Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

14 août 2018 2 14 /08 /août /2018 18:41

A l'heure à laquelle la nichée de printemps du couple d'effraies de la grange a pris son envol, j'ai eu la mauvaise surprise de découvrir le cadavre d'un oiseau de cette espèce à cinquante mètres du site de reproduction.

Pas chouette, dommage.

Je n'ai noté aucun signe extérieur expliquant la mort. Je n'ai pas conclu non plus à un jeune oiseau de l'année en analysant le plumage.

J'espère qu'il ne s'agit pas d'un des adultes du couple. J'aurais bien aimé une seconde nichée d'automne comme cela arrive régulièrement chez cette espèce.

Par la chaleur des semaines passées, le corps s'est comme momifié, déshydraté rapidement,  avant que les petites bestioles le digèrent ou encore qu'une fouine le ramasse sur son passage.

Pas chouette, dommage.

Si l'un des partenaires a donc bien disparu, il devrait être remplacé cet hiver, si tout va bien. Il est vrai que l'espérance de vie est assez faible chez l'effraie et que le renouvellement d'un partenaire au sein du couple est assez fréquent.

Mais peut-être le couple est-il toujours au complet. L'automne me le confirmerait si seconde nichée il y avait.

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
savez vous ce qui peut avoir fait disparaitre nos hirondelles ? les rangées d'éoliennes dangereuses pour les oiseaux : en survolant le sud de l'Espagne, j'ai vu un véritable barrage d'éoliennes s'étendant à perte de vue sur toutes les cimes des Pyrénées ! ces éoliennes inutiles, laides, dangereuses, qui coûtent cher pour peu de rendement, qui défigurent l'environnement, il faut couler des tonnes de béton pour chacune et ces engins ne durent pas longtemps alors qu'en fera t on après ? et maintenant "on" veut en installer en mer ! on nous a pourri la vie avec les centrales nucléaires, maintenant on pourrit autrement par les éoliennes et je suis quasi certaine qu'elles fauchent en plein vol ces pauvres oiseaux migrateurs !<br /> oui pour le fait de nourrir les oiseaux : je le fais rarement et seulement en plein hiver et je tiens bien propre le site de nourrissage pour éviter des épidémies ; dans le jardin il y a des églantiers, des baies de laurier (les merles en raffolent), des figues, du raisin et des cerises, et en hiver je complète par de la graine de tournesol achetée en grand sac à la coopérative agricole du coin. Quand il gèle, j'ajoute du beurre, du saindoux, de l'eau fraiche tiédie,enfin bref, les oiseaux adorent notre adresse.. et y sont en paix.<br /> Par ici, "on" vient encore d'installer des moutons d'Ouessant qui, les pauvres, ne servent que de tondeuses, "on" les a installés cette fois ci, le long des rails de chemin de fer. On s'en sert comme d'outils, rien d'autre, ils ne sont pas choyés comme les vôtres, ils ne portent sans doute pas de joli prénom comme chacun des vôtres, ils ne sont pas pris en photos comme les vôtres (des vraies stars !), : les "humains", ne savent pas considérer l'animal comme vous le faites, ne savent pas le traiter avec déférence, respect, et je remarque que beaucoup d'humains ne savent même pas parler à leur chat, leur chien, sauf à leur "aboyer" dessus.<br /> ma journée a été gâchée par la vue d'un chat écrasé sur l'autoroute, il n'y sera pas venu seul ; des "vacanciers "l'auront jeté par la fenêtre de leur voiture, comme ça se pratique, j'ai assisté un jour à cette scène, sur une route varoise quand j'habitais par là-bas, j'ai ramassé le petit paquet jeté d'une voiture, il bougeait, j'ai cru à un bébé.. et en fait c'était un chaton, mon futur Picotin, un amour de chaton, indemne malgré son lancé par la fenêtre. Mon 2e chat je l'ai trouvé à moitié mort dans une poubelle et ce fut notre Papyrus, un maine coon. Voilà comment on maltraite l'espèce animale ici et là.<br /> Salutations à tous vos beaux moutons (avez vous vu la pub Opel ? on voit un petit bélier Ouessant noir qui barre la route à un gros 4 x4 : je ne sais pas si ce mouton est une image de synthèse mais c'est bien un petit Ouessant qui fait mine de charger, tête baissée avec ses cornes, le gros bestiau mécanique. Cela fait des ois que cette pub tourne en boucle à la tv.
D
comme je disais pour la régression des hirondelles (et bon nombre d'oiseaux de plaine), la régression tient en particulier à l'évolution de l'agriculture et de nos campagnes, dont la disparition des sites qui les accueillaient et des ressources alimentaires qu'elles pouvaient y trouver.<br /> comme vous le faîtes, on peut faire en sorte que son jardin, son terrain, soient accueillants pour toute une petite faune pour l'aider à exister.<br /> ensuite pour les éoliennes et tout un ensemble d'aménagements, cette tendance est dite "écologique", on voit à quel point le mot écologie est détourné de son sens premier.pour ne concerner en fait que la mouvance écologie politique qui consiste essentiellement à vouloir croire et faire croire qu'il est possible d'épargner une humanité dont la population explose et grande consommatrice de "tout", du destin qu'elle se prépare depuis longtemps derrière le mot croissance....alors que le problème de base, celui du phénomène de l'humanité en soi et des règles qui régissent toute espèce, personne et surtout pas les politiques ne s'y penchent...en effet on ne peut soigner des maux qu'en les traitant à la base, gesticulations et raccommodage ne faisant que déplacer et au mieux retarder les problèmes ... Mais ce serait là un long débat nécessitant éléments de réflexion...<br />
L
Les chouettes, quel beau spectacle... Sonore aussi ! Dommage pour celle-ci. Les oiseaux doivent bien mourir de vieillesse aussi, non ?
D
oui bien sûr c'est possible.<br /> bien que pour les espèces animales autres que la nôtre (et aussi comme nous de même nos animaux domestiques), les animaux "sauvages" meurent rarement de vieillesse mais plus des conséquences du vieillissement qui les rend plus vulnérables, à la prédation, à la maladie, à l'accident, à la difficulté pour s'alimenter... Dans la nature on ne fait pas vraiment de vieux os même si parfois certains individus font exception comme en témoignent certains oiseaux bagués et contrôlés à un âge remarquable pour leur espèce (mais alors forcément toujours en bonne santé!)
M
pauvre effraie morte mystérieusement. Une année ici j'ai constaté une hécatombe de petits oiseaux, les Verdiers, j'ai fait analyser la dépouille de l'un et le résultat a été "salmonellose" : ils ont été décimés par la salmonellose. Du reste je n'en vois plus depuis bien vingt années.<br /> Je connais un moine en Auvergne (celui qui me vendait de la laine) qui m'avait dit "quand vous verrez arriver les hirondelles par chez vous, prévenez nous, chaque année on note leur date de retour et on constate qu'il y en a de moins en moins, on veut savoir à quoi c'est dû, si c'est au pays de migration qu'elles se font décimer ou au cours du périple du retour, mais il y a quelque chose d'anormal (elles passent par l'Auvergne aussi).<br /> Ici j'en vois de moins en moins, pour ainsi dire plus ! les champs sacrifiés au bétonnage de maisons hideuses (les paysans bradent leurs terres pour du profit, des belles terres qui rendaient bien), font que les oiseaux n'ont plus d'espace de vie, sauf... chez nous : on a planté des arbres et dans chacun il y a des nids, je vois des naissances discrètes (la tourterelle à collier noir est d'une discrétion) les petits ne piaillent pas, ils ont l'instinct du silence à cause des prédateurs -chats qui ne sont pas les nôtres et qui traversent nos jardins- ou autres prédateurs comme la pie, la buse, le corbeau.<br /> Pour éviter que les oiseaux ne se fracassent le bec sur nos vitres comme cela arrivait jadis, j'ai mis des grands rideaux -on vit presque dans la pénombre, rien que pour eux -et ainsi les oiseaux ne s'écrasent plus sur nos vitres et quand un chat vient lécher le carreau, je ne suis pas empressée de nettoyer, briquer.. tout ça, pour que les oiseaux comprennent que ce n'est pas un espace pour eux à cet endroit.<br /> Avec la sécheresse actuelle, j'ai placé des bassines hautes, basses, pour tous les oiseaux : les étourneaux qui déjà pillent cerises et figues (qu'on leur laisse volontiers) arrivent en file indienne et se baignent à grands coups de cris joyeux, ils imitent tous les bruits de vie : j'ai entendu des étourneaux imiter le miaulement d'un chat ! Les merles préfèrent les bassines basses, et les moineaux n'ont besoin que de coupelles basses placées sur les rebords de nos fenêtres. Abeilles, guêpes y viennent aussi.<br /> J'ai pu lire sur votre blog, la vie de votre hirondelle à aile luxée : (je n'avais pas reçu le message en novembre 2017) est elle revenue cette année ? Le cintre placé en perchoir ? génial ! j'y penserai pour nos oiseaux, je mettrai quelques cintres sur le fil à linge dehors.<br /> (l'autre jour j'ai vu un pigeon ramier installé sur le toit tout voisin de la maison d'à côté, il me regardait alors j'ai imité le roucoulement et il a penché la tête vers moi puis j'ai eu l'idée d'aller sur youtube chercher un bruit de pigeon ramier et y ai trouvé le roucoulement, je l'ai fait écouter à l'oiseau, il en a eu "le sifflet coupé", ça y est je suis reconnue "pigeonne". Le soir le pigeon revient toujours sur le même toit et on se contemple mutuellement.<br /> ps : j'espère que votre effraie n'est pas morte pour avoir ingéré du plastique.. ce matériau à éliminer de toute urgence.
D
pour cette effraie demeure possible l'intoxication par ingestion de rongeurs contaminés par raticide (pas présent chez moi)... mais la cause toute naturelle demeure possible également.<br /> merci pour votre témoignage sur la vie qui vous entoure.<br /> oui les hirondelles sont en fort déclin ces dernières décennies. Les causes sont multiples dont déjà le fait que ces oiseaux vivant à proximité des hommes dépendent des activités de ces derniers. Or en cinquante ans le nombre de fermes avec élevage qui les accueillaient s'est considérablement réduit et pour celles restant, les hangars ont remplacé les bâtiments anciens. Dans le même temps les populations d'insectes, nourriture, chutaient avec l'agriculture moderne (comme en témoignent désormais nos pare brises de voitures qui demeurent désespérément propres sur des milliers de km)...<br /> concernant mon hirondelle femelle éclopée de l'an passé, elle est forcément morte à l'automne une fois partie. Cette année elle fut remplacée, par une sauvageonne, elle, non habituée à la vie de la maison et s'effrayant de tout mouvement des bipèdes. Heureusement ses deux nichées ont appris à ne pas réagir à ma présence. Des voisines ont également niché. Hier soir deux jeunes seulement revenaient dormir encore au nid, mais ce soir ce dernier sera peut-être vide, l'appel des rassemblements ailleurs et le départ commencé pour le grand voyage les appelant.<br /> A propos des morts de verdiers, c'est assez classique sur les points de nourrissage hivernaux chez les particuliers, les maladies se propageant aux points de rassemblement souillés et par la promiscuité. Le revers de la médaille à vouloir nourrir, d'où l'importance de ne le faire que si nécessaire, de nettoyer et aussi déplacer régulièrement ces "restaurants".