Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 09:37

 

C'est la glandée.

C'est l'époque et de bons coups de vent font tomber les glands des chênes comme s'il en pleuvait. Les moutons ne se privent pas de les consommer, connaissant les coins stratégiques des parcs et se ruant au simple bruit de la graine qui tombe. La sécheresse qui sévit toujours sur mon coin de l'hexagone rend cette provende d'autant plus attractive pour mes Ouessant.  

 

 

sept 10 082

 

 Les graines encore vertes semblent les plus appréciées. Problème, ce type de nourriture s'avère un danger potentiel (tout comme les feuilles fraîches de chêne). Les tannins ont la réputation de provoquer de graves problèmes rénaux et digestifs. La quantité et l'exclusivité dans la ration alimentaire font-elles varier les possibilités d'empoisonnement? Les chênes centenaires sont nombreux dans la région et il n'est pas question pour moi de me mettre dans l'idée de les couper...simplement pour élever des moutons. Soigner un mal par un autre, environnemental celui-là, ne serait pas judicieux. Si la toxicité s'avèrait, il serait plus intelligent de déplacer le troupeau sur des espaces pas ou peu soumis aux chutes de glands.

Cela fait bien une quinzaine de jours que dure cette consommation. Elle fut sans doute progressive depuis l'été, la quantité par contre change ces derniers temps. Habitués à consommer des feuilles de chêne toute l'année, je n'ai jamais décelé de problèmes chez mes animaux et à présent aucun signe particulier suite à l'ingestion de glands. Je surveille tout de même leur état dans cette phase de modification naturelle de leur régime alimentaire.  

 

sept 10 073

 

J'ai remarqué que certains animaux se montrent particulièrement gourmands en glands et se spécialisent dans cette quête, délaissant un peu trop (à mon goût ) leurs congénères occupés sur les herbages. C'est le cas de Vénus qui  va et vient, balayant du museau le moindre recoin comme on le ferait d'un détecteur de métaux.

Partager cet article
Repost0

commentaires