Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

11 octobre 2020 7 11 /10 /octobre /2020 22:43
Père supposé, Hubot, de par divers caractères dont en particulier la longueur de queue de cette agnelle.

Père supposé, Hubot, de par divers caractères dont en particulier la longueur de queue de cette agnelle.

Le 09 octobre dernier, Pica a donné la petite Pica.

Encore une fois du blanc (Awt, Agouti white tan, Agouti blanc bronzé). On notera de suite la présence du bronzage soutenu sur le corps, alors qu'il est pratiquement inexistant sur les pattes sinon particulièrement dilué.

Mais ça c'est pour le profil gauche ...

Savane, moins de deux heures et pas encore totalement sèche.

Savane, moins de deux heures et pas encore totalement sèche.

... car côté profil droit, voilà une répartition du bronzage insolite. Veau ou cobaye?

Jamais tel clown était né chez les Lutins.

Tan très étendu en croupe et patte arrière. Tronc décoloré. Puis à nouveau, comme souvent, bronzage en encolure, mais qui cette fois déborde sur le crâne et les oreilles, la face étant dépigmentée à nouveau. Un véritable gâteau marbré au chocolat!

Savane

Cette série de naissances d'automne (non terminée), que le hasard des accouplements a orienté en agneaux blancs, est l'occasion de souligner la belle diversité d'expressions du bronzage lorsqu'il est exprimé (colorations, intensités, répartitions) et de rappeler, une fois encore, que cette richesse se doit d'être sauvegardée (sans être privilégiée pour autant) dans le patrimoine de ce type ovin archaïque qu'est le mouton dit d'Ouessant. C'est là un des éléments guidant un véritable travail conservatoire.

Dommage par contre, que contrairement à certaines races, le bronzage s'estompe ou disparaisse chez le Ouessantin, au cours de sa croissance.

Dommage par contre, que contrairement à certaines races, le bronzage s'estompe ou disparaisse chez le Ouessantin, au cours de sa croissance.

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2020 6 10 /10 /octobre /2020 22:21
Dodu

Dodu, ce fut ma première impression lorsque je saisis Dodu par les reins pour bien en vérifier le sexe.

Une fois encore un agneau "blanc" (Awt, Agouti white tan, Agouti blanc bronzé).

Si la répartition du bronzage est la plus habituelle, on en remarquera la différence de coloration entre toison et extrémités (face et pattes).

Dodu

Parcimonie m'a offert ce jeune le 05 octobre dernier, suite à accouplement tardif il y a donc cinq mois, avec sans doute Flocon (père supposé).

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2020 5 09 /10 /octobre /2020 22:29
Peluche

Ce 4 Octobre dernier, ce fut le tour de Dame Hersent à donner naissance ... à une minuscule,  Peluche.

Peluche

Une Peluche, d'allure cette agnelle en est véritablement une.

Sa mère ayant pour parents Brina et Golas, c'est là un cadeau que de savoir ces deux ancêtres disparus les mois précédents, être un peu présents en cette agnelle par partie de leurs codes génétiques respectifs.

Peluche a pour père probable Flocon cette fois, de par certains signes dont un bronzage particulier d'une ancêtre de ce mâle, Uvée et d'autres individus ainsi typés.

Flocon

Flocon

Uvée, ancêtre probable.

Uvée, ancêtre probable.

Peluche

Avec sa toison longue et bouclée, sa face aux poils denses et longs également, c'est presque une agnelle virtuelle qui semble sortie d'un magasin de jouets ou d'une BD.

Peluche

Pourtant Peluche n'est pas un jouet.

L'occasion une fois encore de rappeler qu'il ne faut pas acquérir des Ouessant sur un coup de tête pour uniquement avoir craqué devant le profil poupon des agneaux. (Et de même qu'on n' offre pas un Ouessant non plus, comme tout animal d'ailleurs, sauf à personne ayant conditions pour l'accueillir et en ayant émis un réel désir solide)

En quelques semaines, un agneau change vite. Chose qu'il faut garder à l'esprit, c'est voir en lui en fait l'animal adulte dont on devra s'occuper durant facilement douze années et plus, en lui prodiguant tous les soins que nécessite son espèce...

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2020 4 08 /10 /octobre /2020 22:19
Bella

Le 27 septembre dernier, c'est Tartine qui donnait une agnelle, Bella. Tartine est pourtant une des deux nouvelles doyennes. Elle a eu 11 ans ce printemps.

Cependant je ne m'inquiète pas trop sur ses capacités à mener à bien l'allaitement de sa petite, en espérant qu'elle récupère bien ensuite. Tartine est d'une souche Ouessant des plus anciennes qui donne animaux d'une nature rustique et solide, bien plus résistants que les Ouessant travaillés en animaux gadgets ou de ring durant ces quarante dernières années dans le milieu du renouveau du Ouessantin. A moi de faire en sorte tout de même que cette maternité soit la dernière pour elle.

Bella

Bella est une agnelle dite blanche (Awt, Agouti white tan, Agouti blanc bronzé). 

C'est une vraie soeur de Princesse née en octobre 2019, puisque, à divers caractères notables, papa est une fois encore Sieur Hubot (mêmes parents donc).

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2020 4 08 /10 /octobre /2020 06:03
Bueno

Le 21 septembre dernier, c'est Phaeo qui donnait un agneau. Cet événement m'inquiète pour cette mère de dix ans ce printemps qui n'avait pas besoin de cela à son âge. C'est période d'abondance en nourriture à présent (glands, châtaignes, baies, feuilles, regain ...) mais ce n'est pas à ce niveau que souci se pose. Le déclin physique est plus source d'interrogation.

Bueno

Bueno est un jeune mâle, "blanc" (Awt, Agouti white tan, Agouti blanc bronzé) au bronzage quasi total. Pour lui aucun doute de paternité. Papa est Hubot, de par les caractères morphologiques, avant de songer à l'effet coloration. 

Hubot, bélier Ouessant blanc de souche des plus anciennes, ayant conservé l'effet "tan" (bronzage) lié à l'allèle Awt.

Hubot, bélier Ouessant blanc de souche des plus anciennes, ayant conservé l'effet "tan" (bronzage) lié à l'allèle Awt.

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2020 3 07 /10 /octobre /2020 10:48
Téna

Le 19 septembre dernier, Ecume offrait Téna, agnelle dite "blanche" (Awt, Agouti white tan, Agouti blanc bronzé). Première naissance tardive d'une (longue?) série.

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2020 2 06 /10 /octobre /2020 15:18

La reproduction est calculée chez les Lutins, tout autant en choisissant la période d'accouplement qu'en choisissant tel bélier pour telles brebis.

Type ovin primitif d'herbage le Ouessant a globalement conservé un cycle de reproduction naturel, avec une période d'accouplement centrée sur l'automne pour correspondre à un agnelage centré sur le printemps (après environ cinq mois de gestation pour les brebis).

Aussi depuis 24 ans, chez les Lutins, l'ensemble des béliers est séparé des brebis à partir de septembre et ne retrouve l'ensemble des brebis qu'au printemps. Initialement ces retrouvailles étaient orchestrées à la date symbolique du 21 mars, puis au fil du temps je les ai reculées au 21 avril pour plus de sécurité, dans le sens d'éviter au maximum fécondation de brebis à chaleurs tardives.

Tout allait plutôt bien puisque je notais seulement une ou deux naissances tardives d'automne tous les trois ou quatre ans. Naissances de père inconnu en conséquence.

En pratiquant de la sorte, à titre d'exemple, l'an dernier, il y eut ainsi une seule naissance tardive d'automne (même très tardive puisque correspondant au 23 octobre! un record chez les Lutins)

Mais cette année!!! Pour une raison qui m'échappe totalement, c'est au moins une dizaine de brebis qui devrait mettre bas cet automne, ce parmi la quarantaine de femelles privées normalement de reproduction pour cette année 2020.

Qu'est-ce qui fait que? Quel bouleversement pourrait expliquer ce phénomène inédit chez les Lutins?

Le bal des petits nouveaux tardifs fut ouvert en tout premier chez un collègue éleveur accueillant depuis l'été une brebis de la troupe des Lutins, fécondée donc avant son départ. (voir le lien ci-dessous)

Quelques jours après, les naissances s'enchaînaient chez les Lutins et à cette date, ce sont déjà six naissances qui égayent la grisaille du moment (3 agnelles et 3 agneaux, à découvrir bientôt)

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2020 5 02 /10 /octobre /2020 11:10
Michoco à son second printemps

Michoco à son second printemps

Michoco était un joli bélier blanc très élégant, d'une belle prestance.

Etait, car il est disparu trop tôt suite à accident, à moins de deux ans.

Un matin de février dernier, je l'aperçus couché inerte au pied d'un bouquet de houx. Sur l'instant je le pensais mort. Mais une fois à proximité, bien que le voyant inerte, j'ai réalisé qu'il respirait faiblement.

La situation était des plus inattendues et bien compliquée. Une patte avant était prise au bas entre deux tiges/troncs de jeunes houx et de plus une de ses cornes était entortillée dans les branchages . Il n'avait aucune chance de pouvoir se libérer. D'ailleurs, il me fallut aller chercher outillage pour sectionner jeunes troncs et branches des houx.

Aucun mouvement, aucune réaction de Michoco durant toute l'intervention. Epuisé, il avait sans doute passé la nuit entière à tenter se dégager, n'ayant rien remarqué la veille. S'était-il piégé d'abord par la patte puis une corne en tentant de se dégager, ou l'inverse?

En fait, plus qu'épuisé, Michoco était paralysé. C'est du moins ce que je compris au bout de quelques jours, après l'avoir installé en box. Je l'hydratais régulièrement mais il ne mangeait pas, pas même la ration de céréales revitalisante dont tout ovin est friand d'ordinaire. De plus, jamais il ne put se remettre sur ses pattes, ni tenir debout en l'aidant. Amorphe, devenu un poids mort. Sans doute la moëlle épinière fut elle atteinte au niveau du cou.

C'était donc sans espoir. Le seul et dernier soin à prodiguer ne pouvait être que l'euthanasie.

Michoco en début de son second automne.

Michoco en début de son second automne.

Hormis, il y a pas mal d'années, une brebis étouffée sous une plaque de béton ayant chuté, je n'ai pas souvenir avoir perdu de Ouessant suite à accident.

J'ai bien sauvé d'autres fois un agneau pris dans une ronce, un autre piégé par une patte comme Michoco, ou encore de temps à autre un bélier pris par une corne dans le grillage ... mais cela s'est toujours bien terminé.

C'est ainsi. L'accident!

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2020 3 30 /09 /septembre /2020 17:24

Le plus souvent, avec l'âge, les Ouessant dépérissent progressivement suite à leur difficulté à se nourrir correctement, ceci à cause de l'usure des molaires après des années à mastiquer et ruminer.

Outre l'aspect génétique qui peut prédisposer certains animaux plus que d'autres à ce handicap final, les conditions de vie du Ouessant et son milieu (végétation abrasive par exemple) jouent également un rôle dans ce déclin.

Il est possible de prolonger la vie des vieillards en les soutenant par apport de compléments très nutritifs, mais à dose raisonnable, tels que orge aplatie ou granulés d'engraissement pour ovin. Ceci étant le mouton a besoin de se remplir la panse avec herbe ou/et foin assez fin et de qualité, sans oublier le seau de minéraux pour ovins qu'il devrait de toute façon avoir au quotidien tout au long de sa vie.

Brina donc ...

Le cas Brina

Brina était une brebis extérieure à l'élevage des Lutins, acquise dans ses premières années. Ce printemps, elle avait eu 12 ans.

Cet été encore, elle se nourrissait sans souci de dents notable ( n'étant pas amenée à devoir recracher ses pelotes de rumination, ce que  fait un ovin aux dents usées). Par contre dans les mois précédents je découvris qu'elle était un peu à l'écart le plus souvent, comme perdue. Il s'avéra que cette brebis perdait la vue progressivement pour ces derniers mois devenir totalement aveugle.

Le plus étonnant dans tout cela, c'était son remarquable sens de l'orientation. Elle savait dans sa solitude où elle se trouvait, était capable de retrouver son chemin sur plusieurs hectares, revenir boire au soir. Elle avait fini par se cantonner sur des espaces réduits où l'herbe était encore tendre malgré la sécheresse et la canicule durant trois mois, fonds plus humides, secteurs d'ombre.

Cette vie et ce régime ne pouvaient cependant pas satisfaire tous ses besoins. Il aurait été possible de la prolonger en la plaçant dans un réduit pour qu'elle puisse se gaver d'apports. Mais quelle vie!

Il était plus raisonnable d'envisager l'aider à partir. Elle quitta ainsi la bande des Lutins peu avant l'automne. 

Pourquoi parler de Brina?  Simplement parce qu'en 24 ans d'élevage et ayant eu je ne sais combien de dizaines d' animaux âgés à gérer, c'est la toute première fois qu'un Ouessant était devenu aveugle chez les Lutins.

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2020 7 27 /09 /septembre /2020 18:34

Si Taraille, Gorgone, Pralin et les autres sont venus égayer les prairies ce printemps par les turbulences de leur jeunesse, plusieurs des plus anciens des Lutins sont morts des conséquences de leur vieillesse.

C'est toujours une épreuve de perdre des compagnons de vie avec qui on a partagé une douzaine d'années et plus. Surtout quand ce sont des animaux que j'ai vu naître, grandir puis enrichir le troupeau de leur descendance ou simplement émailler son histoire d'anecdotes. Dans le même temps, c'est aussi un soulagement pour moi de les savoir morts tant il est triste d'assister à un déclin qui parfois les amène à n'être plus que l'ombre d'eux-mêmes, dans certainement une souffrance qu'ils n'expriment pas (l'ovin est ainsi).

La petite Eponyme fut de ceux-ci.

La petite Eponyme fut de ceux-ci.

ou encore le bon Golas, ici au temps de sa splendeur...

ou encore le bon Golas, ici au temps de sa splendeur...

... pour n'être plus qu'un fantôme, ici la veille de décider à l'aider à partir.

... pour n'être plus qu'un fantôme, ici la veille de décider à l'aider à partir.

Chaque année, il faut concevoir qu' il y a redistribution des cartes pour les places de doyens, qu'avec le vivant, même en élevage où on ne s'enrichit pas sur la mort, cette dernière est l'étape finale.

Partager cet article
Repost0