Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 15:47

 

Sans rapport avec la taille, la silhouette donne des impressions différentes selon divers traits de la physionomie du mouton.  

 

 

août 11 126

 

 Malgré un tronc épais, cette brebis plutôt haute sur pattes possède un centre de gravité assez élevé situé dans la moitié basse de ce tronc. On trouve ce point en imaginant l'intersection des diagonales du corps (en excluant tête et cou) qui s'inscrivent chez cette Ouessant dans un carré.

 

    

août 11 139

 

L'allure plus rectangulaire de cette seconde Ouessant fait que, sur le même principe, le centre de gravité se situe cette fois presque sous le ventre de l'animal. Ce mouton semble plus proche du sol, moins aérien.

 

Sur le premier cliché, la physionomie de la brebis, par un centre de gravité haut placé donne l'impression d'un animal moins stable sur ses appuis .

Alors que sur le second, un centre de gravité plus bas placé donne l'impression d'un animal avec beaucoup plus d'assise et de stabilité, faisant d'une certaine façon corps avec le sol.

 

Ce qui me fait souvent dire sur le ton de la plaisanterie, mais cela résume assez bien la démonstration, que certains Ouessant semblent risquer de basculer au premier coup de vent alors que d'autres emporteront la prairie avec eux si cela devait leur arriver....

 

 

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 14:05

 

 

 

août 10 008

                                                                   

                                                  Donner puis reprendre?

 

Je fus contraint de reprendre, il y a quelques semaines,...pour son bien.

 

Outre le regret d'avoir perdu une amie de longue date à l'histoire un peu particulière, j'ai aussi celui de ne pas avoir su être assez attentif. Je m'explique.

 

Vienetta ne pouvait plus s'alimenter et dépérissait à vue d'oeil. Les pelotes non ingurgitées qu'elle fabriquait au moment de la rumination se retrouvaient perdues au sol ou bloquées en gueule. J'avais conclu à une dentition déjà trop usée malgré un âge pas des plus avancés. Ce phénomène étant fréquent chez les vieux moutons, je m'étais fait une certitude sur la situation. Pourtant celle-ci était autre puisqu'une fois accompagnée vers l' Autre Monde, j'eus la curiosité de vérifier l'état de la dentition de ma brebis.

Je compris alors mon erreur de jugement,mais trop tard de toute façon. En effet les dents n'étaient pas usées. Par contre une prémolaire ou un bel éclat de l'une dépassait largement en gueule, créant ainsi un obstacle aux pelotes d'herbe qui ne pouvaient plus être avalées.

Surprise et grande déception chez le berger qui réalisa qu'une paire de pinces, un peu d'aide et un bon traitement antibiotique auraient pu résoudre ce problème purement "mécanique" et offrir quelques années encore à Vienetta. Mais cela si j'avais découvert la réalité au plus tôt. Cette brebis était devenue un cadavre sur pattes et mon aide tardive n'était plus que la seule solution pour interrompre ses souffrances. 

 

On en découvre tous les jours. Une expérience malheureuse de plus dont je serai plus riche pour affronter l'avenir et éviter ainsi de conclure un peu vite devant ce genre de situation. Comme quoi on n'est jamais assez attentif.

 

Un jour, ce témoignage servira peut-être à d'autres également! Le pourquoi de ces quelques lignes qui se veulent utiles.

 

.  

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 12:13

 

 Pêché de gourmandise pour ma jolie blanche de Castille.

 

 

août 11 153

 

 

En cette fin août, alors que les pêches mûres à point tombent de temps à autre, cette brebis gagne son poste de guet dès le lever du jour... Je ne peux m'empêcher de l'espionner, troublé par ce comportement touchant. 

Attendre, toujours attendre. Que ne ferait-elle pas pour se délecter de la chair juteuse et sucrée de ces fruits.

 

août 11 154

 

Le premier déclic de l'appareil la fait se retourner alors que je suis à une bonne vingtaine de mètres. Le second déclic piège son étonnement. Regard intrigué, mais sans un soupçon de culpablilité...et elle a bien raison.

Bonne ouïe la doyenne!

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 19:38

 

Certes la position du mouton peut influer sur son apparence, cependant, en passant du temps à observer son Ouessant, on en découvrira les tendances morphologiques.

 

Quelques exemples pris dans la bande des Lutins permettent de comprendre les diversités de physiques qui peuvent exister et  de découvrir les petites différences qui font qu'un animal est unique.

 

Dans cette série de photos, on ne regadera que les lignes de dos, sujet de cet article. Il n'est pas question pour moi de décrire chaque animal dans sa totalité.

 

août 11 060 

Voici pour faire le lien avec l'article précédent, la brebis qui y était présentée Apprécier un Ouessant (2) .

Pour ne parler que de la ligne du dos, rapidement, je rappelle qu' elle se caractérise par une tendance à l'horizontalité mais avec un garrot fortement marqué suivi d'une cassure  et d'un dos bombé.

 

 

août 11 099

 

Une belle horizontalité avec une colonne qui tend à être rectiligne chez Neige.

 

 

 

août 11 102

 

 Horizontalité sans garrot marqué, mais avec un milieu de dos légèrement bombé, chez Biche.

 

 

août 11 101

 

 Là aussi absence de cassure derrière le garrot, et un dos bien rectiligne mais faiblement plongeant chez Io (à noter que cette brebis va se construire un an encore et que ce dernier point devrait disparaître, car il s'est déjà bien amélioré depuis sa jeunesse jusqu' à maintenant deux ans).

 

 

août 11 130

 

 Chez Castille, dos légèrement convexe avec ligne plongeante au niveau des antérieurs.

(Bonne tenue encore pour cette brebis de douze ans).

 

 

août 11 128

 

Allure horizontale mais avec un dos légèrement creusé (impression faussement accentuée par une repousse de laine hirsute déjà importante)... à cause d'un embonpoint naturel au niveau du tronc chez Désirée.

 

 

Six portraits différents, en ce qui concerne le dos de ces brebis Ouessant de chez les Lutins. Autant de moutons, autant de portraits...faîtes l'expérience. Un premier réflexe donc à acquérir quand on regarde un animal... observer la ligne vertébrale qui contribue grandement à définir l'allure .

 

Ces types de particularités physiques influent comme bien d'autres caractères (à découvrir au fil des articles) sur la forme de Ouessant que l'on construit dans son élevage. 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 15:26

 

 

J'avais imaginé sa naissance pour fin août... Il est né ce 04 septembre en fin de nuit. Cadeau d'été

 

 

août 11 155

 

Bigouden des Lutins, trouvé ce matin, comme je l'avais supposé la veille au soir à en voir le comportement de sa mère.

Sa couleur noire ne me permet pas de pouvoir dire qui est le père, mais la largeur des marques de pivots et d'autres signes dans sa physionomie me font penser à un mâle en particulier. Mon idée ne serait vérifiable que si ce jeune devait rester plus tard au troupeau et être accouplé avec une certaine brebis qui pourrait alors donner éventuellement un agneau précis pour prétendre vérifier mon hypothèse. On n'en est pas là et pour l'instant on considèrera "né de père inconnu".

 

 

août 11 158

 

 

De la solidité comme maman Draille, chez Bigouden.

 Cette brebis aura fait une bonne farce au berger avec ses chaleurs tardives de début avril, alors que plusieurs agneaux avaient déjà vu le jour au sein du troupeau.

 

  Et un petit bélier de plus...18, pour 7 agnelles (en cette année 2011).

 

 

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 19:54

 

Quand un éleveur se sépare d'animaux, il est légitime pour l'acheteur de se demander pourquoi et d'émettre des doutes sur la qualité des moutons en question. Ce réflexe de méfiance n'est cependant pas forcément fondé. En effet, on peut se séparer de certains de ses Ouessant pour des raisons personnelles qui ne permettent plus d'assurer son élevage, ou encore parce qu'à ces animaux proposés on en préfère d'autres qu'on a trouvés ailleurs ou faits naître, et le plus souvent tout simplement pour cause de surnombre.

 

J'ai un ami éleveur à qui je donnais dans mes débuts certains de mes moutons dont je décidais de me séparer. En plaisantant, je lui disais qu'il récupérait les miettes de mon travail. Avec les années et l'amélioration de la qualité de mon troupeau, je finis par lui dire que les miettes étaient devenues celles de brioche...

Tout cela pour montrer qu'on peut faire une très bonne affaire quand un éleveur se sépare de certains de ses Ouessant. Il y a des opportunités à savoir saisir.

 

Je me souviens ainsi d'une collègue éleveuse débutante à qui j'avais vendu trois béliers (pour cause de surnombre) ces dernières années. Celle-ci décidant de s'inscrire au concours du Mouton d'Ouessant présenta "mes" animaux ... qui furent tous primés et aux meilleures places. Pas mal pour des miettes...

 

 

août 11 145 

 

Nazca des Lutins, jeune bélier de 5 mois, gardé en observation sans doute au moins un an encore....mais peut-être une future miette... de brioche (pure beurre) si mon choix s'oriente finalement vers un autre animal dans la palette de ceux que je laisse évoluer.

 

 

Partager cet article
Repost0
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 22:01

 

 Dans le pré d'à côté, la grenouille veut se faire plus grosse que le boeuf.

 

août 11 044

 

Mais dans celui des Lutins, c'est le crapaud qui veut se faire plus gros que le bélier, forcément. Surtout quand les moutons approchent.

 

Chaque soir, entre chien et loup, Madame Crapaud commun sort de sa caverne du mur de pierres.  Pas loin de la taille de la paume d'une belle main, c'est bien une dame, monsieur ne pouvant jamais prétendre atteindre ce gabarit, même adulte. Un gringalet à côté d'elle; c'est ainsi dans le monde du crapaud commun.

Commun ce crapaud car on le trouve pratiquement dans tout l'hexagone et en des milieux les plus divers, sachant passer ses journées dans un terrier de lapin des dunes du littoral aussi bien que sous une souche dans la plus profonde des forêts.

 

On ne jointe ni ne cimente chez le berger des Lutins, pour accueillir crapauds et autre ribambelle de petits locataires. Ce petit coup de pouce pour ces espèces protégées est largement récompensé par leur compagnie et le spectacle qu'offrent leurs activités.

Entre un univers propret et aseptisé  ou celui  baigné du vivant, mon choix est tout de suite fait.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 14:22

 

Avant d'apprécier d'autres morphologies, regardons la brebis Ouessant présentée en introduction.

Si on utilise ses yeux pour voir, c'est avec son cerveau qu'on regarde dans le sens d'observer et analyser. En effet devant cette situation le commun des mortels voit un mouton, point final. Mais au-delà de cette évidence, l'éleveur de moutons (d'Ouessant) voit bien d'autres choses. Cela demande donc un effort d'observation et  quelques éléments de base d'analyse. 

 

 

août 11 060

 

Voici quelques éléments que mon propre regard perçoit en cet animal, du moins d'après sa silhouette.

 

C'est une Ouessant qui, contrairement à d'autres, ne bascule pas vers l'avant lorsqu'elle se nourrit sur la pâture. Le garrot (niveau des épaules) se présente à la même hauteur que le niveau du bassin. Ce qui donne un mouton d'allure parallèle au sol. Pourtant, à bien y regarder, on s'aperçoit que la linéarité du dos n'est pas au rendez-vous puisque la brebis présente une colonne convexe dans sa moitié postérieure. En conséquence la dépression derrière le garrot s'en trouve fortement marquée.

Je suis tenté de dire, "heureusement" les bonnes proportions entre la longueur du cou, celle des pattes avant et des postérieures gomment cette cassure en donnant de l''harmonie. Il n'apparaît pas de déséquilibre dans les rapports de proportions entre les trois principaux segments composant le membre arrière.

La belle épaisseur du tronc s'équilibre avec la hauteur des pattes. Ces dernières sont fines sous la masse du corps sans donner d'impression de fragilité pour autant.

La poitrine et le ventre sont de même section, donnant à cette Ouessant de la rondeur accentuée par la courbe dorsale.

L'allure générale de la brebis est plutôt équilibrée, ne donnant ni l'impression d'un mouton tout en longueur ni celle d'un animal tronqué (trop court).

La queue s'arrêtant au creux derrière le genou, elle peut encore être considérée comme courte.

 

(Deux mois de repousse de la laine cachent l'épaisseur du cou.)

 

Voilà pour le profil de Clarice.

 

Comme dans bien d'autres domaines (peinture, oenologie, ...selon ses centres d'intérêt), l'éleveur passionné peut se délecter du spactacle de sa troupe ovine en l'analysant. Ce qui débouchera sur la décision des accouplements les plus judicieux.

 

Je n'oublierai pas dans le futur d'aborder le mouton de face et de derrière, sans oublier la tête...des dizaines d'articles en perspective.

 

 

Partager cet article
Repost0
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 10:15

 

Voici le premier article d'une série qui aidera peut-être certains nouveaux éleveurs lorsqu'ils construisent leur tout nouveau troupeau d'Ouessant. En effet, il est difficile quand on se lance dans cette aventure de savoir réellement si l'animal qu'on a devant les yeux correspond bien au type Ouessant (élevé au rang de race ces dernières décennies) ou plus simplement à nos idées et attentes de novice . Les attentes personnelles sont légitimes mais doivent s'inscrire dans celles du standard établi par le GEMO qui représente la base incontournable de raisonnement si l'on souhaite tous pouvoir appeler un mouton ...Ouessant et pouvoir s'y retrouver dans la jungle du marché actuel.

Un standard cependant peut évoluer, ce qui a déjà eu lieu à plusieurs reprises.

Il ne s'agit pas ici pour moi de dire si un animal est beau ou pas, ce qui est subjectif, mais de donner des indices pour en apprécier la qualité et surtout découvrir sa réalité.

Enfin cette démarche n'est que la mienne et ne correspond qu'au prolongement de mon regard faisant suite aux points précisés ci-dessus.   

 

 Le Ouessant ne dévoile vraiment sa réalité que lorsqu'il est tondu ou encore durant les deux ou trois mois qui suivent. Sa réalité en laine en est une autre non moins intéressante mais  concernera bien plus la toison, bien que certains aspects morphologiques soient encore détectables. C'est cette première réalité qui m'intéresse dans cette série d'articles, mais la seconde pourra faire l'objet d'une autre série.

 

Ces observations vont concerner des animaux adultes ou d'au moins un an. Là encore, le cas des agneaux ou agnelles pourront être traités dans d'autres articles. En effet les choses sont plus complexes en ce qui les concerne car une bonne partie du jugement se construit sur l'idée de l'hypothétique évolution de l'animal durant ses trois années de croissance. 

 

 

août 11 059

 

 Si c'est possible, observer le Ouessant de loin. C'est un peu comme pour un tableau, l'impression d'ensemble est importante, avant de se rapprocher.

Pour le mouton, on le voit dans son allure naturelle (non stressé) et ses déplacements. On perçoit sa façon de se mouvoir. Mais surtout sa silhouette et la manière de reposer au sol indiquent beaucoup de choses.

 

 

 

août 11 060

 

Puis on s'approche. Je conseille même de s'accroupir pour que le regard reste au niveau de l'animal (ce que nous devrions faire quand on prend une photo). L'allure générale se confirme (ici un animal ni trop haut ni trop bas pour en dire un peu plus) et certains détails vont pouvoir être observés et appréciés (sujet des articles futurs).

 

Une de mes brebis que j'apprécie beaucoup (détaillée dans l'article 2), essentiellement issue de lignées de l'élevage de  Paul Abbé (président fondateur du Groupement des Eleveurs du Mouton d'Ouessant), Clarice (élevage Wynant).

 

 

Partager cet article
Repost0
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 10:25

 

On peut rencontrer de véritables artistes chez le mouton. Certains de mes Ouessant savent me le prouver de temps à autre.

La valeur n'attend pas le nombre des années. L'oeuvre de Lutin (3 mois) en est une preuve flagrante.

Si je ne l'ai vu au travail, j'ai bien reconnu là sa griffe malgré tout. De plus le format de la signature ne laisse aucun doute sur l'auteur de cette réalisation artistique.

 

A ceux qui plaisantent parfois en avançant que "lard c'est du cochon", je réponds que "l'art est véritablement du mouton".  

 

 

août 11 058

 

"J'aime beaucoup ce que vous faîtes, Lutin!!"

 

 

Partager cet article
Repost0