Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

10 juin 2019 1 10 /06 /juin /2019 09:25

Le point sur la mission de sauvetage des jeunes geais tombés du nid.

Point G

L'être humain est (normalement) un être animé d'empathie et de compassion (jusqu'à un certain point), ce qui, paraît-il, aurait permis à cette espèce, au cours de l'évolution, cette sorte de "réussite" (toute relative) dans le fleuve du vivant.

Ainsi de par ce statut de primate bipède à neurones capables de m'amener à sentiment d'empathie face à autrui,  face à ces oisillons, certes d'une autre espèce que la mienne, s'engagea moment de réflexion. Que faire?

Ignorer la situation? Non, dans ce cas autant encore euthanasier de suite les petits pour leur éviter une fin moins rapide.

Donner un coup de main, quand c'est possible, vaut mieux que donner un coup de pied, ce dont le haineux ne se serait pas privé, celui qui déjà voit en l'espèce une cible pour ses amusements... 

Point G

Envisager nourrir ces jeunes en captivité jusqu'à émancipation n'était pas envisageable. C'est une lourde tâche. De plus, comme les autres corvidés, le geai est vite imprégné par l'humain qui l'a élevé et tout espoir d'un avenir d'oiseau libre devant en plus craindre l'Homme est anéanti.

Enfin, et même d'abord, il est utile de rappeler que la détention d'animaux non domestiques, d'espèces de la faune sauvage, est interdite, même en conséquence de bons sentiments. Seules certaines structures ou particuliers possédant agréments peuvent s'engager dans ce type de mission. (Ce que font les centres de soins de l'UFCS si vous aviez besoin …)

Point G

Quand c'est possible mieux vaut, dans ce genre de situation, remettre les oisillons au nid ou à proximité s'ils sont presque volants. Mais là, après méfaits de la tempête Miguel plus de nid sécurisé et son emplacement à quinze mètres vers bout de branche était inaccessible. 

La croissance des jeunes geais étant bien avancée, j'ai donc décidé dans la hâte de leur offrir nouveau nid que j'ai fixé solidement, loin du tronc, en fourche d'une branche du même chêne accessible avec échelle. 

C'était sans doute la meilleure solution, mais rien n'était assuré quant à la reprise de l'élevage par les parents des oisillons. D'abord il y avait déplacement de nid, dix mètres plus bas que le leur. La structure risquait plus d'effaroucher, n'ayant pas pris le temps de tresser quelques rameaux de chênes pour imiter un nid naturel.

Mais bon, il fallait essayer, le point fort étant qu'à ce stade de croissance des jeunes, les parents leur sont très attachés. Le point faible était que je savais que les corbeaux, par exemple, ne nourrissent pas les jeunes tombés du nid.

Installé en début de matinée, le nid artificiel fut abandonné avec ses oisillons pour la journée, évitant de fréquenter le secteur ensuite. Ce n'est qu'au soir que je décidai de me placer à cent mètres à l'affût, avec les jumelles, pour observer la situation …. s'il y avait à observer, pensant déjà devoir grimper avant la nuit pour nourrir les geais.

J'avais bien ce sentiment de doux rêveur au fond de moi, mais, comme en bien d'autres circonstances, je pars du principe que qui ne tente rien n'a rien.

Au bout d'un toujours trop long moment quand on attend, miracle! Un geai venait de se percher sur le faux nid. Il y resta une minute ou deux penché vers l'intérieur devant nourrir et s'occuper de sa progéniture. En fait le miracle devait avoir déjà eu lieu bien d'autres fois en journée. L'attachement des parents avait été plus fort que la crainte face à tous ces bouleversements de leur site de nidification, leur point geai à eux.

Mission accomplie! Le cœur léger, j'abandonnai alors les boules de plumes à un second nouveau destin qui, peut-être, finira à la même case d'arrivée tant les dangers sont nombreux quand on est oiseau, mais j'avais fait ma part ...

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Bonjour à tous!! Je vous rejoins chers lecteurs! Avec tout ce que je glane sur ce blog qui est aussi riche en infos qu'en images, ça ne serait pas sympa de ma part de zapper la partie commentaires... Alors voilà, je tiens à te dire un grand merci Dominique pour ces petits geais (excellent titre d'ailleurs...) et pour tout ce que tu partages sur ce blog et en dehors!!
Répondre
D
Merci Simon! Si le blog est utile aux uns ou aux autres pour telle ou telle raison, le but est atteint... celui du partage me concernant, tout en me faisant plaisir, je l'avoue, à prolonger ma passion du Ouessant sur le clavier quand ce n'est pas au pré ...
B
Venir vous lire est un plaisir chaque matin...Un peu comme ouvrir une fenêtre, et sentir l'odeur de l'iode ou de l'herbe coupée....apaisant....
Ici, les portes des dépendances restent ouvertes à tout vent, afin de laisser les hirondelles nicher..Elles sont de retour cette année après avoir disparu pendant quelques printemps...Les 3 moutons sont rasés de près....Le cheval et l'âne a la pâture...Reste à attendre l'été. Belle vie à vous tous , 2 pattes , 4 pattes !
Répondre
D
Merci, c'est un plaisir réciproque de savoir que le blog est une bouffée d'oxygène pour certains.
Bonheur dans votre havre de paix!
L
Chouette !!! le colibri en action... Merci !
Répondre
D
c'est un peu ça...j'ai pensé après coup pour ma dernière formule.
c'est moi merci pour fidélité de lecture et de commentaires… ce qui permet de ne pas songer parler/écrire dans le vide ...
R
trop bien.
merci pour eux.
et pour nous.
Répondre
D
et merci à vous pour cette fidélité au blog!
R
trop bien !
merci pour cette histoire qui fait du bien.
j'ai toujours plaisir à vous lire, même si j'ai peu de temps je le prends tout le temps, vos chroniques sont toujours instructives et même si je ne vous connais pas et même si je ne comprends rien à la génétique des couleurs de Ouessant.
merci
Répondre
D
c'est moi, merci. heureux que ces partages vous apportent ...
M
vous auriez pu tomber de l'échelle mais le dieu des animaux vous a protégé. BRAVO pour vous, et vos geais ont la vie sauve grâce à votre inventivité, observation, intelligence pure, oh là là j'admire !
même si les geais restent sauvages ils se souviendront de vos bienfaits, j'ai ainsi vu revenir justement des geais, et surtout des petits merles que j'avais sauvés,
merci pour les oiseaux que vous savez aussi sauver de si belle manière, BRAVO.
les enfants des écoles mériteraient d'entendre de jolies histoires vraies pareilles au lieu de tuer à coups de cailloux l'oiseau tombé du nid comme j'ai pu y assister, trop tard, et plus d'une fois..
excusez ma façon de commenter à chaque instant vos récits mais je suis tellement contente du joli destin de vos geais. Les parents revenus maintenant les protègeront des pies, des corbeaux et autres prédateurs naturels. Votre nid est bien plus beau que le leur, c'est du super nid 5 étoiles ! On vous devine heureux pour le nouveau départ de vos petits geais.
Répondre
D
je comprends votre enthousiasme! pas de souci …
le mien est à la hauteur du vôtre puisque tout semble continuer à aller.
merci pour votre fidélité de lectrice et vos riches commentaires!
D
Bravo, très belle action !
Répondre
D
merci
c'était bien la meilleure solution.
C
Super!
Répondre
D
oui et ce soir cela nourrit toujours comme j'ai observé encore