Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 15:00

 

 Voilà Fantômette Un bel avenir?  totalement sevrée maintenant à presque 4 mois. Quatre mois d'aventures pour elle, pour moi, mais au final pour notre plus grand bonheur.

Le sien en étant une petite brebis (presque) comme toutes les autres, partageant  l'herbe et sa vie avec le troupeau.

Le mien en la voyant et la sachant devenue ce qu'elle est après un départ plus que difficile.

 

août 11 012

 

Fantômette s'émancipe et c'est normal. Je ne lui en veux pas et au contraire m'en réjouis. C'est vraiment le signe que ma mission s'achève et qu'elle a réussi.

 

 

Partager cet article
Repost0
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 22:01

 

Le mouton est assez souvent considéré dans le monde animal comme un sombre imbécile. Cela tient au fait qu'après 10 000 ans de domestication, les nombreuses mutations physiques qui l'ont construit n'ont que peu altéré ses comportements. Les ovins sont ainsi demeurés très grégaires mais aussi émotifs, réponses trouvées durant l'évolution des mouflons (leurs ancêtres)  face au danger représenté par les prédateurs.

D'où ces mouvements de masse et réactions d'inquiétudes qui les animent souvent. Comme on dit parfois, rien de plus stupide qu'un mouvement de foule puisque l'individu perd son identité et devient en quelque sorte simple cellule d'un groupe devenu organisme en mouvance. Moutons de Panurge...les humains ne devraient pas avoir ce regard ironique sur les ovins s'ils voulaient bien se donner la peine d'observer leur propre espèce et analyser leurs propres comportements.

Tout comme on ne sait pas tout ce qui se passe dans la tête de ses voisins ou de toute personne en face de soi, on ne peut connaître ce qu'il en est dans celle des moutons et pourtant les premiers expriment bien plus de choses qui nous sont décodables que les seconds.

Au-delà des discussions stériles autour du mot intelligence, il est plus simplement intéressant de découvrir à l'occasion d'observations les capacités des divers êtres vivants (ou individus dans une espèce donnée).

 

Ainsi des éleveurs de moutons relatent un fait assez étonnant.

Dans les très grands élevages, l'entrée des parcs est souvent aménagée avec un ensemble de rouleaux métalliques au niveau du sol et placés au-dessus d'une fosse pour pouvoir entrer en rotation. Cette structure  interdit de fait au bétail de s'échapper, les animaux ne pouvant poser pattes sur cette zone mouvante, alors que les véhicules peuvent y circuler. Pourtant des témoignages rapportent que des moutons avaient trouvé moyen de prendre régulièrement la clé des champs en progressant sur le dos pour répartir la charge. (J'imagine plus que c'est en réalité sur le flanc). Plutôt étonnant et remarquable même si se pose, comme pour tout témoignage, le manque d'éléments d'analyse qui permirent d'arriver à ce constat...Mais pourquoi pas?

 

Pour revenir à mes Lutins, j'ai observé "sous toutes les coutures" un comportement tout autre mais tout aussi intéressant avant de pouvoir tirer les conclusions qui vont suivre.    

 

 

août 11 092

 

 

En cette période de sécheresse, mes Ouessant profitent chaque soir d'une ration d'orge et granulés pour compléter leur alimentation quotidienne à cause d'une herbe pas aussi riche qu'il le faudrait

La zone où les auges sont posées est donc fortement piétinée. Le sol est devenu nu avec les ans et par ce temps assez poussiéreux.

Il y a toujours un peu de gaspillage et certains grains sont dispersés. Une fois tout le monde reparti à ses occupations, quelques gourmands restent sur place à grapiller les miettes. Pourtant, il faut savoir que le mouton qui n'est pas en sous-nutrition demeure un gourmet et est délicat, ne se ruant pas sur toute nourriture, prenant au contraire le temps de sélectionner et délaisser l'aliment souillé.

Ainsi les grains d'orge sont humés pour en analyser les qualités. Certains sont donc délaissés alors que d'autres avalés. C'est là que les choses deviennent intéressantes.

J'ai découvert qu'un Ouessant avait acquis une technique efficace pour absorber ce grain reposant dans la poussière. Si celui-ci est jugé consommable, l'animal expire fortement une bonne fois sur sa cible. Ce qui a pour effet de disperser la poussière par ce coup de soufflette alors que la graine plus dense demeure au sol. Il ne reste qu'à la prendre délicatement du bout des lèvres.

Ne m'enthousiasmant pas aveuglément et ayant plutôt un esprit critique sur toute chose, j'ai multiplié encore et encore les observations pour pouvoir affirmer que l'animal ne profitait pas au hasard de ce que sa respiration proche du sol pouvait rendre plus accessible. Les nombreux grains inintéressants car piétinés depuis plusieurs jours se trouvent délaissés et le souffle n'est pas appuyé en leur présence, alors que le grain appétant subit très nettement la manoeuvre décrite afin de pouvoir le prélever sans éléments terreux. De plus, les autres animaux ne se comportent pas ainsi, c'est à dire en "expirateur sélectif". Tout me semble bien être un comportement acquis tout à fait personnel chez cette brebis. Et chaque soir, je peux assister au même phénomène, cherchant à trouver une faille dans mes constatations et raisonnements...mais je n'en trouve pas. 

 

Sur la photo, on peut voir Vénus qui par son souffle a créé ce petit cratère nu de poussière au milieu duquel est resté le grain convoité.

 

Toutes mes félicitations Madame Vénus!

 

 

 

  

Partager cet article
Repost0
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 13:31

 

 

 

août 11 061

 

Qu'est-ce que ce conciliabule pastoral en ma présence?

 

Ce rassemblement manifestement insistant finit par me faire penser que s'il y avait un secret à se partager et qu'il ne fallait pas que j'entende, il se pouvait bien que l'on parle de moi. De là à m'imaginer les choses les plus folles...

 

...T'as vu? Il ne s'est pas rasé.

 

...Tu trouves pas qu'il a vieilli?

 

...T'as vu comment il est habillé? 

 

...Il n'aurait pas grossi?

 

...Il veut notre photo!

 

...Vous ne savez pas, il paraît que...

 

...Chuuuut! Le v'là! 

 

 

Intrigué, me sentant visé et assez mal à l'aise, je me suis approché discrètement pour entendre ce qui se chuchotait. Je n'ai pas tout très bien entendu mais j'ai pu saisir...

 

...Pffff! Qu'est-ce qu'il fait chaud!

 

Mon esprit rassuré, je décidai de quitter le parc.

 

 

Mais...finalement qu'ont-ils bien pu dire d'autre?

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 août 2011 6 20 /08 /août /2011 20:03

 

 

Nouvelle journée de canicule en ce 20 août.

 35 degrés à l'ombre. Cela pourrait être pire mais c'est déjà beaucoup. Beaucoup trop pour que la journée soit agréable. Les Lutins pensent de même et passent l'épreuve comme ils peuvent.

 

 

août 11 081

 

Atmosphère étouffante sur les prairies.

 Première règle évidente, ne pas mettre le museau en dehors des ombrages et s'y tenir de façon stricte.

 

 

août 11 067

 

 Même là les plus solides sont KO et patientent en subissant.

 

 

août 11 069

 

 La patience a ses limites et on part abattu en quête d'une meilleure solution.

 

 

août 11 071

 

 L'abri n'est pas plus confortable en ces conditions, même après expérimentation des techniques les plus insolites.

 

 

août 11 083

 

 Alors on repart d'où l'on vient, tout autant désespéré.

 

 

août 11 088

 

 Finalement on teste la sente.

 

 

août 11 090

 

 Un peu de soutien aiderait-il?

 

 

août 11 086

 

 La baignoire de poussière des ânes trouve son adepte.

 

 

août 11 074

 

 A deux, en jeunes amoureux, cela a aussi un certain succès.

 

 

août 11 087

 

 Un essai d'isolement sous un centenaire.

 

 

août 11 089

 

 La technique herbe fraîche et grasse attire assez peu.

 

 

août 11 078

 

 Les mines sont abattues.

 

 

août 11 085

 

 

 Les naseaux soufflent bruyamment à un rythme soutenu.

 

 août 11 077

 

 On asphyxie et emploie les grands moyens en ventilant un maximum par la gueule.

 

 

août 11 084

 

 19h et toujours 35 degrés à l'ombre.

Par contre, dans sa chute, le soleil brûle moins. Quelques téméraires osent franchir la limite.

 

août 11 082

 

 On les imite en d'autres endroits.

 

 

août 11 073

 

A cette réaction, les Lutins assoupis rejoignent leurs congénères. Le troupeau va enfin pouvoir se remettre en activité.

 

Heureusement, la météo annonce pour dans quelques jours des conditions plus agréables. Mais demain encore il faudra prendre son mal en patience et lutter sur les prairies...

 

( Et je pense toujours en ces circonstances aux pauvres animaux prisonniers dans leurs enclos et qui eux ne disposent d'aucun arbre ou autre structure pour limiter l'insolation...

Une fois de plus, un rappel sur une des utilités des haies.)

 

 

Partager cet article
Repost0
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 22:01

 

 Cela faisait plusieurs jours que je devais photographier l'entrée d'un nid de guêpes sur la pâture. Les habitantes avaient fait preuve d'une prouesse architecturale des plus réussies après avoir extrait grain après grain des centaines de morceaux pierreux. Trop lourds pour être emportés très loin, elles les avaient abandonnés près de leur issue, formant ainsi un véritable chemin de grève sur une vingtaine de centimètres. Mais....

 

août 11 006

 

 ...losque je fus enfin disposé à immortaliser cette superbe voie guêpière, je découvris en arrivant que tout avait été détruit.

 

août 11 008

 

 La jolie allée dans la prairie n'existait plus et tout témoignait qu'un drame s'était joué durant l'après-midi. L'entrée de la cavité avait été comme méticuleusement rognée pour l'agrandir. La terre n'était éparpillée qu'à proximité du nid et s'y mêlaient des débris des alvéoles en papier. Ce n'était pas le travail d'un mammifère qui aurait rageusement gratté le sol. Au contraire, il y avait là un travail presque chirurgical.

 

août 11 007

 

L'auteur ne pouvait être qu'un spécialiste. Tout m'amena à conclure qu'il s'agissait même d'une spécialiste à plumes, la bondrée.

Oiseau rapace de la taille d'une buse variable avec qui elle est souvent confondue à tort, la bondrée s'en distingue en vol par une allure plus longiligne de par ses ailes et queue ainsi qu'un cou plus proéminent. Mais seul l'oeil averti saura faire la différence entre ces deux oiseaux. Si la buse est une spécialiste des taupes et petits rongeurs sur les prés, la bondrée est celle des guêpes et leur couvain. Présente en Europe quelques mois seulement pour se reproduire, régime alimentaire oblige, elle est en cette période sur le chemin de retour la menant jusqu'en Afrique. En passant au-dessus de la prairie des Lutins, elle a sans doute repéré le manège des insectes en habit de forçat...être bondrée est tout un métier...et a profité du petit festin disponible.

 

Les habitantes de la cité en étaient encore sous le choc, certaines découvrant le coup dur à leur retour de vagabondages.

 

 

août 11 010

 

 

Une jeune guêpe entrant dans la vie et encore sur son berceau, s'interrogeant sur cet univers impitoyable qu'elle découvre.

 

Ni bien ni mal en ce bas monde. Ainsi va la vie, ainsi va la mort.

Bon vent la bondrée! Au travail les survivantes!

 

 

Partager cet article
Repost0
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 22:01

 

 

 

août 11 049

 

 

Il y a un an déjà, j'écrivais le même article en disant qu'Eponyme et sa mère Esmeralda étaient toujours liées. J'ajoutais que je regrettais de devoir casser ce lien en les séparant à l'automne et mettant l'antenaise à s'accoupler, alors que maman est à la retraite, elle.

 

Les quelques mois passés avec le bélier n'ont rien cassé de ce lien, d'autant que la jeune Eponyme s'avéra non fécondée et retrouva avec plaisir les jupons de laine de sa mère. Bientôt deux ans et six mois et toujours ensemble...

 

L'hiver prochain devrait cette fois marquer la rupture ... si Eponyme donne enfin un petit au printemps prochain!

 

 

Partager cet article
Repost0
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 20:51

 

Ce n'est pas la fête à la rainette!

30 degrés depuis trois jours et tout déssèche à nouveau!

Vivement l'automne et des températures que les Ouessant apprécient (leur berger également)!

 

Les moutons ont chaud et d'ailleurs pâturent sous les zones d'ombre quand le soleil est encore haut. 

 

 

août 11 053

 

Et puis, même sans devoir ruminer, se prélasser dans l'ombrage des haies, c'est vraiment tout ce qu'il y a à faire dans ces circonstances.

Les Lutins apprécient partculièrement les sols nus dans ce genre "d'activité".

 

Je vais me voir contraint de les imiter...

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 10:35

 

Il y a quelques semaines la pluie est enfin revenue un soir. Le petit monde qui apprécie l'eau et l'humidité n'en croyait pas les pores de sa peau et sut très vite profiter de ce miracle après des mois de sécheresse. Alors que je planchais sur mes dossiers concernant le troupeau, à analyser les résultats des jeunes de l'année et commencer un peu à prévoir l'avenir des Lutins, mon regard porté vers la fenêtre me fit découvrir que j'étais espionné. 

 

 

août 11 004

 

A la vitre la plus haute, une rainette arboricole, devenue vitricole en la circonstance, adhérait dans une aisance étonnante grâce aux ventouses de ses doigts. Elle resta ainsi à naviguer plus d'une heure sur le vitrage avant que je ne la quitte, la laissant à ses activités nocturnes.

Fabuleuse minuscule grenouille qui m'émerveille toujours dans toutes les situations où je l'observe ou la contacte...Vivre dans les arbustes, se chauffer au soleil, émettre son chant automnal dans un bel arbre, se déplacer jusqu'à plus de douze kilomètres,.... faire des acrobaties sur les vitres....et j'en passe...

Bravo la rainette!

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 19:22

 

Le GEMO (Groupement des Eleveurs du Mouton d'Ouessant) organise son concours annuel à Saint Rivoal (29-Finistère) le 04 septembre 2011 sur le site de la Maison Cornec.

 

Pour les passionnés du Ouessant ou les simples curieux, n'hésitez pas à vous y rendre pour baigner dans le monde de cet ovin.

 

Personnellement je ne participerai pas au concours par impossibilité, mais je pense également ne pas participer non plus les années futures. Si mes très bons résultats lors de mes deux seules participations m'ont forcément fait très plaisir, je ne suis pas par nature animé d'esprit de compétition.

Par contre, après réflexion, face à l'explosion en nombre et en morphologies de ce type ovin ancien, plus soucieux de la réalité du Ouessant et d'une sauvegarde encadrée, je rêve de journées de confirmation des animaux de tous les éleveurs désireux de se joindre à un tel projet. Chose qui se passe déjà chez nos voisins belges par exemple et principe qui permet de classer les animaux en catégories selon leur qualité et repérer les ovins hors standard. Gros plus pour notre vaste hexagone, je rêve aussi de journées délocalisées dans différents coins de France afin de favoriser un maximum d'éleveurs et de moutons dans un tel projet. En effet, le pauvre éleveur du Var ou celui de l'Aude ne va pas traverser la France avec ses animaux pour présenter ses Ouessant, aussi passionné soit-il.

"J'ai fait un rêve..." a dit avant moi un bien plus grand personnage dans une tout autre cause... Un jour les rêves se réalisent...pourquoi pas les miens!

 

 

concours 10 004

 

 Le concours, le moment fort actuel dans le monde des passionnés du Mouton d'Ouessant (Les Lutins participants, lors du dernier concours, à Cormont).

 

Pensez au 04 septembre à Saint Rivoal (29) !!!!

 (A l'issue de ce type de manifestation, il arrive que quelques participants se séparent de certains de leurs moutons présentés) 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 20:36

 

Suite à un article sur le ténia écrit par le passé Etat de vigilance sanitaire   j'ai retrouvé dans mes archives un cliché du monstre.

 

juillet 11 157

 

Une partie du monstre exterminé quelques heures après le traitement d'un agneau infesté et rejeté par celui-ci. Une bien plus grande bête en réalité...dans un tout petit agneau....

La réalité est parfois à la hauteur de certains films de science-fiction.

 

 

 

Partager cet article
Repost0