Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Mouton d'Ouessant Elevage des Lutins
  • : Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite....... Merci de venir visiter mon blog qui a pour but de vous faire découvrir le mouton d'Ouessant et de partager au moins un instant ma passion pour cet animal singulier et ce qui l'entoure.
  • Contact

Recherche

27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 21:01

 

 

Sous les pas des Lutins, le petit peuple de l'herbe sauve sa peau en sautant, trottinant, rampant, se faufilant...

 

 

avril 11 059

 

...ou, comme le grillon, en se glissant dans sa loge, petit tunnel qu'il a su préparer depuis février dans mes contrées.

 

 

Partager cet article
Repost0
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 20:54

 

Viens que je te sente et je te dirai qui tu es ou du moins si tu es mien (ou mienne).

 

Dans les pemières semaines, il existe une certaine tension chez les agneaux comme chez les mères, chacun ayant tout autant besoin de vivre sa vie que de rester lié à l'autre.

Ainsi, petits et brebis s'égosillent dans tous les coins de la pâture, surtout quand les jeunes se sont dispersés avec les copains. Pour les retrouvailles, la vue a son importance mais l'ouïe plus encore. Et pour affiner les choses, de près le sens olfactif permet d'éviter toute confusion.

 

Il apparaît donc toujours étrange de voir une brebis faire le tour des agneaux et les sentir pour calmer son inquiétude de la séparation.  Les jeunes font de même bien que certains, si les brebis laissaient faire (ce qui n'est pas le cas), n'hésiteraient pas à boire à n'importe quelle mamelle.

 

Après un mois ou deux, tout le monde se reconnaît plus aisément et on n'assiste moins au désordre des débuts dans les retrouvailles. Adultes comme jeunes se sont construits.

 

 

avril 11 140

 

Pétronille, perdue  au milieu de ces jeunes, attire également l'attention des agneaux. Perplexe!

Et pour cause, puisque son petit était (à nos yeux) le seul brun dans cette période.

 

 

Partager cet article
Repost0
21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 13:04

 

 

 

mai 11 054

 

 Mais on ne s'en lasse pas...

 

Cela me donne surtout l'occasion de publier quelques nouvelles de la minuscule Lutine Un lutin chez les Lutins

 

mai 11 048

 

 En pleine forme heureusement,

 

mai 11 050

 

mais semble toujours aussi vulnérable avec à peine une allure de nouveau-né (de petite taille) à pourtant bientôt trois semaines.

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 12:43

 

C'est elle la fautive. Cette prairie particulièrement luxuriante et grasse.

Le mouton est habituellement un animal d'herbages plutôt pauvres, aussi faut-il se méfier lors du changement de prairies et opérer de manière graduelle pour éviter les désordres intestinaux. Les éleveurs qui gardent leur troupeau en bergerie durant l'hiver connaissent bien ce problème au printemps lors de la mise à l'herbe, d'autant si les animaux ne sont pas vaccinés contre le pire, l'entérotoxémie. Pour les cas moins graves mais dérangeants tout de même, on découvre par les coliques qui salissent le mouton que le système intestinal est agressé. (Les parasites internes peuvent créer également des désordres)   

 

 

mai 11 026

 

 Les moutons les plus solides peuvent un jour se salir ainsi. Excès, plante nouvelle, petite forme, choc alimentaire ... Heureusement pour eux le désordre ne dure pas et le lendemain ils sont repartis pour des années de tranquillité.

 

avril 11 102

 

D'autres, moins chanceux, vont être ennuyés quelques jours. Une fois les misères terminées, il est bon de nettoyer l'animal en coupant la laine souillée afin d'éviter les pontes de mouches. Si cela perdure, mieux vaut mettre le mouton au foin et à l'eau quelques jours.

Le printemps 2010, particulièrement froid et humide, offrant aux ovins une herbe grasse gorgée d'eau, a contraint nombre d'éleveurs de ma région ( en races bouchères) de rentrer leurs animaux face à ce genre de problème que sont les diarrhées.

Mais il faut rester prudent en toute saison, en pensant toujours à accoutumer le mouton à son nouveau restaurant.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 22:01

mai 11 005

 

 

 Pas d'araignée au plafond chez les Lutins ni de papillon sur l'épaule, simple géotrupe sur le dos.

Partager cet article
Repost0
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 08:18

 

 

Pas la mienne, celle de Kapouille des L. et fruit de sa passion avec Grichka des L.

Cachée non par honte, mais parce que l'incertitude quant à son avenir plana très longtemps sur cette naissance.

 

 

avril 11 181

 

 Tout avait commencé de manière classique le 28 avril dernier vers 20h.

 

avril 11 182

 

 Mon seul regret était que la journée avait été splendide et que l'évènement se produisait peu avant la nuit, dommage pour le jeune...

 

avril 11 183

 

 Enfin! Le petit (blanc) apparaissait.

 

avril 11 184

 

 C'est à cette seconde précise que je compris que les choses n'étaient pas normales. Un "chiffon blanc" pesant et inerte venait de toucher le sol.

 

avril 11 186

 

 En m'approchant, je considère l'agneau mort. Aucun mouvement, aucun cri. Que faire? Le balancer tête en bas, le secouer, le frictionner? Voyant qu'il respire, je laisse la mère oeuvrer. Mais toujours aucun mouvement après plusieurs minutes.

 

avril 11 187

 

 Je décide d'intervenir, place l'agnelle (c'est une fille , chic tout de même...) en position pour qu'elle se lève. Mais totale impossibilité. Cela fait déjà longtemps qu'elle devrait être en train de téter. Je ne mesure pas le temps qui passe et qui semble long, trop long.

Une "loque ovine" est devant moi. Aucun tonus. Elle pèse de tout son poids sur l'herbe...Et toujours aucun cri...J'analyse la situation et conclus que comme de toute façon elle ne sèchera pas correctement au sol, qu'elle ne pourra pas se nourrir, elle est perdue. Il ne reste qu'une solution, lui tendre la main puisque le hasard l'a placée sur mon chemin.

Je l'enlève à Kapouille qui devra vivre sa nuit de désespoir, seule. 

 

avril 11 188

 

 Essuyée, sèchée au sèche-cheveux, gavée de colostrum (pas pris sur la mère pour ne pas lancer sa production de lait et qu'au contraire elle tarisse ensuite). Ma nuit fut bousculée bien des fois pour assurer le service et vérifier la situation. Mais au matin, après quelques heures de sommeil tout de même, je découvre la pauvre chose informe de la veille dans un meilleur aspect. C'est pourtant toujours cette petite masse blanche inerte (baptisée Fantômette) qui ne fait que respirer...et digérer.

Carence? Prématurée? Handicapée? Une visite chez le véto ne m'en dira pas plus mais m'équipe en antibiotique de circonstance, produit énergisant et vitamines. Je tente de la faire boire du lait reconstitué pour qu'elle s'hydrate tout de même, mais ses difficultés à déglutir me font me tourner vers des injections régulières de sérum glucosé.

Une journée d'incertitudes et de questionnements passe. S'en sortira-t-elle? Ne me suis-je pas engagé dans une voie sans issue? De toute manière, il serait stupide de faire marche manière et il ne reste qu'à espèrer.

Une nouvelle nuit en pointillés passe en ayant fait le maximum. Je m'octrois quelques heures de sommeil, me surprenant à penser, trop exténué, que de toute façon vivante ou morte je verrai le lendemain.  

 

avril 11 189

 

 Et le lendemain, Fantômette est toujours vivante. J'essaie de la mettre debout comme je l'avais fait sans succès la veille. Et là, miracle, elle réussit à garder la position en tremblant, sans pouvoir soutenir sa tête. C'est déjà un énorme progrès.

Plusieurs fois dans la matinée, je l'exerce à cette position...Dans l'après-midi, elle réussit à déplacer les pattes, marcher serait un grand mot.

Durant ce second jour, elle bénéficie de son traitement mais cette fois je tente de la faire boire au biberon. Impossible, je continue avec la seringue glissée à la commissure des lèvres.

En soirée, chancelante, elle se déplace pattes tendues à la verticale et cou à l'horizontale.

Je considère cette raideur comme étant du retard dans ses facultés locomotrices quand tout à coup, je la vois tomber dans des convulsions à l'issue desquelles je pense la retrouver morte d'autant que le coeur en subit les conséquences. Que faire? L'achever? Dans les moments où les choses redeviennent normales, je cherche à comprendre. En fait, elle est hypersensible à toute stimulation de l'extérieur, bruit, petit heurt,... qui la font réagir au-delà de la normale dans ces paniques convulsives. Je m'aperçois que ce sont des crampes, tétanie musculaire qui ne cesse que lorsque je plie les pattes. C'est bien cela car les crises sont nombreuses et je fais le même constat à chaque fois.

Je comprends mieux alors cette grande difficulté à déglutir qui correspond à la crispation de la mâchoire. Carence en magnésium? Il faut tenter. Impossibilité de faire une injection intra-veineuse sur un si petit corps. Je choisis la solution orale "en mettant le paquet" après avoir réduit en poudre un cachet de magnésium (heureusement présent dans un placard).

Nouvelle nuit difficile, car à présent Fantômette ne peut pas se coucher à cause de ses membres et corps raidis. Il faut que j'intervienne régulièrement pour opérer un pliage d'agnelle(!).

 

mai 11 009

 

Le lendemain, la vie est toujous là. Les prises régulières de magnésium semblent être à l'origine de la disparition lente mais progressive des crises de tétanie même si la raideur demeure perceptible. Je passe au biberon non sans devoir nettoyer les dégâts. Je n' en veux pas à Fantômette, c'est elle la plus à plaindre. Je l'oblige malgré ses handicaps à passer ses journées dehors, ne l'autorisant à retrouver son carton près du lit que pour la nuit.

Queques jours passent et elle arrive de mieux en mieux à se coucher.

 

mai 11 011

 

 Une semaine déjà. L'allure n'est pas très habituelle mais la forme est là. Et puis, elle découvre le monde et les autres habitants des lieux, ce qui est bon pour elle se construire intérieurement.

 

mai 11 042

 

 Maintenant, Fantômette a plus de deux semaines. Elle m'accompagne plusieurs fois par jour parmi les autres Lutins pour s'habituer à une vie future que je lui souhaite la plus normale possible. Elle ne prend plus de magnésium. Elle boit bien ses biberons mais très salement; elle manque encore un peu de coordination.

Elle fait le "cou de girafe" sur la photo parce qu'elle me cherche. Cette allure de sous-marin qui a sorti le périscope tient au problème que le cliché suivant dévoile.

 

mai 11 043

 

 Fantômette est  mal voyante. On remarque que la pupille est dilatée à l'extrême; l'iris jaune n'est pas perceptible. Le règlage ouverture-fermeture ne se faisant pas, elle est éblouie par la lumière du jour et se montre plus à l'aise en soirée et début de nuit. Elle me perçoit à environ six mètres maximum et sans doute mal. Tout comme elle semble avoir de la difficulté à discerner la tétine de son biberon.

"Alain A... si tu me lis et que c'est dans tes possibilités, je suis intéressé par une paire de lunettes pour agnelle d'Ouessant avec la seconde paire en solaire gratuite bien sûr."

Handicapée à vie la Fantômette, certainement. Je lui fais tout de même confiance pour compenser ses difficultés par le tactile et l'olfactif, c'est ce que je mets en oeuvre dans son éducation actuelle.

De plus sur cette photo, on la voit qui m'appelle. Je ne risque pas de l'entendre car elle n'a toujours pas de voix, ou si peu que c'est inaudible.

 

mai 11 039

 

 Je l'habitue à vivre une vie de future brebis, à découvrir l'herbe qu'elle va bientôt pouvoir mâchouiller et avaler ainsi que les boulettes d'argile qu'elle a déjà découvertes d'elle-même. Le copain Titi (l'autre biberon) est là pour la rassurer par sa présence. Il sait ce qu'est une vie d'orphelin et semble lui jeter un regard bienveillant. 

 

mai 11 052

 

Elle a trouvé dans la minuscule Lutine, douceur, complicité et une compagnie qui lui correspond en âge. Depuis hier, elle passe des heures avec tout le monde non sans angoisse dans cette épreuve de séparation d'avec moi. Mais c'est pour son avenir. Cette nuit fut la dernière à la maison près de moi. Ce soir sera donc une nouvelle grande épreuve pour elle.

Mais je ne l'abandonne pas totalement puisque dans la journée je lui rendrai des visites...et puis il y aura encore plus deux mois de distribution de biberons.

Quel sera l'avenir réel de Fantômette? Nous verrons.

Face à la question intervenir ou pas, j'ai la certitude à présent d'avoir fait ce qu'il y avait à faire; c'est déjà bien fantastique ainsi sous certains angles. Je ne regrette rien si ce n'est pour elle ce handicap...

 

 

Partager cet article
Repost0
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 20:43

 

Non, nature bien vivante. Cytosine des L. est tout simplement profondément endormie et s'abandonne totalement aux bras de la prairie.

Situation assez peu fréquente, le mouton ne dormant très souvent que "d'un oeil" par instinct, reste des époques durant lesquelles pour ses ancêtres, dormir revenait à prendre le risque de mourir surpris par un prédateur.

 

 

mai 11 014

 

 C'est arrivé également à une autre brebis ces derniers mois. Elle dormait repliée sur elle-même, dans cette position qui nous fait penser "Comme elle doit être bien!"

Le gag est que bien que vociférant pour appeler le troupeau et donner mes ordres aux chiennes auxquels s'ajoutaient les bêlements, elle dormait si profondément qu'elle resta dans sa position sans aucune réaction, au point que je dus m'approcher la croyant morte. Déconcertée, une de mes chiennes se demandait ce qu'elle devait faire dans cette situation inédite. Il me fallut  toucher doucement la brebis pour m'assurer qu'elle était toujours de notre monde...

Effarée, regard perdu, le temps de réaliser qu'elle était seule et que le reste de la troupe était déjà parti sur un autre parc , elle partit en flèche, tête dressée, comme si ses pattes avaient pris la décision alors que son cerveau était encore à se demander ce qui se passait...

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 20:31

 

La nuit est là et les Ouessant se sont installés près de leurs appartements du parc de nuit sans s'y loger, préférant dormir à la belle étoile. Cela va bientôt faire 11 mois qu'il en est ainsi puisque les nuits avec pluie se comptent sur les doigts d'une main sur cette période. J'exagère un peu puisque j'allais oublier la neige de décembre. Toujours est-il que les conditions météo ont eu également des répercussions sur le travail pour le troupeau. En effet, peu de litière à rajouter et donc à évacuer ensuite puisque les Lutins campent en plein air presque systématiquement. Le beau temps aura au moins eu cet avantage... 

 

 

mai 11 033

 

La nuit est douce et déborde des choeurs des rainettes arboricoles qu'accompagnent à la flûte les crapauds accoucheurs, sans oublier les stridulations des centaines de grillons alentours qui construisent la mélodie de base. Les roulements des crapauds calamites dans le lointain semblent bien timides et le rossignol proche a du mal à se faire entendre. 

 

Mais! Les moutons sont-ils mélomanes?

 

 

Partager cet article
Repost0
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 19:57

 

Dans leur seconde semaine, avec leur gueule-outil, les agneaux explorent de plus en plus ce sur quoi ils marchent. Feuilles de l'automne, brindilles, herbes, tout y passe ou presque pour construire ses connaissances de futur mouton qui ne dépendra pas éternellement de sa mère.

En troisième semaine, le jeune est capable de consommer un peu de végétaux et surtout de les digérer. Ce qui l' amènera à s'intéresser également au bloc (ou seau) de minéraux. 

 

 

avril 11 126

 

 Intéressante également, la terre de fourmilière (quand elle ne sert pas également à jouer),

 

avril 11 139

 

ou encore celle des taupinières, seul ou à plusieurs, on les inspecte et avale quelques minuscules boulettes bien choisies, après grattage du sol à l'aide d'une patte suivi d'une longue analyse. Sans doute faut-il y voir un intérêt pour l'argile et autres éléments bienfaisants pour l'organisnme et le système digestif en particulier. Les crottes à base d'alimentation lactée qui deviennent grisâtres trahissent cette consommation. Comportement qui n'est pas unique dans le règne animal et qui touche certains oiseaux. 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 20:59

 

J'y faisais allusion il y a peu Attendre, toujours attendre.  et cet après-midi, je découvre que Dora est accompagnée d'une superbe (forcément) petite Zèbrine. Bien sèche, ainsi que le cordon.

 

 

zebrina 010

 

 Hier au soir, rien ne m'avait alerté et je pensais même devoir attendre encore pas mal de temps, les mamelles ne me semblant pas énormes et mon inexpérience en âne ne me permettant pas de conclure quoi que ce soit.

 

zebrina 004

 

 Un truc à savoir tout de même, à la palpation,  j'avais remarqué  les glandes mammaires qui s'étoffaient peu à peu depuis un mois, habitué tout de même à ces étapes chez les brebis.

 

zebrina 008

 

 Bien vive et alerte, la Zèbrine! Mon souhait a été réalisé. Une ânesse pour éviter la séparation avec la mère quand le jeune sera en âge de reproduire. Un animal d'une couleur autre que celles des deux adultes. Une jolie grise comme je pensais fort en voir venir dans la logique de la gènétique.

 

zebrina 026

 

Alerte? Bien que du repos fasse du bien durant une première journée de vie au plein air et sur quatre pattes.

 

zebrina 028

 

 On se laisse même aller à dormir debout.

 

zebrina 030

 

Bienvenue dans notre monde, Zèbrine.

 

 

Partager cet article
Repost0