dernièrement certains experts et administrateurs du gemo jusqu'à ce que je réveille tout ce monde autour de la détermination des toisons depuis une quinzaine d'années au moins...)...donc... que cette coloration récessive et donc rare ait pu être présente sur Ouessant en des temps peut-être pas si lointains... et peut-être plus encore en des temps plus éloignés comme pour bon nombre de populations ovines primitives qui possédaient une multitude ou au moins une belle diversité de colorations de toisons...
J'ai reçu plusieurs fois ces dernières années la personne dont tu sembles parler, afin de lui faire découvrir le mouton d'Ouessant puisqu'elle semblait vouloir le découvrir et apprendre, d'autant qu'elle n'en avait jamais eu de sa vie (bien que son père en avait mais cela ne l'intéressait pas alors). J'espère que ce fut une bonne élève...
Néanmoins, cela fait des décennies que la coloration brune est présente non seulement au standard, dans les concours, voire primée, confirmée ...
Que cela plaise ou déplaise à certains, tout comme l'ensemble des colorations (et d'autres) présentes chez les Lutins, elle fait bien partie , au moins, du paysage Ouessant continental actuel ....
P
Félicitations ! merci pour votre démarche de sélection constructive pour l'évolution de ce petit mouton.
Répondre
D
merci à vous
D
Felicitations ! pour ce beau petit male brun !
Répondre
D
Merci pour lui.