Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

7 juillet 2021 3 07 /07 /juillet /2021 11:09

Restriction de surface disponible pour les béliers cette année. Donc réduction du nombre de ces Messieurs chez les Lutins.

Depuis 25 ans, cet été est le premier durant lequel les mâles ne côtoient pas les femelles et leurs petits. C'est triste pour eux et l'ambiance du troupeau n'est plus la même. Il me faut dorénavant m'habituer également à cette nouvelle forme d'élevage chez les Lutins.

 

Le monstre

Les gars ne sont plus que sept et quatre seulement, les moins vieux, ont encore un possible rôle de reproducteur.

Flocon est de ces derniers. Ce mâle a plus de trois ans à présent et peut être considéré adulte désormais, sa croissance étant pour ainsi dire terminée. C'est le seul de cet âge actuellement.

Flocon n'a pas fondu et a même fait boule de neige. C'est le moins que l'on puisse dire. 

Le monstre

Comme on le remarque, son cornage a encore bien poussé ce printemps, d'après la longueur du segment neuf et rosé situé entre le front et la première échancrure liée à quelques chocs lors d'affrontements hivernaux.

Le monstre

La pousse en question du cornage est bien visible également de profil. Il faut se rappeler que contrairement à l'arbre, la corne pousse depuis sa racine au niveau du crâne et non à son extrémité qui elle au contraire s'use.

Flocon a pris de sa lignée paternelle pour la corne et de sa lignée maternelle pour la corpulence.

Le monstre

Ce bélier blanc séduit toujours le visiteur. Il est vrai qu'il a jolie allure globalement malgré une lourdeur qui peut déranger selon les goûts de chacun. En dehors de cela, malgré des aplombs qui rendraient envieux bien des Ouessant, le connaissant, je le sais encombré par des pieds un peu grands. C'est peut-être là son défaut, s'il faut lui en trouver un.

Le monstre

Lourd mais pas moins vif et alerte pour autant, Flocon voltige même sans vent...

Il n'est pas encore passé sous la toise. C'est pour bientôt.

Avec 43 cm au garrot en août dernier, comparé aux autres Lutins, il devrait avoir atteint les 44 cm, sans dépasser les 45 (maximum éventuel encore toléré chez les Lutins, bien qu'à 49 cm un mâle est encore au standard).

Le monstre

Ce genre de bélier Ouessant, de forme agronomique comme je dis, en référence aux animaux de foire à bestiaux et autre concours agricole, m'interroge toujours. Malgré une belle construction, avec son allure lourde (sans parler de poids mais bien d'allure), Flocon me séduit-il encore?

J'ai songé m'en séparer, pensant que l'on s'éloigne sans doute beaucoup de la conformation du Ouessant d'antan souvent présentée en termes peu élogieux.

Comment était le Ouessant sur Ouessant? (à quelle époque d'ailleurs?). Quel était le profil moyen de ce type ovin selon l'époque considérée? Nous n'en savons en fait rien, faute de documents en nombre (la photographie arrivant tardivement) et pouvant être considérés représentatifs d'un cheptel de milliers d'animaux.

Comment donc devrait être finalement le Ouessant aujourd'hui si on souhaite le préserver en une certaine forme ancienne? Nous ne savons rien qui permette d'orienter l'animal vers tel ou tel profil, dans un registre de sauvegarde, en référence à un certain passé.

A l'instar de ce qui s'est passé pour l'évolution orientée de nombreuses races canines durant ce dernier siècle, la mode du moment, le mécanisme de compétition et donc la surenchère dans un sens ou un autre, les goûts d'acteurs influents en élevage, les politiques menées, vont sans doute construire un Ouessant moderne (moderne dans le sens de nouveau), un "Ouessant tendance" en un certain milieu pendant que la masse des animaux sans origines suivra sa propre route .... En un quart de siècle j'ai pu observer beaucoup de changements chez les animaux des éleveurs...

Bref beaucoup de questions pour lesquelles je n'ai pas de réponse toute faite (et que je vous pose également). La réflexion s'impose tant je suis conscient que, dans le même temps, rien n'est stable en ce bas monde et que tout est en évolution perpétuelle, même quand on croit contenir en une certaine direction.

Parti de quoi pour aller vers quoi le Ouessant de type ancien? 

Pour revenir à Flocon. Je me suis décidé à le conserver pour déjà décorer la prairie ... et, malgré le "défaut" pour mon élevage d'être un bélier blanc, le tester tout de même en reproducteur l'an prochain, d'abord sur une poignée de brebis (noires forcément, et surtout pas blanches).

Partager cet article
Repost0

commentaires

Denis Goletto 23/07/2021 10:05

Bonjour Dominique,
Je n'ai pas compris pourquoi cet année vous avez choisi de réduire les accouplements.
Est-ce dû à un trop grand nombre de Lutins, manque d'herbe (canicules récurrentes) etc. ?
§
Cette année l'Ardèche est bien plus verte que depuis mon arrivée il y a 4 ans.
Celà va-t-il durer jusqu'en août ? Je n'y crois guère, mais l'espoir ne faut-il pas vivre ?
Amitiés Lutine,
Denis

dominique morzynski 24/07/2021 13:09

Bonjour Denis, merci pour ces lignes.
Je n'ai pas vraiment réduit mes accouplements. j'ai par contre mis à l'isolement définitif les béliers, afin d'éviter des naissances tardives non calculées et non désirées, ces dernières se montrant plus nombreuses ces dernières années pour une raison inexpliquée.
ici également avec cette météo, il y a de l'herbe pour 10, 20, 30? fois plus de Ouessant...
bel été verdoyant en ardèche!

DEVIENNE 09/07/2021 23:02

Bonsoir, Un bélier quelque soit la race ne doit-il pas représenter la force et la puissance tel que Flocon ? Comment des béliers chétifs pouvaient-ils survivre sur l'île de Ouessant ? N'y avait-il pas justement une sélection naturelle liée au climat rude de l'île laissant pour seuls survivants les moutons les plus résistants ? J'aime à croire que le modèle de Flocon est représentatif des béliers de Ouessant anciens.

dominique morzynski 10/07/2021 09:49

Bonjour, Merci pour votre réflexion au débat.
Personnellement je m'interroge et je ne suis pas certain qu'il soit représentatif.
Il y a deux aspects à considérer. La construction ("architecture" de l'animal) et l'état (embonpoint) de l'animal.
Flocon est petit, dense, trapu, solide et rempli. Mal nourri il pourrait finir par être maigre et chétif malgré sa construction.
Il existe très très peu de documents avec des Ouessant du passé. Les plus anciens tournent autour de 1900 et présentent multitude d'animaux grands et lourds exprimant un métissage avec de grandes races entamé. Les photographies avec animaux noirs assez proches sont rarissimes, semblent laisser deviner animaux plus petits mais la laine ne permet pas de s'en faire une idée précise. Si on regarde le cliché affiché en autre article, de deux brebis avec agneaux près de la corne de brume, noirs comme blancs sont animaux graciles. Quatre animaux ce n'est pas suffisant pour se faire une idée sur des milliers présents sur l'île.
Si la forme corporelle Flocon était représentative, il y aurait alors discordance entre ce qu'il affiche et les propos, témoignages des écrits anciens.
L'être humain est un être de mimétisme culturel plus que de réflexion et à ce titre en faisant tomber le Ouessant dans le grand sac des moutons, notre regard est sans doute construit autour des représentations que sont nos ovins modernes dans une démarche agricole de production animale avec des canons attendus en ce sens.
Le Ouessant supposé nous intéresser est malheureusement celui d'avant l'arrivée de la photographie qui coincide malheureusement également au début d'un métissage important de l'ovin avec des races blanches plus modernes.
L'idée d'animaux devant être robustes pour survivre sur Ouessant est intéressante mais n'est valable que dans le sens de durée. Or une population chétive est tout à fait possible du moment où les animaux ont le temps de se reproduire malgré une vie plus courte que ce qu'elle devrait. Quand on sait l'île autrefois en grande partie cultivée, il est je pense difficile d'imaginer 10 000 Ouessant robustes d'allure relégués le plus souvent à l'attache sur les franges en bordure de falaises tout le printemps et l'été. Durant leur liberté hivernale ensuite, on relate qu'ils mouraient par centaines... Ces "mauvaises" conditions d'élevage sont sans doute à l'origine de l'apparition d'un ovin de petite taille (et gracile?).
Flocon , Ouessant de type ancien (originel comme diraient certains), représentatif du Ouessant des années 1800? Personnellement je m'interroge et tends à en douter. Par contre tendant à présenter l'ensemble des caractères d'un ovin Ouessant de forme agronomique, j'en suis certain.
Le débat soumis à la réflexion reste ouvert. Merci d'être la première (la seule?) à y participer.