Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

6 mai 2019 1 06 /05 /mai /2019 17:35

La nuit de samedi à dimanche fut très froide pour la saison. L'herbe était gelée au cours des rondes de surveillance imposées par cette météo bien pénible.

J'eus raison d'être inquiet car Grilletine choisit cette nuit là pour donner naissance.

Du moins elle essaya car je dus intervenir pour constater qu'il n'y avait aucune progression, l'agneau étant bloqué sur le dos. Il me fut impossible de mener à bien la fin du processus, ne pouvant atteindre le jeune. C'est donc chez la vétérinaire à quatre heures du matin que Grilletine fut soulagée. Le drame fut évité, la vétérinaire ayant pu fouiller la brebis et sortir l'agneau, vivant, malgré l'épreuve et les manipulations.

Vaguelette

Par contre, c'est là la dernière image de Grilletine qui disparaissait deux heures après cette photo, emportée suite à une métrite trente six heures après l'intervention (une première en vingt trois ans pour ce genre d'incident et si mes souvenirs sont bons, la seconde perte d'une brebis allaitante).

Vaguelette

Voilà donc Frimas (bélier Non agouti en base noire), orphelin … et moi, père de lait pour trois mois, à devoir assumer l'avenir d'agneau de ce jeune.

Il y a bien longtemps qu'agneau-biberon avait animé la vie chez les Lutins.

Vaguelette

Par contre, au lever du jour de ce dimanche encore, je découvrais Pérelle accompagnée. Une naissance sans doute passée inaperçue dans la nuit suite à mes mésaventures avec la naissance précédente.

Vaguelette

Heureusement tout semble s'être bien passé, déjà en rapport à la météo. Ce qui me rend admiratif face à la résistance d'une si petite Givrette (agnelle Agouti blanc bronzé).

Une vaguelette de deux donc, en cette nuit de gel.

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
J'ai deux questions:

Laissez-vous les brebis sur le point de mettre bas ou déjà mères dans le même enclos que les béliers? Faut-il mettre mères et agneaux dans un enclos à part?

Imposez-vous un âge limite pour la reproduction des béliers?

Merci d'avance et bonne soirée.
Répondre
D
Non il n'y a pas d'âge limite pour un bélier reproduire, cela ne présentant aucun danger pour lui. Tout dépend seulement de sa forme générale et aussi de son degré de fécondité qui aurait pu être noté inquiétant les années précédentes (et également du nombre de brebis à féconder).
Oui, mes béliers sont avec les mères allaitantes comme gestantes. Cela ne pose aucun problème. J'ai simplement retardé un peu la réunion cette année, voulant pour une première, voir ce que donnaient mes chèvres côté naissances et aussi à cause de la météo problématique durable qui imposait beaucoup de monde trop souvent sous les abris. Mes 15 béliers actuels et mes 62 brebis actuelles (plus 26 agneaux actuels) vivent la parfaite harmonie, dans des conditions qui tendent vers le naturel il est vrai. C'est parfois chez les éleveurs qui ne possèdent qu'une (voire une poignée de brebis), que le bélier qui s'ennuie beaucoup en seul mâle (d'autant si l'espace est réduit) peut malmener le petit qui est une nouveauté dans son univers monotone et partenaire avec qui jouer ou affronter en élément étranger. D'autant si le mâle est un fougueux.
M
Pauvre Grilletine, pauvre petit Frimas : un orphelin ne peut il être adopté par une autre jeune mère allaitante ?
Combien de biberons devrez vous assurer pour le démarrage sur trois mois de votre petit Frimas ? biberons de jour... et biberons de nuit, vous n'allez pas beaucoup dormir... et ce petit bélier va s'attacher beaucoup à vous, mais saurez vous bêler ? lui parler "mouton" ? peut être écrirez vous un jour dans vos Mémoires comment faire pour remplacer une mère auprès d'un petit orphelin ? aura t il assez chaud tout seul sans la laine de sa maman ? portez vous un semblant de "gilet de berger", pour lui assurer ce côté rassurant recherché par tous les enfants du monde au chaud de leur mère ? Bon courage à vous et j'admire comment vous arrivez à sauver des vies : Frimas aurait pu mourir aussi si vous n'aviez été voir le véto à 4h du matin. La mère a été foudroyée si vite par une métrite ? c'est fou quand même qu'une métrite puisse tuer aussi vite en plus. Comment va se comporter tout seul ce petit Frimas ? en journée où se tiendra t il ? dans une étable chaude ou à vos côtés ou posé autour de votre cou ? dans mon enfance je voyais le berger circuler avec un agneau lové autour de son cou, carrément, j'ai encore en mémoire cette vision magnifique.
chez les mères il existe du sac de portage pour nourrisson, la maman enfile ça et y place son bébé dedans, à la manière africaine ; peut être que votre petit Frimas ne voudra plus vous quitter. Il a un début de vie bien triste, solitaire, heureusement qu'il peut compter sur vous.Longue vie à vos petits, Givrette et Frimas.
Répondre
D
c'est parti pour trois mois de biberons. D'abord cinq par jour, puis 4 dans un mois à peine, 3, 2, 1...jusqu'au sevrage final. L'agneau apprend vite à ne pas téter durant le sommeil du berger. En journée par beau temps il lui faut compagnie des autres pour se construire, découvrir son monde, jouer avec les autres, apprendre à grignoter. Dans une semaine, plus solide et connaissant son territoire, toujours s'il fait beau, il sera à temps plein au troupeau .... son biberon venant à lui régulièrement, le berger observant la situation et lui faisant profiter de contact "maternel". Cela fait trois ou quatre ans qu'il n'y a pas eu agneau à biberonner et six ou sept ans le précédent encore. Agréable d'âtre utile au petit mais une charge et des contraintes de vie pour trois mois. Heureusement c'est rare. Tout ira bien soyez rassurée. il a passé la nuit contre moi sans bouger et là il dort à mes pieds ....
L
Oh non... pauvre Grilletine.. et pauvre Frimas ! Une si belle brebis qui donne la vie pour finalement perdre la sienne.. Bon courage aussi au berger pour les trois mois de biberon à venir !
Répondre
D
merci. C'était une brebis essentielle pour le troupeau des Lutins et une de mes préférées. Heureusement il est exceptionnel que je perde des animaux en dehors de la fin de vie.
L
Quel dommage pour ta Grilletine qui avait une bien jolie tête... Et bienvenue à Frimas et surtout, Givrette, les bien nommés.
Répondre
D
Merci.
triste mais devenu un peu fataliste avec le temps face au nombre de brebis et béliers qui ont émaillé la vie des Lutins et qui ne sont plus. C'est rageant mais j'essaie d'être philosophe en considérant bien que le vivant est provisoire, fragile...et que toute vie, la mienne y compris, peut s'arrêter dans la seconde suivante ....