Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 14:13

 

Pas le furet, mais le renard.

 

 

juillet 10 018

 

Crottes de type canidé, de taille moyenne, aux segments truffés de poils provenant d'une multitude de petits rongeurs (base de son menu quotidien), laissées de façon bien visibles (pour les concurrents) ici sur une placette peu végétalisée. C'est bien lui, le renard.

 

Ma joie à la découverte qu'il est passé dans le quartier  (et de plus dans les enclos à moutons ,dont le parc de nuit d'un hectare clos) est grande et m'amène à lui consacrer ces lignes. 

 

Joie car il y a bien trop longtemps que j'avais pu déceler trace de vie de l'animal autour de chez moi. Il faut dire qu'ici comme en beaucoup d'endroits, l'homme l'extermine chaque fois qu'il le peut. Une richesse supplémentaire donc dans le monde des Lutins.

 

J'ai dit qu'il était passé. Oui sans doute car nous sommes en juillet, en pleine période d'émancipation des jeunes qui errent à la recherche d'un territoire.

 

J'imagine déjà les réactions de ceux  qui s'attendaient plus à découvrir ma crainte dans cet évènement. Je n'idéalise pas le renard et je tiens avant toute chose à être objectif. Ma facette naturaliste me permet de l'être et mes buts d'élevage me permettent de le rester.

Je m'explique. Oui, un renard peut parfois croquer un agneau Ouessant , un grand jeune de quelques mois ou un adulte en très mauvaise santé. Et alors? Une fois en passant ce n'est pas un drame. Et puis le mouton était-il bien vivant au moment du festin? Si oui, la chose reste rare.

Elle ne m'est pas encore arrivée en quatorze ans. Si un jour cela devait être le cas, je serais triste pour l'agneau et la perte représentée dans mon travail. Mais ne menant à aucun moment un élevage de profit, cela ne serait qu'un incident de parcours. S'il devait se reproduire, il faudrait alors songer à quelques aménagements ou méthodes, comme l'enfermement des jeunes pour la nuit...

Comme je l'ai déjà écrit par ailleurs, le renard est bien plus légitime que l'agneau, ce dernier n'étant qu'un prolongement de l''humanité. Il faut bien garder à l'esprit que déverser de la "viande vivante" dans la nature, c'est lui faire prendre une certaine part de risques.

Risques qu'il faut accepter; Vouloir détruire le renard, n'est qu'une réaction primaire (même si cela soulage un temps) qui déplace le problème et ignore certains principes qui veulent que d'une part, en libérant un territoire de renard, on l'offre à un autre qui viendra s'installer et que d'une autre, c'est assurer une meilleure reproduction de l'espèce à l'avenir, puisqu'on favorise ainsi ses espèces-proies que sont les petits rongeurs...

 

Quelques anecdotes.

D'abord celle d'un temps où je pratiquais encore la photographie animalière mais que je n'ai pas immortalisée sur la pellicule car trop loin de moi. A l'affût de chevreuils, c'est une chevrette avec ses deux faons que je vis arriver. Superbe en soi, l'instant devint alors merveilleux quand survint un grand jeune renard, de juillet justement. Ce qui devait arriver....n'arriva pas. Durant un temps qui sembla interminable, s'opéra sous mes yeux  une partie de jeux bien imprévisible entre les deux espèces. Cela sous l'oeil attentif mais aucunement paniqué de mère chevreuil qui continua son repas comme si de rien n'était.

Enfin, une anecdote qui se passait dans l'enclos permanent de mes moutons, en pleine période de nourrissage des jeunes renards, et sans problème particulier pour mes Ouessant. Un renard y venait régulièrement. Jamais je ne l'ai vu mais il laissait sa signature. D'abord, ce fut la carcasse à moitié enterrée d'un de ces "faisans chair à canons" libérés l'automne précédent, qui avait survécu jusque là et dont les longues rectrices dépassaient du sol.  Quelques jours plus tard, une patte de poulet, peut-être simplement récupérée sur un tas de fumier, était mise en réserve et laissait voir quelques doigts. Plus tard, c'est....une espadrille qui subissait le même sort (maître renard par l'odeur alléché...).

Si comme le commun des mortels de mon espèce, j'avais un besoin important de monstres sanguinaires pour rompre mon ordinaire, j'aurais pu écrire qu'ensuite ce fut le propriétaire de la dite chaussure que je retrouvai enterré dans le parc...mais non cela n'arriva pas, je n'ai plus eu traces de ce renard.

 

Non, je n'idéalise pas le renard. Je vois simplement ce qu'il est. Un animal comme un autre.

Qu'on ne m'accuse pas non plus de vouloir "blanchir" les prédateurs, car je pourrais mentionner les centaines de divers autres animaux domestiques que j'ai pu perdre dans mes différents élevages de par leur prédation, pour montrer que je sais ce que c'est que de perdre.

 

Enfin, je terminerai en disant que je crains bien plus les chiens errants et ceux de chasse pris dans leurs élans, que les renards.

Sans oublier la bêtise humaine. Vols chez un collègue éleveur. Ou comme cet imbécile de premier ordre qui depuis bientôt un an cisaille régulièrement le câble d'entrée d'un de mes enclos. Puis-je rêver que son coefficient intellectuel soit suffisant pour l'amener un jour à parcourir cet article....s'il sait lire...et comprendre tout le mépris que je peux avoir pour les gens de son "espèce".

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
<br /> Oui, tout va bien pour Melle Fine, je fais des rondes ... Mais ce sont mes poules qui font les frais des visites de Messire Goupil : Une toutes les deux nuits !!! Et il a le culot de me laisser ses<br /> crottes juste devant la porte du poulailler... Pour les moutons, nous n'avons pas de bergerie " fermée ". Il va falloir bricoler quelque chose, mais ce n'est pas simple à cause des chèvres qui ont<br /> tendance à s'installer dans les cabanes et à empêcher les moutons d'entrer !!! La cohabitation ne se fait qu'en extérieur !!!<br /> <br /> <br />
D
<br /> <br /> Pour les poules, renard fouine...sont des bons indicateurs des failles de construction de nos poulaillers et montrent du doigt ainsi les besoins de bricolage ou d'entretien à prévoir si on ne<br /> veut pas finalement être le perdant;<br /> <br /> <br /> Bon bricolage!!<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> Ce soir, je le trouve un peu moins sympa, mon renard de juillet... Une agnelle est née aujourd'hui et je suis un peu inquiète de la proximité de ce renard. Je viens de descendre dans le champ ( il<br /> est 3 h du matin !!! ) mais tout a l'air calme. J'espère ne pas avoir de mauvaise surprise les jour prochains, surtout que Fine est un petit accident bien agréable...<br /> Sinon, pour les buses, effectivement, une certaine catégorie de prédateurs à deux pattes m'avait laissé entendre que ça pouvait être dangereux pour des agneaux... A vrai dire, je n'y croyais pas<br /> trop... Et j'aime observer les buses, il y en a si peu... si l'on excepte la catégorie citée précédemment !!!<br /> <br /> <br />
D
<br /> <br /> comme on dit chez les Lutins: "si tu ne veux pas que les guêpes viennent sur tes confitures, rien ne sert de les tuer, ferme le couvercle"....<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Pas de nouvelles depuis cette visite noctune, donc bonne nouvelle je pense pour le petit accident...<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> J'ai eu plus de chance que vous, car moi aussi, ayant remarqué ses épreintes, je me suis postée à la tombée de la nuit pour surprendre mon renard de juillet... Et je n'ai pas été déçue... un joli<br /> jeune, de couleur très foncée, qui batifolait dans mon verger et n'a pas oublié de me laisser son petit cadeau odorant entre les pruniers ! C'est avec un peu d'inquiétude que je l'ai vu prendre la<br /> direction du parc des moutons, mais je me dis comme vous qu'après tout, c'est la nature et que ce renard est sans doute plus à sa place que mes moutons... Pour l'instant, nous n'avons jamais eu de<br /> " prélèvement ", mais un ami a eu tout son troupeau décimé par ce qu'il pense être des renards en bande. Personnellement, je crains beaucoup plus les chiens errants, et même un peu les buses que<br /> j'ai vu tournoyer au-dessus du champ à l'époque des agnelages. C'est pourquoi nous ramassons systématiquement les " délivrances " quand nous les trouvons, histoire de ne pas attirer l'attention des<br /> prédateurs. Mais je suis entièrement d'accord avec vous, le renard, comme la buse, sont indispensables à l'écosystème et nous sommes de toute façon, très heureux de pouvoir les observer, ce qui<br /> devient rare.<br /> <br /> <br />
D
<br /> <br /> J'ai entendu également des éleveurs dire qu'une grosse buse avait emporté un agneau et qu'il fallait lui faire la peau. Ce qui n'est n'est pas possible pour une buse , sauf de traîner un cadavre<br /> de très jeune agneau (mort né par exemple) mais surtout pas de l'emporter dans les airs.<br /> <br /> <br /> Dans cette situation je n'ai pas cherché à essayer d'en savoir plus pour étayer la réalité car je perçois vite quand je me trouve face à un esprit peu ouvert à la découverte ou à la<br /> discussion... <br /> <br /> <br /> <br />