Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

24 décembre 2009 4 24 /12 /décembre /2009 23:02
Elever tout en faisant reproduire amène à devoir sélectionner faute de ne pouvoir garder tous ses animaux.
 
Les premiers dont je me sépare sont ceux que je ne ferais pas reproduire sur mon élevage s'ils devaient y rester, conservant en toute logique ceux qui présentent un intérêt pour l'avenir de mon troupeau. Ce sont des moutons pas toujours avantagés par la nature mais qui pour moi méritent tout autant de vivre que les autres.
 Je trouve tout à fait logique d'avoir la même attention et "loger à la même enseigne" chacun de mes Ouessant. Le manque de beauté n'est pas un délit qui mérite la peine de mort. Mes moutons n'ont pas à être victimes de mes caprices d'éleveur parce qu'ils ne rentrent pas dans mes orientations de sélection. S'il devait en être ainsi, j'arrêterais immédiatement mon élevage malgré toute la passion que je voue à cette race et qui m'anime. Tout comme il n'y a pas chez moi le chien qui rentre au salon et celui qui croupit enchaîné à sa niche, il n'y a pas le Ouessant qu'on vénère et celui qui n'est bon qu'à finir en ragoût....
Ce type de mouton moins bien conformé peut tout simplement être écarté de la reproduction (pouvant même être castré pour un mâle) et finir sa vie comme animal de compagnie pour le plus grand plaisir de ceux qui l'accueillent.
    
rotshild 001

Hir des Lutins du M., l'exemple même de cette première catégorie, petit bélier au mauvais cornage parti comme animal de compagnie dans une famille pouvant l'élever dans de bonnes conditions (mais malheureusement tué involontairement par cette famille suite à un excès de distribution de pain...).


Les seconds dont il m'arrive de me séparer sont ceux qui, pourtant corrects (ou même très bons), finissent par partir à cause du nombre et du manque de place. Il faut savoir donner des limites à sa passion pour qu'elle ne vous déborde pas elle-même. Dans ce cas, je les réserve plutôt aux personnes soucieuses d'élever pour la race, avec un désir de construction et de conservation qui pourrait prolonger mon travail.

Mérinos 004

Mérinos des Lutins du M. (futur vainqueur du concours 2008) parti du troupeau vers d'autres horizons, malgré toute sa beauté.


Pour finir, il est fort rare que je me sépare d'animaux de quelques années, préférant casser le lien quand mes moutons sont encore jeunes et conserver ceux qui ont une histoire déjà bien écrite chez les Lutins, avec le souci de leur assurer une bonne fin de vie.
 Se séparer d'un animal est toujours un petit ou grand déchirement car on n'est jamais assuré que le nouvel éleveur aura autant d'attention et de soin pour ce mouton que ceux qu'on lui prodiguait, et donc une part d'incertitude demeure sur la qualité de vie qui l'attend véritablement dans l'avenir. 
Partager cet article
Repost0

commentaires