Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 23:01

Si on n'a pas la chance d'habiter une région aux riches herbages, l'automne avançant, le moment est venu,si ce n'est déjà fait depuis quelques semaines, de penser à suppléer le pâturage libre par du bon foin à volonté. Les dernières feuilles sont tombées et ne remplissent plus le ventre non plus. L'herbe, si elle est encore présente, n'est plus forcément de bonne qualité, peu nutritive ou peu appétante. Il ne faut pas oublier que le mouton recherche de préférence la repousse d'herbe qui ne se fait que peu avec le froid ou même plus quand il gèle.

 

Un bon foin, c'est d'abord celui que les moutons apprécient et mangent de bon appétit. D'un point de vue gustatif, ils sont seuls à pouvoir le trouver goûteux. Malgré tout, pour l'éleveur, on veillera à ce que la fameuse "bonne odeur de foin" soit ressentie lorsqu'on ouvre une botte et que l'aspect intérieur soit d'un joli vert pâle et non jaune, ce dernier point  indiquerait alors de mauvaises conditions de fanage et le risque de voir les animaux le refuser. Une odeur de moisi fera écarter le ballot qui, alors, n'est  pas bon pour la distribution.

La météo doit être de la partie lors de la fenaison. La maturité de la prairie est importante, le meilleur moment étant celui de la floraison et l'épiage des herbacées (Ce qui est variable selon les régions.) La composition des espèces végétales présentes sur le terrain influera sur la qualité nutritive et l'appétance du foin. Du soleil, il en faut, sans laisser griller l'herbe trop longtemps, mais simplement pour bien la sècher, en la retournant pour éviter ensuite la moisissure. Pluie et orages peuvent lessiver l'herbe coupée encore au sol et faire perdre ainsi de la qualité. Au moment de presser ce foin,au milieu de journée pour éviter les remontées d'humidité, il doit être sec ainsi que le sol. On évitera de le laisser en ballots sous la pluie et au contraire, on le rentrera au plus vite.

 

Si on ne fait pas son foin soi-même, le dialogue et le contact avec le vendeur permettent, avec l'observation de la marchandise, de se faire une idée sur la qualité. Le ouessant est un petit animal et un foin pas trop grossier lui convient mieux. Celui de prairies naturelles permet d'y trouver des végétaux divers. Enfin, il existe des foins de seconde coupe, lors des bonnes années, qui sont moins en tiges et plus en feuilles que les premières coupes.

Quelques Lutins du Montana testent la récolte 2008.  On dirait que c'est bon...Monsieur L-

 

Stocké au sec et à l'abri, le foin en petits ballots d'une quinzaine de kilos est le plus pratique pour le transport et la manipulation dans nos petits élevages. Une réserve permanente, en faisant en sorte d'organiser le roulement des bottes pour ne pas se retrouver avec un foin trop vieux, permet également d'éviter la disette lors d'un été particulièrement aride. De toute manière, il est bon que les moutons aient du foin en permanence, tout au long de l'année, à leur disposition, pour complémenter l'herbe s'ils en ressentent le besoin, que ce soit pour une raison nutritive, pour rééquilibrer l'excès d'humidité de leur herbe fraîche ou encore lester leur panse. Là encore, l'animal "prisonnier" doit pouvoir trouver tout ce dont il a besoin pour son équilibre alimentaire.
Partager cet article
Repost0

commentaires