Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

4 octobre 2018 4 04 /10 /octobre /2018 16:51

Chacun sait qu'il est particulièrement difficile, voire impossible, de se procurer une brebis Ouessant (digne de ce nom) déjà ne serait-ce que dans un profil de taille correspondant au standard de ce type ovin. La difficulté grandit encore quand on a un minimum d'attentes autres concernant la qualité de l'animal et la connaissance de ses origines sur de nombreuses générations … et qu'il se doit théoriquement être identifié.

Comme j'ai déjà pu l'expliquer, il en est de même quand on applique ces principes à la quête d'un caprin miniature femelle. Je n'en suis pas véritablement surpris, les disponibilités étant rares en voie femelle intéressante et ne cadrant que rarement dans des principes de rigueur et de méthode en élevage, sans parler du fait que les animaux proposés sont le plus souvent issus d'éleveurs amateurs non déclarés. 

Face à ces constatations, comme déjà pour le mouton d'Ouessant de type ancien il y a 22 ans, j'en suis arrivé à devoir concevoir qu'il me faudra "créer" mes propres caprins femelles sur plusieurs années, en me construisant une base de travail à partir des quelques briques que j'ai pu glaner ces six derniers mois. 

Côté barbiche

Début novembre sera pour moi le commencement de ma toute première saison de reproduction côté barbiche.

Les amateurs de chèvres ne m'en voudront pas de consacrer une fois encore un article sur mes chèvres miniatures, dans mon blog, initialement consacré au Ouessant …. sans oublier ce qui l'entoure. Et justement, ces caprins, tout comme la faune que je présente à l'occasion, entourent bien à présent mes Lutins Ouessant.

Dans le même temps, j'imagine les amateurs plutôt exclusifs du mouton et du Ouessant, suffisamment curieux du monde du vivant dans son ensemble, dont celui du domestique non ovin, pour jeter un regard vers l'univers caprin.

Côté barbiche

Mon programme d'élevage se dessine à ce jour sur une perspective de dix ans à "construire" d'abord mes propres femelles à partir d'une chèvre base (sorte d'Eve caprine chez les Lutins) qui devrait me donner théoriquement plus ou moins 4/5 chevrettes sur sa carrière, en me basant sur une naissance unique chez cette mère, chaque printemps. Mais cela pourrait être plus selon la chance, mais aussi du fait que les naissances gémellaires ne sont pas rares chez la chèvre.

En plus, sur la même période, l'utilisation de trois boucs reproducteurs que j'ai sélectionnés en ce sens suite à mes acquisitions, permettra de diversifier le patrimoine génétique de la descendance des chevrettes obtenues de la même mère et d'obtenir d'éventuels sujets intéressants à utiliser ensuite.

Plus simplement, pour chacun de ces messieurs, il conviendra d'offrir les filles des autres mâles. 

Ainsi un petit cheptel en sélection et avec suivi (dont la taille au garrot précise jusqu'à l'âge adulte de 3/4 ans, chose qui n'est le plus souvent pas connue quand on s'adresse aux éleveurs) pourra être constitué. En effet, comme pour le Ouessant, on ne peut déterminer la construction de son troupeau qu'en étant méthodique avec un minimum de connaissance, car si le hasard fait parfois bien les choses, ce n'est que parfois.

Côté barbiche

Contrairement à ce que je pensais il y a quelques mois encore, cet automne, j'utiliserai Danette, pour voir au moins une fois ce qu'elle pourrait donner. Dans l'espoir tout de même que son allure de "chèvre puzzle" ,comme je l'appelle, ne soit pas transmise et ne se montre pas fortement codante pour la suite au cas où j'en garderais une ou deux filles. En effet, dans sa construction, cette chèvre donne l'impression d'avoir été construite à partir de divers éléments "recollés" d'au moins quatre chèvres différentes… C'est en particulier le type d'animal qui est petit car surtout court sur pattes, mais sans harmonie ni proportions respectées pour son ensemble. Cette allure est d'ailleurs bien caractéristique de son élevage naisseur que j'ai pu visiter (caractéristique plus marquée encore pour le bouc reproducteur en particulier). 

Côté barbiche

Sinon la Eve caprine pour ces dix ans à venir (à moins d'autres possibles acquisitions intéressantes d'ici là) est Minie, de bien meilleure conformation. Harmonie et presque proportions d'une chèvre "ordinaire" dans un format de petit gabarit.

Côté barbiche

Initialement étrangement petite pour une femelle d'au moins un an à son achat en avril, une fois chez moi, vermifugée à l'intérieur comme à l'extérieur et peut-être mieux nourrie, elle a pris alors  un centimètre chaque mois, pour se stabiliser à la taille de la précédente.

Côté barbiche

Le chanceux qui pourra s'accoupler à ces dames, en novembre et décembre prochains, est mon jeune bouc noir, Orion des Griffes de feu. Noir génétiquement même si le gène "panachure blanche" est fortement étendu et pourrait faire croire, à tort, à un bouc blanc.

Côté barbiche

Un bouc toujours exceptionnel (dans le sens où il me convient déjà parfaitement) en taille et en conformation à presque huit mois, même s'il appelé à grandir et se construire durant encore deux ans.

Côté barbiche

Seul inconvénient, le grand nombre de descendants à panachures qu'il donnera avec les femelles du même type.

Mais dans un premier temps, il importe surtout de fixer taille et morphologie intéressantes dans mon futur cheptel caprin.

Côté barbiche

Dans le futur, le bel Emissaire (parents sans origines connues) se rendra utile à son tour.

Côté barbiche

Emissaire, car bouc-émissaire du satyre qui se cache sur sa gauche, apportera patrimoine génétique autre et j'espère en correspondance avec ce qu'il affiche jusque là pour les points qui m'intéressent.

Côté barbiche

Pas de panachures mais une robe originelle qui nous rappelle que le "naturel" demeure d'une grande beauté.

Côté barbiche

Plus tard également, car il doit encore se construire (seulement trois mois et demi actuellement),  Crusty de la Ferme d'Elise pourra oeuvrer.

Côté barbiche

Noir café avec marques feu en pieds et face (dont courtes barrettes), mais aussi avec panachures blanches, ce bouc possède également, pour sa part visible, le gène "frosting" (givre en base d'oreilles et de museau), mais aussi un autre que je ne saurais précisément nommer avec certitude à ce stade, à base de "gris" (rouan?) d'aspect, et qui j'espère prendra plus d'importance avec la croissance, sur au moins les zones de présence perceptibles où il se mêle.

Côté barbiche

L'élevage de la chèvre miniature, après la découverte de la génétique des couleurs chez l'ovin durant toutes mes années de travail en Ouessant, va me permettre de cerner celle des caprins, de confirmer ou infirmer certains principes, car il semble exister peu de choses en ce domaine d'étude, une certaine méconnaissance aussi et comme je crois le deviner, déjà pas mal de flou dans les esprits des propriétaires éleveurs (toujours le souci du vocabulaire exact et précis à employer et l'identification réelle d'un allèle, ainsi que celui des règles de transmission lorsqu'il est réellement transmis, ….)  voire de fausses idées.

Va bientôt réellement démarrer une nouvelle aventure en parallèle à celle du Ouessant qui, elle, ne s'arrête pas pour autant. Tout au contraire, étant très proche de l'aboutissement de certains programmes de travail menés depuis très longtemps.

Si pour ces premières briques caprines je pense avoir évacué le souci pampilles (dîtes aussi pendeloques… que je ne souhaite pas, question de choix personnel), sous condition que la transmission fonctionne bien comme chez l'ovin, je risque fort d'être encombré par le caractère "barbichette" que je ne juge pas pratique sous nos latitudes. Comme souvent en élevage, on se trouve parfois face à l' obligation de faire des concessions faute de mieux.

L'aspect panaché devra également être contrôlé.

Par contre le caractère "barrettes" en face, que j'apprécie, devrait être bien diffusé.

Un lien ci-dessous, pour parcourir l'élevage professionnel d'origine du petit dernier, où comme j'ai pu le constater, les animaux entrent dans le cadre du gabarit caprin que je me suis fixé, c'est à dire en moyenne basse du standard taille du Ouessant de type ancien.

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Oulala que de travail en perspective !!! Tes petits caprins son splendides , avec une préférence pour Orion qui est venu me voir au grillage pendant ma visite .
Les gènes couleurs en caprin semblent bien plus compliqués que pour nos Ouessant c'est passionnent .
Merci de nous faire partager ta nouvelle aventure !!!
Je te souhaite donc pleins de PETITS jumeaux bien construit pour avancer plus vite dans tes objectifs
Répondre
D
Bonjour Mélanie
Oulala, je vois que tu as mis le doigt dans l'engrenage. C'est parti.
En effet, je n'ai moi-même jamais rencontré d'éleveur de caprins (jusque là) qui affiche la taille réelle/exacte de leurs animaux. Tous les imaginent plus petits que ce qu'ils sont dans la réalité. Il y a même ceux qui sont restés sur une taille trouvée sur leur animal quand il avait un an voire moins... C'est pour cela qu'il est difficile de trouver preneur pour un animal quand on affiche sa taille exacte. L'univers du caprin miniature s'est construit autour de leurres et le plus terrible c'est que la raison ne peut prétendre faire sortir les esprits de leurs fausses représentations. Je ne parle même pas de ceux qui espèrent trouver animaux sous 40 cm... qui croient avoir trouvé... mais qui en fait, s'ils mesuraient et correctement, tomberaient de haut.
Je te souhaite de mener à bien cette nouvelle passion. (tu peux m'envoyer photos de tes nouveaux à l'occasion; cela m'intéresse). Bon élevage!
M
Bonjour Dominique, 2 ans et demi déjà que je t'écrivais ce message et comme pour les ouessants tu as réussi à me faire me passionner par tes petits caprins !!

Orionne et Manta se portent à merveille, je leurs est trouvé pour Noël un bien joli garçon pie chamoisé à poils long de "43cm"... Je le trouvais grand en caisse... Et arrivé à la maison mr doit faire au moins 48/50 cm.
Il repartira donc dans son élevage car ne correspond pas à mes attentes et manque beaucoup à son maître qui le regrette déjà.
En attendant j'espère que mr m'a laissé des petites surprises dans le ventre de mes filles (réponses en mai).
Entre temps j'ai trouvé 2 autres petits mecs qui je l'espère correspondront à la taille souhaitée.
Merlin 40cm à 18mois crème charbonné belted
Et Kinder agneau du 7 janvier 2021 de couleur chocolat belted.
Je croisent les doigts pour pouvoir travailler correctement avec cette petite troupe un moment ???? car il va falloir pousser les murs après...
Nous sommes en négociation pour acheter 3 hectares en plus ???? si ça se fait je te piquerai bien des petites nenette sauvage, ou marques suisses !!!
Bonne fin d'hiver
D
Il y a effectivement une grande diversité puisque la chèvre miniature n'est pas une race en soi mais correspond à une population très large chez les particuliers opérant des accouplements d'animaux de tous horizons et dont il est impossible de retracer les origines, en particulier lointaines sur des décennies. je ne peux qu'être curieux des premiers résultats qui me donneront une idée plus précise de ce qui m'attend...