Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

23 mai 2021 7 23 /05 /mai /2021 12:05

Elever peut apporter de bonnes surprises mais parfois de plus mauvaises. Parmi ces dernières figurent l'accident, la maladie ou même la mort. Ainsi il en est du vivant ...

De temps à autre, malgré les années d'élevage, je me trouve encore confronté à des "premières", des événements inédits au troupeau.

Cette semaine ce furent deux "premières" consécutives.

Les "Premières"

D'abord avec Dikdik qui se retrouve être malgré lui le Ouessant à la queue la plus courte.

C'est en vermifugeant mes agneaux les plus âgés et en examinant les autres que je découvris que ce mâle d'une quinzaine de jours avait la moitié de la queue en croûtes verruqueuses avec pus qui avaient  détruit les tissus en partie momifiés.

Pourquoi? Comment? Toujours est-il que la seule solution envisageable était l'amputation, désinfection et ligature pour éviter la progression du problème.

Les "Premières"

Tout cela n'a pas empêché Dikdik de continuer à mener une vie normale. Il pète même le feu bien que victime de cette "première". Heureusement que c'était la partie extrême de la queue qui se trouvait être touchée!

Ensuite, hier au lever, je trouvais une agnelle nouvellement née, sans doute âgée de moins de deux ou trois heures, la mère n'ayant pas encore évacué le placenta. Avec la météo pourrie du moment, j'ai placé la petite bien alerte dans un abri, vite rejointe par sa mère.

Pourtant, en matinée, je découvrais cette même agnelle morte aux côtés de la brebis. Je n'ai pas compris, d'autant que cette femelle avait bien du lait, chose vérifiée la veille au soir pour savoir si elle était bien gestante.

Une autre "Première"! n'ayant jamais eu à perdre d'agneau d'apparence normale dans ses premières heures... dans une situation également d'apparence normale.

Ainsi va l'élevage, avec ses bonnes et aussi ses malheureuses surprises.

Partager cet article
Repost0

commentaires

DEVIENNE 24/05/2021 10:06

C'est très déstabilisant de ne pas trouver l'origine de la maladie chez les ovins, et de ne pas pouvoir les soigner. D'autant plus que les vétérinaires semblent vouloir passer très rapidement à autre chose lorsqu'ils n'arrivent pas à soigner l'animal. On ne peut s'empêcher de se remettre en question. Comment continuer l'élevage en intégrant "ses malheureuses surprises" ?

dominique morzynski 24/05/2021 10:43

Je constate effectivement que les vétérinaires sont souvent un peu perdus devant les cas qu'on leur présente avec nos Ouessant.
Je pense qu'en dehors des cas classiques, cela tient au fait que les soins pratiqués aux ovins et caprins dans le milieu de rente ne sont pas systématiques. Devant le coût des soins parfois longs, errants et sans garantie de succès, qui dépassent très vite la valeur marchande de l'animal, l'éleveur professionnel va plus facilement pencher vers le sacrifice de l'animal ou sa perte ...

Brigitte 23/05/2021 21:00

Bonsoir Dominique,
Malheureuses surprises comme vous dites. Si pour Dikdik tout fini bien, mais pour l'agnelle c'est très triste. Sa mère avait un comportement normal ? elle n'a pas pu être effrayée et la bousculer ? C'est vraiment particulier. Je compatis .

dominique morzynski 24/05/2021 07:49

Bonjour Brigitte, merci.
Non le duo était seul, rien ne pouvait interféré. Cela restera un mystère, d'autant que la brebis a déjà été mère l'an passé. C'est ainsi, il faut être parfois fataliste, ne pouvant revenir en arrière ...

Minouchette 23/05/2021 17:59

Bonjour
Triste découverte pour vous, mais la nature est ainsi!

dominique morzynski 23/05/2021 20:23

Bonjour, oui toujours des pertes possibles avec le vivant...