Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 22:07
Il y a quelques semaines, Marguerite demandait si on pouvait déterminer la taille future d'un Ouessant d'après celle de sa naissance.
J'ai tenté d'expliquer qu'on pouvait en général définir une tendance si on observe la chose au sein de son propre troupeau (si on le connaît bien) et si une certaine homogénéité est présente.
Dans un troupeau d'animaux dans le haut du standard, on remarquera vite celui qui s'avèrera plus petit que d'ordinaire. Et inversement dans un troupeau dans le bas du standard en taille, celui qui devrait être plus grand qu'à l'accoutumé sera perceptible. Ceci, étant à considérer comme une généralité, car parfois une gestation difficile ou pas, des carences chez la mère ou une grande vitalité...peuvent donner des résultats variables et trompeurs. Malgré tout la tendance est bien réelle en terme de moyenne.

Exemple, sur la photo, âgées de 5 semaines, à gauche Prunelle de la souche des Lutins (animaux dans le bas du standard) et à droite Heidi d'une souche hollandaise dans le haut du standard. Malgré quelques jours de plus  à compter pour Heidi (et une légère pente de terrain), on comprend bien que ces deux futures brebis se situeront chacune à un extrême du standard taille.

Une souche de grands animaux donne en moyenne des agneaux plus grands qu'une souche de petits animaux. Ce genre d'élément est entre autres à prendre en considération lorsqu'on souhaite acquérir de jeunes moutons avec un souci de rester dans le standard taille. D'où la nécessité de connaître la généalogie de chaque individu sur un maximum de générations en considèrant (et espèrant) autant de rigueur chez les éleveurs précédents que celle qu'on s'impose.  
Partager cet article
Repost0

commentaires

M
merci pour ce complément de réponse; je suis toujours à la recherche de mon si petit bêlier, en espérant que les gènes " grande taille " de mes brebis veuillent bien devenir récessifs, ce qui n'a rien d'évident . <br /> en attendant, j'observe mon dernier né : une souris verte minuscule mais pleine de vitalité, un petit mâle né à un peu plus de 1 KGr, d'une mère de un an, mal nourrie pendant toute sa gestation, aujourd'hui un peu moins maigre mais d'ossature dans le haut du standart ..... ce petit semble destiné à rester petit, mais en a t il les gènes ? .... d'autre part, il dispose d'un départ de cornes qui ne se décident pas à démarrer à un mois d'âge, gestation difficile encore ?
D
<br /> <br /> La mère a-t-elle assez de lait pour le nourrir? Ce qui pourrait donner un animal faussement petit puisque génétiquement plus grand.... Et puis l'héritage de la mère de la mère dans tout cela?Et<br /> le père également? Sa taille?<br /> Personnellement je n'ai jamais hésité à utiliser un bélier au cornage médiocre préférant axer toute sélection de départ sur la petite taille. C'est ce qui fait le Ouessant et qui est trop<br /> rarement respecté. L'amélioration du cornage peut se faire sur plusieurs années ensuite selon ses propres résultats ou ses trouvailles ailleurs.<br /> Ensuite à défaut de pouvoir changer ses brebis, il sera nécessaire de faire reproduire votre petit bélier avec ses filles pour consolider sa souche, tout en sélectionnant.<br /> J'espère pour vous que ce soit le petit animal que vous cherchez. Vous me direz......<br /> <br /> <br /> <br />