Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 22:02
Une belle prairie des Lutins ...artificielle.

La prairie n'est que l'extension de nos surfaces engazonnées et tondues qui entourent nos maisons. C'est un milieu tout autant artificiel que le champ cultivé mais avec une composante d'éléments de nature bien plus diversifiée. On reconnaît souvent au milieu prairial un aspect esthétique et paysager important. Alors que le champ cultivé agresse la vue par sa monotonie et une composante végétale qui se réduit à une plante unique (et encore, seulement quelques mois dans l'année), la prairie semble ressourcer et invite à la flânerie. Elle rassure davantage que le boisement dans lequel la vue ne porte pas très loin et où le désordre semble règner. C'est ainsi, l'espèce humaine demeure inquiète et a le besoin d'ouvrir et ordonner la nature autour d'elle.

Artificielle la prairie? Tout à fait. Pour s'en convaincre, il suffit de l'abandonner (ne plus y intervenir) quelques années, pour voir ronces, arbustes  (aubépines, prunelliers,...) et arbres pionniers (bouleaux, trembles, ...) se lancer à l'assaut  du milieu et finir à long terme par le boiser totalement en  la chênaie finale. Si les sols et le climat le permettent, tout lieu va vers le boisement. Ce sont les humains qui dans ces derniers millénaires ont jardiné l'Europe (et ailleurs) à coups de haches puis de machines, mais également bien aidés par la dent de leur bétail.

Les prairies naturelles existaient pourtant bien ici et là, à l'image des steppes et savanes d'ailleurs. La nature créaient régulièrement des prairies à sa façon quand elle pouvait encore s'exprimer: sur les lieux ouverts après un incendie conséquence de la foudre, ou encore dans les petites et vastes clairières créées par les tempêtes. Les grands troupeaux d'herbivores sauvages en tiraient alors profit et aidaient par leur action de paître à conserver ces milieux.
Mais tout a bien changé et nos prairies actuelles ne sont que la caricature moderne de ce qu'étaientt les prairies naturelles des millénaires passés. Pourtant, aujourd'hui encore, sur ce principe de base le milieu ouvert profite au bétail, cette fois domestique, qui le maintient ainsi en le broutant.

Lorsque la prairie artificielle est autorisée à exprimer sa nature...Mille et une richesses végétales et animales s'y s'épanouissent.
Partager cet article
Repost0

commentaires