Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 23:08

 

Ce sont ces instants que l'éleveur attend patiemment dès l'automne. Il a hâte de voir le résultat de chaque naissance, fruit de ses choix et son travail: mâle ou femelle, couleur, physionomie?....Viendra ensuite l'observation de l'évolution du petit nouveau ou petite nouvelle.
Ici, mi-avril 08, Esmeralda va mettre bas. Le travail est déjà bien avancé; museau et sabots avant se présentent, preuve d'une bonne position du jeune.

 

Le dessous des sabots d'aspect blanc, encore souple , cartilagineux et fragile , va noircir et durcir par la suite, après la naissance.

 

Bonjour! Premier regard sur le monde...Pour Esmeralda, le plus difficile est passé.

 

A ce stade, l'expulsion se faisant ici en position couchée, le cordon est toujours intact et relie encore jeune et mère. Il faudra qu'elle se lève pour qu'il se rompe et que le nouveau-né soit alors totalement un nouvel être.

 

Tout le monde reprend ses esprits. Taillée comme un petit percheron, cette Ponette, avec ses 1,6 kg! Formidable, une agnelle!, après une saison précédente à béliers. Et en plus une future grise comme maman, cette couleur étant une des orientations de travail pour les Lutins. Espoir récompensé.

 

Esmeralda, brebis borgne, communique avec sa fille en émettant des sons basse fréquence caractéristiques de ces instants. (Un moyen aussi pour l'éleveur qui entend ces gargarismes, sans avoir assisté à l'événement, de savoir qu'une naissance a eu lieu.)

 

Le cordon est rompu. Ponette devient une nouvelle "brebis" chez les Lutins du Montana.

 

Lécher le petit permet de le nettoyer tout autant que de le sècher. Le bout du museau plus clair ainsi que le tour des yeux m'ont permis de savoir que cette agnelle est une future brebis grise, toison rarissime dont j'essaie d'éviter la disparition qui s'annonçait faute d'intérêt de la part des éleveurs qui comme beaucoup ne juraient que par le petit mouton noir...

 

Maman "glousse" toujours. Il faudrait se lever maintenant pour penser à téter.

 

Premiers essais pour se mettre dans une position plus digne.

 

Retour à une position moins digne.

 

Les premières tétées, d'une extrême importance, vont permettre à l'agnelle d'absorber le colostrum qui renforce le système immunitaire et qui est d'une grande richesse énergétique pour pouvoir survivre dans un environnement moins douillet que celui du ventre de la mère. Et puis, il faudra grandir vite pour suivre et pouvoir se sauver si nécessaire.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires