Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 22:02

 

Cardine,  tout juste née, est ignorée par sa mère Kapouille des Lutins du M.

La naissance de Cardine ou plutôt son après naissance est un bon exemple de naissance à problème.
 Ce sont les bêlements de la mère qui m'ont d'abord attiré et intrigué. En effet Kapouille se trouvait isolée et couchée  et poussait des bêlements d'animal qui a perdu le troupeau. C'était bien cela en fait, puisque prise de contractions elle s'était retrouvée dans l'obligation de rester sur place alors que le reste de la bande était allé vivre sa vie ailleurs. A mon arrivée, le petit n'apparaissait pas. Toujours parmi les cris continus de la mère, l'agnelle finit par sortir normalement. Mais la brebis resta couchée et ne réagit absolument pas à la présence de son jeune. Dans son regard c'était l'affolement; elle finit par se lever mais n'avait toujours pas léché Cardine. Quand la petite se mit sur ses pattes et chercha à prendre sa première tétée, elle fut reçue à coups de tête. Kapouille le regard dirigé au loin et très inquiète s'égosillait toujours. Le manège durant, je finis par m'approcher pour placer l'agnelle sous sa mère, mais elle n'en voulait vraiment pas. En fait tout se passait comme si, psychologiquement, la brebis (une antenaise, donc un an) ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Le seul signe d' instinct maternel qui paraissait, était de rester à l'endroit de la naissance, mais son véritable souci était la séparation du troupeau que l'évènement lui avait imposé.
Je décidai donc de placer brebis et petit, isolés dans un compartiment d'un demi mètre carré pour que Kapouille ne puisse plus échapper à Cardine. Mais,...
Le manège durait maintenant depuis une heure et l'agnelle n'avait toujours pas pris une goutte du premier lait (colostrum). Voyant que l'avenir serait sans doute de devoir élever ce jeune au biberon, je décidai d'aller au bourg voisin pour acheter du lait en poudre pour agneau. Et puis comme je voulais que la mère tarisse normalement comme lors d'un mort-né, je ne récupèrai pas son colostrum et souhaitais en trouver chez le vétérinaire. Il était tard en soirée et il fallait que la petite soit correctement nourrie avant la nuit.
J'arrivai trop tard chez le véto qui était fermé, mais me procurai tout de même de la poudre de lait juste avant la fermeture du magasin pour élevage.
Après une heure d'absence , au retour, j'eus la surprise de voir la mère nettoyer un peu son agnelle. Mais il fallut encore une heure pour que les tétées soient acceptées. Plus tard, avant la nuit, je les plaçai dans un espace plus grand pour mettre eau et foin à la brebis. Avant de me coucher, je vérifiai la situation; Cardine était tranquillement couchée près de sa mère qui, en passant, bêlait (pour ne pas employer un autre mot) toujours. Pas de cris de la jeune qui donc était bien nourrie.

Le lendemain matin, tout montrait que les choses étaient rentrées dans l'ordre et elles retrouvèrent l'herbe verte. Il fallut tout de même quelques jours pour que la mère cesse de crier son anxiété, cette fois dès que la petite s'écartait un peu.

L'exemple de Kapouille montre que cette brebis primipare qui ne comprenait pas ce qui lui arrivait, voyait son instinct maternel submergé par ses propres angoisses . Après plusieurs semaines maintenant, la vie s'écoule paisiblement  et les inquiétudes de mère sont disparues, Cardine pouvant aller jouer avec les autres agneaux sans tourmenter maman. ... D'ailleurs, les brebis qui ont leur premier petit, sont souvent plus soucieuses que les brebis expérimentées....Encore un point commun avec une autre espèce... 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires