Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 23:01

 

Pour résumer, le Ouessant n'est donc plus ce qu'il était. Normal!

 

Ce qu'il était quand? 

  D'abord sur l'île. En moins 52 avant JC (façon de prendre conscience de nos limites), en l' an 800 (dont on ne sait rien), en l'an 1700 (on en sait presque rien), vers 1850 (on en sait peu mais un peu plus), 1920 (on en sait bien davantage),....? J'entends, sur l'île. ( Nous considérerons qu'à partir de cette dernière date, il a bien perdu de sa petite taille et a beaucoup changé dans son aspect et sa morphologie sur les trois dernières dates, au point de ne plus sembler vraiment nous intéresser dès lors, puisque devenant peu à peu la grande race à viande qui peuple actuellement l'île d'Ouessant).

Ensuite sur le continent. En quelle année furent introduits les premiers Ouessant de petite taille tels qu'on les imagine? Et où? Qu'ont-ils donné? Que sont devenus leurs descenants? Avec quels types locaux ou races se sont-ils croisés? Quelles furent les importations suivantes? En quel nombre?  En quels lieux ? A quelles dates? Leur devenir?...

 

Quand on retrouve un troupeau considéré comme ancien du type Ouessant, peut-on répondre à toutes ces questions? Non. On sait parfois que les animaux sont élevés dans la famille depuis plusieurs générations. C'est déjà bien et miraculeux, une chance vers laquelle on se tournera, mais rien ne garantit l'absence totale de métissages sur d'aussi nombreuses décennies. Et puis les premiers animaux élevés sont-ils plus proches du cheptel 1920 ou celui de 1850? Ce qui change beaucoup de choses. Après 1900, les moutons d'Ouessant sont fort métissés, et bien avant probablement beaucoup moins (ne serait-ce que par encore une certaine rareté du morphe blanc, pour ne parler que de ce caractère facilement observable).  

 

Grâce au blog des Lutins, plusieurs personnes m'ont contacté pour me mentionner l'existence de troupeaux familiaux  anciens qui de plus n'ont pas servi à la constitution du cheptel de base organisée par les pionniers du GEMO. Cela montre qu'ici et là subsistent bien d'autres élevages type Ouessant, jusque là inconnus, sans doute très intéressants mais sur lesquels je me pose les mêmes questions que pour les autres. Par exemple dans l'un, on trouve une grande hétérogénéité en taille, des animaux blancs (et autres morphes insolites) et une forte proportion de femelles cornues. Les descriptions anciennes connues semblent ne pas présenter ce dernier caractère chez le Ouessant proche de nous. Faut-il y voir le signe d'une souche très ancienne et encore plus primitive, ou celui de métissages?

 

Il n'existe donc pas un Ouessant de race pure comme il m'arrive de le lire, mais des animaux présentant certaines caractèristiques des diverses documentions connues décrivant ou présentant ces animaux . Le Ouessant sur le continent est depuis longtemps un coktail de souche Ouessant et diverses influences. Le petit Ouessant d'aujourd' hui étant lui-même le "cocktail" de ces divers "cocktails"....auxquels continuent toujours de s'ajouter d'autres influences pas forcément nouvelles (allusion aux précédents articles).

 

Si je m'interroge sur l'importance du phénomène d'introduction des Ouessant, par le passé, sur le continent, je trouve tout aussi intéressant de me poser la question quant au phénomène inverse, c'est à dire me demander dans quelle mesure les apports extérieurs d'autres moutons (bateaux de passage et autres possibilités) ont influencé le cheptel Ouessant insulaire. Certains me diront qu'il a peu évolué sur de longues périodes. Certes, comme dans l'évolution des espèces dans la nature, on peut supposer pour le Ouessant des changements internes graduels et lents,  mais également des bouleversements plus importants sortes de "révolutions" dans le cheptel insulaire venues de l'extérieur, autres que les dernières connues comme: l'arrivée du morphe blanc, des animaux grandis durant le 20ième siècle, un brassage et la confection de "cocktails" Ouessant sur le continent...

 

Notre tort est de nous représenter une image fixe du Ouessant alors que des premiers moutons primitifs au petit mouton qui nous passionne il a existé bien des types de Ouessant...sur Ouessant, puis ailleurs. Tout bouge et évolue dans notre monde. Notre mouton n'y échappe pas. Nous voudrions le contraire que le phénomène s'exprimerait de toute façon du simple fait que les enfants sont toujours différents des parents. Le principe de la race et du standard ne fait que ralentir l'inexorable. C'est bien mais gardons à l'esprit que nos animaux d'hier sont perdus et que nous n'en conservons que des copies imparfaites. 

 

Quand donc je me trouve devant un "Ouessant", rien ne me permet de dire que c'est un "Ouessant". Je ne peux que dire qu'il ressemble à un Ouessant et présente un certain nombre de caractères qui vont dans ce sens, sorte de regard de conformité (sans y introduire un jugement de qualité). Nous en sommes tous là.      

 

 

janvier 2009 038 

Ouessant? Pas Ouessant? Animal issu en ligne directe du cheptel des pionniers du sauvetage de la "race", Noisette (de son nom) présente pourtant une toison assez peu primitive; son morphe blanc trahit de plus d'un métissage pour au moins un de ses ancêtres il y a plus de 100 ans. Fille de bélier primé, mère et grand-mère de béliers primés avec certificat de conformité, elle est de plus dans le standard. Une Ouessant à mes yeux non parce qu'elle m'appartient et mérite honneurs, mais simplement parce que j'ai bien conscience qu'un Ouessant de race pure à 100% cela n'existe pas (plus).

D'ailleurs...., un Ouessant de quelle date? Quel Ouessant?....

 

A suivre

Partager cet article
Repost0

commentaires

K
<br /> Salut Lucine,<br /> <br /> quand on recherche les origines d'une race on doit d'abord suspendre un certain point vue au lieu de en premier trouver " la vérité" Comme vous avez pensez les deux races l'ouessant et le lande de<br /> Bretagne sont cousins mais il y a un évolution dans les races Tous les moutons ont évoluer de l'espèces mouflon. l'espèces ovis aries est le mouton domestique mais il est possible à identifier<br /> l'évolution des races de plus primitif (plus proche du mouflon) au plus moderne le plus primitif est considéré le soay ils ont un patron mouflon et une morphologie queue courte, laine presque le<br /> même qu'un mouflon et ça continue avec plusieurs pointes distinctif. Suite sont les moutons primitif comme l'ouessant avec une queue courte toison double, oreilles courte et dressé et ça continue.<br /> JJ Lauvergne a fait une étude en utilisant ce système de morphologie à étudier l'évolution des races française avec l'indice d'archaïsme c'est en ligne si vous voulez le lien. si on regarde les<br /> différences entre l'ouessant et le lande de Bretagne c'est l'ouessant qui est plus ancien c'est le lande de bretagne qui est plus un mettissage des races plus moderne et bien sur type primitif (<br /> qu'on peut trouver un peut partout en bretagne) . l'ouessant garde une indice le plus élevé en france pour l'age de race. donc en fait c'est l'inverse que vous avez pensez et la preuve est dans la<br /> morphologie. Quand on commence à faire les études c'est vraiment intéressant à voir tous qu'on peut découvert. pour le type d'un éleveur on trouve souvent les choix d'un éleveur dans leur troupeau<br /> ou meute si on parle des chiens je sais quand je vois certains chiens qui est leur éleveur c'est parce que quelques éleveurs sont penché sur un type plus défini que des autres. au concours une fois<br /> j'ai présenté un bélier issue de l'élevage les lutins qui a fortement une génétique d'un souche tout suite quelques personnes m'ont demander si mon bélier est venu de cette souche....comme avec les<br /> familles humains il y a les traits caractéristique. j'espère que j'ai rien oublier.<br /> <br /> <br />
D
<br /> <br /> Texte précédent de la part de Kanisha.<br /> <br /> <br /> Lucine, il est possible que je n'aie pas répondu à un de tes commentaires où tu devais parler de la marque de l'éleveur.<br /> <br /> <br /> Pour reprendre sur la fin du commentaire, oui, chaque éleveur laisse sa "griffe" sur les animaux qu'il produit. Cela tient d'abord à la composante de ses animaux souches puis de la sélection et<br /> donc les choix qu'il opère. Chaque troupeau évolue donc presque comme si chaque élevage était un isolat (ce qui ne se passait pas sur Ouessant avec un très grand brassage dans un seul cheptel).<br /> Sur l'île Lucine, l'^le Kanisha, l'île Dominique.... ne se passent pas les mêmes choses et de là des évolutions vers des types différents s'amorcent(exemple des troupeaux souches de la<br /> renaissance du Ouessant). D'où une difficulté supplémentaire à gérer le Ouessant et inévitablement une très grande diversité dans les morphotypes. C'est le phénomène observé dans l'évolution des<br /> espèces animales "sauvages" avec la création de populations géographiques qui présentent des petites ou grosses différences, on parle alors de "sous-espèces" (variétés). Toujours est-il que pour<br /> les Ouessant, dans le petit lot d'éleveurs habitués on reconnait souvent l'origine d'élevage de tel ou tel animal. C'est pour cette raison que je dis que malgré un standard, au-delà des<br /> mots, chacun a la vision de son Ouessant qui ne correspond pas tout à fait à celle de son voisin. Sans qu'il soit question de vouloir forcément sortir du standard. On peut rechercher simplement<br /> un mouton un peu plus comme ceci ou comme cela....<br /> <br /> <br /> Sur ce point, il y a effectivement un look Lutins avec les années comme je l'avais expliqué bien des fois. Et il en va ainsi pour chacun de nous, éleveurs.<br /> <br /> <br /> <br />
K
<br /> si vous avez malentendu mes questions ou commentaires pour un impolitesse cette fois ci ou une autre fois, je suis vraiment désolée je vous garanti qu'il y a rien plus loin de la vérité mais je<br /> comprendre mieux votre réponse si c'est le cas.<br /> <br /> toujours amicalement<br /> <br /> <br />
D
<br /> <br /> N'étant pas homme de conflits et ayant passé ma vie à gérer les problèmes de relations humaines des petits et des grands, vous comprendrez que je ne cherche nullement par ce blog à dénigrer qui<br /> que se soit et encore moins à retrouver une ambiance de travail dans ce qui devrait être un pur plaisir. Les questions que je me pose sont légitimes et si ce que je peux écrire vous échappe pour<br /> des raisons que je peux comprendre, merci de me demander plutôt que de me donner paternité de propos qui n'ont jamais été les miens.<br /> <br /> <br /> Ce serait dommage que j'en vienne à devoir censurer pour une première fois les commentaires d'une personne des plus intéressées (et intéressantes) autour de la problèmatique<br /> Ouessant et l'animal lui-même. <br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> Justement, Kanisha parle du Landes de Bretagne, ce qui tombe bien, puisque ça fait un moment que je voulais en parler avec toi... Est-ce que ce mouton, très ancien également, d'assez petite taille<br /> aussi, est très "impliqué " dans les cocktails d'Ouessant ? Après tout, il est de la même région, ses origines sont assez incertaines, son " standard " semble difficile à déterminer ( les couleurs,<br /> en particulier, sont assez bizarres et variées ) mais peut-être ( sans doute ) est-il lui-même issu de croisements, ce qui ne fait pas avancer le schmilblick, je l'avoue...<br /> Bref, la proximité géographique des deux races a-t-elle pu avoir une influence sur le Ouessant ? Je me suis laissée dire que l'Ouessant était la forme nanifiée du Landes, ce qui me semble toutefois<br /> un peu curieux, justement à cause des couleurs qui ne correspondent pas du tout. Qu'en pense-tu ?<br /> Quant au commentaire de Kanisha, je ne crois pas que le propos se voulait désagréable, mais c'est vraiment très difficile de communiquer sur un sujet aussi pointu en deux langues... Moi-même, j'ai<br /> un peu de mal en anglais pour certains mots, comme... race, justement !!!<br /> Maintenant, elle n'a peut-être pas tout-à-fait tort sur le mouton " Morzynski, au détail près qu'on devrait plutôt parler alors de " type " Morzynski et non de race... Il faut admettre que certains<br /> Ouessant portent la " griffe " de leur éleveur, car ce dernier a tendu vers une " amélioration " qui lui tenait à coeur, taille, couleur, cornage ou autre... Plutôt que de race et de type, on<br /> pourrait presque parler de " style " en français ou de " touch " en anglais, non ?<br /> <br /> <br />
D
<br /> <br /> Oui forcément, ils appartiennent tous deux au peuplement ovin ancien breton.Ils ont probablement  ancêtres communs au départ où à un autre moment, personne ne peut le dire sur des<br /> millénaires. Leurs similitudes peut faire penser que le Ouessant est un isolat du Landes de B. Les moutons voisins influencent leurs voisins. Chaque type local évolue dans une direction<br /> selon son milieu mais les évènements de l'histoire des hommes déterminent ensuite le devenir et les influences ont bien des fois l'occasion de se manifester.<br /> <br /> <br /> Il en va des populations humaines comme des moutons qu'elles transportaient dans leurs déplacements, les unes et les autres ont eu bien des occasions de semer leurs petites graines parfois loin<br /> de chez eux.<br /> <br /> <br /> Le Landes de B a certainement subi bien plus de croisements que le Ouessant resté plus primitif . Pour le Landes du fait d'une large répartition, non isolé, les influences avec les autres<br /> mouvements ovins sur le continent se sont fait sans doute plus ressentir. Je ne peux que t'inviter à entrer en contact avec le collègue du blog en lien "Cousin du Ouessant"<br /> <br /> <br /> Pour la couleur, je ne comprends pas ce que tu veux dire. <br /> <br /> <br /> Pour le. problème Kanisha, je n'en dirai pas plus sans m'adresser à la personne; je lui ai répondu et clos la polémique, j'espère.<br /> <br /> <br /> <br />
K
<br /> Dominique, je reste toujours amicale et je suis très contente que vous êtes toujours agréable a faire un débat parce que souvent les gens qui font des articles sont moins agréable à faire un débat<br /> voir qu'ils veulent présenter seulement leur point vue.<br /> la décision dont vous parlez ( de quel époque) à été déjà pris par le GEMO.la choix des cheptels du fondation de la race à été fait. si vous n'êtes pas d'accord avec cette décision et voulez basé<br /> votre choix sur une autre standard ( votre standard) il n y rien qui vous empêche à prendre cette décision. Par contre la décision de quel époque n'est pas pris sans difficulté parce si par exemple<br /> vous décidez sur la date 1850 si on reste avec l'humeur il faut peut-être préciser quel jour? non? en fait c'est pas la date qui est importante parce que on a que les moutons de cette époque, sauf<br /> si on conte ce qui est peut-être plus importante et non adressé dans cette histoire la génétique. Parce que c'est la génétique qui dure. Pour le cocktail ce n'est pas un cocktail( le vérification<br /> de l'orthographe demande que c'est écrit avec un 'c') sans but, cet à dire les ouessantais avaient garder leurs moutons pour le commerce. c'est pour ça que j'ai mis le mot (landrace) même sil il n<br /> y a vraiment un traduction équivalent en français( race locale) parce ça implique un cheptel que n'est pas fait au hasard mais avec un sélection de l'environnement et les demandes du marché c'est<br /> facile à comprendre pourquoi les ouessantais ont vite changer leur type de mouton quand le marché à apprécié plus la laine blanche et les gigots plus grand. Si vous pensez que le ouessant est<br /> considéré plus comme un animal de boucher aujourd'hui il faut le juger comment? mouton d'agrément? tondeuse écologique? et ça implique quel type? Le sujet de cette article est reconnâitre un<br /> ouessant, j'habite en Bretagne j'ai la chance:-) je vois les petits moutons noirs dans les champs autours de moi tous les jours;ceux qui n'ont jamais fait parti du le GEMO mais ils sont type<br /> homogène et style ouessant ou de la région. c'est pas difficile à comprendre le type ou style d'un ouessant si vous êtes de la région ce n'est pas en doute. si vous n'êtes pas de la région le mieux<br /> je peux vous conseiller et à venir voir les ouessants au concours. Pour les décisions du jury chaque un à son gout mais c'est qu'un jugement ( concours) de beauté c'est pour ça j'aimerais bien que<br /> le système de conformation fait évoluer assez vite;<br /> <br /> bien à vous<br /> <br /> <br />
D
<br /> <br /> Si vous êtes amicale, il faut alors penser que c'est bien de la maladresse... mais comme ce n'est pas la première fois... Dans la vie je pense qu'on peut tout dire quand on y met la<br /> façon....<br /> <br /> <br /> Que dire donc, sinon que vous lisez autre chose que ce que j'ai pu écrire? Où avez-vous lu que je remets en cause le choix des moutons de base du GEMO ( d'ailleurs je les élève)? Sur ce sujet, a<br /> été fait avec ce qui a été retrouvé. Je ne fais que réfléchir dans cet écrit sur la matière de cette base et de là penser que celle-ci ne correspondait déjà plus vraiment à ce que le Ouessant<br /> avait pu être et que donc, de ce simple constat, personne à ce jour ne peut prétendre détenir ou élever un Ouessant de race pure (si c'est ce que vous affirmez pour les vôtres, je ne savais pas<br /> et mes propos n'allaient vers personne en particulier), mais  un mouton qui dans son allure se présente dans le type Ouessant ancien, comme ceux que vous voyez autour de vous en<br /> Bretagne, fief de cet animal. Vous semblez connaître le choix de la période de référence pour déterminer le Ouessant actuel, chose que j'avoue ne pas connaître jusqu'alors.<br /> <br /> <br /> Bref, je ne vois rien en tout cela de condamnable qui puisse vous irriter, si ce n'est peut-être que cela puisse être en contradiction avec des choses que vous auriez pu écrire (mais là, je ne<br /> sais pas; il n'y a aucune intention de ma part) Je ne fais que vivre ma passion, m'interroger et suivre mon petit bonhomme de chemin. Chemin sur lequel je n'ai jamais écrit que je souhaitais un<br /> autre standard (où auriez-vous lu cela?).<br /> <br /> <br /> On, et j'avais bien compris, déjà il y a quinze ans quand je me penchais sur le Ouessant, que l'environnement et l'histoire de l'île avait modelé ce mouton; vous avez le tort de vouloir présenter<br /> tout ce que vous connaissez sans tenir compte de ce que votre interlocuteur peut déjà connaître et écrit bien des fois.<br /> <br /> <br /> Quand je parle de regard comme sur une race bouchère pour apprécier le physique de l'animal ou encore d'orientation beauté, vous devriez me rejoindre et vous interroger sur le devenir du Ouessant<br /> sous ces angles nouveaux de sélection. Ces points ne sont pas condamnables mais montrent bien qu'on est sorti de la pression sélective de sur Ouessant; et c'est normal. <br /> <br /> <br /> Il n'y a pas de Ouessant Morzynski, puisque tous mes animaux sont issus d'élevages de dirigeants et administrateurs du Gemo et autres associations et labellisés Ouessant ou encore possesseurs de<br /> pedigree. Aucun animal n'est d'origine inconnue...<br /> <br /> <br /> Il est inutile de reprendre la plume pour de nouveau répondre à ma réponse, nous n'en finirions pas. Non par censure, je ne publierai pas, simplement parce que ce genre de situation n'intéresse<br /> pas forcément les visiteurs de mon blog.<br /> <br /> <br /> Pour conclure, je ne peux donc que vous inviter à me relire et ne pas interpréter à votre façon mes propos. Vous verrez qu'il n'y a aucun problème et que vous allez au-delà de mes propos, ce qui<br /> par contre peut s'avérer grave comme comportement. Votre problème personnel m'échappe.<br /> <br /> <br /> Merci pour la précision orthographique. <br /> <br /> <br /> Bien à vous.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
K
<br /> effectivement une race locale ( landrace) est défini par une sélection de l'environnement et les besoins agricole et non par le but de beauté C'est la génétique qui conte. Par contre une race est<br /> défini par le standard. Quand on parle des races construit comme le dobermann par exemple on parle d'une race construit exclusivement pour les besoins d'une personne (Herr Dobermann) mais ce n'est<br /> pas le cas avec le ouessant. la race locale existait et à été crée par les conditions sur l'ile et les ouessantais c'était le GEMO qui ont crée la race avec le standard défini par le race locale<br /> pour le but à sauvegarder la race voir race locale parce que les conditions n'existait plus sur l'ile. La race et la race locale peuvent-être détruits très facilement avec les besoins des éleveurs<br /> qui recherche des nouveautés ( surtout avec les croisements avec des autres races) qui ne voir pas le danger.C'est pour ça que je fait souvenir les gens assez régulièrement le plus part des<br /> ouessants sont noir ( on a pas encore arriver au même point que le mouton des landes de Bretagne pour l'instant) Aucune question pour moi la génétique que je vois avec le ouessant est riche. Si on<br /> veut élevé un mouton d'ouessant la génétique est importante mais si on veut tout simplement un petit mouton type primitif avec aucun histoire sauf le but d'avoir les couleurs et patrons le plus<br /> joli on a rien à fait sauf raté le mot d'ouessant c'est facile et clair. ça n'a jamais existait sur l'ile mais pourrait-être crée comme Herr Dobermann on attends les moutons Morzynski peut-être?<br /> <br /> <br />
D
<br /> <br /> Une fois de plus, Kanisha, je pense que le problème de la langue est pour vous un obstacle à comprendre toutes les subtilités de ce que j'ai pu écrire et qui semble de ce fait vous<br /> agacer. C'est du moins ce que croient percevoir les gens qui vous lisent. Moi, je m'interroge toujours quand je ne connais pas assez une personne. Ma règle est de toujours rester sympathique et<br /> ouvert.<br /> <br /> <br /> On ne sait jamais dans vos commentaires si vous êtes avide de discuter et réfléchir ou si vous souhaitez être désagréable. Mais comme jusqu'à maintenant je n'ai jamais rejeté un commentaire, je<br /> fais comme si c'était de la maladresse...<br /> <br /> <br /> Vous ne faites que redire ce que j'ai pu exprimer sur certains points et pour d'autres dévier vers ce que je n'ai pas dit.<br /> <br /> <br /> D'abord en français, on parle de race pour un animal pour lequel on a défini des critères de sélection et qui donc se retrouve sous surveillance et orientations. Sinon on parlera de type local<br /> (plutôt que race locale ce qui peut prêter à des malentendus et confusions) selon la région ou on le trouve ...et très important, l'époque. Exemple, le Ouessant de 1850 est un type différent<br /> de celui de 1950 pour un même lieu. Il y a donc eu sur Ouessant des types ovins qui se sont succédés et pour affiner mon explication, j'ai simplement expliqué que derrière la sauvegarde du type<br /> Ouessant, il serait important de définir précisément le type de base à utiliser pour construire le cheptel d'aujourd'hui. Les connaissances et documents que j'ai pu acquérir montrent<br /> que les animaux de 1920 sont bien différents de ceux de 1850, pour ne se référer qu'à ce qui est observable pas trop loin dans le passé. De là, quand on veut sauver un type, il importe<br /> d'abord de savoir si les animaux utilisés pour cette sauvegarde sont plus proches de 1920 ou 1850. Quand je lis que tel troupeau est élevé dans la même famille depuis 80 ans par<br /> exemple, faut-il comprendre que les animaux de cet élevage descendent de moutons qui ont été introduits sur le continent vers 1930, ce qui dans ce cas signifie que ces animaux <br /> correspondent au type 1930 de l'île. Ou faut-il, plus incertain, imaginer que cela peut éventuellement être des animaux élevés dans la même famille depuis 1930 mais qu'ils proviennent d'élevage<br /> sur le continent qui les avait introduits encore plusieurs décennies avant depuis Ouessant, ce qui pourrait en faire, si aucun métissage n'avait eu lieu par miracle pendant tout ce temps, un<br /> troupeau témoin de plus loin encore...(quelle date?). On s'aperçoit donc que les divers troupeaux jugés comme anciens qui ont servi à la renaissance du Ouessant ont et peuvent avoir des histoires<br /> très différentes  ainsi que des origines diverses quant au type insulaires selon la période d'introduction. Ce qui me fait dire sans esprit négatif gratuit mais simple rigueur et lucidité,<br /> qu'il ne faut pas se leurrer ni rêver, le Ouessant actuel de base n'est pas d'un type pur mais le brassage (coktail comme je le dis avec humour) de toutes ces histoires. Une relique<br /> dans son apparence mais qui transporte bien d'autres choses qui font qu'il n'est pas honnête de dire que tel ou tel Ouessant est de type (race à présent si vous voulez) pur. Vous voyez que<br /> quand on veut être rigoureux , contrairement à ce que vous semblez vouloir dire à mon sujet, les choses sont bien plus compliquées que vous n'y aviez peut-être pensé vous même.<br /> <br /> <br /> Pour ce qui est de la beauté, j'ai déjà écrit dans d'autres occasions mais c'est peut-être loin, que cette approche ne peut que faire s'éloigner le Ouessant de son type insulaire, puisque comme<br /> cela vous est cher, cela ne faisait pas partie des événements de sélection non naturels sur l'île. Ce qui amène aujourd'hui à juger le Ouessant comme on le fait pour d'autres races qui elles sont<br /> bouchères.<br /> <br /> <br /> Je n'irai pas plus loin au rique de répéter ce que j'ai peut-être déjà écrit ou vais écrire dans d'autres articles.<br /> <br /> <br /> Par contre vous avez raison<br /> <br /> <br /> <br />
V
<br /> C'est quasiment de la philo..."être ou ne pas être,un Ouessantin, tel est la question".Mais fort intéressant.<br /> Continuez.<br /> Frédéric<br /> <br /> <br />
D
<br /> <br /> C'est presque cela. Merci Frédéric pour le commentaire.<br /> <br /> <br /> <br />
K
<br /> vous avez écrit " sorte de regarde de conformité" donc il y a un standard pour la race?<br /> <br /> <br />
D
<br /> <br /> Oui. Je pourrais me limiter à cette réponse mais j'en profite pour développer un peu pour qui découvre le Ouessant.<br /> <br /> <br />  Il y a actuellement les standards des milieux associatifs qui vont, au-delà de la conception d'un type Ouessant restrictif, vers la description d'un Ouessant supposé parfait en termes<br /> de beauté ou du moins de qualité (ce qui est subjectif). Chacun interprète à sa façon ces écrits (quand il se donne la peine de s'y référer) selon ses goûts, l'idée qu'il se fait<br /> de l'animal et simplement les animaux qu'il peut difficilement trouver. Y compris en concours, comme moi, vous observez les hésitations du jury à choisir et se mettre d'accord...et les résultats<br /> ne vont pas forcément vers des animaux qu'on aimerait avoir dans son troupeau.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Je me rappelle votre réaction et votre surprise, par exemple, quand j'avais expliqué qu'était recherché pour le bélier un cornage proche de celui du mouflon. Sans connaissance<br /> de cette conception, des éleveurs publient encore, par ignorance, des annonces dans lesquelles ils vantent la qualité du cornage du Ouessant qu'ils souhaitent vendre...et en<br /> regardant l'image on découvre un cornage des plus horribles...Ces personnes sont sincères et apprécient sans doute les tire-bouchons qui font office de cornes à leur animal. Pourquoi vouloir un<br /> cornage mouflon, parce que c'est beau? (pour moi oui, mais certains ne retrouvent pas l'idée traditionnelle qu'ils se sont fait d'un bélier) Non, l'intérêt est de rediriger ou<br /> conserver le cornage dans une allure plus primitive, d'un mouton considéré primitif et parfois décrit avec ce type de cornage.<br /> <br /> <br />   <br /> <br /> <br /> On est encore bien dans les faits dans un type (il suffit d'observer la grande hétérogénéité des animaux) et non une race (comme officiellement souhaité), ce qui d'une certaine façon<br /> n'est pas pour me déplaire n'étant pas très attiré par les animaux de race, pour le mouton comme pour le reste (mais cette dernière remarque n'est que personnelle et mériterait d'être<br /> développée). <br /> <br /> <br /> <br />