Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 22:01

 

Fantômette vit à présent totalement avec le troupeau depuis une semaine. La vie est dure  

 

juin 11 011

 

 Elle y a pris ses nouveaux repères, suit la bande dans ses déplacements et en particulier les deux autres orphelins forcés plus âgés qu'elle. Sorte de petit poisson pilote blanc de ses aînés. (Elle trouve également sa place au moment du coucher.)

 Je la rejoins pour ses biberons et lui offre quelques moments de ma présence et mon contact pour l'aider à se construire sans trop de traumatismes.

 

 

juin 11 052

 

Depuis quelques jours, avec pas mal de retard et pour cause, elle commence à consommer de l'herbe et a déjà ses préférences comme les jeunes feuilles de l'achillée.  Elle va de découverte en découverte et  vers l'acquisition des "gestes" nécessaires pour brouter efficacement. Tester du bout des lèvres le végétal, le pincer avec une pression suffisante (malgré l'absence d'une dent), donner ce coup de nuque fatal, amener avec la langue vers les molaires, mâcher et engloutir. Des étapes réflexes par la suite mais qu'il faut apprendre quand on n'a toujours que tété.

 

 

juin 11 035

 

Son oeil droit a de plus en plus d'acuité. Le gauche est toujours en phase de lente guérison. Elle change beaucoup physiquement à un mois et demi. C'est une belle agnelle. Elle n'est pas encore totalement sortie d'affaire loin s'en faut. Mais quand je regarde en arrière...Qui l'eut dit, qui l'eut cru?

Malgré son retard, mon aide devrait faire qu'elle sera à l'arrivée. Je compte sur elle.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 22:01

 

Sur la toute première marche des vestiges de ma très très vieille montagne limousine, pousse dans mes parcs la magnifique digitale pourpre.

 

juin 11 040

 

Elle est réputée pour sa toxicité. D'ailleurs les herbivores ne s'y trompent pas et délaissent la plante. Leurs connaissances botaniques leur permettent généralement d'éviter ce qui ne leur convient pas. Et puis le mouton expérimente à dose infime face à la nouveauté et ne reviendra au végétal les jours suivants que si la plante découverte  ne lui pose pas de problème. Ainsi mes agneaux qui construisent leurs connaissances en ce domaine, reniflent les feuilles de digitale, les palpent du bout des lèvres et font mine d'y planter la dent. Le seul que j'ai pu voir réellement tenter de croquer a très vite eu une répulsion avec cet air de regretter d'avoir mis en gueule une saveur déplaisante au point de s'en éloigner rapidement.

 

juin 11 041

 

Il paraîtrait que cette digitale mêlée aux foins peut créer des problèmes digestifs et rénaux. Toujours est-il qu'en cette période elle est bien belle...et attirante, à y voir les bourdons visiter méthodiquement ses clochettes de belle taille les unes après les autres.

 

 

Partager cet article
Repost0
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 22:01

 

Il est arrivé le ténia nouveau.

 

Pour l'instant, depuis quinze ans, mon troupeau semble avoir été préservé des parasites internes (comme externes). C'est en tout cas ce que révèlent les analyses régulières que je fais effectuer à partir des excréments. Ceci étant, il est vrai que certains à certains stades peuvent passer inaperçus; mais comme mes animaux ne semblent pas à avoir souffert jusque là d'éventuels pirates cachés, je pense que l'état sanitaire est plutôt bon.

 

Le seul parasite ponctuel remarquable (de par sa taille et les indices qu'il laisse) que je puisse regretter de temps à autre est le ténia du mouton. Impressionnant s'il nous était donné de le voir en entier. On n'en décèle cependant que les anneaux remplis d'oeufs, libérés avec les déjections. Pas de panique! Il est facile de s'en débarrasser avec un vermifuge qui couvre ce problème, en prenant soin de doser correctement selon le poids du mouton atteint et de vérifier sur la notice les effets secondaires du produit, comme par exemple sur les femelles gestantes selon leur stade de gestation. En moins de 24h le monstre est mort et on est étonné de découvrir le tas de "nouilles" que cela représente; Malgré tout, je crois savoir qu'il n'existe aucun vermifuge qui détruise les oeufs de cette très longue bête qui s'est fixée dans l'intestin grêle et qui vit comme tout parasite au détriment de son hôte. Aussi, il est bon de pouvoir isoler le Ouessant traité afin de détruire ensuite les fumiers souillés. Cependant les oeufs ne sont un futur danger que parce qu'un minuscule acarien de l'herbe, l'oribate, hôte intermédiaire en aura ingéré. Cet acarien happé avec l'herbe que le mouton broute va ainsi le contaminer. De ce fait, un jour, on peut déceler la présence du ténia au troupeau, alors que depuis des années il y était absent, et sans même avoir introduit de nouvel animal.    

 

juin 11 058

 

Ces dernières semaines, je guette les déjections car nous sommes en pleine période de cette infestation. Le plus intéressant est de déceler la présence d'anneaux de ténia au moment où l'animal fait ses besoins. Cela permet de traiter uniquement le sujet atteint sans obligatoirement "droguer" tout le monde (à moins que cela corresponde à la date de vermifugation préventive de l'ensemble du troupeau ou à celle des agneaux dans leurs premiers mois ). Les ageaux sont les plus souvent touchés et justement ce matin j'ai surpris une agnelle être l'auteur du petit cadeau du cliché. On y note quelques anneaux en surface et d'autres plus enfouis (plus blancs à l'état frais mais déjà un peu désséchés et jaunis après une paire d'heures au soleil, l'urgence étant de traiter avant de photographier). On peut également déterminer l'animal atteint aux quelques anneaux qui restent parfois accrochés autour de la queue. 

Je sais qu'il va me falloir ouvrir encore plus l'oeil qu'à l'ordinaire dorénavant; la guerre est déclarée et heureusement il est facile d'en être vainqueur.

 

(Ne pas confondre cependant les glaires rencontrées parfois dans les déjections avec des parasites et celui en question en particulier)

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 22:01

 

Ce mardi en fin de journée, sont tombées de fortes pluies bienvenues pour les sols, les plantes,( gastéropodes, batraciens ...) et indirectement les moutons. 

 

 

juin 11 018

 

 Par contre, le lendemain, je découvre que ces intempéries ont accéléré la mort d'une jeune mésange nonnette de l'année venue se réfugier dansl'abri des Ouessant. Une tique plantée à la base du cou avait déjà amoindri l'oiseau. Une perte parmi beaucoup d'autres dans cette classe d'âge chez cette espèce.

Ici les tiques sont nombreuses. Agaçantes, ce sont surtout les conséquences de leur piqûre que l'on redoute car elles peuvent véhiculer la piroplasmose ou encore la maladie de Lyme parmi d'autres maux chez les moutons.

 

juin 11 045

 

Mais la magie de la vie continue et dans une éclaircie, une cigogne noire est venue prendre les ascendances qui se forment au-dessus du parc des Lutins. Depuis cet ascenseur aérien naturel, elle pourra regagner plus aisément son nid qui peut se situer à plusieurs dizaines de kilomètres de là, alors qu'elle est venue pêcher sur les rus des environs.

 

 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 09:58

 

 

juin 11 022

 

 Découvert dans la pénombre de la nuit tombée, hier soir. Lutin des Lutins, né de Loaren des L. et Buffon des L.

Minuscule bélier à côté de sa mère de 42 cm. Le plus petit jamais né au troupeau, au point que dans l'obscurité j'ai déjà pensé à un chaton. Je n'attendais pas le jeune de cette brebis pour le moment; le ventre de cette dernière n'était que peu distendu. Et pour cause...

Etonnant de voir Lutin se dresser sur ses pattes pour pouvoir atteindre les mamelles. Mais il se nourrit correctement et cabriolait déjà au petit matin.

 

juin 11 026

 

Après plusieurs vérifications, 730 g de vie en plus qui animent la prairie (au lieu de la fourchette habituelle des 1 kg à 1,2 kg chez les Lutins). Comme dans le cas de Lutine Un lutin chez les Lutins , il est intéressant de voir réapparaître sous cet angle la génétique d'une ancêtre lointaine commune déjà bien petite.  J'espère qu'il n'arrivera pas de malheurs à ce minuscule bélier qui s'avère dès lors d'une grande importance dans l'avenir de mon cheptel. En effet, sa très petite taille est une chance particulière pour réduire celle des jeunes qu'il pourrait donner dans les années futures, issus de brebis de souches un peu trop grandes et lourdes à mon goût mais qui me sont importantes pour d'autres caractères. De plus Lutin est porteur du gène brun de par son père, un véritable cadeau même si forcément il ne doit pas être parfait sur certains points.

 

 Un 17ème agneau mâle cette saison pour toujours seulement 7 agnelles... Au moins une naissance certaine encore attendue, sans exclure quelques unes non programmées de brebis aux chaleurs trop tardives toujours possibles. Mais pourrai-je avoir mon Enez et mon Eussa cette année qui demeurent dans le tiroir des noms en liste d'attente de "filles"?

 

 

Un 17ème bélier dont  je ne regrette pas la naissance!

 

 

Partager cet article
Repost0
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 09:54

 

 

juin 11 019

 

 

Découvert au matin, Qatar des Lutins, né de Neige des L. et Buffon des L.

Un nouveau jeune bélier, le seizième.

 

 

Partager cet article
Repost0
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 22:01

 

 S'aimer, c'est regarder dans lamême direction...

 

juin 11 010

 

C'est ce que nous faisons, Titi et moi, dans les phases de réconfort du mental que je consacre aux orphelins forcés en les faisant bénéficier de ma présence et mon contact. Fantômette préférant encore les bras.

 

(On notera les godillots spéciaux  berger-allaitant qui ,s'ils ne sentent pas le fromage, sont largement parfumés des éclaboussures de lait des nombreux biberons quotidiens depuis mi-avril. Et leur carrière n'est pas prête d'être terminée. Iront-ils jusqu'aux sevrages?  ...) 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 19:14

 

Echange de services!

 

Pour quelques semaines, les Ouessant vont passer leur journée sur la prairie des ânes. Les moutons vont profiter ainsi des végétaux délaissés par ces derniers. Sur un pré,toute espèce animale prélève d'abord ses préférences, délaissant certaines plantes ou secteurs de pâture. Ainsi, par cette permutation, les renoncules boutons d'or ou encore la grande oseille auxquelles les ânes ne touchent pas, passeront sous la dent des ovins, tout comme les zones engraissées par le crottin qui répulsent la gent asine alors que les Lutins s'y délectent.

 

 

juin 11 017

 

 Il faut tout de même se ménager. On n'est pas des machines.

 

juin 11 009

 

 Sur l'ancien parc des moutons, difficile de faire des photos tranquille...

 

juin 11 015

 

..., il me faudra m'extirper des lieux. Là, les ânes vont faire ventrée des tiges et épis délaissées au bout d'un mois par les Lutins qui ont préféré faire gourmandise des feuilles des graminées, au point de ne plus vouloir se rendre sur cette prairie, sachant très bien exprimer leurs désirs. Ces désirs correspondant à leurs besoins, j'ai répondu à leur sollicitation. "Je vous ai compris".

 

 

Partager cet article
Repost0
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 20:53

 

Quelques retardataires sont encore attendus dans l'agnelage 2011. Le premier de ceux-ci fut découvert ce matin après un mois de calme dans le rythme des naissances. Pas de raison apparente à cela pour autant.

 

juin 11 001

 

Gwasked des L., petit bélier blanc né de Sonnaille des L. et Grichka des L.

Un de plus!

 

 

Partager cet article
Repost0
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 11:20

...mais belle. 

 

Fantômette vient d'avoir un mois en fin de semaine dernière. La fille cachée  

 

Depuis le dernier article la concernant, elle a traversé bien des mésaventures.

Il y eut d'abord, durant un de ses stages de contact avec le troupeau, la fois où elle s'est égarée, mal voyante et perdue dans les herbes hautes. Au moment du biberon, plus de Fantômette. Il fallut s'y résoudre, elle était sortie de l'enclos dont les mailles sont de taille à laisser passer un jeune agneau curieux ... ou égaré. Un peu de panique en moi, me demandant si je pourrais la retrouver dans une campagne luxuriante et sans obstacles artificiels. Après un bon quart d'heure de recherches, je la découvris dormant en boule au soleil, derrière une haie dans une pâture à vaches charolaises qui heureusement menaient leur vie sur la bordure opposée. Innocente, vulnérable, elle eut la chance que j'oriente mes investigations dans la bonne direction.

Depuis une dizaine de jours, son oeil gauche est atteint d'une kératite. Sans doute le résultat d'une petite blessure du fait que, mal voyante, elle repère moins les dangers des obstacles. Avec donc provisoirement seulement  un oeil partiellement fonctionnel, cela ne l'empêche pas de me suivre. Il y a une semaine, elle arriva avec moi dans l'enclos des ânes. Je tenais l'ânesse ayant un petit quand Fantômette se croyant perdue s'engouffra entre les pattes de la mère. Cette dernière, prise de panique devant cette petite bestiole, se mit à ruer et râler. L'agnelle un peu ko n'angoissa que davantage et ne trouva rien de mieux que de revenir se glisser sous le danger, attirée malgré tout par cette forme lui indiquant une présence. Un léger shoot de ma part dans la pelote blanche encore vivante heureusement, accompagné d'une récupération, me permit de la sortir de la situation dramatique. Pendant un instant, je me demandai si je n'allais pas être contraint de la sacrifier. Mais elle n'était finalement pas mourante, seulement assommée avec une dent cassée qui saignait suite à un coup de sabot. Ouf! Que d'émotions! Une journée de repos la remit sur pattes.

Et puis, hier soir...l'orage grondait et la pluie se mit à tomber. Une séparation s'imposait car difficile de rentrer à la maison une agnelle qui soulage sa vessie là où elle se trouve. Je plaçai donc Fantômette dans le garage en la couchant dans son carton. Trois heures plus tard, la pluie cessa et comme le moment du biberon était arrivée, je décidai de rejoindre ma protégée. Stupeur! Plus personne dans le garage! Après avoir inspecté les coins et recoins, je devais me résoudre à admettre qu'elle était partie dans la rue en passant par un minuscule soupirail. Panique à la nuit tombante. La voie est une impasse sans circulation mais qui donne sur plusieurs chemins et une campagne non habitée. Me voilà donc parti en expédition, la lampe à la main, à la nuit tombante qui devint vite noire de par ce temps. Appels incessants en prononçant son nom, en empruntant tous les chemins et autres passages, scrutant sans trop y croire les talus gorgés d'eau et le coeur des haies. Je n'y croyais pas, n'y croyais vraiment plus. Une heure de recherches déjà. Mais il n'y avait rien d'autre à faire, chercher, quitte à y passer la nuit., imaginant déjà le moment où les lampes rendraient l'âme les unes après les autres. Je ne pouvais laisser une agnelle de 2,5kg à son triste sort, trempée, affamée, grelottante, angoissée...mourante? à la merci d'un renard ou d'un chien errant ainsi qu'aux mille et un pièges que peut rencontrer un si petit animal mal voyant. Peut-être était-elle tout près à chacun de mes pas, tapie dans les hautes herbes, épuisée, vacillante...? Je finis par avancer, chercher, appeler de manière mécanique sans conviction, passer et repasser aux mêmes endroits, voir ailleurs, me mettant à la place de Fantômette, son mental, sa taille, son handicap ... pour imaginer où je pourrais aboutir. Et là, tout à coup, dans le faisceau de la lampe faiblissante, un petit fantôme blanc, minuscule jouet mécanique sorti de la nuit, apparut gueule ouverte et muette des appels de détresse qu'elle cherchait à émettre. Retrouvailles dans les émotions réciproques qu'on imagine. Depuis combien de temps errait-elle? Où? M'avait-elle entendu pour apparaître là où je repassais presque par hasard? Peu importe, le présent seul comptait. Après un bon biberon et quelques frictions de serviette, Fantômette, dans son petit carton près du lit , et moi avons passé un reste de nuit particulièrement agréable.

  

 

mai 11 072

 

Aujourd'hui, il ne reste rien de tout cela, si ce ne sont des souvenirs forts...et encore un peu de cornée opacifiée, en cours de guérison heureusement. Le "sourire" de Fantômette méritait bien toute cette attention ("Commence et l'impossible deviendra possible"...disait...)

 

 

Partager cet article
Repost0