Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

25 novembre 2021 4 25 /11 /novembre /2021 12:29
Vergeois en septembre dernier

Vergeois en septembre dernier

Après avoir décelé à la naissance un agneau homozygote "faded" pour l'allèle de modification de la toison (éclaircissement), j'avais ensuite douté de cette coloration durant l'été.

En effet, il existe tellement de variants dans le ton de la couleur brune chez le Ouessant, sans que l'animal soit concerné par l'allèle "faded" modificateur, que j'avais fini un temps, au fil des mois, par douter de ma première analyse. 

Vergeois il y a deux mois, toujours en suivi de construction sinon.

Vergeois il y a deux mois, toujours en suivi de construction sinon.

Mais non, Vergeois est bien homozygote "faded" pour cet allèle modificateur. C'est à dire qu'il l'a hérité de son père mais également de sa mère. Homozygote est en effet la condition pour que le phénomène de modification (décoloration) s'opère, "faded" étant un allèle récessif d'un point de vue génétique.

Il est vrai que cette expression est même parfois déroutante sur la couleur de base noire offrant pourtant plus de contraste possible, certains animaux demeurant à l'inverse très foncés bien qu'homozygotes pour l'allèle faded.

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2021 7 21 /11 /novembre /2021 13:36
Mon coeur ne balance pas.

Deux brebis des Lutins (Hermeline et Taraille) que tout semblerait opposer.

Pourtant entre les deux mon coeur ne balance pas. Chacune est d'une extrême importance pour les Lutins, comme pour le type ovin Ouessant.

La première, dite blanche, est en fait, comme tout mouton blanc, un mouton noir (plus rarement brun) simplement costumé en blanc du fait qu'il possède au moins un allèle de cette coloration Agouti blanc, allèle génétiquement dominant (d'ailleurs, heureusement, seulement hétérozygote pour cet allèle Awt, Hermeline est tout à fait en mesure de produire des agneaux noirs selon le bélier qui lui est proposé).

Hermeline est dans le même temps la plus âgée, d'où une toison qui, bien que peu dense à l'origine, a encore perdu en densité avec les années. C'est aussi une brebis se situant dans le bas du standard taille et peu charpentée. Pour aller plus loin, bons aplombs, queue de taille moyenne ....

Taraille, quant à elle, est une jeune brebis noire dans le haut du standard taille, costaude de construction, à toison dense, bons aplombs également et queue des plus courtes ....

De par leur généalogie, ces deux brebis n'ont pas d'ancêtre commun récent, bien que, comme tous les Ouessant continentaux actuels, elles sont forcément cousines à un degré ou un autre, au moins éloigné.

Ceci mais aussi justement leurs différences rendent l'une tout aussi importante que l'autre. En effet, il n'existe pas de profil type connu du Ouessant de forme ancienne et il faut bien considérer que dans un souci de sauvegarde de ce type ovin, "sang", rusticité (dont santé) et aptitudes doivent primer dans l'orientation d'un cheptel, l'image que renvoie un animal n'étant pas à elle seule ce qui le rend intéressant.

Mon coeur ne balance pas.

Au-delà de la diversité de variants colorés, la diversité de formes, de tailles, d'allures rend chaque Lutin, chaque Ouessant, unique, ni mieux ni moins bien qu'un autre, ni plus intéressant ni moins intéressant qu'un autre, ni préférable ni plus dérangeant, du moment qu'il s'inscrit dans la banque génétique de l'histoire de ce type ovin, dans le patrimoine génétique de la petite partie visible de l'iceberg de ce mouton qui nous est parvenue (l'autre partie, la plus grande, étant perdue à jamais)... le tout sans défaillance, sans caractère de morbidité préjudiciable à cette population ovine.

Pourquoi cet article? Parce que d'abord c'est là un souci d'orientation en mon élevage. Chacun de mes Ouessant est différent d'un autre de mes Lutins dans son aspect.

 Ensuite parce que je suis parfois inquiet des modes que je vois se dessiner dans le monde du Ouessant. Ce que je vois, lis ou entends depuis plusieurs années, laisserait entendre qu'un Ouessant doit être comme ci ou comme ça (Pourquoi?), alors que quand je demandai un jour à un membre du jury en concours de "nous" (les éleveurs) présenter dessin schématique de l'animal idéalisé à rechercher, il y eut refus (raison donnée: pour ne pas influencer...) Allez comprendre! Etrange attitude quand dans le même temps nombre d'animaux se retrouvent mis sur la touche alors que d'autres (de plus une  minuscule poignée seulement comparativement) sont mis en avant.  L'influence n'existerait-elle donc pas par cette démarche de compétition autour du Ouessant? 

Ceci étant, j'espère que comme toutes les modes, certaines passeront concernant cet ovin. Les modes autour du Ouessant quand j'ai débuté mon élevage étaient autres il y a 25 ans ...

Tout ceci pour conforter ce que je martèle depuis très longtemps, concours, classements, compétitions ne devraient pas exister pour un ovin élevé à titre conservatoire. Le vestige d'un passé du domestique qu'est le Ouessantin n'a pas à être approché à la façon de ce qui se pratique pour ses confrères de grandes races en élevage de rente et en foire à bestiaux, non seulement par principe, mais au risque de l'éloigner toujours plus de l'ovin qu'il a pu être durant des siècles et de construire volontairement une forme nouvelle, moderne d'un Ouessant, calquée sur les canons d'une démarche agronomique ou de beauté subjective qui n'existait pas sur son île d'origine dans les pratiques.

Certes la quasi totalité des Ouessant échappent à ce phénomène, mais dans le même temps cette quasi totalité des Ouessant n'intéresse pas ceux qui disent s'intéresser au Ouessant.

Cette argumentation, ces constats n'empêchent en rien pour autant de travailler en son troupeau, à la conservation d'un Ouessant rustique, petit en rapport au standard et bien dans ses onglons comme dans le reste de son être et armé pour une longue et heureuse vie de plein air autant que possible. 

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2021 6 06 /11 /novembre /2021 16:09
Explosion de colorations en plein soleil!

Explosion de colorations en plein soleil!

Oh la belle blanche!

Oh la belle blanche!

Oh la belle grey!

Oh la belle grey!

Oh la belle brune!

Oh la belle brune!

Oh la belle blanche!

Oh la belle blanche!

Oh la belle noire!

Oh la belle noire!

Oh la belle grey!

Oh la belle grey!

Oh la belle noire!

Oh la belle noire!

Splatch!

Splatch!

Oh la belle blanche!

Oh la belle blanche!

Oh la belle brune!

Oh la belle brune!

Oh la belle noire!

Oh la belle noire!

Oh la belle brune!

Oh la belle brune!

Oh la belle noire!

Oh la belle noire!

Oh la belle noire!

Oh la belle noire!

Resplatch!

Resplatch!

Oh la belle blanche!

Oh la belle blanche!

Oh la belle grey!

Oh la belle grey!

Oh la belle brune!

Oh la belle brune!

Oh la belle noire!

Oh la belle noire!

Oh la belle grey!

Oh la belle grey!

Boum!

Boum!

Oh la belle brune!

Oh la belle brune!

Oh la belle noire!

Oh la belle noire!

Oh la belle grey!

Oh la belle grey!

Oh la belle noire!

Oh la belle noire!

Reboum!

Reboum!

Bouquet final!

Bouquet final!

Le premier plaisir devant le Ouessant, la contemplation!

Ce qu'a permis cette éclaircie météo au berger, après une paire de semaines atteint par une de ces maladies de saison (et non celle du moment).

Plaisir des retrouvailles et de l'observation au milieu d'un des lots de reproduction ....

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2021 7 17 /10 /octobre /2021 12:40

Depuis deux jours, les accouplements sont autorisés si le coeur en dit aux différents lots de reproduction de cette saison.

Dans le groupe le plus important ...

La troupe éclatée

Seize brebis pour l'heureux bélier élu de ce groupe, s'il veut bien se laisser tenter.

La troupe éclatée

La nuit précédente, un samedi soir, fut sans doute agitée, au point que les corps préfèrent encore savourer les rayons de fin de matinée, plutôt que s'activer.

La troupe éclatée

Avec un mâle brun, pas mal de possibilités de colorations dans les futures naissances de ce groupe. C'est calculé pour... allant du brun au noir en couleurs de base, en passant par le blanc et le grey, sans oublier l'éventuel effet faded. Chose certaine, tous les jeunes issus de ce lot seront porteurs de brun même s'ils ne l'affichent pas.

Dans le plus petit groupe ...

La troupe éclatée

Cinq brebis seulement pour un mâle blanc.

La troupe éclatée

Futures naissances uniquement noires ou blanches, sans savoir si l'effet faded est possible puisque ce bélier n'est pas connu pour porter cet allèle, pour l'instant.

Dans le groupe intermédiaire ...

La troupe éclatée

Neuf brebis. Elles devaient être huit, mais au moment d'y introduire et libérer une femelle, je me suis aperçu de mon erreur sur son identité. Cette brebis se retrouve "condamnée" à reproduire deux années de suite, contrairement aux prévisions.

Le mâle noir attribué étant homozygote pour l'allèle "faded", il existe donc possibilité de naissances futures identiques si quelques mères porteuses de ce gène voulaient le transmettre. Par contre une chose est certaine, tous les jeunes seront porteurs de cet allèle faded de décoloration, au moins de façon cachée. 

Quant au groupe des non reproductrices...

La troupe éclatée

... elles savourent également pleinement ces superbes journées d'octobre et vont bien profiter d'un an sans souci de procréer.

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2021 7 10 /10 /octobre /2021 12:28

(...mais pas toutes ...)

Le 15 prochain, les accouplements vont être autorisés.

Par lots de reproduction, trois.

Pour trois mois. Périodicité calculée selon le nombre de femelles à féconder en maximisant le taux de réussite, mais aussi afin d'éviter les naissances trop précoces tout autant que trop tardives. De fin mars à début juin, c'est parfait. Cela correspond au cycle naturel du vivant... naître au printemps. Cela permet ensuite de tondre les brebis, assurément "vides", toutes les naissances terminées.

Repos pour presque toutes les reproductrices de la dernière saison de reproduction. Au tour de celles qui n'avaient pas été mères ce printemps de rencontrer un amoureux. (Repos à vie pour toute brebis de plus de huit ans)

Au bonheur des brebis
Au bonheur des brebis
Au bonheur des brebis

Les élus sont de costumes différents.

Un mâle dit "blanc" , un mâle dit "noir" (homozygote faded, décoloré), un mâle dit "brun" (homozygote faded).

Quatre allèles portant sur la coloration de l'animal seront ainsi diffusés par les béliers et associés à l'ensemble des allèles (sept) colorés chez le Ouessant présents parmi la bonne trentaine des brebis choisies pour (et non par) ces mâles.

Mais le travail de conservation du type ovin primitif qu'est le Ouessant ne se limite pas à un souci de toison, taille et morphologie des unes et des autres, mais aussi rusticité et généalogies, déterminent la constitution de chaque lot de reproduction pour espérer sauvegarder, atteindre également les objectifs souhaités. Le tout dans le maintien du "sang" du Ouessant de forme ancienne, des souches du renouveau (45 ans d'histoire) .

Ceci étant, le vivant aura toujours le dernier mot et fera bien à sa façon selon ce qu'on lui propose...

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2021 3 08 /09 /septembre /2021 13:00

Le blog des Lutins est passé en "https" pour une meilleure sécurité et ne pas, ne plus freiner les visiteurs timides qui pouvaient être effrayés par l'absence du fameux "petit cadenas fermé" .

Bonnes visites donc aux nouveaux, rassurés j'espère.

Le Lutin, un Ouessant régulièrement déparasité ... et en vedette sur un blog sans virus, sécurisé.

Le Lutin, un Ouessant régulièrement déparasité ... et en vedette sur un blog sans virus, sécurisé.

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2021 1 06 /09 /septembre /2021 09:34
Eté d'exception

Les années se suivent et ne se ressemblent pas.

Herbe verte à profusion cet été suite aux pluies tardives et régulières associées à des températures souvent presque automnales.

La situation fut profitable au troupeau qui va aborder l'automne en bel état physique. Des jeunes qui ont bien poussé, des brebis allaitantes qui ne furent jamais diminuées.

1077 mm de pluie ces onze derniers mois! Encore un petit mois pour faire une durée d'un an, mais déjà les 800/900 mm de précipitations annuelles moyennes sur mon secteur (d'avant 2000 quand le climat avait moins évolué) sont battus.

La "mauvaise" saison va ainsi s'annoncer avec de l'herbe, ce qui n'était plus le cas ces dernières années suite aux canicules et sécheresses.

Les Lutins devraient donc être en belle forme pour la "lutte" (accouplements) qui approche à grands pas, d'autant que, bien que peu abondants, les glands tombent et seront suivis par les châtaignes s'annonçant à profusion.

Partager cet article
Repost0
24 août 2021 2 24 /08 /août /2021 12:29

J'imagine que le visiteur suffisamment courageux, curieux, passionné pour entreprendre se plonger dans la catégorie "historique" du blog des Lutins, doit être rare.

Aussi dans un monde où l'humain passe de plus en plus de temps à zapper plutôt qu'à se poser, pour satisfaire un plus grand nombre, voici un rapide panorama du Ouessant du passé parmi quelques unes des plus anciennes vues de cet ovin et les plus représentatives.

J'ai volontairement choisi de me limiter à la période charnière entre le 19ème et 20ème siècle (c'est à dire fin des années 1890 et début des années 1900). Avant les clichés sont fort rares, après le mouton d'Ouessant a très vite perdu alors son allure ancienne (qui intéresse de nos jours en sauvegarde), sous le poids grandissant du métissage avec des grandes races modernes de rente (mais pourquoi pas consacrer un article prochain à ce après).

Vous avez dit Ouessant

Un dessin paru dans un journal en 1909, mais je n'ai plus souvenir dans l'instant si la date de réalisation du croquis est connue.

C'est bien un mouton d'Ouessant sans prétention qui nous est représenté, de ceux qui aujourd'hui n'auraient guère de succès sous l'angle de la sélection vers un Ouessantin idéalisé.

Les marques blanches ne sont qu'un effet de jeu d'ombre et de lumière pratiqué en dessin, ici pour donner du volume à la toison et donner l'effet mèches, tous les animaux représentés étant bien de coloration noire. 

Vous avez dit Ouessant

L'équipage de la Louise, premier vapeur à faire les traversées vers l'île d'Ouessant. L'agneau blanc nous rappelle que cette coloration, bien présente dans le cheptel ouessantin, génétiquement dominante, est en cours d'absorber alors les autres colorations qui pouvaient encore exister dans la population de ce mouton de type ancien, y compris le fameux petit mouton noir.

Vous avez dit Ouessant

Encore le 19ème siècle pour ce cliché publié dans un magazine de l'époque. Très émouvant. Deux brebis, deux agneaux sans que l'on puisse dire à quelle mère ils appartiennent. Si les adultes semblent assez haut perchés dans leur allure, l'agnelle (?) blanche présente une silhouette bien commune avec celle des jeunes d'aujourd'hui et ne déparerait pas parmi mes agneaux actuels (123 ans après). 

Vous avez dit Ouessant

Déjà bien grand en rapport à notre standard actuel ce jeune bélier noir.

Tout comme cette ronde agnelle blanche (encore marquée par un bronzage naturel normal de la fibre à cet âge en cette coloration pour certains animaux).

Je me permets de rappeler qu'une oblitération ne fait qu'indiquer la date d'envoi du courrier carte postale et n'indique en rien la date de prise de vue souvent bien antérieure....

Vous avez dit Ouessant

Ils sont loin, mais ils sont une dizaine les petits moutons d'Ouessant. Difficile de s'en priver, les vues avec leur présence sont si rares ...

Vous avez dit Ouessant

Je m'interroge toujours sur la coloration réelle de ces deux Ouessant ( en réalité de 1902 ou avant).

Noire à canitie? grey? noire faded? autre encore?... le mystère m'agace!

Vous avez dit Ouessant

Blancs, et en masse, depuis bien plus longtemps qu'on ne l'imaginait lors du démarrage de la sauvegarde des derniers Ouessant (continentaux) en 1976... et même vingt ans après encore ...

Le manque de curiosité face à ce que l'on souhaite sauvegarder m'avait toujours surpris... et aujourd'hui encore...

(On appelait foire, le rassemblement annuel des ovins laissés libres sur Ouessant hors période des cultures)

S'y cache, au centre, le plus ancien et le seul bélier (blanc ici) connu en photo sur Ouessant, loin et de dos malheureusement... 

Vous avez dit Ouessant

Géante l'agnelle (en laine), à moins d'une antenaise (un an) non tondue encore.

Belle densité, la brebis tondue. Un caractère associé à cette coloration, caractère que l'on retrouve encore aujourd'hui chez les Ouessant blancs assez souvent, contrairement aux animaux noirs (sauf exception).

Etrange cette mise en scène pourtant en plein air d'après le sol, devant un panneau peint n'ayant rien de maritime!

Jusque là des clichés pris sur l'île d'Ouessant.

Vous avez dit Ouessant

A présent un cliché, bien pris en Finistère mais sur la côte du continent.

Contrairement à ce qui est précisé dans un ouvrage sur le Ouessant, rien n'indique un bélier sur les bases de l'image. En toute logique une brebis et son agnelle tenue en main gauche (c'est à dire à droite). C'est ainsi que ce duo type était attaché sur les landes et pelouses naturelles (sur Ouessant, durant les mois de cultures).

Sans considération de coloration, le morphotype des deux animaux exhibés entre tout à fait dans l'orientation à la mode du moment chez les éleveurs dits passionnés d'aujourd'hui. 

Pour finir, prises assurément en studio, quelques vues d'une bien longue série d'une même ambiance dans laquelle posent les mêmes jeunes gens et les mêmes jeunes moutons.

 

Vous avez dit Ouessant
Vous avez dit Ouessant
Vous avez dit Ouessant

Sans doute également donc du Ouessant continental, conciliant ou apprivoisé, dans cet exercice.

Des animaux bien frêles de par leur construction physique (y compris le blanc). Personne, parmi les éleveurs passionnés, pour se disputer de tels Ouessant de nos jours, si ces moutons pouvaient se présenter à nous. Pourtant ces Ouessant d'il y a cent ans devaient être de phénotype et génotype bien plus "originels" (pour reprendre qualificatif à la mode actuellement) que n'importe quel Ouessant de notre 21ème siècle....

Je suis toujours surpris que dans une démarche de sauvegarde, le "relooking" actuel (entrepris depuis 45 ans en fait) de la seule matière Ouessant du passé qui nous soit parvenue n'interroge personne (sauf moi qui radote à l'occasion...), alors que beaucoup se prennent la tête dans le même temps pour la moindre marque sombre bien dérisoire présente sur un Ouessant blanc par exemple. La notion de sauvegarde semble être à géométrie variable selon les intérêts mis en avant.

Toutes ces vues font rêver, voyager dans le temps. Malheureusement ces traces visuelles sont rares et, bien que des plus précieuses, n'apportent que trop peu de renseignements concrets sur les dizaines et même centaines de milliers de Ouessant ayant trotté sur l'île, ne serait-ce que  durant les années 1800 quelque chose. Bien prétentieux qui prétendrait pouvoir définir un profil moyen de construction du Ouessant type de cette période 19ème!

Quelle belle invention tout de même le piégeage de la lumière!

Partager cet article
Repost0
5 août 2021 4 05 /08 /août /2021 12:24

Le mouton a peur du loup ou même du chien mais suit pourtant plus dangereux encore, le berger, dont il ne se méfie moins, alors qu'un jour, tôt ou tard, il le trahira. C'est un fait.

Ce n'est pas de cette mort là dont je veux parler car, chez les Lutins, cette trahison n'a pas lieu.

Je ne souhaite pas non plus lancer le débat sur "Manger ou pas ses Ouessant?", sachant qu'en ce domaine comme bien d'autres, le mimétisme culturel est déjà en soi souvent un frein à toute pure réflexion et à un débat dépassionné mais argumenté.

Non, je veux poser le souci de la gestion de la fin de vie de ses animaux quand elle se présente. Que ce soit suite à accident, maladie, vieillesse ...

Un jour viendra où il faudra peut-être t'aider dans tes derniers instants...

Un jour viendra où il faudra peut-être t'aider dans tes derniers instants...

L'éleveur qui élève depuis moins de dix ans n'a généralement pas encore été confronté au problème de devoir gérer la détresse d'un animal quand aucun soin n'est envisageable( gros handicap, souffrance, détresse physiologique de fin de vie...)

Ne rien faire n'est pas très humain et indigne d'un éleveur soucieux de ses animaux, faiblesse, lâcheté et politique de l'autruche s'opérant au détriment de l'animal .

La question qui se pose à l'éleveur devant un animal à sacrifier: "Suis-je à même d'intervenir personnellement?...et si oui, comment?"

Quand on a peu de moutons, la mort ne se présentant que ponctuellement, il est possible de faire venir le vétérinaire pour euthanasier en douceur son protégé, si on peut consacrer un budget à ces derniers "soins". Transporter le mouton jusqu'au cabinet est je pense un stress supplémentaire pour l'ovin se trouvant isolé et en situation nouvelle, autant lui épargner tout cela.

En cas d'urgence où si on se sent capable d'intervenir soi-même, il reste la méthode ancestrale pratiquée depuis la nuit des temps, des millénaires. Violente, elle nécessite expérience pour être efficace et exige d'opérer en deux temps, perte de conscience puis traumatisme létal. J'évite volontairement les détails et autres précisions pour conseiller ce qui suit.  

Pour ceux qui sont confrontés à ce souci de fin de vie de leurs animaux, surtout quand on a beaucoup de moutons, je conseille l'utilisation d'un étourdisseur ("pistolet" d'abattage) comme je le fais. Cet outil est efficace. La perte de connaissance instantanée précède une mort très rapide. De plus la méthode met un peu plus de distance dans le geste d'apporter la mort libératrice.

Pour le coût d'un ou deux Ouessant, l'appareil rend ce service en une situation qui sinon met souvent dans l'embarras.

Je n'ai aucun intérêt dans l'affaire, ne souhaitant qu'aider des moutons trop souvent laissés dans leur agonie, leur souffrance de fin de vie. Aussi, il est possible de me joindre en "contact" si vous voulez que je vous oriente vers le matériel que j'utilise.

Prunelle des Lutins ainsi vient de partir ...

Prunelle des Lutins ainsi vient de partir ...

Tout cela n'est pas bien gai et souvent on évite d'en parler, mais personnellement, si ce n'est jamais un plaisir, c'est par contre à chaque fois une grande satisfaction pour moi d'être là, de pouvoir accompagner dans ces derniers instants, soulager un Lutin qui a partagé 10 à 14 ans de ma vie et que bien souvent j'ai vu naître. Donner la mort est parfois la dernière intervention possible et nécessaire... le dernier geste d'attention.

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2021 4 22 /07 /juillet /2021 06:19

Pour aiguiser connaissances et sens de l'observation, amusez-vous à déterminer les colorations de divers Ouessant des Lutins du moment présentés dans cet article .

Pour information, tous les animaux sont des Ouessant issus de sujets avec plus de 40/45 ans d'origines connues et de suivis en reproduction, sans croisement piège depuis avec d'autres ovins.

Il est possible de s'interroger en classant par exemple les Ouessant de couleur noire et ceux de couleur brune.

Ou encore de définir les animaux de patron agouti et ceux Non agouti.

Pour les moutons agouti de déterminer le patron (l'allèle précis du locus Agouti, en considérant que 4 allèles sont possibles)

On peut définir aussi les Ouessant concernés par le gène à effet de décoloration (faded).

Si on raisonne ainsi, il est alors possible de décrire précisément l'ensemble des caractères de coloration de chaque Ouessant en photo.

Sur le sable ou sur le pré, bon amusement à qui a déjà des connaissances sur ce sujet!

Pour qui découvre la réalité colorée chez le Ouessant, c'est peut-être l'occasion d'être curieux et de fouiller dans ce blog pour en apprendre plus sur ce sujet ... 

Bon alors, allons pour les réponses données en jaune en ce même article après chaque photo.

Photo 1

Photo 1

Photo 1

Il s'agit d'un Ouessant en couleur de base noire et dit "faded", c'est à dire dont la toison se trouve décolorée par la présence en double d'un allèle dit "faded" qui a cet effet sur la fibre en l'éclaircissant.

Ce type de toison pose parfois problème d'identification pour certains éleveurs, en particulier ceux de l'étranger qui croient y voir un animal Agouti grey en base noire.

Non, cette brebis en photo est bien "nonagouti".

(Pour les branchés, le génotype précis est AaAaB+B+FfFf. C'est à dire homozygote pour l'allèle nonagouti du locus Agouti, homozygote pour l'allèle B+ donnant une coloration de base noire au locus Brown, et enfin homozygote pour l'allèle faded à effet du locus Fading.)

Il est vrai qu'il existe ressemblance pour cette brebis avec le patron de l'allèle Agouti grey. Mais l'extrémité du museau clair correspond ici à un phénomène de canitie avec l'âge. Le tour des yeux n'est pas véritablement marqué de blanc. Difficile à voir ici mais on ne perçoit pas d'éventuels poils clairs à l'intérieur des oreilles. Les étrangers surnomment les Agouti grey "moisis/schimmel". L'aspect de cette toison tondue pourrait y faire penser, mais il faut savoir qu'il existe une grande variabilité d'expression du "faded" chez le Ouessant pouvant donner des animaux très sombres ou très clairs, intermédiaires forcément ou à nuances comme ici. Globalement sur cet animal, c'est aussi l'aspect des poils de la face et des membres demeurés assez uniformes sans décoloration qui aident à écarter l'Agouti grey.

Une remarque d'un autre ordre, on notera sur cette brebis, la marque blanche de naissance entre les oreilles qui demeure de façon estompée. Ce phénomène de conservation à l'âge adulte de la marque blanche que certains agneaux avaient à la naissance est une tendance chez les animaux soumis à l'effet du "faded", alors que cette même marque disparaît presque toujours chez les Ouessant dits noirs et non touchés par l'effet "faded" de décoloration de leur toison. 

Enfin, malgré le trouble qui persisterait dans certains esprits peu convaincus, j'ajouterai que vous pouvez me croire car chez les Lutins la reproduction se fait par accouplements calculés, c'est à dire que je connais le père de chaque naissance voulue. Ainsi en rapport à chaque mère et sa progéniture obtenue, les règles de la génétique sont également là pour ne laisser aucun doute sur un résultat. Donc, absolument pas d'Agouti grey dans cette situation (d'autant que chez moi cet allèle n'est reproduit que de façon visible et jamais cachée comme dans un animal blanc par exemple...

Photo 2

Photo 2

Photo 2

Comme en photo précédente, nous sommes devant un Ouessant noir mais cette fois il ne s'agit pas d'un animal nonagouti au locus Agouti, mais exprimé grey au locus Agouti. En résumé, cette brebis est Agouti grey sur couleur de base noire. (Pour les branchés, précisément AgAaB+Bb. Hétérozygote au locus Agouti, c'est forcément l'allèle Agouti grey  Ag dominant qui s'exprime sur l'allèle Agouti nonagouti Aa récessif. De même, cette brebis est porteuse de brun mais rien ne permet de le savoir en la voyant; au locus Brown, c'est donc l'allèle B+ dominant qui s'exprime sur l'allèle Bb récessif, d'où l'apparence noire exprimée.)

Sur cet animal, on remarquera que la décoloration habituelle du museau et du tour des yeux chez l'Agouti grey, s'étend très largement en face. On voit aisément l'aspect clair dans les oreilles et même sur. La toison tondue a cet aspect dit "moisi". La position de la brebis ne permet pas de détailler les pattes. Comme toujours, il faut bien garder à l'esprit que pour le patron Agouti grey comme pour tout autre allèle de coloration, il existe une grande variabilité d'expression de cet allèle autour d'un schéma de base.

Photo 3

Photo 3

Photo 3

Un classique Ouessant dit blanc, c'est à dire plus exactement d'un point de vue génétique Awt exprimé (Awt, Agouti white tan, Agouti blanc ou/et bronzé.... dans ce cas précis, le tan/bronzage est pratiquement inexistant.)

Plus précisément, connaissant mes animaux, cette brebis est hétérozygote au locus Agouti. Elle est AwtAa, c'est à dire "blanche" d'apparence mais non agouti en second allèle caché. Extérieurement, rien ne permet de le savoir. De même, concernant le locus Brown dont rien n'est décelable à cause de la coloration blanche (qui est en fait une absence de coloration), cette brebis est B+Bb, donc porteuse également de l'allèle Bb donnant la coloration brune. Tout cela pour rappeler que le Ouessant dit blanc est celui qui peut, éventuellement, cacher le plus de choses ...

Photo 4

Photo 4

Photo 4

Pour aller vite, même coloration qu'en photo 1, Ouessant noir soumis à l'effet "faded".

Je ne reprendrai pas les détails d'écriture génétique et d'aspect. Simplement je ferai remarque d'une toison plus claire et plus uniforme chez ce sujet, le tout donnant un contraste marqué entre toison décolorée et reste du corps de ce Ouessant noir.

Photo 5

Photo 5

Photo 5

Comme en photo 3, un Ouessant blanc. Sur ce sujet, le tan/bronzage (foncé) demeure à l'âge adulte et permet de mieux comprendre que cet allèle de coloration se dise Agouti blanc bronzé, Agouti white tan, Awt.

Photo 6

Photo 6

Photo 6

Comme en photo 2, Ouessant Agouti grey sur base noire. Ici le masque est plus caractéristique avec contraste du bout du museau et du tour des yeux. La toison très uniforme en décoloration et particulièrement claire laisse suspecter une brebis concernée par l'effet "faded" expliqué en d'autres photos précédentes. Pourtant rien n'est certain, seule la naissance de l'an prochain pourrait infirmer la chose si à tout hasard un agneau noir non faded voyait le jour suite à accouplement de cette mère avec un mâle noir faded (le sujet en photo 7). En effet, l'accouplement de deux Ouessant "faded" ne peut produire que "du faded" pour parler simplement. 

Photo 7

Photo 7

Photo 7

Un Ouessant noir soumis à l'effet "faded" (comme en 1 et 4). Pas d'autre remarque à ajouter sur la toison, mais je préciserai que l'aspect clair de la corne est là encore d'une grande variabilité selon les béliers. Certains mâles "faded" peuvent avoir des cornes très sombres, tout comme leur toison, créant ainsi confusion avec des béliers noirs "non faded".

Photo 8

Photo 8

Photo 8

D'abord c'est un Ouessant brun cette fois (BbBb).

Le patron exprimé sur cette couleur brune est celui de l'allèle Agouti grey (Ag). La brebis tourne un peu la tête mais on devine la face brune, le tour des yeux et le bout du museau blanchâtres.

Photo 9

Photo 9

Photo 9

Il fallait au moins un Ouessant classique dit "noir"; ce fut cet agneau de l'année. (AaAa, homozygote pour l'allèle nonagouti du locus Agouti).

Pas d'effet "faded" évoluant. Il ne fallait pas se laisser piéger par le jeu d'ombre et de lumière dans l'instant du cliché

Photo 10

Photo 10

Photo 10

Bon là c'était forcément pas évident.

Déjà pour ce que l'on voit de la pigmentation, c'est un Ouessant noir.

Ensuite, le larmier clair trahit un allèle du locus Agouti.

Maintenant, deux seuls avec larmiers sont possibles parmi le troupeau des Lutins largement présenté dans ce blog. La face ne présente pas de dessin particulier comme sur le patron type du Ouessant Aos(Agouti ouessant swiss).

Il s'agit du patron Agouti rusty midesides (Arm) défini alors par Roger Lundie dans un troupeau d'origine d'Hervé Vaillant.

Cette brebis présente de plus une décoloration importante en toison du fait qu'elle est probablement soumise à l'effet "faded" dans la logique de sa généalogie génétique.   

Photo 11

Photo 11

Photo 11

On n'en voyait que la toison pour ainsi dire, mais oui, c'est bien un Ouessant noir soumis à l'effet faded (AaAa, nonagouti au locus Agouti et FfFf, homozygote pour l'allèle faded de décoloration)

Photo 12

Photo 12

Photo 12

Pas noire mais brune cette agnelle. BbBb, homozygote au locus Brown pour l'allèle récessif brun (Bb).

Le pigment eumélanique brun est une mutation récessive du pigment eumélanique noir.

Cet animal est bien Aa, nonagouti au locus Agouti, n'est pas non plus un futur sujet en construction "faded", contrairement à ce que le tour des yeux pourrait suggérer. Tout comme les agneaux noirs peuvent roussir en face, les agneaux bruns peuvent s'éclaircir en face par dégradation de l'eumélanine.

Photo 13

Photo 13

Photo 13

Encore une brebis "noire faded" (Aa, non agouti au locus Agouti, et FfFf, homozygote pour l'allèle faded de décoloration au locus Fading)

Ce sujet conserve une face particulièrement sombre, évitant ainsi l'hypothèse d'un allèledu locus Agouti autre que le nonagouti.

Photo 14

Photo 14

Photo 14

C'était un piège avec la photo 8, mais non, malgré les similitudes de toison, cette brebis n'est pas Agouti grey (Ag) mais Agouti white tan (Awt), ici le tan persistant intensément à l'âge adulte.

Dans le premier cas, l'aspect roussâtre (en 8) tient à la mutation brune de l'eumélanine qui pigmente la fibre, alors qu'ici en 14, cet aspect tient au pigment phéomélanique.

C'était le principal piège entre ces deux Ouessant.

Il me faudra les photographier côte à côte comme je les ai vus dernièrement pour mieux réaliser encore cette ressemblance troublante.

Bon jeu de détective!

Réponses et réflexions écrites en commentaires pour les courageuses et courageux? N'hésitez pas pour l'intérêt de tous et faire avancer le schimilimili ... 

Bon, je n'ai pas encore pris le temps de comparer vos réponses (ni de me relire), mais merci à celles et ceux qui se sont lancés. Je pense que chacune et chacun saura corriger sa copie si besoin est.

Les plus perspicaces ont peut-être reconnu certains animaux déjà présentés en d'autres articles pour s'aider; ce n'est pas déméritant.

Remarques et questions(si je peux y répondre) sont toujours les bienvenues si vous avez ...

Je ne manquerai pas de vérifier s'il y a un (des?) sans-faute. 

Partager cet article
Repost0