Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 19:32

 

 

C'est l'été, et comme dans les magazines, après les articles précédents voici un petit jeu-test auquel on peut s'amuser à répondre au fond de soi pour les plus timides ou sur le blog dans les commentaires pour les plus hardis.

A ne peut-être pas faire sur la plage, bien que...

 

Il s'agit donc de trouver l'intruse parmi les brebis présentées ci-dessous, en donnant le numéro de la photo correspondante.

 

juillet 11 093 

 

 

juillet 11 092

 

 

juillet 11 096

 

 

juillet 11 097

 

 

juillet 11 098

 

 

juillet 11 100

 

 

Si vous pensez avoir trouvé, alors n'hésitez pas à répondre et à bientôt.

 

  (Déjà des réponses quelques minutes après la parution de cet article. Ce qui est fort sympathique...Alors à vous aussi... Réponse dans quelques jours avec la publication des commentaires)

 

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 15:37

 

 Les toisons de couleur uniforme n'existent que rarement, de par la présence de canitie  assez fréquente  Apparition de la canitie. , de nuances dans la toison, quand ce ne sont pas des zonages plus clairs dans celle-ci comme en particulier sur la cuisse.

Quelques exemples concernant ce dernier point.

 

juillet 11 107

 

 Zone claire de la cuisse sur une brebis noire.

 

 

juillet 11 102

 

 Zone claire de la cuisse plus en contraste dans une toison assez sombre.

 

 

juillet 11 106

 

 Zone claire de la cuisse dans une toison globalement fortement atteinte de canitie.

 

 juillet 11 122

 

 Zone claire de la cuisse (et mollet) bien marquée toujours chez un sujet noir.

 

 juillet 11 099

 

Cette caractéristique se manifeste tout autant chez cette brebis grise...

 

 

juillet 11 121

 

 ...ou encore ce bélier gris.

 

 

juillet 11 094

 

 Elle est décelable également sur cette brebis brune.

 

 

juillet 11 116

 

Et bien davantage sur cette autre brune (agouti donc fortement éclaircie).

 

 

juillet 11 069

 

Plus surprenant, elle n'est pas exclure non plus sur les animaux blancs, comme cette jeune brebis d'un an qui dévoile le phénomène dès sa première tonte.

 

Cette "canitie de la cuisse" n'apparaît pas forcément dès les premières années. 

Chez certains Ouessant ce caractère ne sera jamais notable. Comme chez le bélier ci-dessous.

 

 

Laurentrepertoire-401656.jpg

 

 Ce qui n'est ni plus ni moins normal, mais le fruit d'une grande richesse génétique dans le type ouessant quand on l'autorise à être dévoilée dans toute sa diversité à différents niveaux de l'expression de la toison.

 

novembre 08 018

 

Enfin cette zone claire de la cuisse, quand elle existe de façon assez soutenue, peut être très bien observée sur le mouton quand il est en laine.

 

On peut noter en comparaison que le mouflon de Corse possède une selle blanchâtre dans sa toison, chose que je ne crois pas avoir trouvée à ce jour chez le Ouessant, mutant bien plus moderne, bien que la race française la plus primitive.

 

 

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 22:01

 

 Le phénomène de la canitie, pour les souches ou lignées d'animaux qui peuvent être concernées, apparaît souvent dès l'âge de deux ou trois ans (parfois plus tard) et épargne généralement les animaux dans les années antérieures.

La canitie est cette évolution de la toison qui, avec l'âge, se trouve parsemée de poils blancs sur certaines zones du corps (dos et flancs en particulier) et dans des proportions variables. Ce qui donne au Ouessant un aspect grisonnant. La cause est liée à des mécanismes internes de vieillissement (comme chez les chevelures des humains) et non aux effets du soleil. 

 

juillet 11 114

 

 Brebis noire de deux ans (Framboise) chez qui, pour la première fois dans son existence, la canitie apparaît ces dernières semaines depuis la tonte.

 

juillet 11 119

 

 Même phénomène sur une brebis brun foncé de trois ans (Brunella).

 

juillet 11 109

 

Exemple que j'ai souvent présenté, celui de Besk, bélier de six ans, à qui cette canitie importante donne un charme particulier.

(Ne pas confondre avec la toison de Willom au second plan, bélier d'un an génétiquement gris)

 

Pour bien comprendre l'aspect de la toison que l'on a sous les yeux, il faut se rappeler que trois facteurs peuvent intervenir: la génétique, la canitie et les effets du soleil. On pourrait en rajouter un quatrième qui peut tromper, l'état de propreté de l'animal... urine des litières, coloration de certaines boues et poussières peuvent teinter au moins en partie les toisons.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 22:01

UV

 

 Le soleil décolore le linge, et les habits des Ouessant n'y échappent pas non plus. Les toisons neuves des moutons récemment tondus n'en montrent pas encore les signes et révèlent au contraire la véritable coloration des animaux. Les jeunes Lutins de trois-quatre mois ont par contre déjà subi les effets des UV;

 

juillet 11 113

 

 Agneau de bientôt quatre mois (Nazca des L.) sur lequel est apparu le phénomène de brunissement des parties externes des mèches. Cette décoloration est encore localisée à ce stade.

 

 

juillet 11 112

 

 Même phénomène sur une agnelle future grise d'un peu plus de trois mois (Anagénèse des L.). Possèdant un gène de dilution de la coloration noire de la fibre, l'effet du soleil sur ce type d'animal ne fait qu'accentuer l'évolution externe de l'aspect de la toison.

 

juillet 11 111

 

 Agnella des L., agnelle brune (noisette) de presque deux mois et demi a déjà bien subi les attaques du soleil. 

 

juillet 11 115

 

On remarque que les poils (membres et face) résistent mieux à ces agressions au moins à ce stade, certains animaux adultes roussissant malgré tout sur ces zones avec l'âge. Boudu des L., agneau noir de trois mois.

 

 

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 22:01

 

Ces deux jeunes béliers de bientôt quatre mois ne sont siamois que l'instant de la photo. Ils ne sont d'ailleurs pas frères.

 

 

juillet 11 120

 

Outre la situation amusante que proposent ces deux Lutins, j'ai profité de l'instant pour montrer les nuances entre à gauche une toison grise en cours d'acquisition et à droite une toison brune (dite noisette). Subtilité qui n'en est pas vraiment une pour un oeil exercé et un esprit connaisseur, mais qui est malgré tout trop souvent à l'origine de confusions. D'où interprétations, malentendus et problèmes de témoignages détournant parfois de la réalité.

 

 

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 22:01

 

Pour la seconde fois dans l'histoire des Lutins, une brebis fait de l'infection urinaire. En fait elles sont deux cette fois-ci. Faut-il y voir un lien entre ces deux cas? La saison estivale est-elle en rapport avec le premier cas d'il y a quelques années?

 

Toujours est-il que ces dames sont sous traitement et qu'une chose est certaine, la prochaine fois si cela doit à nouveau arriver, je réagis dès les premiers signes pour éviter un mal bien installé qui rend la vie impossible et douloureuse pour les animaux. 

 

 

juillet 11 075

 

Pelote des L. dans la position dans laquelle elle passe ses journées pour faire une goutte ou deux...ou rien.

 

 

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2011 5 15 /07 /juillet /2011 22:01

 

 Pour répondre à un des commentaires de Diane  souhaitant en voir et savoir davantage sur Willom, voilà un petit plus.

 

 

juillet 11 071

 

 Willom est donc un antenais né au printemps 2010.

 

 

juillet 11 072

 

 Son cornage n'est pas aussi médiocre qu'on aurait pu le craindre et profitera encore au moins durant les deux étés futurs.

 

 

juillet 11 077

 

 Les mesures sur tous les animaux de moins de quatre ans au sein du troupeau sont pour la fin du mois, mais à vue d'oeil il doit avoisiner 38 cm.

 

juillet 11 079

 

 Son allure et sa stature me conviennent bien et il aura le privilège de s'accoupler cet hiver avec des brebis dont je veux conserver les caractères tout en réduisant un peu la taille de leurs futurs jeunes. De plus une logique de la présence du gène brun à un certain niveau de son patrimoine hérité en font un bélier d'autant plus intéressant chez les Lutins.

 

Je ne dois pas omettre l'existence de Thalès ci-dessous, sorte de sosie qui trahit son imitation par une corne qui a comme fondu (sans doute la canicule...). Même taille, gris (mais sans gène brun caché)...et pourtant de père différent contrairement à ce qu'on pourrait penser. Et mère différente. Etrange ces similitudes!

 

 

juillet 11 080

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2011 5 15 /07 /juillet /2011 19:52

 

Donner c'est donner, reprendre c'est voler, disait-on quand nous étions enfants.

 

Mais dans le cas présent, reprendre sera peut-être aider... 

 

juillet 11 086

 

Il y a pas mal d'années à présent, j'ai pour ainsi dire donné la vie à Vienetta qui allait la perdre. Petite agnelle gelée, petit mort vivant en hypothermie très avancée suite à sa naissance par une nuit d'avril à moins quatre degrés, la chance voulut que je la trouve au petit matin et que de là je fasse tout pour la sauver. Résurrection après quelques jours de combat, puis des mois de biberon, je lui ai donné le maximum.

Elle devint une brebis solide sans jamais aucun problème malgré ce départ qui faillit être un arrêt pour elle.

 

Mais les années ont passé. Cette brebis n'est pas une doyenne, mais comme chez les humains, l'égalité devant la santé n'existe pas chez les ovins. La vieille dame a bien utilisé ses dents qui sont devenues plus usées que pour d'autres femelles, rendant la rumination trop souvent impossible. La sécheresse n'apportant pas l'herbe verte et haute dont elle aurait besoin, la dénutrition s'installe, particulièrement visible après la tonte.

Mes danses de la pluie n'y faisant rien...la situation météo (il n'a pas réellement plu depuis plus d'un an à présent) m'oblige depuis début juillet à complémenter en granulés tout le troupeau chaque soir, malgré le foin proposé à volonté comme toujours. Pratique hivernale avant l'heure et situation pire qu'en mauvaise saison puisque l'herbe n'existe tout simplement plus sur de vastes surfaces. Cela aide beaucoup Vienetta dans son cas particulier.

Que faire? L'enfermer pour le reste de sa vie, l'isoler et la faire profiter d'un régime spécial lui permettant de la prolonger. C'est une solution, mais ce serait lui ravir le bonheur de la présence des autres, des cavalcades et tout ce qui construit une journée de brebis heureuse de vivre.

Mon choix va dans le sens de ne rien lui ravir pour l'instant...en sachant que dans un temps indéterminé ma seule aide sera de lui prendre ce que je lui avais donné après une nuit froide d'avril...

 

 

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 18:50

 

La sécheresse fait naître en moi quelques instants de ressenti d'ambiance de l'île d'Ouessant... en ne portant pas mon regard trop loin.

 Illusion mais réel sentiment fugace.

 

 

juillet 11 091

 

Muret de pierres et soleil estival qui plombe en période de canicule.

 

 

juillet 11 090

 

Herbe rase jaunie qui crisse sous le pas comme sur la lande....

Flash de cette atmosphère pittoresque envahissant l'esprit ..mais l'absence de l'odeur de la mer et le manque de cette luminosité bien particulière de ce radeau sur l'océan me remettent bien vite les pieds sur terre.

 

 

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 22:01

 

 Les Ouessant bruns sont souvent communément dits "noisette". Il serait bon que ce dernier qualificatif sorte du langage et que je fasse moi-même l'effort de ne plus l'utiliser. Malheureusement, quand on parle de moutons bruns cela n'évoque pas grand chose contrairement au terme noisette...

Pourtant brun serait de rigueur.

 

juillet 11 020

 

Il existe de plus différents types de bruns. Il est d'ailleurs bon de savoir qu'ils sont récessifs génétiquement, c'est à dire qu'ils ne s'expriment que si les parents sont de cette couleur ou encore parfois, selon les règles des probabilités, si les deux parents possèdent ce gène caché dans leur patrimoine hérité.

 

Trois bruns sont présents dans le troupeau des Lutins.

Un brun foncé comme pour Brunella au premier plan.

Un brun très pâle (dit modifié) comme pour Merveille au second plan. Dans ce cas sur le même principe que chez les Ouessant gris travaillés chez les Lutins, un gène de dilution agit sur la toison. Ce morphe ne peut s'exprimer que si les deux parents en sont porteurs. Il est intéressant de noter qu'un animal gris accouplé à un brun de ce type peut donner un animal gris ou noir, selon que les gènes de dilution se sont exprimés et associés ou pas.

Un autre brun moins intense que le premier existe au troupeau.C'est le type d'Elaphe Des nouvelles d'Elaphe (7)  Il ne faut pas imaginer qu'il résulte de l'accouplement des deux types présentés en photo, sorte de mélange, non la génétique n'est pas de la peinture. Il existe bien en fait des bruns de différentes intensités (en dehors du brun modifié) tout comme on remarque des noirs plus ou moins marqués selon les souches, selon la présence de canitie, selon leur résistance aux UV et selon la composante génétique des animaux hétérozygotes.

(Il existe un brun agouti mais c'est encore une autre histoire)

 

La proximité de ces deux brebis sur ce cliché m'a amené à exprimer ces quelques principes présents dans mon troupeau, que j'ai certainement déjà dû exposer dans d'autres anciens articles. Mais l'occasion était trop belle sous ce soleil couchant du jour de  tonte de ces modèles qui ont accepté de poser et faire ainsi parler les contrastes possibles.   

 

Partager cet article
Repost0