Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

8 juillet 2018 7 08 /07 /juillet /2018 18:57

Nombreuses sont les vidéos relatant l'élevage du mouton d'Ouessant "moderne" (20 è et 21 è siècle) sur son île éponyme.

Celle ci-dessous en lien, qui date un peu, a le mérite d'apporter plus de pittoresque que d'autres de par ce propriétaire d'ovins parlant breton et faisant allusion au marquage ancestral des animaux par entailles aux oreilles.

Ces gros et grands Ouessant, à l'image de ceux actuels, résultent de décennies d'absorption du type ancien (centre d'intérêt sur mon blog) par les diverses grandes races modernes introduites  sur l'île durant plus des cent dernières années.

Malgré tout, la tradition perdure en cette forme d'élevage en "vaine pâture" autorisant les moutons à être libres environ la moitié de l'année, pour se retrouver ensuite à l'attache le plus souvent par deux, sur les landes et à présent les anciennes parcelles de culture à l'abandon.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Emouvant, ce document, à plus d'un titre... Fañch Broudic, d'abord, notre reporter bretonnant national ( et un très bon ami ) et la langue bretonne, si belle... En revanche, question moutons, je suppose que tu es frustré, rien de très intéressant, si ce n'est qu'on " massacrait " allègrement les oreilles !!!
Répondre
D
Merci pour ce commentaire de Bretonne ... !
Oui question identification la découpe des oreilles n'était pas plus enviable que l'arrachage aujourd'hui avec les boucles modernes.
La vie insulaire était rude pour les humains dans les siècles passés et comme toujours dans ces circonstances par ailleurs on n'allait pas forcément dans le souci des animaux, d'autant que c'était la seule solution, pratique et facile à lire ensuite.
Une vie de mouton sur Ouessant était loin d'être merveilleuse. La moitié de l'année dans une relative liberté avec la mer pour clôture tout de même. L'autre moitié à l'attache sur de maigres pelouses maritimes en bordure de falaise, puisque toute l'île ou presque était cultivée. Sans compter en période estivale le manque d'eau car on voit mal ne serait-ce que d'un point de vue pratique, les humains pouvoir aller quotidiennement abreuver leurs ovins à l'attache, d'autant quand le cheptel se comptait par milliers d'animaux (jusqu'à 9000 si je me souviens bien en une certaine période).
On comprend que dans ces conditions, les siècles et le mode d'élevage n'aient pas façonné un morphotype ovin bien "robuste" en taille et volume, bien que dans le même temps les animaux survivants à ces conditions construisaient une descendance et un type ovin d'une solidité/rusticité conséquente.
Mais comme toi, j'ai deux lectures, deux regards sur ce fameux système d'identification ancestral des ovins sur Ouessant.